• Un quotidien japonais, le Mainichi Shimbun, tiré à plus de 5 millions d'exemplaires vient de lancer une édition écologique "Green newspaper"(journal vert) qui contient des graines de fleurs : roses, coquelicots, mufliers et marguerites...

    L'idée repose sur une technique d'impression qui consiste à intégrer des graines dans du papier (recyclé) pour ainsi lui permettre d'être planté et de devenir, à terme, une jolie plante d'intérieur. 

    Après lecture, il suffit d'émietter le papier, l'enfouir dans un pot de fleurs sous une terre légèrement humide et d'attendre la germination en arrosant régulièrement. Quelques semaines plus tard, il fleurira.

    Tout le journal est plantable et l'encre, conçue à partir de végétaux, agit comme un engrais.

    Et le papier redevient arbre, ou tout au moins plante... Pour le grand bonheur des enfants, petits et grands.

    Une campagne poétique et écologique...

    Mes sources : "Version Femina" du journal Sud-Ouest et site internet (https://dozodomo.com/bento/2017/01/18/mainichi-shimbun-journal-japonais-redevient-arbre-plante/)

    Photo prise sur le net

    Photo prise sur le net

    En France, il existe le "papier ensemencé original" ou "growing paper", que l'on peut imprimer et qui contient des petites graines. Vous pouvez commander sur le site des cartes de voeux, des faire-part de mariage ou de naissance, ou autre...

     

    En juin 2015, je vous avais parlé d'un livre pour enfants, reposant sur le même principe : à planter après lecture... Cette expérience avait lieu en Argentine, mais j'ignore si elle a abouti ou pas, n'ayant trouvé aucun article plus récent...


    10 commentaires
  • En cherchant des bonnes nouvelles sur le net, j'ai découvert l'existence de "Preofesseurs de bonheur" et une offre d'emploi peu banale.

    La start-up "Acheterduneuf.com", à Anglet, recrute actuellement son "Chief happiness officer" ou "Responsable du bonheur".

    Installés dans un open-space de 280 m² à Anglet (Pays Basque), les collaborateurs disposent déjà d'un espace de réunion se transformant en salle de ping-pong, de jeux vidéos, baby-foot, tapis de golf  et fléchettes.

    De nombreux événements sont organisés en interne, pour se retrouver, échanger sur leurs pratiques, passer tout simplement de bons moments ensemble…

    L'offre d'emploi :

    Le (la) responsable du bonheur est en charge du bien-être de l’équipe et de la culture de l’entreprise. Sa principale mission : faire de notre espace de travail un environnement agréable. Il (elle) doit faire en sorte que les collaborateurs aient le sourire le matin en arrivant au bureau en créant les conditions d’une bonne ambiance au travail. 

    Pour les dirigeants de la start-up, le responsable bonheur doit être altruiste, dynamique, à l’écoute des autres pour bien cerner leurs attentes. Mais surtout, il doit être positif, optimiste, pour arriver à transmettre le bonheur aux autres. C’est un poste clé parce qu’il permet non seulement de souder les équipes mais aussi de renforcer et de faire vivre au quotidien les valeurs de l’entreprise.

    Ce recrutement s'inscrit dans une démarche de qualité de vie de travail pour optimiser les conditions de travail, la créativité ainsi que l’engagement, la motivation professionnelle et la fidélisation des collaborateurs, en réduisant les situations de stress au travail.

    Le poste est à pourvoir à Anglet, à partir du 1er mai 2017, à temps plein et en C.D.I.

    Si vous avez toujours le sourire, aimez accueillir, cuisiner, ranger et organiser. et si cette aventure vous tente, préparez une vidéo originale pour vous présenter et rendez vous ICI...

     

    Voici un métier que j’aurais aimé exercer.

    Lorsque je travaillais, j'ai souffert du manque de considération des dirigeants.

    Pour ma part, j'essayais toujours de mettre un peu d'huile dans les rouages. Quand certains collègues se sentaient mal, venaient travailler tous les matins avec une boule au ventre, j'ai alerté notre manager qui n'avait rien vu.

    Lors d'entretiens annuels de compétences j'ai été "accusée" de pratiquer trop l’empathie envers mes collègues.

    Je partageais mes astuces apprises lors de formation de développement personnel, comme "la boite à bravos", ou la "fête des réussites"...

    Depuis 8 ans je gère ce blog où je raconte une bonne nouvelle chaque jour.

    J’aurais aimée être « puiseur de merveilles » pour aider chacun à mettre en valeur son ou ses talents.

    J'ai aussi pratiqué le tennis de table dans mon entreprise, et en compétition et ai été arbitre.

    Je suis aussi assez bonne pâtissière.

    Etre payé pour contribuer -ne serait-ce qu'un peu- au bonheur de ses collègues, cela doit être un peu comme les compagnons du tour de france qui jadis ont participé à la construction d'une cathédrale...

    Mais j’ai 60 ans…


    8 commentaires
  • Je vous ai souvent parlé des sur les imprimantes 3D, depuis mars 2014 : "une mini-usine à la maison", "une entreprise spécialisée dans l'impression en 3D", "l'impression 3D et les tisserands du vivant", "une main imprimée en 3D", "votre portrait en 3D", "Les imprimantes 3D en grande surface"...

    Les fabricants d'imprimantes 3D essaient désormais de séduire le monde enseignant avec pour arguments la possibilité, avec des logiciels 3D appropriés, de créer des maquettes en cours de technologie, des objets géométriques en cours de maths, des cartes en relief en géographie, des organes en biologie.

    Autre argument : d'ici 2020 ces imprimantes devraient être impliquées dans 80 % des produits finis. Il est donc indispensable que les élèves apprennent à les utiliser, au même titre que l'informatique

    Pour Noël les fabricants de jouets proposent les premières imprimantes 3D chez Mattel (270 €).

    Source : Femina

    Les imprimantes 3D à l'école...

    5 commentaires
  • Je vous ai souvent parlé des sur les imprimantes 3D, depuis mars 2014 : "une mini-usine à la maison", "une entreprise spécialisée dans l'impression en 3D", "l'impression 3D et les tisserands du vivant", "une main imprimée en 3D", "votre portrait en 3D"...

    Il y a quelques semaines j'ai vu pour la première fois dans un hypermarché Bordelais les premières imprimantes 3D, vendues à des prix encore assez élévés.

    Les objets fabriqués peuvent faire entre 20 et 30 cm.

    Je suis curieuse de voir comment elles vont être utilisées par les particuliers...

    Les imprimantes 3D en grande surface...

    10 commentaires
  • J'avais déjà entendu parler de ce réveil olfactif, inventé par Guillaume Rolland, jeune Français de 17 ans en 2014.

    En révisant son bac ce jeune homme a eu l'idée de créer un réveil qui vous extirperait du sommeil avec votre odeur préférée : café, pain grillé, chocolat ou herbe coupée.

    Son invention a été sélectionnée au Google Science Fair, concours scientifique international réservé aux 13-18 ans. Il alors créé une start-up et lancé une campagne de financement participatif, qui lui a permis de récolter 200 000 dollars, d'engager un bureau d'études et une agence de stylisme et de nouer des partenariats.

    Son réveil olfactif, baptisé Sensorwake sera disponible dans la grande distribution cet été... 7 parfums différents seront disponibles, sous forme de cartouches à insérer dans le réveil...

    Le prix de ce réveil devrait être de 99 €...


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique