• Pour ceux et celles qui ont gardé leur âme d'enfant, voici un film d'animation intitulé "Believe in Christmas" et réalisé par l'Agence Jung Von Matt pour le groupe : Este Group, groupe financier installé à Vienne en Autriche.

     

    La vidéo dure 1'34 et c'est du pur bonheur. Je l'ai déjà regardée plusieurs fois et je la montrerai pour Noël à mes petitous, Alice (4 ans) et Alban (3 ans) qui devraient adorer eux aussi...

     

    C'est une bien jolie histoire de premier Noël à l'école de la forêt, avec des héros vraiment craquants : hérisson et écureuille, renard, lapin...

    De nombreux thèmes sont abordés : accueil, différence, intégration, ingéniosité (de l'écureuille), complicité, tendresse et amitié...

    Je fais un bisou sur le nez du petit hérisson.

    Vive la vie !


    1 commentaire
  •  

    Mi-septembre, mon amie et voisine, Colette, m'a proposé de pique-niquer à Saint-Brice, au bord des anciens étangs de poissons, pour observer les oiseaux.

    C'est un endroit que nous aimons toutes les deux et nous ne sommes pas les seules.

     

    Le 20 septembre, vers 18h30, nous sommes parties en voiture vers Saint-Brice.

     

    Colette avait apporté des chaises pliantes, une terrine et des boissons, et moi des cakes salés.

    Nous nous sommes installées au bord d'un des étangs, sur une petite avancée de terre. Il faisait encore très beau et nous avons observé : canards, aigrettes, hérons et même une spatule baguée (photos à venir)...

     

     

    Pique-nique en soirée, au bord de l'eau...

    Nous avons passé un très bon moment à admirer la nature, et les oiseaux.

    Quelques libellules sont passées nous saluer, trop rapidement à mon goût...

    Pique-nique en soirée, au bord de l'eau...
    Pique-nique en soirée, au bord de l'eau...

    6 commentaires
  • Hier soir, j'ai regardé pour la nième fois, sur France 2, le film de Jean-Marie Poiré : "Le père Noël est une ordure", sorti il y a 36 ans, en 1982, avec Anémone (Thérèse), Thierry Lhermitte (Pierre), Marie-Anne Chazel (Josette), Gétard Jugnot (Felix), Josiane Balasko (Madame Musquin), Christian Clavier (Katia)

    Le synopsis :

    C'est la nuit de Noël. Thérèse et Pierre s'apprêtent à assurer la permanence téléphonique de l'association SOS détresse-amitié. Une soirée plutôt calme se prépare malgré les troublantes intentions que les deux jeunes gens nourrissent l'un à l'égard de l'autre, les épouvantables gâteaux d'un voisin yougoslave, les fantaisies de l'ascenseur et les visites intempestives et totalement contraires au règlement de quelques désespérés envahissants. Parmi ceux-ci se trouvent Josette, qui vient de quitter son mari alcoolique, et Katia, un travesti gravement dépressif. Mais la plus mauvaise surprise attend le dépanneur, appelé pour l'ascenseur et frappé d'une balle en plein front par Félix, l'époux tyrannique de Josette, encore costumé en Père Noël... 

     

    Mon ressenti :

    Je ne me lasse pas de regarder ce film pour certains passages :

    -" les cadeaux de mon pays" apporté par Monsieur Moskovic

    - les échanges de cadeaux faits main, entre Thérèse (une veste-serpillière) et Pierre (un tableau cochon cochon)

    - le Père Noël (Felix) voulant étrangler "Chouchou" avec le tuyau de douche, qui se venge en lui assénant un coup de fer à repasser en pleine tête

    - Madame Musquin coincée 2 fois dans l'ascenseur

    - Josette complétant une feuille de soins ("Zézette épouse X) 

    - le kloug de Monsieur Moskovic, qui fume dans l'assiette

    - le lapin qui observe tout, caché sous une armoire...


    6 commentaires
  • En 2006, j'ai fait un magnifique voyage au Vietnam : un circuit du nord au sud, en passant par Hanoï et Saïgon.

    J'ai pris beaucoup de photos, notamment d'incroyables cyclistes transportantmontagne de paniers, armoire, ballots, tuyaux, etc...

    Je repense souvent à une photo que j'ai ratée, celle de la vendeuse de bougainvillées (mes plantes préférées) à vélo. Je l'ai croisée 3 fois à Hanoï (j'étais chaque fois dans un bus) et 3 fois au moment où j'ai appuyé pour prendre la photo un autre véhicule s'est intercalé.

    En regardant minutieusement et avec beaucoup d'imagination vous comprendrez que ma photo aurait été sublime...

    Vendeuses de fleurs au Vietnam...

    Tout au long du voyage, j'ai pris d'autres photos de marchandes de fleurs...

    A Hanoï, au bord d'une rue (photo un peu floue, prise d'un pousse-pousse) :

     

    Et à Saïgon, un petit marché aux fleurs :

    Vendeuses de fleurs au Vietnam...
    Vendeuses de fleurs au Vietnam...
    Vendeuses de fleurs au Vietnam...
    Vendeuses de fleurs au Vietnam...

    9 commentaires
  • J'ai emprunté ce roman à la médiathèque.

     

     

    Informations pratiques :

     

    Roman de Lee Martin, paru aux Editions Sonatine en décembre 2016. 296 pages. Prix : 21 €

     

    La 4ème de couverture :

    Tout ce qu'on a su de cette soirée-là, c'est que Katie Mackey, 9 ans, était partie à la bibliothèque pour rendre des livres et qu'elle n'était pas rentrée chez elle. Puis peu à peu cette disparition a bouleversé la vie bien tranquille de cette petite ville de l'Indiana, elle a fait la une des journaux nationaux, la police a mené l'enquête, recueilli des dizaines de témoignages, mais personne n'a jamais su ce qui était arrivé à Kathy. 
    Que s'est-il réellement passé cet été là ? 
    Trente ans après, quelques-uns des protagonistes se souviennent. 
    Le frère de Katie, son professeur, la veuve d'un homme soupçonné du kidnapping, quelques voisins, tous prennent la parole, évoquent leurs souvenirs. Des secrets émergent, les langues se délient. 
    Qui a dit la vérité, qui a menti, et aujourd'hui encore, qui manipule qui ? 

    Avec ce magnifique roman polyphonique, littéralement habité par le désir et la perte, Lee Martin nous entraîne dans la résolution d'un crime à travers une exploration profonde et déchirante de la nature humaine.

     

    Mon ressenti :

    Cet été là, Katie Mackey, avait 9 ans, et trois livres à ramener à la bibliothèque... C'était la fille d'un notable de cette petite ville dans l'Indiana.

    30 ans plus tard, 3 narrateurs se souviennent de ce 5 juillet où Katie a été enlevée : Gilley, son frère, Henri Dees, son professeur de mathématiques et Clare, une vieille dame, veuve de Raymond, soupçonné du kidnapping.

    A travers leurs différents témoignages, et ceux des volontaires qui ont participé aux recherches, nous allons découvrir peu à peu ce qu'il s'est passé ce soir-là, et dans les jours qui ont suivi. Que s'est-il réellement passé cet été là ? Qui s'est trompé ? Qui a menti ? Qui a laissé faire ? Quelle est la part de responsabilité de chacun ? 

    C'est un roman prenant, avec des personnages bien campés, terriblement humains. 

     


    8 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires