• Pour ce 115ème Café Thé, je vous ai proposé de nous parler d'un arbre que vous aimez, ou que vous détestez, mais qui  vous a marqué(e), de nous raconter pourquoi...

     

     

    Les consignes étaient : Ecrivez, rimez, dessinez, brodez, scrappez, chantez, délirez, faites ce que vous voulez... Faites nous rire ou pleurer...

    Si vous êtes blogueur, ne publiez pas votre texte avant la parution des participations (le 1er décembre 2019)

     

     

    Vous êtes 8 à avoir participé (Jill Bill, Josette (2 participations), Rose, ABC, Vagamonde, Durgalola, Jak et Céline)

    et je vous en remercie.

     

    Bravo à toutes !

     

     

    Voici les 9 participations :

     

     

    "L'arbre au pendu..." de Jill Bill du blog "Melting-pot" :

     

    La guerre

    Un cauchemar sans fin

    La guerre

    Ses morts et ses faims

    La guerre

    Ses maux

    La guerre

    Sans mot...

     

    En quarante mon père eut 17 ans

    Un frère aîné, une mère veuve, un grand chien...

    La guerre s'installa, durablement,

    Quand la nourriture vint à manquer

    Le chien fut bouche de trop dame... !

    Déjà que pour les gens

    A table on ne mange plus à sa faim

    On vivote tristement

    Il a fallu sacrifier

    « Jacky » la mort dans l'âme...

     

    Alors cet arbre au pendu

    Triste anecdote de guerre

    Raconté maintes fois par mon père

    Je l'ai détesté tant et plus...

     

    C'était un arbre ordinaire, un prunier,

    Planté au fond du jardin de grand-mère

    Qui donnait ses fruits volontiers

    Avant la fin de l'été, fruits de caractère...

     

    Je m'en rappelle leur teinte

    Jaune orangé comme lampion

    Sur une tombe, une vie éteinte

    Par la force des choses, affliction...

     

    L'arbre au pendu

    Sa corde, un corps qui s'y balance

    Même celui d'un pauvre chien

    Je n'ai jamais oublié cette histoire...

    L'arbre au pendu

    Inélégance

    Au monde pour rien

    Je n'ai mangé de ce fruit gamine, en sa mémoire...

     

     

     

    "Le hêtre" de Josette du blog : "La cachette à Josette" :

     

     

     

     

    Un Bébé un Arbre

    Souvenez-vous

    C'était au siècle dernier

    La publicité d'une marque de lait

    Chêne, Hêtre, Pin...

    Choisir l'essence et la forêt 

     

    Hêtre arbre de vie

    Convulsion de ses racines

    En forme prosternée

     

     

    Gestation du futur Etre

    Projection d'amour et d'espoir

    S'enracinant dans une communauté

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    "L'arbre" de Josette du blog : "La cachette à Josette" :

     

     

     

    L'arbre séculaire

    Parfois amputé

    Souvent écorcé

    Ce témoin ridé

    Reste un Sage protecteur

    Toujours habité

    Il suffit de l'embrasser

    Pour ressentir les forces

    Telluriques absorbées 

    Depuis les racines

    Jusqu'aux moindres rameaux

    Pour s'unir à l'air

     

    Dans le parc

    Combien de serments d'amour

    Combien de larmes 

    De ruptures a t-il entendu

    Le vieux saule pleure

    De toutes ses feuilles

    L'inconstance humaine

     

    "Mon arbre" de Rose du blog : "Golondrina 63" :

    Quand mon arbre a rendez-vous avec l'automne

    Quand le vent murmure sa chanson dans les branches

    Quand les feuilles se détachent

    Quand les couleurs dansent

    Non ce n'est pas monotone

    Quand la brume s'invite au petit matin

    Quand la lune joue à cache cache

    Quand le froid cingle

    Non ce n'est pas monotone

    Quand mon arbre se dénude

    Quand la lueur  dessine ses formes

    Quand les beaux jours se retirent

    Quand sur lui 

    Mon regard attendri se pose

    Toi mon arbre tu es si beau

    Toi mon arbre je te réchauffe de mes doux mots 

    Non ce n'est pas monotone 

    Allô l'automne

    Radio mots pour maux

    La vie n'est pas un rôle 

    J'aurais pu te rêver 

    Toi mon arbre

    La nature l'a fait pour moi 

    L'hiver esquisse ton corps divinement

    Parfois le soleil t'enlace 

    Ainsi les jours passent

    Avec bonheur

    Ensemble nous écrivons les saisons

    Les mots jonglent avec les maux 

    Ainsi va la vie 

    Retenons le meilleurs ...

    Tu as su remplacer mon sol tortueux 

    Anéanti pas des années de sécheresse 

    A chaque printemps 

    Tu t'ouvres à la vie 

     

    Tel un éventail tout vert !

     

    "Au pied de mon arbre" d'ABC du blog : "Jardin des mots" :

    Au pied de mon arbre

    J’écoute le rossignol qui chante

    Au pied de mon arbre

    J’écoute le rossignol chanter

     

    Il chante pour moi la romance

    Des jours heureux de l’enfance

    Temps de jeunesse et d’insouciance

    Quand dans l’arbre nous pouvions grimper

     

    Au pied de mon arbre

    J’écoute le rossignol qui chante

    Au pied de mon arbre

    J’écoute le rossignol chanter

     

    Il chante pour moi la romance

    Des aventures de l’adolescence

    Temps où s’envole l’innocence

    Quand dans l’arbre nous rêvions d’aimer

     

    Au pied de mon arbre

    J’écoute le rossignol qui chante

    Au pied de mon arbre

    J’écoute le rossignol chanter

     

    Il chante pour moi la romance

    D’une belle descendance

    Temps d’une folle cadence

    Quand sous l’arbre nous venions souffler

     

    Au pied de mon arbre

    J’écoute le rossignol qui chante

    Au pied de mon arbre

    J’écoute le rossignol chanter

     

    "Au pied de mon arbre" de Vagamonde du blog : "Vagamonde" :

    Brassens disait : « Au pied de mon arbre, je vivais heureux...»

    Vagamonde dit : « Au creux de mon arbre, je vivais heureuse...»

    Certes, je l'ai quitté des yeux mais il reste et restera toujours au fond de mon cœur.

    Cet arbre était un magnifique chêne où j'aimais me réfugier lorsque j'étais enfant, Je ne peux dire son âge mais ses branches écartées me laissaient suffisamment de place pour m'y asseoir et rêver en toute quiétude. Etant d'une timidité maladive, j'avais l'impression qu'il me protégeait et que rien ne pouvait m'atteindre...

    Il monte toujours la garde en haut du village de mon enfance mais il est fortement marqué par le passage d'une tempête.

    Combien de temps résistera-t-il ? Je ne sais pas mais cet arbre sera toujours Le Mien...

     

    "Mon arbre" de Durgalola du blog : "Petites graines" :

    Cliquez sur la photo pour l'agrandir

    "Mon arbre" de Jak du blog : "  "Encore des mots, rien que des mots, toujours des mots" :

    Cliquez sur la photo pour l'agrandir

     

    "Mes arbres" de Céline du blog : "Aquarellement vôtre" :

     

    Les participations au Café Thé n° 115 - Au pied de mon arbre...
    Les participations au Café Thé n° 115 - Au pied de mon arbre...

    8 commentaires
  • Depuis mes débuts sur la blogosphère en avril 2009, je fréquentais le blog de Lydie - Lady Marianne, qui animait des communautés, organisait des jeux et des échanges, donnait des coups de pouce et avait toujours de bons conseils à prodiguer.

     

    Elle participait parfois à mes jeux, Café Thé. Pour le 62 ème, en 2015,j'avais proposé de broder autour de votre autoportrait, à la façon d'un portrait chinois (Si j'étais un arbre, je serais...) ou comme vous le souhaitez....

    Voici ce qu'avait écrit Lydie, qui la définissait bien :

     

    Autoportrait de Lady Marianne du blog "Chienne de vie" :

     

    *si j'étais un animal 
    je serais une maman éléphant
    la force tranquille

    Les éléphants ont la plus longue gestation parmi 
    les Mammifères terrestres : elle dure de 20 à 22 mois.
    Elle est un suivie d'une période d'allaitement de 36 à 48 mois.
    et puis plus âgée je serais matriarche 
    et réglerais les conflits
    ainsi que  la régulation au sein du groupe

    *si j'étais un arbre- 
    je serais un cyprès d'après l'astrologie celte-
    arbre signe de fidélité -de caractère spontané,
    sans faux semblant
    on peut compter sur moi en toutes occasions
    mes amis comptent beaucoup pour moi 
    mais il faut qu'ils soient fidèles
    j'ai connu autrefois des revers de fortune
    mais j'en ai tiré des leçons positives
    je suis persévérante et peux réaliser de grandes choses-

    *si j'étais un héros

    j'ai horreur des injustices-
    en ayant subi
    je serais Robin des bois ou Thierry la Fronde
    ou ???
    pour aider les pauvres , les démunis-
    *si j'étais un métier
    je serais conciliatrice- ou avocate
      dans la police ou pompier 

     

     

    Paix à ton âme, Lydie !

    Nous ne t'oublierons pas


    12 commentaires
  • Pour ce 114ème Café Thé, je vous ai proposée de broder autour de cette photo de chaussures abandonnées sur un ponton, au port des Tuiles, à Biganos, sur le Bassin d'Arcachon, il y a quelques jours.

     

     

    Vous étiez invités à broder autour de cette photo, nous raconter nous comment ces godillots crottés se sont retrouvés là, ou ce qu'ils vont devenir.

     

    Et si cette photo ne vous inspirait pas, à nous parler de chaussures : mocassins, escarpins, tongs ou charentaises...

     

    Je vous ai présenté les 6 participations à ce jeu.

     

    Voici celle de Jak (reçue hier) du blog : "Encore des mots, rien que des mots, toujours des mots" :

     

     

    La participation de Jak au Café Thé n° 114 - Les Godillots...

    5 commentaires
  • Pour ce 115ème Café Thé, je vous propose de nous parler d'un arbre que vous aimez, ou que vous détestez, mais qui vous a marqué(e), de nous raconter pourquoi...

     

     

    Les consignes : Ecrivez, rimez, dessinez, brodez, scrappez, chantez, délirez, faites ce que vous voulez... Faites nous rire ou pleurer...

    Si vous êtes blogueur, ne publiez pas votre texte avant la parution des participations (le 1er décembre 2019)

     

     

    Que vous soyez blogueur ou pas, envoyez moi votre participation 

    avant le 30 novembre 2019 à ecureuilbleu33@live.fr...

    Au plaisir de vous lire...

     

     

    Amusez vous bien !

     

     

    Si vous aimez écrire et vous amuser, vous pouvez aussi participer à d'autres ateliers :

     

     

     

    Le "prénom du mercredi" chez Jill Bill

     

    Le "Petit jeu de lettres" chez Lady Marianne

     

    "Aimé-détesté" chez Renée

     

    Les "défis écriture de Ghislaine" (règlement dans la colonne de droite sur son blog)


    4 commentaires
  • Pour ce 114ème Café Thé, je vous ai proposée de broder autour de cette photo de chaussures abandonnées sur un ponton, au port des Tuiles, à Biganos, sur le Bassin d'Arcachon, il y a quelques jours.

     

     

    Vous étiez invités à broder autour de cette photo, nous raconter nous comment ces godillots crottés se sont retrouvés là, ou ce qu'ils vont devenir.

     

    Et si cette photo ne vous inspirait pas, à nous parler de chaussures : mocassins, escarpins, tongs ou charentaises...

     

    Les consignes étaient : Ecrivez, rimez, dessinez, brodez, scrappez, chantez, délirez, faites ce que vous voulez... Faites nous rire ou pleurer...

    Si vous êtes blogueur, ne publiez pas votre texte avant la parution des participations (le 2 novembre 2019)

     

     

    Nous sommes 6 à avoir participé (Jill Bill, ABC, Renée, Rose, Corinne et moi)

    et je vous en remercie.

     

    Bravo à toutes !

     

     

    Voici les 6 participations :

     

     

     

    "Dans les godillots crottés..." de Jill Bill du blog "Melting-pot" :

     

    « Les sabots d'Hélène étaient tout crottés

    Les trois capitaines l'auraient appelé vilaine

    Moi j'ai pris la peine de les déchausser

    Les sabots d'Hélène moi qui ne suis pas capitaine

    Et j'ai vu ma peine bien récompensée

    Dans les sabots de pauvre Hélène, dans ses sabots crottés

    Moi j'ai trouvé les pieds d'une reine et je l'ai ai gardés... »

     

    Je chantais ce p'tit air connu

    Quand soudain j'ai vu

    Sur un ponton de bois

    Des godillots non de bourgeois

    Dedans j'y ai trouvé

    Un pauvre ère tout autant crotté

    Moi j'ai pris la peine

    Moi qui ne suis point une reine

    D'emmener cette âme vagabonde

    Dans ma vie, dans mon monde

    Et je fus bien récompensée

    Car dans ces godillots de pauvre ère tout crotté

    Moi j'y ai trouvé

    Un prince charmant après baiser

    Et moi je l'ai gardé !

     

    "Chaussure" d'ABC du blog : "Jardin des mots" :

    Je suis chaussure,

    Ni chausson,

    Ni sabot,

    Ni sandale,

    Pas moins botte,

    Que pompe,

    Ou tatane,

    Non, chaussure,

    Simple chaussure,

    Cherchant avec angoisse chaussure à mon pied,

    Comment être chaussure sans être paire ?

    J’ai rencontré un soulier,

    Bien trop cultivé,

    Ai fréquenté un escarpin,

    Refusant ma main,

    J’ai essayé une godasse,

    Tellement fadasse,

    Une vieille pantoufle,

    À bout de souffle,

    Un mocassin,

    Pas bien malin,

    Moi qui suis chaussure,

    Basse, fermée et dure,

    Pourquoi ne m’avez-vous pas fabriquée,

    Montante, ouverte et souple

    Pour vivre en couple ?

     

    "Les godillots" de Renée du blog : "Envie de" :

    Depuis quelques années nous t’avons accompagnés.

    Aussi fidèle qu’un chien

    Tu ne nous as rien pas épargnés

    Bien que nous rendions tes pieds aériens

     

    Par mont le plus souvent

    Mais nous avons avec toi tout traversé

    Caillasses, rivières, étangs

    Rien ne nous fut ménagé

     

    Pour nous tu n’as eu aucun égard

    Tu ne nous as jamais nettoyés

    Et aujourd’hui, tu nous tourne le dos sans un regard !

    Sur ce ponton lâchement, tu nous as abandonnés.

     

    "Les godillots" de Rose du blog : "Golondrina 63" :

    C'est un mystère !

    Mais ne serait-ce pas ceux de Van Gogh? 

    Cela dit ,

    Qui sait ?

    Après les avoir peints

    Zut j'aurais préféré que ce soit son tableau sur ce ponton 

    Enfin le bon 

    J'ai ouïe dire que des souliers il en aurait esquissé quelques uns 

    Le Roi de la nature morte 

    Et oui 

    Ces godillots me font penser à cet illustre 

    koi j'en ai le droit

    Et vous d'en rire 

    En ce temps-là 

    Y en a qui s'en serait crêpé le chignon pour ramasser ces godillots  célèbres oubliés 

    Et là

    Personne ne s'est  baissé

    Je vais économiser ma mémoire 

    Laisser l'artiste ...

    Et je vais parer au plus facile 

    Et si quelqu'un s'était jeté à l'eau 

    Pour tout simplement 

    Oublier sa vie de vagabond 

    Mais...

    C'était sans compter sur ces godillots 

    Subitement ils ont un certain pouvoir 

    Celui d'être sauvés de l'oubli 

    Ces godillots sont devenus une énigme ...

    Je laisse le soin au lecteur de poursuivre l'enquête 

     

    "Les godillots" de Corinne du blog : "Mon blog de points de croix" :

    Regardez ces godillots

    C'est sûr, ils ont une histoire à raconter 

    Ils ont vécu de bien belles années

    Il étaient vieux et usés

    Mais qu'est ce que j'étais bien dedans.

    Ils auraient pu durer des années encore

    Oui ces godillots m'appartenaient

    Je les ai porté pendant une petite trentaine d'années

    Ils pourraient en raconter des choses

    pour le plus souvent des histoires de jours heureux

    J'ai été obligée de m'en séparer

    Je les ai déposés le coeur rempli de tristesse près de la jetée

    Aujourd'hui ceux que je porte me font mal aux pieds

    Ils m'emprisonne et m'empêche de marcher correctement

    J'aimerais qu'un jour quelqu'un m'en offre de plus confortables

    un peu comme cendrillon, 

    pour démarrer une autre histoire et 

    repartir pour quelques autres années de bonheur ...

    "Adam et Eve, les godillots" d'Ecureuil bleu du blog : "Une bonne nouvelle par jour" :

    Dis, Eve, tu crois qu'il reviendra nous chercher ?

    Cela fait trois jours maintenant, qu'on l'attend...

     

    Mais oui, Adam, il a trop besoin de nous,

    Nous, ses chers godillots...

     

    Quand il est monté sur son bateau,

    Il a dit qu'on prenait l'eau...

     

    Nous l'avons accompagné dans toutes ses randos,

    Nous avons foulé le sable, la terre et la boue...

     

    Oui, mais jamais sur son bateau...

    Peut-être nous a-t'il abandonnés là ?

     

    Mais non, il nous a alignés sur ce ponton.

    Simplement, attendons...


    9 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique