• Logo créé par Renée du blog "Envie de"

    Logo créé par Renée du blog "Envie de"

    Pour ce 137ème Café Thé, je vous propose de nous raconter votre plus joli

     

    souvenir, ou le plus drôle ou insolite, 

     

    de cet été 2021...

     

     

    Les consignes : Ecrivez, fabulez, rimez, dessinez, brodez, scrappez, chantez, délirez, faites ce que vous voulez... Faites nous rire ou pleurer...

    Si vous êtes blogueur, ne publiez pas votre texte avant la parution des participations (le 2 octobre 2021)

     

     

    Que vous soyez blogueur ou pas, envoyez moi votre participation 

    avant le 30 septembre 2021 à ecureuilbleu33@live.fr...

    Au plaisir de vous lire...

     

     

    Amusez vous bien !


    5 commentaires
  • Pour ce 136ème Café Thé, je vous ai proposé de délirer autour de cette photo d'enfants avec des ballons lumineux (déjà montrés sur mon article : "Des étoiles dans les yeux"),

    de broder autour de cette photo, en nous racontant ce que disent ces enfants,

    ou ceux qui les regardent

    ou bien de nous conter  une histoire de ballons qui vous a fait rêver...

     

    Les consignes étaient : Ecrivez, fabulez, rimez, dessinez, brodez, scrappez, chantez, délirez, faites ce que vous voulez... Faites nous rire ou pleurer...

    Si vous êtes blogueur, ne publiez pas votre texte avant la parution des participations (le 2 septembre 2021)

     

     

    Vous êtes 6 à avoir participé (Jill Bill, Rose, Renée, Jean-Luc, Livia et Colette).

     

    et je vous en remercie.

     

     

    Bravo à tous et toutes !

     

    Voici les 6 participations :

     

     

    "Ballon bulle de savon" de Jill Bill du blog "Melting-pot" :

     

     

    La nouvelle coqueluche des enfants, sages,

    Ce sont ces ballons à diode électroluminescente...

    Led en français !

     

    Ils ont tout de la bulle de savon

    Qu'ici on retient par la queue !

     

    Autrefois, ballon ordinaire,

    Combien de pleurs ai-je entendus,

    Envolé par mégarde, môme inconsolable !

     

    Ou ces ballons qu'on lâche

    Avec une pancarte au bout

    Dans l'espoir que quelqu'un le trouve dans un champ

    Et vous fasse signe, quelle chance !

     

    Ou encore, en hommage

    A un enfant victime d'un bourreau,

    Petits nuages blancs qui montent le rejoindre aux cieux...

     

    Dis maman, tu m'en achètes hein, dis...

    Bulle de savon magique à tenir en laisse !

     

    La gamine est ravie,

    Son frère absorbé par son smartphone

    Joue les grands, que cela laisse de marbre...

     

    Ballon bulle de savon

    dans le crépuscule estival

    Nouvelle génération

     

     

    "Ballons lumineux" de Rose du blog : "Golondrina 63" :

     

     

    Souvenirs souvenirs

    Oui cette photo me parle

     Rien n'est plus léger qu'un ballon gonflé

     Gonflée la Baudruche  qu'il faut éloigner de l'épingle

     Epingle de la vie qui parfois agace 

    Penser que des surpayés  courent après un ballon d'or

    Qui en perd sa valeur et même le Nord 

     Souvenirs souvenirs

    Ce fameux liquide à bulle de savon

    Ainsi font font 

     Ces merveilleuses parois d'eau polarisées

     La joie des enfants rivalisant

    Edouard Manet 

    Qu'il est beau son tableau

     L'enfant soufflant sa bulle

     La retenant au bout d'un baton 

     Belle bulle lumineuse

     Éphémère mais grand plaisir de tous les temps

     Souvenirs souvenirs

    Des étoiles dans les yeux 

     Courir après la bulle

     Bulles d'auréoles lumineuses 

    S'éclatant ... 

    "Lâcher de ballons" de Renée du blog : "Envie de" :

     

    Que de souvenirs de jeunesse ravive ce cliché !

     Un pensionnat quelque part à Genève d’où, chaque été après les foins il y avait le lâcher de ballon. 

    Moment très attendu car tous espéraient que son ballon parviendrait quelque part mais surtout, qu’une réponse soit donnée. 

    En effet, attaché à la ficelle un carton réponse fourni par la poste avec le nom et l’adresse de la personne qui l’a envoyé.  

    -L’une disait, le mien ira au-delà de la mer. 

    -L’autre répondait, mais non regarde il s’est coincé dans l’arbre. 

    Presque toutes criaient de joie bien que quelques plus petites, pleuraient ne voulant pas le lâcher et disant tout bas, -c’est le mien 

     

    A mon souvenir, une seule fois un carton retour est parvenu jusqu’à nous.  

    Quel bonheur ce fut.  

     

     

     

    "Des étoiles" de Jean-Luc du blog "Les voyages de Sylvie

    et Jean-Luc" :

    Des étoiles un peu ballonnées (les pauvres), alors que les enfants attendent de voir leurs ballons filer dans les étoiles pour faire un coucou à notre astronaute Thomas Pesquet.

     

     

    "Des étoiles plein les yeux..." de Livia du blog : "Livia augustae

     

     

    La nuit tombait doucement, le ciel était strié de longues traînées roses, laissées par les derniers rayons du soleil qui se couchait, l'air était empreint de l'odeur chaude et appétissante des crêpes qui sautaient dans les petites échoppes sur le remblais, installées pour la circonstances, beaucoup de monde sur la plage attendant le feu d'artifice de ce 14 juillet, il faisait beau et chaud ce soir là, la mer scintillait, on entendait le clapotis des vaguelettes qui s'étalaient sur le sable en contre-bas.

    Nous nous étions assis à la terrasse du salon de thé dans la rue du Général de Gaulle qui débouchait sur le remblais, de là nous pouvions admirer le feu d'artifice, sans être gênés par la foule sur la plage.

    Et puis Bang ! Une fusée annonça le début du feu d'artifice !

    Et nous avons su que nous avions bien fait de nous être éloignés du remblais, car on vit arriver des chiens hurlants  –  la fusée en éclatant les avait effrayés –  il couraient à perdre haleine vers le fond de la rue, loin très loin de la foule et des bruits qui les avaient effrayé, traînant au bout de leur laisse, des maîtres – mais surtout des maîtresses – complètements dépassés par les événements qui arrivaient difficilement à les suivre dans leur course effrénée ils disparurent à nos yeux hilares, sur la place à l'autre bout de la  rue.

    Les feux étaient terminés, le salon de thé allait fermé,  nous avons regagner le bord de mer pour nous promener sur le remblais, les gens s'en allaient doucement pour regagner leur logis pour la nuit.

    Les enfants à qui on avait acheté des ballons lumineux sont descendu sur la plage ou d'autres enfants, avec aussi des ballons lumineux jouaient sur le sable, nous nous sommes assis sur les bords du remblais, le ciment était encore chaud de soleil, nous avons admirer la mer scintillante dans le clair obscure de la nuit qui n'arrivait pas vraiment à s'imposer, Apollon faisant de la résistance, l'air était si doux et la nuit si belle que nous n'avions pas envie de rentrer, les enfants quand à eux, des étoiles pleins les yeux continuaient de jouer sur le sable...

     

    "Des étoiles plein les yeux" de Colette du blog : "En toute simplicité" :

     

     

    Petite fille éblouie,  

    des étoiles plein les yeux,  

    en ce début de nuit ;  

    elle et son frère heureux. 

    Couleurs et lumières,  

    des Oh ! Ah ! En émoi,  

    chacun sa manière ;  

    plaisir pour toi, pour moi. 

    Maman, que c’est joli, 

     la lune nous sourit, 

     ferons d’beaux rêves aussi ;  

    quelle sortie ! Merci ! 


    9 commentaires
  • Pour ce 136ème Café Thé, je vous propose de délirer autour de cette photo d'enfants avec des ballons lumineux (déjà montrés sur mon article : "Des étoiles dans les yeux") :

    Brodez autour de cette photo, en nous racontant ce que disent ces enfants,

    ou ceux qui les regardent

    ou bien contez nous  une histoire de ballons qui vous a fait rêver...

     

    Les consignes : Ecrivez, fabulez, rimez, dessinez, brodez, scrappez, chantez, délirez, faites ce que vous voulez... Faites nous rire ou pleurer...

    Si vous êtes blogueur, ne publiez pas votre texte avant la parution des participations (le 2 septembre 2021)

     

     

    Que vous soyez blogueur ou pas, envoyez moi votre participation 

    avant le 31 août 2021 à ecureuilbleu33@live.fr...

    Au plaisir de vous lire...

     

     

    Amusez vous bien !


    10 commentaires
  • Logo créé par Renée du blog "Envie de"

    Logo créé par Renée du blog "Envie de"

    Pour ce 135ème Café Thé, je vous ai proposé de "broder" autour de cette phrase de Winston Churchill :

     

    "Agissez comme s'il était impossible d'échouer.",

     

    ou du thème : Croire en soi

     

     

    Avez vous déjà eu l'occasion de rebondir suite à un incident, un obstacle ou un problème ? Si oui, racontez le nous ; si non, vous pouvez imaginer une telle situation.

    Les consignes étaient : Ecrivez, fabulez, rimez, dessinez, brodez, scrappez, chantez, délirez, faites ce que vous voulez... Faites nous rire ou pleurer...

    Si vous êtes blogueur, ne publiez pas votre texte avant la parution des participations (le 2 août 2021)

     

     

     

    Vous êtes 5 à avoir participé (Jill Bill, Rose, Cricket, Livia et Colette).

     

    et je vous en remercie.

     

     

    Bravo à tous et toutes !

     

    Voici les 5 participations :

     

     

     

    "Croire en soi" de Jill Bill du blog "Melting-pot" :

     

     

     

    Croire en soi

    Avoir cette foi

    Cette force d'esprit

    Comme si

    Rien d'impossible

    Viser la cible

    La toucher en plein coeur

    Loi des vainqueurs...

     

    Facile...

    Non sieur Churchill

    Pour qui est dans le doute

    La peur de faire fausse route...

     

    N'est pas fonceur qui veut,

     Ce mentaliste d'acier

    Que rien ne plie, mais,

    Les pensées négatives vous échoueront,

    Bel et bien comme un Titanic...

     

    Croire en soi

    Est la moitié du travail de sa réussite

    « Pascal Margraff »

     

    Croire en soi

    C'est vivre haut

    « Damien Bouissou »

     

    A force de ne pas croire en soi

    On finit par être là sans être...

    Demain, c'est décidé !!

    J'ouvre ma petite boutique... !

    "Croire en soi" de Rose du blog : "Golondrina 63" :

    Athée je le suis

     Mais je crois en moi

     Croire en soi

     C'est mieux pour avancer 

    Dans la vie 

    Lorsqu'un obstacle surgit

     Lorsque des ondes négatives rodent

     Le croire en soi est plus fort

     Réaliser que l'on existe 

    À notre juste valeur

     C'est barrer la route

     Aux perturbateurs 

    C'est savoir dire non

     Aux infidèles 

    Croire en soi

    C'est la sérénité 

    Croire en soi

    C'est la porte ouverte

     À l'indépendance

    Avec juste mon petit diplôme de sténo dactylo correspondancière 

    À la grande stupéfaction de certain(e)s imbu(e)s 

    J'ai réussi à tenir un poste 

    Gestionnaire administrative

    Grâce à ma capacité d'adaptation 

    Ayant travaillé dans différents services 

    J'ai relevé le défi 

    Oui j'ai cru en moi 

    Et surtout j'ai fait la pige à tous les "moi Je"

    "Croire en soi" de Christelle du blog : "Chez Cricket" :

    Croire en soi

    Churchill : « Agissez comme s’il était impossible d’échouer ! »

     

    AGISSEZ = AJC

    Acquérir

    Joie -

    Croire

                  Je me sens comme une baleine échouée sur la terre , un oiseau perdu dans la mer, une femme dans l’espace (ah oui, c’est possible ?) bon alors dans la mer (ah ça aussi c’est possible ?), et dans le ciel, c’est possible ? (bien sûr ! en avion, hélicoptère, aéronef, parachute …) .

    Pour l’homme et la femme tout est possible ? On ne peut jamais échouer ?

    Ah mais vous avez dit échouer ou s’échouer ?

    Echouer.

    Zut ! Quelle différence de sens ! Atterrir  dans un endroit incongru, qui n’a aucun sens pour nous n’est-ce pas échouer pourtant ? Ne pas être là où il faudrait pour se sentir bien, à sa place ?

    Ne faut-il pas être sur le chemin qui nous permettra d’acquérir une joie nouvelle, de croire vraiment à notre destin ?

    Alors, quoi ?

    Comment faire pour agir comme s’il était impossible d’échouer ?

    La recette SVP !

    • Prendre un grand bol d’air (car déjà si on oublie de respirer.. on a échoué !),
    • Se concentrer sur ce que l’on veut réussir. (Faire un panier au basket ? Remplir la page blanche dans cette matière que vous détestez pourtant ? Etre à l’aise, détendue et pleine d’humour comme vous l’êtes en temps normal et non pétrifiée par un entretien d’embauche ? …).

               Sentir monter l’adrénaline, le besoin d’y arriver, la volonté de se surpasser et y aller, se lancer sans regarder derrière soi, se dire que quelle que soit l’action c’est toujours comme un saut à l’élastique, une fois lancé on ne peut revenir en arrière le tout étant de sauter le pas ! Sauter dans le vide !

    Tout bonnement se faire confiance, croire en soi,  foncer, même vers l’inconnu, sans appréhension, avec joie, en se disant que l’on est capable de faire ce qui nous est demandé, d’assumer des choix.

    Et après ? Si on échoue malgré tout ?

    « Comme s’il était impossible d’échouer » ne veut pas dire qu’il est impossible d’échouer donc on se sera donné les moyens pour essayer de faire que cela soit possible et si tel n’est pas le cas la fois suivante on aura moins peur et on essaiera parce-que la vie est ainsi faite et qu’il faut, sans cesse, se faire confiance pour avancer.

    "Croire en soi" de Livia du blog : "Livia augustae

    C'était par une nuit noire, une nuit effrayante, pas un souffle ne remuait les feuilles des arbres, l'air nous avait quitté, happé par le cyclone qui se gonflait au dessus de la mer.

    Nous étions blottis sur un coin de galerie face à la nature hostile et étions suspendus à la radio qui marchait toujours et donnait tout les quart d'heure, l'avancée implacable de cet entonnoir renversé et frémissions chaque fois que l'on donnait la force des vents contenu dans le ventre du monstre. Il était paraît-il de force 3, les deniers relevés donnaient 220km à l'heure...comment pourrons-nous faire face à cette violence là ?

    Puis brusquement, le vent arriva, les arbres se tordirent sous ses doigts d'acier tandis que les murs de la maison gémirent sous ses coup de bélier.

    Des débris commencèrent à voltiger pour venir cogner partout, l'électricité fut coupé, des poteaux avaient du être broyer, la radio cessa d'émettre...il fallait rentrer à l'abri.

    Toute la nuit entre hurlements , bruits de chutes et heurts d'une violence inouïe , nous restâmes éveillés, on essuyait l'eau qui s'infiltrait dans la maison par le moindre petit orifice qu'elle trouvait et plus on essuyait et plus il y en avait, nous pataugions dans un brouet infâmes fait de feuilles qui avait, aurait-on dit été passées à la moulinette, il y avait aussi des insectes écrabouillés qui nous arrivaient de loin et que l'on n'avait jamais vu chez nous (par la suite, nous les avons baptisées ces insectes «cigales », mais rien à voir avec le chant si agréable des cigales du Midi de la France,  là c'était carrément du vacarme).

    Enfin sous un ciel toujours cendreux, le jour se leva péniblement, on aurait dit qu'il ankylosé par la violence de la nuit  et faisait de gros efforts, la pluie tombait encore par gros paquet, parfois une rafales de vent retardataire secouait ce qui restait des feuilles, estimant sans doute qu'il ne fallait rien laisser.

    Nous avons décidé de prendre un petit déjeuner, nous avons chauffé l'eau du café sur un réchaud de camping et avalé quelques tartines, beurrées avec un beurre presque liquide et puis nous  sommes sortis pour évaluer les dégâts!

    Il fallut s'armer de courage et croire en soi, tout était casser, on avait l'impression que durant la nuit le jardin avait été bombardé, il n'y avait plus une feuille sur les arbres, les haies avaient été arrachées, à leur place il n'y avait que des trous énormes laissés par les racines des plantes.

    Alors, comme le disait Monsieur Chruchill : «Agissez comme s'il était impossible d'échouer », toute la famille se mit à l'ouvrage pour redonner un semblant d'ordre dans cette nature blessée et  dévastée.

    "Croire en soi" de Colette du blog : "En toute simplicité" :

    Crois-en toi. 

    À tout prix, 

    crois-en toi  

    et sois fier(e) de toi. 

    Absolument, 

    Crois-en toi  

    et aie une bonne image  

    de toi. 

    À toute force,  

    crois-en toi  

    et sois celle ou celui  

    qui te comble de joie. 

    Coûte que coûte,  

    crois-en toi  

    car c’est le plus beau présent  

    que tu te fais. 

    Si tu crois en toi,  

    tes efforts seront couronnés  

    et en tes mains tu tiendras  

    la clef de la réussite.  


    15 commentaires
  • Logo créé par Renée du blog "Envie de"

    Logo créé par Renée du blog "Envie de"

    Pour ce 135ème Café Thé, je vous propose de "broder" autour de cette phrase de Winston Churchill :

     

    "Agissez comme s'il était impossible d'échouer.",

     

    ou du thème : Croire en soi

     

     

    Avez vous déjà eu l'occasion de rebondir suite à un incident, un obstacle ou un problème ? Si oui, racontez le nous ; si non, vous pouvez imaginer une telle situation.

    Les consignes : Ecrivez, fabulez, rimez, dessinez, brodez, scrappez, chantez, délirez, faites ce que vous voulez... Faites nous rire ou pleurer...

    Si vous êtes blogueur, ne publiez pas votre texte avant la parution des participations (le 2 août 2021)

     

     

    Que vous soyez blogueur ou pas, envoyez moi votre participation 

    avant le 31 juillet 2021 à ecureuilbleu33@live.fr...

    Au plaisir de vous lire...

     

     

    Amusez vous bien !


    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique