• Pour ce 117ème Café Thé, je vous propose de nous parler d'un feuilleton, d'une série télévisée ou d'une émission, récente ou ancienne, qui vous a marqué(e), et de nous raconter pourquoi...

     

    Je viens de regarder sur France 3 : "La saga des feuilletons et des séries", et de retrouver le cher Mehdi que j'ai adoré lorsque j'étais enfant puis ado dans les aventures de Polly, Belle et Sébastien et surtout le jeune Fabre...

     

     

    Les consignes : Ecrivez, rimez, dessinez, brodez, scrappez, chantez, délirez, faites ce que vous voulez... Faites nous rire ou pleurer...

    Si vous êtes blogueur, ne publiez pas votre texte avant la parution des participations (le 1er février 2020)

     

     

    Que vous soyez blogueur ou pas, envoyez moi votre participation 

    avant le 31 janvier 2020 à ecureuilbleu33@live.fr...

    Au plaisir de vous lire...

     

     

    Amusez vous bien !


    15 commentaires
  • Pour ce 116ème Café Thé, je vous ai proposé de broder autour de cette photo d'une aigrette garzette en train de s'envoler, prise fin octobre 2019 au bord du Bassin d'Arcachon.

     

    Il s'agissait de broder autour de cette photo, d'imaginer et partager vos sensations si vous voliez comme elle...

     

    Et si cette photo un peu floue ne vous inspirait pas,de nous  parler d'un oiseau ou d'un vol en avion, ULM ou autre...

     

    Les consignes étaient : Ecrivez, rimez, dessinez, brodez, scrappez, chantez, délirez, faites ce que vous voulez... Faites nous rire ou pleurer...

    Si vous êtes blogueur, ne publiez pas votre texte avant la parution des participations (le 2 janvier 2020)

     

     

    Vous êtes 5 à avoir participé (Jill Bill, Rose, Jak, Livia et Françoise)

    et je vous en remercie.

     

    Bravo à toutes !

     

     

    Voici les 5 participations :

     

     

    "J'aimerais être..." de Jill Bill du blog "Melting-pot" :

     

     

    Alouette, gentille alouette...

     

    Non ! Mon nom à moi c'est

    Aigrette Garzette... !

     

    Mouette, gentille mouette...

     

    Non ! Mon nom à moi c'est

    Aigrette Garzette... !

     

    Goélette, gentille goélette...

     

    Non et non ! Mon nom à moi c'est...

     

    Oui, je sais, aigrette Garzette !

    Et qu'importe, j'aimerais voler comme un oiseau

    Un oiseau, du bord de l'eau,

    Tutoyer le ciel et la vague d'écume

    Dans un va et vient d'éventail

    Juste silencieuse

    Une roselière pour maison,

    Mais je ne suis qu'une fillette qui chante...

     

    Alouette, gentille alouette...

     

    Alors, fillette, fillette, fais-toi plus petite encor'

    Et grimpe sur mon dos...

     

     

    "Si j'avais des ailes..." de Rose du blog : "Golondrina 63" :

     

     

    Cliquez sur la photo pour l'agrandir

     

     

     

     

     

    "Si j'étais un magicien, je serais Icare" de Jak du blog :  

     

    "Encore des mots, rien que des mots, toujours des mots" :

     

    Longtemps je me suis appelé Icare, je pouvais voler à ma guise.

    Un rêve récurrent que j’ai fait souvent dans mes nuits d’adolescente et parfois devenue adulte.

     

    Je m’envolais au-dessus des autres

    Les pieds bien ancrés sur terre d’un seul élan, j’avais le pouvoir de m’envoler

    Aussitôt, je naviguais au gré de mon envie.

    Je volais de plus en plus haut où je voulais. Je faisais des piqués, des remontées, épiant ce qui se passait sous moi.

    Ces rêves qui me paraissaient réels m’apportaient une sensation de liberté.

    Au réveil, je me demandais longtemps, si j’avais bien réellement ce pouvoir.

     

    Les psy auraient dit :

    Selon Freud que je cherchais à faire une rencontre

    Nostradamus pensait que rêver longtemps de voler prédisait que de bonnes choses

    Et tant d’autres ouvrages où les auteurs expliquent, tirent des conclusions, comme s’ils étaient eux-mêmes les protagonistes.

     

    Mais aujourd’hui on sait que les rêves n’ont ni une signification d’échec ni l’annonce d’une réussite prochaine, seule, -si tant est que l’on puisse se les remémorer-, l’interprétation personnelle que l’on en faire peut avoir un sens.

    Et alors peut-être nous guider.

     

    Mais pour moi voler c’était la liberté de faire ce que je voulais, sans contrainte, et j’en ressentais dans la journée qui suivait une certaine légèreté.

     

     

    "L'envolée..." de Livia du blog : "Livia augustae" :

     

     

    J'ai toujours rêvé d'être un de ces grands oiseaux blancs

    Qui planent tout là-haut dans le firmament,

    J'aimerai rejoindre, aigrettes, canards et oies sauvages.

    Me perdre dans l'azur,

    Me laisser porter sur les ailes du vent

    Au-delà des mers, vers des contrées lointaines,

    Là, où des villes blanches,

    Perchées sur de grands rochers rouges,

    Descendent vers la mer pour se mirer dans l'eau.

    Las ! L'homme ne peux s'enlever de la glèbe terrestre.

    Icare a essayé ! Il mourut en plein vol !

     

    "Mon envol" de Françoise du blog : "Par chez moi" :

    Tableau réalisé à partir d'empreintes de feuilles d'automne, à l'acrylique

     

    Cliquez sur la photo pour l'agrandir

    Les participations au Café Thé n° 116 - Voudriez-vous voler comme elle ?

    9 commentaires
  • Pour ce 115ème Café Thé, je vous ai proposé de nous parler d'un arbre que vous aimez, ou que vous détestez, mais qui  vous a marqué(e), de nous raconter pourquoi...

    Les consignes étaient : Ecrivez, rimez, dessinez, brodez, scrappez, chantez, délirez, faites ce que vous voulez... Faites nous rire ou pleurer...

     

    Il y a quelques jours je vous ai présenté les participations de  Jill Bill, Josette, Rose, ABC, Vagamonde, Durgalola, Jak et Céline.

     

     

    Voici celle de Gisèle et la mienne.

     

    "Le bouleau d'Ariane" de Gisèle du blog : "Le blog d'Ariane Grimm" :

    Ariane et moi avions un arbre au Jardin des Plantes, un bouleau dont Ariane prenait des nouvelles quand elle partait en vacances loin de Paris! P.S. "Comment va le bouleau du Jardin des Plantes?

    Or, ce bouleau est un jeune arbre qu’Ariane escaladait à chaque passage lors de ses promenades avec moi, sa mère, au Jardin des Plantes. Elle prenait le tronc à plein bras et l’enserrait solidement dans ses jambes. Hélas, l’arbre ne grossit jamais ! Aussi, toutes deux nous avions imaginé que cette escalade à bras-le-corps avait été néfaste à sa croissance…

    Et aujourd’hui encore, il semble bien que ce bouleau soit le seul arbre, dans ce grand jardin, qui présente de tels signes de rachitisme..... Hélas, en 2017, il y a deux ans, l'arbre a été déraciné par les jardinier du Jardin des Plantes parce qu'il était ...MORT!

     

    "L'arbre qui voulait devenir aussi gros qu'un boeufd'Ecureuil bleu du blog : "Une bonne nouvelle par jour" :

     

    Reédition d'un article de juillet 2012

     

    A Lisbonne (Portugal), dans le petit tram jaune qui monte entre la Cathédrale et le Château San Jorge, j'ai aperçu par la fenêtre un arbre étrange et magnifique, impressionnant par la taille de ses racines.

    Nous sommes descendus à l'arrêt suivant et je suis revenue sur mes pas pour admirer ce phénomène.

    Les racines de cet arbre empiètent sur le trottoir, empêchant presque le passage. A certains endroits ses racines ont soulevé les pavés pour se frayer un passage.

    Cet arbre que je n'ai pas reconnu porte l'été des fleurs roses selon Martine, une collègue qui l'a admiré aussi l'été dernier.

    L'arbre bubonne, enfle, se boursoufle, se faufile entre les pavés... J'ai pensé en l'admirant à la grenouille qui voulait devenir aussi grosse qu'un boeuf, dans la fable de Jean de La Fontaine... J'aimerais en savoir plus sur lui mais je n'ai rien trouvé sur internet...

    Autres participations au Café Thé n° 115 - Au pied de mon arbre...
    Autres participations au Café Thé n° 115 - Au pied de mon arbre...
    Autres participations au Café Thé n° 115 - Au pied de mon arbre...
    Autres participations au Café Thé n° 115 - Au pied de mon arbre...

    Cette racine est ourlée de pavés spéciaux sans doute sensés la contenir... 

    Les ombres sur le mur ajoutent un effet mystérieux... 

    Autres participations au Café Thé n° 115 - Au pied de mon arbre...
    Autres participations au Café Thé n° 115 - Au pied de mon arbre...

    Pattes d'éléphants ? Mains de géants... Menottes de bébés... Petits pieds ?

    Autres participations au Café Thé n° 115 - Au pied de mon arbre...

    Si quelqu'un pouvait me donner des nouvelles de cet arbre étonnant, j'en serais ravie... 


    11 commentaires
  • Pour ce 115ème Café Thé, je vous ai proposé de nous parler d'un arbre que vous aimez, ou que vous détestez, mais qui  vous a marqué(e), de nous raconter pourquoi...

     

     

    Les consignes étaient : Ecrivez, rimez, dessinez, brodez, scrappez, chantez, délirez, faites ce que vous voulez... Faites nous rire ou pleurer...

    Si vous êtes blogueur, ne publiez pas votre texte avant la parution des participations (le 1er décembre 2019)

     

     

    Vous êtes 8 à avoir participé (Jill Bill, Josette (2 participations), Rose, ABC, Vagamonde, Durgalola, Jak et Céline)

    et je vous en remercie.

     

    Bravo à toutes !

     

     

    Voici les 9 participations :

     

     

    "L'arbre au pendu..." de Jill Bill du blog "Melting-pot" :

     

    La guerre

    Un cauchemar sans fin

    La guerre

    Ses morts et ses faims

    La guerre

    Ses maux

    La guerre

    Sans mot...

     

    En quarante mon père eut 17 ans

    Un frère aîné, une mère veuve, un grand chien...

    La guerre s'installa, durablement,

    Quand la nourriture vint à manquer

    Le chien fut bouche de trop dame... !

    Déjà que pour les gens

    A table on ne mange plus à sa faim

    On vivote tristement

    Il a fallu sacrifier

    « Jacky » la mort dans l'âme...

     

    Alors cet arbre au pendu

    Triste anecdote de guerre

    Raconté maintes fois par mon père

    Je l'ai détesté tant et plus...

     

    C'était un arbre ordinaire, un prunier,

    Planté au fond du jardin de grand-mère

    Qui donnait ses fruits volontiers

    Avant la fin de l'été, fruits de caractère...

     

    Je m'en rappelle leur teinte

    Jaune orangé comme lampion

    Sur une tombe, une vie éteinte

    Par la force des choses, affliction...

     

    L'arbre au pendu

    Sa corde, un corps qui s'y balance

    Même celui d'un pauvre chien

    Je n'ai jamais oublié cette histoire...

    L'arbre au pendu

    Inélégance

    Au monde pour rien

    Je n'ai mangé de ce fruit gamine, en sa mémoire...

     

     

     

    "Le hêtre" de Josette du blog : "La cachette à Josette" :

     

     

     

     

    Un Bébé un Arbre

    Souvenez-vous

    C'était au siècle dernier

    La publicité d'une marque de lait

    Chêne, Hêtre, Pin...

    Choisir l'essence et la forêt 

     

    Hêtre arbre de vie

    Convulsion de ses racines

    En forme prosternée

     

     

    Gestation du futur Etre

    Projection d'amour et d'espoir

    S'enracinant dans une communauté

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    "L'arbre" de Josette du blog : "La cachette à Josette" :

     

     

     

    L'arbre séculaire

    Parfois amputé

    Souvent écorcé

    Ce témoin ridé

    Reste un Sage protecteur

    Toujours habité

    Il suffit de l'embrasser

    Pour ressentir les forces

    Telluriques absorbées 

    Depuis les racines

    Jusqu'aux moindres rameaux

    Pour s'unir à l'air

     

    Dans le parc

    Combien de serments d'amour

    Combien de larmes 

    De ruptures a t-il entendu

    Le vieux saule pleure

    De toutes ses feuilles

    L'inconstance humaine

     

    "Mon arbre" de Rose du blog : "Golondrina 63" :

    Quand mon arbre a rendez-vous avec l'automne

    Quand le vent murmure sa chanson dans les branches

    Quand les feuilles se détachent

    Quand les couleurs dansent

    Non ce n'est pas monotone

    Quand la brume s'invite au petit matin

    Quand la lune joue à cache cache

    Quand le froid cingle

    Non ce n'est pas monotone

    Quand mon arbre se dénude

    Quand la lueur  dessine ses formes

    Quand les beaux jours se retirent

    Quand sur lui 

    Mon regard attendri se pose

    Toi mon arbre tu es si beau

    Toi mon arbre je te réchauffe de mes doux mots 

    Non ce n'est pas monotone 

    Allô l'automne

    Radio mots pour maux

    La vie n'est pas un rôle 

    J'aurais pu te rêver 

    Toi mon arbre

    La nature l'a fait pour moi 

    L'hiver esquisse ton corps divinement

    Parfois le soleil t'enlace 

    Ainsi les jours passent

    Avec bonheur

    Ensemble nous écrivons les saisons

    Les mots jonglent avec les maux 

    Ainsi va la vie 

    Retenons le meilleurs ...

    Tu as su remplacer mon sol tortueux 

    Anéanti pas des années de sécheresse 

    A chaque printemps 

    Tu t'ouvres à la vie 

     

    Tel un éventail tout vert !

     

    "Au pied de mon arbre" d'ABC du blog : "Jardin des mots" :

    Au pied de mon arbre

    J’écoute le rossignol qui chante

    Au pied de mon arbre

    J’écoute le rossignol chanter

     

    Il chante pour moi la romance

    Des jours heureux de l’enfance

    Temps de jeunesse et d’insouciance

    Quand dans l’arbre nous pouvions grimper

     

    Au pied de mon arbre

    J’écoute le rossignol qui chante

    Au pied de mon arbre

    J’écoute le rossignol chanter

     

    Il chante pour moi la romance

    Des aventures de l’adolescence

    Temps où s’envole l’innocence

    Quand dans l’arbre nous rêvions d’aimer

     

    Au pied de mon arbre

    J’écoute le rossignol qui chante

    Au pied de mon arbre

    J’écoute le rossignol chanter

     

    Il chante pour moi la romance

    D’une belle descendance

    Temps d’une folle cadence

    Quand sous l’arbre nous venions souffler

     

    Au pied de mon arbre

    J’écoute le rossignol qui chante

    Au pied de mon arbre

    J’écoute le rossignol chanter

     

    "Au pied de mon arbre" de Vagamonde du blog : "Vagamonde" :

    Brassens disait : « Au pied de mon arbre, je vivais heureux...»

    Vagamonde dit : « Au creux de mon arbre, je vivais heureuse...»

    Certes, je l'ai quitté des yeux mais il reste et restera toujours au fond de mon cœur.

    Cet arbre était un magnifique chêne où j'aimais me réfugier lorsque j'étais enfant, Je ne peux dire son âge mais ses branches écartées me laissaient suffisamment de place pour m'y asseoir et rêver en toute quiétude. Etant d'une timidité maladive, j'avais l'impression qu'il me protégeait et que rien ne pouvait m'atteindre...

    Il monte toujours la garde en haut du village de mon enfance mais il est fortement marqué par le passage d'une tempête.

    Combien de temps résistera-t-il ? Je ne sais pas mais cet arbre sera toujours Le Mien...

     

    "Mon arbre" de Durgalola du blog : "Petites graines" :

    Cliquez sur la photo pour l'agrandir

    "Mon arbre" de Jak du blog : "  "Encore des mots, rien que des mots, toujours des mots" :

    Cliquez sur la photo pour l'agrandir

     

    "Mes arbres" de Céline du blog : "Aquarellement vôtre" :

     

    Les participations au Café Thé n° 115 - Au pied de mon arbre...
    Les participations au Café Thé n° 115 - Au pied de mon arbre...

    8 commentaires
  • Depuis mes débuts sur la blogosphère en avril 2009, je fréquentais le blog de Lydie - Lady Marianne, qui animait des communautés, organisait des jeux et des échanges, donnait des coups de pouce et avait toujours de bons conseils à prodiguer.

     

    Elle participait parfois à mes jeux, Café Thé. Pour le 62 ème, en 2015,j'avais proposé de broder autour de votre autoportrait, à la façon d'un portrait chinois (Si j'étais un arbre, je serais...) ou comme vous le souhaitez....

    Voici ce qu'avait écrit Lydie, qui la définissait bien :

     

    Autoportrait de Lady Marianne du blog "Chienne de vie" :

     

    *si j'étais un animal 
    je serais une maman éléphant
    la force tranquille

    Les éléphants ont la plus longue gestation parmi 
    les Mammifères terrestres : elle dure de 20 à 22 mois.
    Elle est un suivie d'une période d'allaitement de 36 à 48 mois.
    et puis plus âgée je serais matriarche 
    et réglerais les conflits
    ainsi que  la régulation au sein du groupe

    *si j'étais un arbre- 
    je serais un cyprès d'après l'astrologie celte-
    arbre signe de fidélité -de caractère spontané,
    sans faux semblant
    on peut compter sur moi en toutes occasions
    mes amis comptent beaucoup pour moi 
    mais il faut qu'ils soient fidèles
    j'ai connu autrefois des revers de fortune
    mais j'en ai tiré des leçons positives
    je suis persévérante et peux réaliser de grandes choses-

    *si j'étais un héros

    j'ai horreur des injustices-
    en ayant subi
    je serais Robin des bois ou Thierry la Fronde
    ou ???
    pour aider les pauvres , les démunis-
    *si j'étais un métier
    je serais conciliatrice- ou avocate
      dans la police ou pompier 

     

     

    Paix à ton âme, Lydie !

    Nous ne t'oublierons pas


    12 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique