• Le parc du Futuroscope, à Jaunay-Clan près de Poitiers vient d'inaugurer sa nouvelle attraction : "L'extraordinaire voyage", inspirée de Jules Verne.

     

    A bord d'une incroyable machine, vous allez connaître l'extraordinaire sensation d'être plus légers que l'air et de devenir des hommes oiseaux.

    Bien accrochés à votre siège, les pieds dans le vide et les yeux rivés sur un écran géant de 600 m², vous survolerez les pyramides de Gizeh, les gratte-ciel de Dubaï, les sommets de l'Himalaya et le parc naturel de Yellowstone, dans le Wyoming aux Etats-unis. Pendant 4 minutes...

    Cette attraction a demandé un lourd investissement : 12,6 millions d'euros et 2 ans de travaux. Elle est constituée d'une plateforme de 110 tonnes dont les 84 places assises basculent à 90° devant un écran incurvé.

    "L'extraordinaire voyage", nouvelle attraction du Futuroscope...

    Ce dispositif unique en Europe, avec des effets de vent, de brume et même des odeurs, sera ouvert au grand public le 17 décembre et transportera 650 passagers en une heure.

    Alors si vous avez souvent rêvé de voler n'hésitez pas à aller visiter le Futuroscope et tester cette attraction...

     

    Je le ferai sans doute un de ces jours...

     

    Source : article d'Olivier Sarazin, pour le journal Sud-Ouest


    6 commentaires
  • Lors de ma balade en Touraine, pour visiter les Châteaux de la Loire, j'ai aperçu le château de Chaumont-sur-Loire. Je me suis arrêtée pour prendre un photo et j'ai alors découvert ces belles sculptures au bord d'une vigne.

     

    Je suis tombée sous le charme de ces personnages en fer forgé (oeuvres de Patrick Meriguet) : taillant la ville et récoltant le raisin.

    Sur le cahier grand ouvert j'ai découvert la légende de Meslande (retrouvée ensuite sur le net) :

     

    À la fin du premier millénaire, la sécheresse sévit aux alentours de Mesland. La terre est craquelée. C’est la famine. Des charlatans annoncent la fin du monde.

    La Loire est à sec. Les paysans abandonnent leurs terres mais pas les vignerons. Ils s’y refusent. Un jour, comme par magie, à Mesland, la Loire rejaillit encore plus forte qu’avant. Elle a créé un grand cercle, laissant apparaître le fond du fleuve. Curieux, les vignerons s’approchent de cet endroit. Un étrange phénomène se produit. Une forme nébuleuse s’échappe du cercle et elle se mue doucement en une silhouette fine. Lorsqu’elle arrive à la hauteur des vignerons, elle a définitivement terminé sa transformation. C’est en une superbe naïade aux formes sculpturales, à la chevelure abondante, comme une immense grappe de raisins.

    Elle s’adresse aux vignerons: «Je suis la favorite de Dionysos et je renais pour vous. Je vous apporte cette eau aux vertus incomparables pour vous sauver de la faim. Si Dionysos m’a envoyée ici, c’est parce que votre terre est en harmonie avec la vigne, que votre terroir est digne d’un grand cru et qu’il faut le préserver et le chérir. Cette vigne, c’est un peu notre enfant, à moi et à Dionysos. Enfant que vous allez élever chaque année. » Depuis, chaque année, il paraît que la muse Meslande revient voir ce qu’il en est…

    La légende de Meslande...
    La légende de Meslande...
    La légende de Meslande...
    La légende de Meslande...
    La légende de Meslande...

    10 commentaires
  • Cela fait bien longtemps que je rêvais de m'élever dans les airs en montgolfière... Sans doute depuis que j'ai découvert à l'école primaire l'invention du ballon à air chaud des frères Montgolfier, Joseph et Etienne.

     

    Fils d'un papetier, issus d'une famille de 16 enfants, Joseph, imaginatif, rêveur et distrait, et Etienne, scientifique, travailleur et méthodique se sont complétés à la tête de la papeterie.

    En 1782, venu d’Avignon pour vendre du papier aux imprimeurs, Joseph loge chez un correspondant avignonnais. Il fait froid et décide de réchauffer sa chemise dans la cheminée. L’air chaud la fait s’élever au-dessus du foyer. Il répète l’expérience avec un petit parallélépipède de taffetas (tissu de soie) ; cet embryon d’aérostat s’élève jusqu’au plafond. Joseph écrit à son frère resté à Annonay : « Prépare des provisions de taffetas, de cordage et tu verras une des choses les plus étonnantes du monde. »

    Les années suivantes les deux frères vont réaliser leurs premières expériences de ballons à Annonnay.

    Pendant ce temps, à Paris, deux scientifiques, Jacques Alexandre Charles et Marie-Noël Robert, travaillent sur un projet de ballon à gaz hydrogène, qu'ils vont faire voler en août 1783. Le ballon effraie les paysans et est attaqué à coups de fourches et de couteaux.

    Le 19 septembre 1783 , les frères Montgolfier procèdent à l’envol d’une montgolfière avec, à son bord, trois animaux domestiques : un coq, un canard et un mouton. Pourquoi un mouton ? Pour voir comment peut réagir un animal dépourvu d’aile et qui, par conséquent n’est pas destiné à voler. Les animaux sortent indemnes de l'équipée.

    Le premier vol humain a lieu deux mois après : Pilâtre de Rozier et le Marquis d’Arlandes sont les deux premiers passagers de l'air.

    Un article très intéressant pour en savoir plus, sur le site le la Mairie d'Annonnay : http://www.mairie-annonay.fr/Les-freres-Montgolfier-et-la.html

     

    Pour Noël 2011 mon fils Aurélien m'avait offert un vol en U.L.M. au-dessus du Bassin d'Arcachon, que j'ai effectué et que je vous ai raconté ("vol en U.L.M,", "série de photoset "survol de l'Ile aux Oiseaux")

     

    L'année d'après, pour Noël, il m'a offert un bon pour un vol en deltaplane, au-dessus de la Dune du Pyla. Comme je n'étais pas emballée, il n'a pas concrétisé son achat et m'a promis de remplacer ce cadeau par un vol en montgolfière.

    Les mois ont passé et à Noël dernier il m'a offert un coffret "Cool-cadeau" avec un bon pour un vol en montgolfière à réaliser entre mai et octobre 2016.

     

    Début mai j'ai commencé à regarder où pouvait s'effectuer le vol. Il n'y avait rien en Aquitaine, mais des vols dans la région Nord Pas de Calais, en Touraine, dans le Lubéron et dans le marais Poitevin...

     

    J'ai choisi un vol au-dessus de Chenonceaux après avoir longuement hésité, ce qui me permettrait de découvrir les Châteaux de la Loire.

    J'ai réservé un vol pour le 29 mai 6h00  et 3 nuits d'hôtel à Amboise.

    La fin mai est arrivée : les raffineries étaient en grève et la pénurie d'essence menaçait. J'ai annulé les réservations. J'avais de l'essence pour y aller mais quid pour le retour.

    Bien m'en a pris car il y a eu des pluies très fortes ces jours-là, des inondations et de nombreux automobilistes bloqués sur l'autoroute. Le vol aurait été annulé...

     

    J'ai alors réservé pour le lundi 11 juillet à 6h00. Le dimanche 10 juillet au moment où je partais pour Amboise j'ai reçu un SMS m'annonçant que le vol était annulé pour cause de vent fort.

    J'ai appelé pour réserver pour le lendemain à 19h00 et suis partie vers Amboise (420 km de chez moi, 4h15 par l'autoroute).

    Le lendemain matin j'ai reçu un autre SMS : ce vol-là a été annulé aussi pour cause de pluie et de vent.

    J'ai visité quelques châteaux de la Loire et suis rentrée.

     

    Aurélien m'avait demandé de venir garder Alice le 30 juillet au soir et j'ai réservé un vol pour le 31 juillet à 19h00 car de chez lui je n'avais que 274 km et 2h50 de trajet.

    Ayant regardé la météo j'avais peu d'espoir que le vol soit maintenu.

    Quand le dimanche matin j'ai reçu un SMS de Vol en montgolfière, j'ai pensé que c'était à nouveau annulé.

    Mais non : cette fois le vol était confirmé pour 19h00.

    J'ai dit aurevoir à mes enfants et suis partie vers Amboise...

    Et ce soir-là je me suis envolée en ballon au-dessus du chateau de Chenonceaux...

     

     

     

     

     j

    Mon rêve de vol en montgolfière réalisé...

    12 commentaires
  • Une femme a demandé il y a quelques semaines une expertise gratuite à l'hôtel des ventes d'Arcachon. Elle avait reçu de ses employeurs une petite boite chinoise.

    Le commissaire-priseur et son expert ont remarqué que le dragon représenté sur la boite avait 5 griffes, la marque impériale.

    La petie boite de 21 cm de diamètre sur 11 de hauteur a été qualifiée "d'exceptionnel pot couvert en émail cloisonné" et datée de la période Jiaqing (WVIè siècle). 

    Mise à prix à quelques milliers d'euros elle a été achetée 170 000 € par un collectionneur de Taïwan.

     

    Un bien joli cadeau...

    4 commentaires
  • Un couple de Saintais a découvert en février, en se baladant sur une plage de La Tremblade (Charente-Maritime) une bouteille rejetée par la mer.

    Intrigués par la bouteille qui portait une inscription "New York Pelagic" ce couple de retraités a emporté la bouteille après avoir détaché les coquillages incrustés.

    A l'intérieur ils ont trouvé deux parchemins parfaitement conservés. Sur le premier il y avait le dessin d'un cormoran. Le second était une lettre écrite en anglais, félictant le lecteur d'avoir trouvé la bouteille et l'invitant à répondre, "pour exprimer ce que vous ressentez et quelle est votre connexion avec l'océan (...) et l'environnement". L'auteur de la lettre précise avec humour: "Répondez comme vous voulez, mais pas avec une bouteille à la mer, c'est très inefficace". 


    George Boorujy, l'auteur de cette lettre, est un artiste peintre américain se mobilisant pour la protection des cormorans. Contacté par le couple de Saintais grâce à l'adresse mail laissée sur la lettre, il leur explique avoir lancé cette bouteille en octobre 2013 de l'île de Staten Island, à New York. 

    Sa bouteille a vogué durant deux ans et demi, sur les 5700 km séparant la côté new-yorkaise de la côte française. 

    Brigitte Bathélémy, qui a trouvé la bouteille, est elle-même peintre. Elle et son mari Souhaitent inviter l'artiste américain chez eux, admirer les migrations des cormorans, ainsi que découvrir la place où sa bouteille a été découverte. 


    9 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique