• Il y a quelques jours j'ai emmené Ecureuille, ma chatte chez le vétérinaire pour son vaccin annuel. La dernière fois que j'avais été le voir, c'était avec Squirel et je suis repartie seule. Peut-être qu'Ecureuille le sentait car elle n'a pas cessé de miauler.

     

    Il y avait une dame, masquée comme moi. dans le cabinet avec un chat noir aux yeux bleus très sage et silencieux, dans sa cage de transport. Au bout d'un moment, l'assistante du vétérinaire est venue chercher Lula, le chat noir. La petite dame lui a indiqué qu'il avait les oreilles sales et se grattait un peu partout autour du cou, et l'assistante est entrée dans le bureau avec la cage du chat. La maîtresse était inquiète :"Lula a une grosseur derrière l'oreille et ne fait que se gratter". Nous entendions le chat miauler de l'autre côté. "Il lui nettoie les oreilles", a dit l'assistante revenue dans la salle. Lula miaulait de plus belle.

    Au bout d'un moment le vétérinaire et l'assistante ont ramené le chat.

    "Il avait les oreilles sales. Il a la gale des oreilles. Il faudra lui donner ces antibiotiques pendant 5 jours, a dit le vétérinaire. Et revenir dans 8 jours...

    - Et ses grosseurs derrière les oreilles ? a demandé la dame.

    - Il n'a pas de grosseur, a répondu le vétérinaire. Elles ont dû dégonfler."

    La petite dame n'a pas insisté et est repartie avec Lula, après avoir payé.

     

    L'assistante a pris Ecureuille dans sa boite et ils sont rentrés dans le bureau. Je suis restée seule dans la salle d'attente pendant une quinzaine de minutes.

    Depuis la crise sanitaire, on ne rentre plus avec son chat ou son chien, et je ne comprends pas bien pourquoi, mais c'est très déplaisant de ne pas assister à la consultation, de ne rien pouvoir dire ou demander.

    Ils m'ont ramenée Ecureuille et j'ai payé, plus de 80 € pour le vaccin, un comprimé de vermifuge et un "Tout va bien" laconique...

     

    Rendez vous chez le vétérinaire...

    20 commentaires
  • J'ai découvert cette histoire étonnante dans la rubrique "Insolite" du journal Sud-Ouest.

    A Londres, une psychothérapeute britannique a mené une enquête pour savoir où disparaissait son chat, un maine coon baptisé Ozzy. En 2015, elle a équipé Ozzy d'un collier GPS, et celui-ci lui a révélé la vie secrète de son chat, sa double vie puisqu'il passait son temps, quelques portes plus loin, chez une voisine, paysagiste renommée. Celle-ci adorait le chat, le nourrissait et le choyait, lui accrochant même au cou un médaillon avec son n° de téléphone. 

    Aucune solution amiable n'a été possible, la voisine disant que le chat était très attaché à elle et la maîtresse répondant : "Ce n'est pas votre chat et nous ne vous le donnons pas".

    La psychothérapeute a alors engagé une procédure judiciaire, qui lui a coûté plus de 20 000 livres (23 500 €) pour interdire à sa voisine de nourrir l'infidèle et la contraindre de limiter ses interactions avec lui.

     

    Il est arrivé en 2017 la même histoire à ma soeur, avec son chat qui voulait être chat unique. Elle a 7 chats et l'un d'eux, Cartoon (de la même portée que mes chats, Squirel et Ecureuille) a préféré être chat unique chez des voisins. Depuis, d'autres chats sont arrivés chez elle, mais un est parti vivre chez d'autres voisins...

     

    Je ne risque pas d'avoir le même problème : aucun de mes voisins n'aime les chats...

    Ecureuille, Squirel, Cartoon, Cambouis et Noisette, à la naissance...

    Ecureuille, Squirel, Cartoon, Cambouis et Noisette, à la naissance...


    14 commentaires
  • Vendredi, à midi, j'ai voulu tester une recette d'écrasée de pommes de terre à l'huile d'olive.

    Je n'ai pas fait cuire assez longtemps les pommes de terre et n'ai pas pu les écraser avec une fourchette.

    Alors j'ai cherché mon presse-purée, habituellement rangé dans le placard coulissant, à côté du lave-vaisselle. Il n'y était pas.

    L'avais-je changé de place ? J'ai fouillé mes autres placards et ne l'ai pas trouvé.

    Alors j'ai mangé une partie de mes pommes de terre, pas très cuites, en les coupant en petits morceaux.

    Mais, après le repas, je suis partie à la recherche du presse-purée. Peut-être était-il tombé au fond du placard ?

    J'ai sorti le module de placard, me suis agenouillée et j'ai passé la main entre le mur et le fond du placard. j'ai ramené : le presse-purée, un fouet, un paquet de lingettes et une feuille pliée.

    Et sur la feuille pliée, un peu défraîchie, froissée, tâchée et poussiéreuse, il y avait dessiné 3 coeurs, 2 fleurs et écrit ces jolis mots d'amour :

    5 ans ensemble

    et que du Bonheur

    J'en demande

    ENCORE

    T'AIME MOI !!!

    Cela fait 9 ans que je vis dans cette maison, sans amoureux Ce sont sans doute les anciens propriétaires, ceux qui m'ont vendus la maison, qui avaient écrit cette lettre, mais Lui ou Elle ?

    Je crois me rappeler que c'était un couple recomposé...

     

    Des mots doux qui ne m'étaient pas destinés, et c'est bien dommage,

    car j'adore ces caresses de l'âme...

     

    En cherchant le presse-purée, j'ai trouvé des mots doux...

    9 commentaires
  • Garfield est un gros chat orange, à rayures noires, méchant, égoïste et fainéant, héros de la bande dessinée de Jim Davis, portant le même nom et parue pour la 1ère fois en 1978. 

    En 1980 des téléphones pour enfants à son effigie ont été commercialisés :

    Depuis les années 1990, des morceaux de téléphone Garfield sont retrouvés régulièrement échoués sur les plages Bretonnes, dans le Finistère, notamment lors des tempêtes ou des grandes marées (plus de 200 en 2018).

    undefinedPhotos FranceInfo

    Suite à la médiatisation de ces échouages étranges, un agriculteur breton s'est souvenu avoir vu avec son frère, il y a près de 30 ans, un conteneur échoué sur des falaises et plein de téléphones orange.

    Une centaine de bénévoles ont suivi ses indications et se sont rendu, le 22 mars, sur les falaises rendues accessibles par les grandes marées. Ils ont trouvé le conteneur renfermant encore des téléphones pour enfants Garfield.

    Le site va être dépollué par le Parc National marin d'Iroise, mais il se peut que d'autres conteneurs soient échoués ailleurs...


    8 commentaires
  • J'ai trouvé sur le net une série de photographies amusantes où le photographe n'est pas celui que l'on croit, mais un animal. Parmi ces photographes amateurs, il y avait quelques écureuils.

    Sur ce cliché, deux écureuils sont très occupés, l'un à régler l'appareil, l'autre à vérifier l'objectif, à moins qu'ils ne jouent à cache-cache :

     

    Photo prise sur le net

    Photo prise sur le net

    Sur celle-ci, la lumière est parfaite. L'écureuil semble très concentré sur les réglages :

    Photo prise sur le net

    Photo prise sur le net

    Ce petit écureuil a trouvé une belle cachette, à l'intérieur de l'objectif, ou du moins de son cache... Il cherchait certainement un endroit à l'abri et au chaud.

     

    Photo prise sur le net

    Photo prise sur le net

    Encore plus pro que les écureuils, un superbe renard :

     

     

    Photo prise sur le net

    Photo prise sur le net


    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique