• J'ai trouvé ce livre dans la "bibliothèque solidaire" installée dans le centre commercial Leclerc, sur le principe des boites à livres. 

    Informations pratiques : Paru en 2002 aux éditions "Gallimard". et en 2004 aux éditions "Folio". 199 pages. Prix du Livre Inter 2003. Un film de Jean-Pierre Denis, tiré de ce roman, est sorti en 2004 avec Olivier Gourmet.

    La 4ème de couverture :

    Sous une pluie froide de novembre, la camionnette du libraire Étienne Vollard heurte de plein fouet une petite fille en anorak rouge qui, affolée, courait droit devant elle après avoir vainement attendu sa mère, jeune femme fuyante et transparente.
    Désormais, cet homme va devoir vivre avec les conséquences de l'accident. Affublé d'une paternité d'emprunt, Vollard, jusque-là introverti et solitaire, commence à réciter à l'enfant plongée dans le coma des textes littéraires contenus dans sa mémoire fabuleuse. Lorsque l'enfant s'éveille, elle a perdu l'usage de la parole. Alors, fuyant ses insomnies et ses angoisses anciennes, le libraire emmène Éva marcher dans les paysages de la Grande Chartreuse, lieu sauvage et splendide où vivent des moines qui ont fait vœu de silence. Un gros homme, encombré de lui-même, une mère bien trop jeune, et une fillette précocement fracassée par la vie forment un étrange trio : le triangle des solitudes. Le narrateur de cette histoire, témoin de l'enfance et de la jeunesse de Vollard, exprime sa fascination pour ce libraire inoubliable. Mais ce roman-conte est aussi un hymne inoubliable à la littérature, une méditation sur le fragile pouvoir des livres.

    Mon ressenti :

    Ce roman se déroule de nos jours, dans les Alpes.

    Etienne Vollard, est un libraire passionné de montagne et doué d'une mémoire hors du commun. Il mène une existence tranquille et solitaire jusqu'au jour où il renverse Eva, une fillette qui se jette accidentellement sous les rouesnde sa camionnette.

    Eva a 10 ans et sortait de l'école. Sa mère, Thérèse, était encore en retard pour venir la chercher. Therèse n'était pas là à "l'heure des mamans". Et pourtant Thérèse ne travaille pas, ne voit personne, mais divague, erre en permanence

    Etienne, effondré, va rejoindre la fillette à l'hôpital et s'attacher à elle. Elle est dans le coma et le personnel médical conseille de lui parler. Thérèse ne sait pas quoi dire à sa fille. Etienne va commencer alors à lui raconter des histoires, en père ou grand-père attentionné.

    C'est une histoire triste, très émouvante, qui m'a emportée. J'ai espéré avec Etienne le réveil puis la reconstruction de cette jeune Eva.

    J'ai mis 4,5 sur 5, sur Babelio (note moyenne sur 540 notes : 3,7/5).


    2 commentaires
  • J'achète parfois dans mon hypermarché des salades toutes prêtes, et que je trouve copieuses et très bonnes. Elles sont vendues avec un cookie, 2 gressins et une cuillère en bois.

    Enfin, que je croyais en bois.

    Lundi dernier, j'ai regardé l'emballaga avant de le jeter et j'ai été étonnée de découvrir ceci :

    Regardez bien !

    Mangeant la salade chez moi, je n'utilise pas la fourchette fournie, mais une fourchette normale.

    Je jetais la fourchette que je croyais en bois à la poubelle, et j'avais constaté qu'elle se cassait facilement.

    En tapant sur le net "fourchette comestible", j'ai découvert ceci.

    L’entreprise vendéenne Sodebo, spécialiste du traiteur frais, a choisi fin 2020 de supprimer les fourchettes en plastique de ces coffrets Salade & Compagnie dans une optique de réduction des déchets. Des consommateurs ont réagi et réclamé une fourchette (pratique lorsque l'on déjeune au bureau ou à l'extérieur). Du coup, l'entreprise a inséré une fourchette en carton dans ses coffrets salade.

    Et depuis juin 2023, dans une démarche de zéro déchet, ils ont intégré une fourchette comestible, en biscuit, avec une « recette simple associant farine, eau, sel, huile et fibres ».

    En biscuit ?

    Etonnée, j'ai goûté cette fameuse fourchette-biscuit. Elle est dure à croquer (attention à ne pas se casser une dent !), mais est mangeable. Pas savoureuse, mais mangeable.

    Je l'ai mangée. En entier...

    J'ai donc laissé zéro déchet !

    Mais non, il reste encore le coffret en carton, l'emballage en plastique dur de la sauce, et les emballages en plastique fin des gressins, de la fourchette et du cookie.

    Faudra-t'il bientôt les manger aussi ?


    10 commentaires
  • J'aurais pu trouver une bouteille lancée à la mer qui se serait échouée sur la plage.

    J'aurais pu faire une belle rencontre dans ce centre commercial où je suis allée faire un tour mercredi 22 mai vers 14 h. Il y avait un monsieur endormi assis sur un banc, et un autre plus loin compulsant son téléphone.

    Mais c'est un livre que j'ai rencontré.

    Je suis allée voir la "bibliothèque solidaire" installée au rez de chaussée de ce centre commercial, sur le principe des boites à livres.  Mon regard  a été attiré par un livre à la couverture bleue qui s'ouvrait légèrement, découvrant une dédicace écrite à l'encre bleue.

    Rencontre avec un livre : "La promesse du cerf-volant" d'Isabele Dornic...
    Rencontre avec un livre : "La promesse du cerf-volant" d'Isabele Dornic...
    Rencontre avec un livre : "La promesse du cerf-volant" d'Isabele Dornic...

    Voici le texte écrit par l'auteur :

    Arès, le 22/05/2024

    Ce livre a déjà une histoire... la mienne, pendant les cinq années que j'ai eu le plaisir fou de l'écrire.

    Ce livre a une histoire = cellede Thomas, de Romain et de toute la famille Costa.

    Et maintenant, ce livre; grâce à vous, va construire une histoire.

    Lisez le, si vous en avez envie.

    Aimez le, aimez les, ces membres de la famille Costa.

    Partagez le, faites le voyager, prêtez le à une personne que vous aimez... qui le partagera à son tour. Dites où il est sur vos réseaux sociaux et, grâce à vous, nous suivrons son périple.

    Grâce à vous, la famille Costa va voyager.

    Merci, du fond du coeur, de le faire vivre dans le coeur des personnes que vous aimez.

    Isabelle

    J'ai laissé un petit mot sur la page Face book d'Isabelle pour lui dire que j'avais trouvé son livre, le lirai et chroniquerai, puis le ferai voyager.

    Informations pratiques : roman d'Isabelle Dornic, Franco-Canadienne, paru en mai 2024, aux éditions "Banq". 584 pages.

     

    La 4ème de couverture :

    “La promesse du cerf-volant” est une histoire poignante qui tisse les fils délicats de l’amour, des rêves brisés et des promesses tenues. Au cœur de ce récit, Thomas Costa, 15 ans, lutte contre la mucoviscidose avec bravoure en cultivant son credo « Vis, simplement. Sois heureux, maintenant », qui résonne comme un défi à la fatalité. A ses côtés, toute sa famille respire à son rythme. Malgré les épreuves, l’espoir demeure, porté par les rêves et les promesses murmurées dans l’intimité des moments partagés. Mais Romain, le père de Thomas, se débat avec ses propres démons, au point de s’accrocher à un rêve qui pourrait entrainer toute la famille à sa perte.

    Entre les crises de toux de Thomas et les aspirations de leurs vies tumultueuses et passionnées, chaque membre de la famille Costa incarne une facette de la résilience. Ce roman est un hommage vibrant aux instants volés à la maladie, à l’amour inconditionnel et à la force des liens familiaux qui nous poussent à affronter nos plus grandes peurs pour ceux que l’on aime.

    Ce roman est un hommage vibrant aux instants volés à la maladie, à l’amour inconditionnel et à la force des liens familiaux qui nous poussent à affronter nos plus grandes peurs pour ceux que l’on aime.


    9 commentaires
  • Jeudi 9 et vendredi 10 mai, a eu lieu à Andernos la 8ème édition des "Voiles en liberté". Il faisait beau, et chaud avec 31°.

    J'y suis allée jeudi en fin d'après-midi et j'ai d'abord assisté à une régate d'Optimists, un défilé en canot à rames des Elles du Bassin, au passage près de la jetée de nombreux petits voiliers, dériveurs et catamarans.

    J'étais venue surout pour voir la régate de pinassottes ou pinasses à voile, embarcations traditionnelles du Bassin d'Arcachon, dont le départ a été donné à 18 h,

    Les pinasses à voiles sont des grandes barques colorées avec un mât et une voile en forme de trapèze, sur lesquelles peuvent embarquer de 4 à 10 personnes.

    Je vous ai montré le départ de la régate.

    Les pinassottes sont difficiles à manoeuvrer. A chaque virement de bord (changement de cap), il faut affaler complètement la voile, virer et la rehisser. La manoeuvre est parfois périlleuse.

    Le 1er changement de cap :

    Voiles en liberté 2024 à Andernos - Virement de bord des pinassottes...
    Voiles en liberté 2024 à Andernos - Virement de bord des pinassottes...
    Voiles en liberté 2024 à Andernos - Virement de bord des pinassottes...
    Voiles en liberté 2024 à Andernos - Virement de bord des pinassottes...
    Voiles en liberté 2024 à Andernos - Virement de bord des pinassottes...
    Voiles en liberté 2024 à Andernos - Virement de bord des pinassottes...

    D'autres virements :

    Voiles en liberté 2024 à Andernos - Virement de bord des pinassottes...
    Voiles en liberté 2024 à Andernos - Virement de bord des pinassottes...
    Voiles en liberté 2024 à Andernos - Virement de bord des pinassottes...
    Voiles en liberté 2024 à Andernos - Virement de bord des pinassottes...
    Voiles en liberté 2024 à Andernos - Virement de bord des pinassottes...
    Voiles en liberté 2024 à Andernos - Virement de bord des pinassottes...
    Voiles en liberté 2024 à Andernos - Virement de bord des pinassottes...

    7 commentaires
  • J'ai déjà lu et apprécié la plupart des romans de Jojo Moyes, alors j'ai emprunté celui-ci à la médiathèque.

     

    .

    Informations pratiques : roman de Jojo Moyes, paru en 2023, aux éditions "Hauteville". 539 pages. 19,95 €.

     

    L'auteur : Jojo Moyes est romancière et journaliste. Elle vit en Angleterre dans l'Essex. Elle a déjà publié : "Avant toi", "Après toi", "Jamais deux sans toi"(livre voyageur), "La dernière lettre de son amant", "Sous le même toit" , "Après tout", "Paris est à nous", "Le bonheur n'attend pas", "Les yeux de Sophie", "Le vent nous portera", "Nos coeurs à l'horizon", "Une douce odeur de pluie", "Les fiancées du Pacifique".

     

    La 4ème de couverture :

    Faites la connaissance de Sam et Nisha...
    Sam ne roule pas sur l'or, mais elle s'accroche. Sa famille compte sur elle ! L'équilibre est fragile, et Sam sait qu'un jour tout peut voler en éclats - elle espère juste que ce ne sera pas pour aujourd'hui...
    Nisha, elle, a tout ce dont elle a toujours rêvé, et plus encore : un mari phénoménalement riche, un dressing à faire pâlir d'envie les influenceuses... Mais son rêve vient de se briser sur une demande de divorce.
    Sam et Nisha n'auraient jamais dû se croiser. Mais lorsque Sam prend par erreur le sac de sport de Nisha contenant des Louboutin aux talons vertigineux, leurs vies s'entremêlent.
    Ensemble, elles découvriront que plus rien ne leur est impossible.

    Mon ressenti :

    Ce roman se déroule de nos jours, à Londres.

    Tout oppose Sam, commerciale investie dans son métier et sa famille, simple, réservée, et Nisha, Américaine, épouse d'un homme riche, sûre d'elle, hautaine, avec un vestiaire fabuleux.

    Elles vont se croiser dans une salle de sport et Sam va emporter par mégarde le sac de Nisha au lieu du sien. Dans ce sac il y avait des Louboutins rouges et une veste Chanel. Et ces louboutins vont les entraîner dans une succession d'aventures.

    Sam souffre au travail depuis que Simon dirige l'entreprise et la dénigre. Son mari, Phil, est dépressif et au chômage. Ils ont des problèmes financiers mais Sam prend le temps d'aider ses parents (courses, ménages et autre) qui en abusent et de soutenir son amie Andréa, soignée pour un cancer.

    Nisha avait une vie facile, vivant dans un hôtel luxueux, avec Carl, homme d'affaires à qui elle obéit au doigt et à l'oeil. Mais Carl lui refuse soudain l'accès à leur penthouse au Bentley Hôtel et bloque ses comptes.

    N'ayant plus rien elle va devoir perdre de sa superbe et travailler comme femme de chambre, soutenue par Jasmine, une autre employée.

    Comme toujours, chez Jojo Moyes, les personnages sont bien campés et crédibles. La plupart sont attachants avec leurs forces et leurs faiblesses : Sam, Jasmine et Andréa sont des personnes généreuses. tout comme Aleks, le cuisinier Polonais, attentionné avec tous. Nisha, odieuse au départ, va se révéler au contact des autres et retrouver sa vraie nature.

    Il y a de nombreuses surprises et retournements de situations, de belles histoires d'amour, des passages émouvants.

    J'ai refermé le livre en remerciant Jojo Moyes pour le bon moment d'évasion passé avec ce roman qui me semble être son meilleur.

    J'ai mis 5 sur 5, sur Babelio (note moyenne sur 143 notes : 4,1/5).


    6 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires