• J'ai emprunté ce livre à la médiathèque.

    Informations pratiques :

     

    Roman d'Anna Hope, paru aux Editions Gallimard en 2017. 383 pages.Prix : 22 €

     

    La 4ème de couverture :

    Lors de l’hiver 1911, l’asile d’aliénés de Sharston, dans le Yorkshire, accueille une nouvelle pensionnaire : Ella, qui a brisé une vitre de la filature dans laquelle elle travaillait depuis l’enfance. Si elle espère d’abord être rapidement libérée, elle finit par s’habituer à la routine de l'institution. Hommes et femmes travaillent et vivent chacun de leur côté : les hommes cultivent la terre tandis que les femmes accomplissent leurs tâches à l’intérieur. Ils sont néanmoins réunis chaque vendredi dans une somptueuse salle de bal. Ella y retrouvera John, un "mélancolique irlandais". Tous deux danseront, toujours plus fébriles et plus épris. 
    À la tête de l’orchestre, le docteur Fuller observe ses patients valser. Séduit par l’eugénisme et par le projet de loi sur le Contrôle des faibles d’esprit, Fuller a de grands projets pour guérir les malades. Projets qui pourraient avoir des conséquences désastreuses pour Ella et John. 

    Après Le chagrin des vivants, Anna Hope parvient de nouveau à transformer une réalité historique méconnue en un roman subtil et puissant, entraînant le lecteur dans une ronde passionnée et dangereuse.

     

    Mon ressenti :

     

    Ce roman très émouvant, se déroule dans un asile d'aliénés, à Sharston,  dans le Yorkshire, en Angleterre, en 1911.

    Ella est internée pour avoir brisé une vitre dans la filature où elle travaillait depuis l'âge de 8 ans. Elle espère partir très vite de cet endroit sinistre où hommes et femmes vivent dans des bâtiments austères et travaillent durement, sous la houlette de surveillants implacables. Ella est affectée à la buanderie où elle va rencontrer Clem, passionnée de littérature.

    Du côté des hommes, nous suivons John Mulligan et son ami Dan qui travaillent durement dans les champs,comme les pensionnaires valides de l'asile.

    A Sharston, c'est Charles Fuller, pas tout à fait docteur, qui accueille les arrivants et s'occupe de leur admission. Passionné de musique, il croit pouvoir améliorer l'état des patients grâce à son violon, et aux bals organisés une fois par semaine. Ces séances réunissent hommes et femmes, triés sur le volet.

    Charles Fuller souhaite intervenir au Premier Congrès eugéniste international, à Londres pour défendre sa thèse sur la musique et la ségrégation, préférables à la stérilisation préconisée par les organisateurs et soutenue par Winston Churchill.

    Mais peu à peu, des déconvenues personnelles et professionnelles vont l'amener à modifier sa position et soutenir le projet de Loi sur le Contrôle des faibles d'esprit.

    Anna Hope nous emporte dans cette période effarante avec ses personnages cabossés et attachants, dont certains sont internés simplement parce qu'ils sont indigents ou se sont énervés.

     

    J'ai été effarée de découvrir que ce mouvement d'eugénisme des aliénés avait commencé en Angleterre, en 1911 et était soutenu par Winston Chrurchill, quelques dizaines d'années avant d'être repris et mis en application en Allemagne.

    Ce livre est bien écrit, bien documenté, passionnant, avec une fin particulièrement réussie.

    J'ai pleuré en lisant les dernières pages...

     

    Un extrait :

    - Lors de leur rencontre suivante, ils continuèrent à se mouvoir en silence, sans presque se regarder, mais c'était un homme différent avec lequel elle dansait, désormais. quelqu'un dont l'intérieur, elle le savait, se déployait sur des kilomètres, même si son extérieur était aussi fermé et barricadé qu'avant.


    5 commentaires
  • J'ai emprunté ce livre à la médiathèque.

    Informations pratiques :

     

    Roman de Fanny Taillandier, née en 1986, agrégée de lettres. Paru aux Editions SeuilPresses de la Cité en 2018. 247 pages.Prix : 18,50 €

     

    La 4ème de couverture :

    Dans l’aube à peine levée sur un lac proche de Detroit, aux États-Unis, un vieil homme insomniaque laisse successivement le même message à sa fille et à son fils : il va bientôt mourir. Elle est une brillante mathématicienne et travaille à calculer les risques dans une compagnie mondiale d’assurances dont le siège est au World Trade Center, à New York. Lui est un vétéran de l’US Air Force, il dirige la sécurité à l’aéroport de Boston. C’est le matin du 11 septembre 2001 et un jeune architecte égyptien, Mohammed Atta, a pris les commandes d’un Boeing 767.

    Entre roman d’espionnage et méditation historique, entre western et fable dostoïevskienne, Fanny Taillandier propose de parcourir le labyrinthe cathodique d’un millénaire dont le spectacle, d’emblée, s’impose comme une énigme.

     

     

    Mon ressenti :

     

    Ce livre très bien écrit m'a laissé une impression un peu confuse. Difficile de dire si j'ai aimé ou pas. L'histoire se déroule en grande partie le 11 septembre 2001. Lucy et William reçoivent un coup de téléphone de leur père qui leur annonce sa mort prochaine.

    Lucy est une jeune mathématicienne brillante qui travaille dans une compagnie d'assurances dans le World Trade Center à New-York. William, son frère est un vétéran de l'US Air Force, directeur de la sécurité à l'aéroport de Boston.

    Un jeune architecte égyptien, Mohammed Atta prend les commandes d'un Boeing 767 et fonce sur le WTC.

    Nous suivons ces trois personnages clés : le terroriste, l'observateur-enquêteur et une blessée.

    Le roman foisonne de sujets : le poids des images, le développement de l'islamisme autour de Ben Laden, le Restore Hope en Somalie, les messages que les gouvernements font passer, le vacillement du monde.

    Plus rien ne sera pareil après ce 11 septembre 2001.

    Il n'y a plus rien de sûr ou de solide pour empêcher le fanatisme.

    Ce livre se situe entre roman et documentaire.

     

    Je me souviens très bien de ce mardi. Ma mère m'avait appelée au bureau pour me signaler l'attentat, effondrée. Elle écoutait la radio en vaquant à ses occupations.

    A cette époque-là nous n'avions pas accès aussi facilement à internet et à l'actualité en direct. 


    9 commentaires
  • J'ai découvert cette boite à livres originale sur le net.

    Dans l'Idaho (Etats-Unis), unre Américaine, Sharalee Armitage Howard, employée de la bibliothèque municipale, a transformé un arbre mort devant chez elle en mini bibliothèque.

    L'arbre centenaire, un peuplier, était mort, son tronc pourrissait.

    Sharalee a aménagé le tronc pour qu'il puisse abriter une centaine d'ouvrages et a installé une porte vitrée et de l'éclairage.

    Sa bibliothèque gratuite fonctionne comme nos boites à livres : chacun peut venir choisir et/ou déposer un livre, sur l'une des étagères logées dans le tronc de l'arbre.

    Shadalee, très bricoleuse, a installé de petits livres en bois au-dessus de la porte, comportant chacun une référence à un ouvrage célèbre ("L'appel de la fprêt" de Jack London, "Les raisins de la colère" de John Steinbeck, "Hobbit" de J.R.R. Tolkien...).

    Il lui reste maintenant à aménager l'extérieur,...

    Source : Huffingtonpost.fr 


    10 commentaires
  • J'ai emprunté 2 romans en décembre, le premier pour son titre : "La lumière ne fait pas de bruit sauf en talons aiguilles" et le second pour son auteur, Michaël Chrichton : "Zéro cool".

     

     

    Informations pratiques :

     

    Roman d'Audrey Lucido, paru aux Editions Librinova en juin 2018. 234 pages.Prix : 20 €

     

    La 4ème de couverture : 

    Hélène, parisienne jusqu'au bout des ongles, a tout pour être heureuse : argent, vêtements de luxe, vie de rêve dans un manoir, voiture de collection? Jusqu'au jour où elle décide de tout plaquer pour aller rejoindre sa meilleure amie, Andréa, retournée auprès de sa famille et de ses amis, dans son village natal.C'est alors que son roadster, une Morgan de 1976, tombe en panne juste devant le garage de Marlon. Une aubaine ? Pas si sûr, tant ce monde semble diamétralement opposé au sien.Qu'est-ce qu'Hélène fuit ? Pourquoi son arrivée tonitruante fait-elle exploser en mille morceaux la trompeuse tranquillité de ce village ?Dès les premiers cliquetis de ses talons aiguilles sur les pavés, toute la lumière sera faite sur des secrets enfouis depuis des siècles, déclenchant un cocktail pétaradant de querelles familiales et de quiproquos ! 

     

    Mon ressenti :

     

    Après une dispute avec sa famille, Hélène quitte le manoir pour retrouver son amie Andréa qui vit dans un petit village. Sa voiture de collection tombe en panne à  l'entrée du village. L'arrivée d'Hélène va très vite susciter des tensions et des commérages.

    J'ai aimé les personnages, tous avec de fortes personnalités, pas vraiment commodes, et l'ancien monastère occupé par garage et herboristerie. Hélène et Bénédicte, la soeur d'Andréa vont découvrir de mystérieux carnets et enquêter sur leur provenance.

    L'intrigue est assez légère, et la fin un peu bâclée à mon goût. L'écriture est moderne et agréable.

    Le cadre et le fauteuil des templiers, les cachettes auraient pu être mieux exploitées et abriter un secret moins banal...

     

    Informations pratiques :

     

    Roman de Michaël Chrichton, paru sous le pseudonyme de John Lange en 1969, avant la série "Jurassic Park", et dans sa version Française, aux Editions Robert Laffont en juin 2018. 262 pages. Prix : 16 €

     

    La 4ème de couverture :  

    Bien avant Jurassic Park, le jeune Michael Crichton, étudiant à Harvard, écrivait des romans pulp sous le nom de plume de John Lange...
    Jeune radiologue américain, Peter Ross aspirait simplement à passer de bonnes vacances sur la Costa Brava quand il rencontre Angela Locke sur la plage. Et le voilà aussitôt devenu la cible de gangs rivaux à la recherche d’un précieux artéfact.
    De Barcelone aux rues de Paris, des tours de l’Alhambra aux catacombes, Peter Ross, cet homme ordinaire, surnage dans une situation des plus désespérées. S’il ne découvre pas au plus vite un secret enfoui depuis des siècles, il risque bien d’y passer.
    Un roman de jeunesse au charme suranné et irrésistiblement drôle, qui révélait déjà Michael Crichton comme un maître du suspense.
    À découvrir pour la première fois en français.

    Mon ressenti :

     

    Il y a beaucoup de dialogues et d'action dans ce roman qui se lit bien et s'oubliera vite.

    Peter Ross, sur la Costa Brava pour un colloque de médecins où il doit intervenir, voit sa vie basculer lorsqu'un homme lui demande de pratiquer une autopsie. Les rebondissements sont aussi nombreux que ses poursuivants et je me suis un peu perdue entre tous les intervenants et les jolies femmes qui lui tournent autour...


    5 commentaires
  • J'ai reçu ce livre dans le cadre d'une opération "Masse critique spécialisée" organisée par Babelio, sans doute parce que j'avais lu et apprécié "Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire" du même auteur.

     

    Merci à Babelio et aux éditions "Presses de la Cité".

    Informations pratiques :

     

    Roman de Jonas Jonasson, paru aux Editions Presses de la Cité en 2018. 495 pages.Prix : 22 €

     

    L'auteur :

     

    Jonas Jonasson, Suédois, a fait carrière dans les médias avant de publier son premier roman : "Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire".

    C’est sa marotte pour la géopolitique qui l’a poussé à créer le « Vieux » : « A mon sens, c’était, se souvient-il, le meilleur personnage possible pour révéler les histoires cachées du XXème siècle, les coulisses de la Grande Histoire. Et c’est ce qui m’a poussé à écrire cette suite : je voulais raconter une urgence, celle d’un monde qui ne va pas mieux. Je dirais même que c’est pire qu’avant, que nos dirigeants actuels n’ont pas retenu les leçons, qu’ils se répètent de façon inquiétante. Qui mieux qu’Allan pouvait les renvoyer à leurs contradictions ? » Source : Leparisien.fr

     

    La 4ème de couverture :

    Après avoir séduit 1,3 million de lecteurs en France, le Vieux ne sucre toujours pas les fraises !

    Tout commence au large de Bali, avec une montgolfière et quatre bouteilles de champagne. Aux côtés de Julius, son partenaire dans le crime, Allan Karlsson s'apprête à fêter son cent unième anniversaire quand... patatras ! Le ballon s'échoue en pleine mer. Voici nos deux naufragés recueillis à bord d'un vraquier nord-coréen. Et comme un bonheur n'arrive jamais seul, il se trouve que l'embarcation, dépêchée par Kim Jong-un, transporte clandestinement de l'uranium enrichi. Ni une ni deux, Allan se fait passer pour un spécialiste de la recherche atomique, parvient à leurrer le dictateur et s'enfuit avec une mallette au contenu explosif... un néonazi suédois à ses trousses. De Manhattan à un campement kenyan en passant par la savane de Tanzanie et l'aéroport de Copenhague, Allan et son comparse se retrouvent au cœur d'une crise diplomatique complexe, croisant sur leur route Angela Merkel, Donald Trump ou la ministre suédoise des Affaires étrangères, se liant d'amitié avec un escroc indien au nom imprononçable, un guerrier massaï, une entrepreneuse médium engagée sur le marché du cercueil personnalisé et une espionne passionnée par la culture de l'asperge.

    Le vieil artificier polyglotte revient pour nous donner une leçon de géopolitique échevelée, instruite et toujours aussi hilarante.

     

    Mon ressenti :

     

    J'avais apprécié les aventures d'Allan Karsson au XXème siècle, dans "Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire", mais j'ai encore plus adoré la suite : "Le vieux qui voulait sauver le monde", qui se déroule sur une période beaucoup plus courte, 2017.

    Allan s'ennuie à Bali avec son comparse, Julius, spécialiste en malhonnêteté, jusqu'à ce qu'il se fasse offrir une tablette numérique par le Directeur de l'hôtel luxueux où ils séjournent. Il va alors devenir accro à l'information internationale en direct et commencer à se soucier de l'état du monde.

    Julius monte une affaire d'export d'asperges labellisées "asperges de Suède" alors qu'elles proviennent de pays lointains. Pour les 101 ans d'Allan, Julius lui offre un vol en montgolfière...

    Mais rien ne va se passer comme prévu. La nacelle amerrit dans  l'Océan Indien et les deux compères sont récupérés par un cargo de Corée du Nord. Leurs aventures désopilantes vont ensuite les entraîner en Corée du Nord, aux Etats-Unis, en Europe puis en Afrique.

    Armé de sa tablette et de son excellente mémoire, Allan va  contrer le Chef Suprême, Kim Jong-Un, en Corée du Nord, puis rencontrer Donald Trump, avant de rentrer dans son pays natal, en Suède, toujours avec Julius.

    Au cours de leurs savoureuses aventures, ils vont rencontrer, Sabine, propriétaire d'une superette et d'un commerce de cercueils, piètre entrepreneuse mais excellente comptable, Meitkini, un guerrier massaï en Tanzanie, puis Frederika, espionne passionnée, au Kenya.

    Avec eux, j'ai ri, voyagé, mais aussi découvert la culture des asperges et des aspects de géopolitique et des chefs d'Etat très inquiétants. Volodia Poutine et son armée du Net, ont réussi à faire arriver au pouvoir 2 fous, Donald Trump aux Etats-Unis et Kim Jong-un en Corée du Nord, qu'il manipule, mais n'a pas réussi à torpiller l'Europe.

    J'ai beaucoup aimé les personnages : Allan, qui ennuie tout le monde avec sa tablette et les nouvelles en direct, futiles ou déterminantes ; Julius, malhonnête, sauf en amour et amitié ; mais aussi Sabine, Frederika et Meitkini...

    J'ai particulièrement apprécié le séjour d'Allan, Julius et Sabine en Tanzanie, et leur safari au Kenya, qui m'a rappelé mon merveilleux voyage en Afrique du Sud.

    En refermant ce roman, j'avais très envie de remercier cet auteur pour avoir expliqué de manière humoristique et abordable, les dangers mondiaux qui nous guettent, avec des dirigeants, manipulateurs, imbus d'eux-mêmes et prêts à tout.

     

    Quelques extraits :

     

    - "Résultat, les sorties en yacht leur offrirent de reproduire au large ce qu'ils avaient déjà perfectionné sur la plage. A savoir : rien."

    - "Elle n'avait pas de famille à rejoindre, car son époux, dentiste à Rödelheim, l'avait remplacée depuis peu par une femme plus jeune avec de plus jolies dents".

    - "Les vivants ne veulent pas croire que leur état n'est que passager. Comme ils ne s'attendent pas à mourir, ils ne commandent pas de cercueils avant le moment venu. Ensuite, quand ils meurent -à leur grande surprise-, impossible de faire des affaires avec deux."


    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique