• La participation de Miss Fuji au Café Thé n° 124 - Votre autoportrait...

     

    Pour ce 124ème Café Thé,

    je vous ai proposé de broder autour de votre autoportrait, à la façon d'un portrait chinois

    (Si j'étais un arbre, je serais... si j'étais une couleur, je serais...)

    ou d'esquisser votre autoportrait avec des mots, des couleurs ou peut-être des photos d'enfance...

     

    Je vous ai présenté les 8 participations reçues (Jill Bill, Renée, Chevrette, Vagamonde, Rose, Durgalola, Abby et Gisèle)  ICI et LA, puis celle d'Assoula.

     

    Voici celle de Miss Fuji du blog : "Le blog de Miss Fuji"

     

    Mon auto-portrait  singulier

     

    Photo de mon ombre prise sur le mur du château d'If.

    Photo de mon ombre prise sur le mur du château d'If.

    Je suis le bien et le mal, 
    Je suis la lumière et l'obscurité, 
    Je suis l'amour et la haine, 
    Je suis la joie et la tristesse, 
    Je suis la force et la faiblesse, 
    Je suis tout cela à la fois, 
    Sans amour il n'y a pas de haine, 
    Et sans le bien, le mal n'existe pas. 
    Je suis un être jeune et vieux, 
    Je suis un être faible et fort, 
    Je suis un être courageux et lâche 
    je suis un être unique et banale, 
    Je suis un être simple et complexe 
    en moi ces deux forces cohabitent 
    Et, je ne peux être l'un sans l'autre 
    Car ceci est l'essence de toute vie sur terre


    5 commentaires
  • Pour ce 125ème Café Thé, je vous propose de nous parler d'un livre qui vous a marqué(e) lorsque vous étiez enfant : bande dessinée, magazine ou roman, parce qu'il vous a fait rêver ou par les circonstances qui l'ont mis entre vos mains...

     

    Gif emprunté sur le net

     

     

    Présentez nous ce livre et racontez nous comment il vous a marqué(e).

     

    Les consignes : Ecrivez, fabulez, rimez, dessinez, brodez, scrappez, chantez, délirez, faites ce que vous voulez... Faites nous rire ou pleurer...

    Si vous êtes blogueur, ne publiez pas votre texte avant la parution des participations (le 2 octobre 2020)

     

     

    Que vous soyez blogueur ou pas, envoyez moi votre participation 

    avant le 30 septembre 2020 à ecureuilbleu33@live.fr...

    Au plaisir de vous lire...

     

     

    Amusez vous bien !

     

     

    Pour moi, c'était : "Le ballon rouge"...


    12 commentaires
  •  

    Logo créé par Renée du blog "Envie de"

     

    Pour ce 124ème Café Thé,

     

     je vous ai proposé de broder autour de votre autoportrait,

    à la façon d'un portrait chinois

    (Si j'étais un arbre, je serais...; si j'étais une couleur, je serais...)

    ou d'esquisser votre autoportrait avec des mots, des couleurs ou peut-être des photos d'enfance. 

    Les consignes étaient : Ecrivez, rimez, dessinez, brodez, scrappez, chantez, délirez, faites ce que vous voulez... Faites nous rire ou pleurer...

    Si vous êtes blogueur, ne publiez pas votre texte avant la parution des participations (le 6 septembre 2020).

     

    Au départ, je voulais ensuite vous faire reconnaître qui est qui, mais ce serait trop compliqué...

     

     

    Vous êtes 8 à avoir participé (Jill Bill, Renée, Chevrette, Vagamonde, Rose, Durgalola, Abby et Gisèle)

     

    et je vous en remercie.

     

    Bravo à tous et toutes !

     

     

    Hier, vous avez vu lire les 7 premières participations (de Jill Bill, Renée, Chevrette, Vagamonde, Rose, Durgalola et Abby).

    Voici celle de Gisèle.

     

    "Mon portrait par Ariane" de Gisèle du blog : "Autobiographie - Ariane Grimm" :

    Voici mon AUTOPORTRAIT. Ou plutôt mon portrait tel qu’il est présenté dans le journal de ma chère enfant Ariane Grimm et dans ses lettres.

    MEA MEA MEA CULPA (Gisèle)

    [Lettre écrite en colo - 10 ans] :

    Ma noute, Je t’aime. Je m’ennuie terriblement. J’ai reçu une lettre de toi. Elle m’a fait terriblement plaisir. Je l’adore et je dors avec. Je pleure dessus et l’encre est un peu effacée. Je t’aime ma noute, tu es la plus gentille. Je pense tous les jours à toi et puis je suis malheureuse sans toi. [...]

    J’ai de la lavande pour toi et mon bonheur de t’embrasser. Je voudrais t’avoir pour moi seule. J’ai une envie colossale, terrible, immense, gigantesque de te voir, j’ai besoin de toi, je te ferai tout ce que je peux pour toi. Je me tuerai nettement pour toi, je te veux ma noute, j’ai besoin de toi et je m’ennuie. Je t’aime. Ariane

     

    [journal - 10 ans] :

    Maman est conne, méchante, imbécile, sadique, emmerdeuse, rapportière, méchante, con, sale, désordre, mais surtout sadique, elle est emmerdeuse cette brute, cette emmerdeuse de con. Je préfère ceux qui me détestent à elle, quelle connasse, elle m'oblige à mettre une robe con, courte, si je la mets pas elle me bat. Elle m'oblige à mettre une robe pas belle et puis l'année dernière elle m'a aussi obligé à mettre une robe très courte, quelle putasse! […]

     

    [Lettre écrite en colo - 11 ans] :

    Ma nounoute, Je t’aime, je t’aime à la folie, je ne pense qu’à toi et au ski. […] Je serais parfaitement heureuse si tu étais là. Je rêve de toi, je pleure, je suis triste parce que tu me manques. Ma nounoute, je voudrais me jeter dans tes bras, t’embrasser des milliards de fois. Comme je t’aime ma noute, c’est ma souffrance. Comme je t’aime. [...] Ta poune qui t’adore

     

    [Lettre écrite à la maison - «Terriblement personnel - de Ariane à Gisèle. A lire un jour... » - 11 ans] :

    Chère Gisèle, Serait-il difficile pour toi de le croire, mais nous sommes bien en 1978 (le jour où j'écris cette lettre). Je te l'écris

    pour te dire qu'aujourd'hui nous sommes un jour où je ne vais pas à l'école car je n'ai pas envie. Tu as bien voulu ne pas me laisser y aller mais en échange, tu piques ta crise habituelle. Tu m'as donné un coup de pied important. Je ne te le dis pas mais tu me l'as lancé en plein dans le dos, un peu plus bas même. Cela me fait très très mal, surtout à ma jambe dans le bas du dos.

    Je crois que le Docteur Spaume n'a pas conseillé les coups de pied d'une grande personne terriblement en colère à un enfant qui a une maladie. Secondo, je n'aime pas qu'on me renverse mes plantes. Je n'aime pas non plus qu'on casse les assiettes pour un oui ou un non.

    […]

    Je pense que tu ne dois pas être contente de ma lettre de reproche. Je te la donnerai le jour de mes 12 ans (j'ai le temps, ça fait 11 jours que c'est mon anniversaire), donc le jour de mes 12 ans quand tu te seras habituellement mise en colère. […]

    J'espère que tu changeras. Ça ne peut plus durer. Peut-être que je te donnerai la lettre bientôt car je ne résisterai pas - ou jamais car je pourrais oublier. Je suis malheureuse. S'il pouvait y avoir plusieurs Ariane, ce serait bien. […]

    Je suis méchante mais tu me fais mal. Tu me fais pleurer. Tu casses, tu as cassé ma plante. Tu m'as fait MAL.

    Au revoir Ariane

     

    [Journal - 13 ans] :

    Voici la vérité sur ma mère, mais je vais parler à la 2ème personne :

    Comment te trouves-tu? Belle, moche, moyenne, grande, gracieuse, petite, ratatinée? Je vais te le dire : Ton visage est beau, malheureusement usé par les âges, ton nez est bossu : trois-quarts, demi-face, profil, face, tout ce que tu peux mais il est bossu ! Mais tu es belle. Moi, j’aime ta coiffure, jeune et au vent, d’un joli teint, tes yeux sont pas mal maquillés.

    Si, j’aime tes yeux.

     

    [Journal - 14 ans et demi] :

    Ici un mot [Petit mot plié en quatre, collé au cahier] que j’ai écrit à Grimm. Ça m’a bien défoulé. Je ne lui ai pas donné car ça l’aurait quand même blessée.

    [Voici le mot que Grimm ne devait pas lire] :

    3 déc. T’es con. Allez garde ce mot dans ton boxon habituel pour aller le montrer à tes copines et René. Allez va te plaindre pauvre folle. Dorénavant, ton sac, tu vas te le garder. Tu garderas tes soucis pour toi et tes histoires avec ton père […], tu te les garderas, Connasse, tu pourras les écrire dans ton cahier de mémoire à toi au lieu d’aller inspecter le mien. Ariane

    […]

    Ce soir, que foutre? Je me suis acheté un pantalon corsaire bleu cobalt. Tout à fait mode. Dès que Grimm l'a vu, elle s'est écriée: « Que c'est moche! ». C'est un peu ce que je pensais, mais je trouve que ce n'est pas gentil de sa part de me dire ça de cette manière. Je sais pourquoi elle a dit ça. Premièrement, parce que le pantalon était moche. Ça, c'est certain. Mais je vais expliquer son manque de délicatesse. Voilà: elle est contre le fait que j'aie de l'argent de poche. Seulement, elle ne peut râler contre les autres, ceux qui m'en donnent, alors elle me gronde, moi: « C'est de la folie! », et toutes mes affaires, elle les critique: « Tu t'es fait avoir! Que c'est moche! C'est monstrueux! Ridicule! Cher ! » etc. Jamais elle ne me dit que c'est joli, jamais. Alors quelle conne!

     

    [Journal - 15 ans] :

    Je suis allée avec Grimm à la piscine. Ça m'a bien détendue, et puis quel bien-être en sortant! Je me rends compte que Grimm s'est bien conservée. A son âge, elle n'a pas beaucoup de rides, une énergie terrible et un corps très musclé. Elle est très calée à ce sujet. Je trouve que c'est vraiment formidable de rester dans cet état de santé. Elle ne fume pas, ne boit pas et fait du sport. Je la félicite et je suivrai son exemple plus tard.

    […]

    Je viens de découvrir quelque chose: Grimm n'a jamais été super belle. Loin de là. Les photos d'elle ne sont finalement pas super. Elle avait seulement un visage pur, des traits réguliers. Mais sinon, c’est vrai: elle n'avait pas les yeux en amande, c'est seulement son maquillage. Et en plus, elle avait de grosses paupières. Puis sa bouche est vraiment pas attirante. Elle a de toutes petites lèvres marron et des grandes dents. C'est pas beau.

    Pour en arriver au plus moche, c'est le nez. Il est gros, un peu bossu et il rougit. Elle n'a pas non plus une jolie chevelure, ses cheveux sont crépus.

    […]

    Ici, un mot que j'ai écrit le soir même après une crise avec Grimm :

    Que diriez-vous si vous étiez peinard dans votre lit accompagné d'une douce musique et feuilletant un bouquin… et qu’une ignoble bonne femme vienne vous taper, vous arracher vos écouteurs ? Eh bien moi, je viens d'être victime de cette agression.

    Pour plus de précision, je dois vous dire que je commençais à m'endormir quand une mocheté ambulante à poil fit son apparition et me frappa.

    Tachons d’expliquer ce comportement d'aliéné propre à une seule personne : Grimm, une pauvre vieille femme qui a des problèmes mentaux très graves : elle s'est attaquée à moi dans l’intention que je m’endorme.

    Et maintenant, réfléchissons. En effet, il est vrai qu’il fallait que je me couche. Mais croyez-vous que le meilleur moyen pour qu’un enfant tombe dans le sommeil soit de le frapper ? Large preuve de stupidité, de bêtise, et digne de Grimm. Le meilleur moyen de lutter contre ce monstre: l'indifférence. Et puis, je sais que l'année prochaine, je serai enfin chez mon cher Papli, à l’abri de tout Grimm ! Une bonne perspective qui me donne du courage.

    […]

    J’ai dit à Grimm : “Je suis dans un pessimisme perpétuel.” et voici sa réponse. Je suis touchée.

    [Lettre collée au cahier] :

    « Ariane. Le pessimisme profond dont tu m’as parlé est normal. Il s'y ajoute peut-être le désarroi. A l'heure actuelle, en effet, tu es «nulle part». Tu attends. Tu n'es pas vraiment à la maison, tu n'es pas encore chez ton père. Et puis, au printemps, il se passe plein de choses en nous, surtout à 15 ans. Donc, ne t'étonne pas que tu aies envie de tout... et aussi envie de rien.

    En tout cas, en toute circonstance, je suis ton amie. Sache-le. Je t'aiderai. Je te comprendrai. Je te soutiendrai. Compte sur mon

    indulgence, mon aide, mon appui; quoi qu'il arrive, tu pourras toujours m'appeler: je serai là. Ta maman »

     

    [Journal - pendant les vacances :15 ans] :

    Je suis à Houlgate et je suis sortie avec un copain. Grimm sait que je dois le voir ce soir. Exprès, elle me propose d'aller au cinéma, au restaurant, alors qu'avant on restait ici. C’est un immense problème. Elle veut toujours que je reste avec elle. Merde. C'est normal que je sorte avec des copains de mon âge. Du coup, je suis culpabilisée de la quitter comme ça.

     

    [Dossier réquisitoire contre sa mère : « Ce qui concerne maman » - 15 ans] :

    Je sais bien que tu es désordre, nerveuse et brutale, mais ce n’est pas une raison pour me mettre mon maillot de bain dans la poubelle.

    Je sais bien que tu es désordre mais ce n'est pas une raison pour mettre du boxon dans ma chambre.

    Je sais bien que tu n'es pas soigneuse mais ce n'est pas une raison pour détériorer mes livres. J'en compte deux en un mois.

    Ariane

     

    [Lettre écrite pendant les dernières vacances d’Ariane - août 1985 - 18 ans] :

    Chère Source, Voici une petite lettre de félicitations que vous méritez certainement. Je dois vous remercier pour ce que vous m'avez apporté de richesses.

    Déjà, la plus belle à mon avis: la curiosité. Quand un être humain ne s'intéresse à rien, il perd le goût de vivre. Or, il y a toujours quelque chose qui me passionne. Maintenant, depuis ce voyage en Italie, je suis fascinée par l'architecture. J'ai eu une «période endormie» et il ne fallait que réveiller ce qu'une Source [surnom de Grimm dans les bons moments] m'avait inculqué. […] Voilà, petite Source. Je te récrirai souvent. Ariane Je t'embrasse, Source

     

    (Ariane a trouvé la mort dans un accident de moto en Espagne le 11 aout 1985)

     

    Le grand chercheur Philippe Lejeune a fait des études sur l’ensemble des écrits d’Ariane : « journal remarquable par la rage de son monologue intérieur - invectives - hargne - violence de cris et de couleurs ».

     

    lien : http://www.arianegrimm.net/PAGES/9.html

    Il concerne « L’ŒUVRE « d’Ariane.


    9 commentaires
  • Logo créé par Renée du blog "Envie de"

     

    Pour ce 124ème Café Thé,

     

     je vous ai proposée de broder autour de votre autoportrait,

    à la façon d'un portrait chinois

    (Si j'étais un arbre, je serais...; si j'étais une couleur, je serais...)

    ou d'esquisser votre autoportrait avec des mots, des couleurs ou peut-être des photos d'enfance. 

    Les consignes étaient : Ecrivez, rimez, dessinez, brodez, scrappez, chantez, délirez, faites ce que vous voulez... Faites nous rire ou pleurer...

    Si vous êtes blogueur, ne publiez pas votre texte avant la parution des participations (le 6 septembre 2020).

     

    Au départ, je voulais ensuite vous faire reconnaître qui est qui, mais ce serait trop compliqué...

     

     

    Vous êtes 8 à avoir participé (Jill Bill, Renée, Chevrette, Vagamonde, Rose, Durgalola, Abby et Gisèle)

     

    et je vous en remercie.

     

    Bravo à tous et toutes !

     

     

    Voici les 7 premières participations, de Jill Bill, Renée, Chevrette, Vagamonde, Rose, Durgalola et Abby.

    Celles de Gisèle, paraîtra demain.

    "Qui serais-je, si..." de Jill Bill du blog "Melting-pot" :

     

    Si j'étais un animal... je serais,

    Un chat, libre mais dépendant d'un toit

    D'une main nourricière

    Un chat domestique mais que rien ne force à...

    Guetteur dans l'âme, un gouttière,

    Un baladeur, un inspecteur

    Tigré sans pédigrée

    Un amant, un père, évinçant la concurrence

    Contre quelques cicatrices...

     

    Si j'étais un animal, je serais,

    Ce félin, grogneur ou ronronnant

    Dormeur

    Chasseur

    Un bel ami pour

    Contes, fables, romans, bandes dessinées,

    Un jeu, à chat perché,

    Une chanson, la mère Michel

    Bref, un chat à 9 vies, on ne peut rêver mieux... !

     

    "Si j'étais..." de Renée du blog : "Envie de" :

     

    Si j’étais un arbre je serais un saule pleureur 

    Si j’étais un arbuste je serais le lilas 

    Si j’étais une fleur, le muguet 

    Si j’étais un fleuve je serais le Nil  

    Si j’étais une planète je serais Vénus 

    Et une constellation je serais celle du cancer 

    si j’étais un animal marin, je serais dauphin 

    si j’étais un animal terrestre je serais un chien 

    Et si j’étais un matériau, le sable  

    Si j’étais une couleur, je serais bleu turquoise 

    Et un fruit, la framboise 

    Si j’étais si j’étais mais je ne suis pas tout ça, mais qui suis-je donc ?

     

     

    "Si j'étais..." de Chevrette du blog :

     

    "Les voyages de Chevrette13" :

     

    Si j'étais une saison : l'été
    j'aime la chaleur, le soleil
    Si j'étais un pays : le monde
    Chaque pays me surprend
    Si j'étais un objet : une valise
    ......on commence à me cerner
    Si j'étais un livre :un guide
    j'ai une belle collection de guides
    Si j'étais une chanson le grand tube
    de Désireless
    Si je vous dévoile l'animal
    ce serait trop facile...

     

     

     

    "Portrait chinois" de Vagamonde du blog "Vagamonde bis" :

    Si j'étais une couleur, je serais violette

    Si j'étais un animal, je serais une biche

    Si j'étais un insecte, je serais une libellule

    Si j'étais un oiseau, je serais un quetzal

    Si j'étais un arbre, je serais un chêne

    Si j'étais une fleur, je serais une orchidée sauvage

    Si j'étais un fruit, je serais une groseille

    Si j'étais un plat, je serais une ratatouille

    Si j'étais une chanson, je serais « Emmenez-moi »

    Si j'étais une comédie musicale, je serais Starmania

    Si j'étais un sport, je serais le cyclisme

    Si j'étais un objet, je serais une boussole

    Si j'étais un instrument, je serais un darbouka

    Si j'étais un livre, je serais « Un long chemin vers la liberté »

    Si j'étais un métier, je serais juge

    Si j'étais un pays, je serais l'Afrique

     

    "Si j'étais..." de Rose du blog : "Golondrina 63" :

    Si j'étais un animal, je  serais   un chimpanzé 

    Ces animaux me fascinent 

      

    Si j'étais une fleur, je serais une rose  

      

    Si j'étais un élément , je serais pour ne rien oublier un post-it  

      

    Si j'étais une saison  , je serais le renouveau , tel le printemps 

      

    Si j'étais un moment de la journée  ,  je serais  le réveil du soleil 

     

    Si j'étais  un des cinq sens    , je serais la vue  

     

    Si j'étais un pays    , je serais Ma France 

     

    Si j'étais un paysage   , je serais  la montagne 

     

    Si j'étais un objet du quotidien   , je serais un carnet de notes 

    Si j'étais une pièce de la maison   , je serais une grande pièce à vivre  ouverte sur le jardin