• Lors de mon voyage au Canada, en octobre 2016, j'ai passé 2 jours dans la ville de Québec. Le second jour, nous avons visité les environs : la côte de Beaupré avec la basilique Sainte-Anne-de-Beaupré, la chute Montmorency et puis l'Ile d'Orléans et ses cabanes à sucre.

    Du haut du parc de Montmorency, voici la vue sur la ville de Québec, sans zoom  et avec zoom.

    Sur la seconde photo on aperçoit le château Fontenac, à gauche:

    La Côte de Beaupré au Québec ...
    La Côte de Beaupré au Québec ...

    La Côte-de-Beaupré est une commune de la région du Québec au Canada, bordée par le fleuve Saint-Laurent. Elle est riche d'un passé agricole hérité des Amérindiens et des premiers colons de la Nouvelle-France.

    A l'automne, les couleurs sont magnifiques ...

    N'hésitez pas à cliquer sur les photos pour les agrandir...

    La Côte de Beaupré au Québec ...
    La Côte de Beaupré au Québec ...
    La Côte de Beaupré au Québec ...
    La Côte de Beaupré au Québec ...
    La Côte de Beaupré au Québec ...
    Vous aimerez peut-être:

    10 commentaires
  • Le loropetalum chinense ou loropétale de chine est un arbrisseau au feuillage pourpre et à fleurs roses ou rouges, en lanières ébouriffées très décoratives.

    Son  nom : "loropetalum" signifie pétales (petalum) en lanières (loron) en grec. 

    Il fleurit en fin d'hiver et au début du printemps et la floraison dure environ 3 semaines.

    J'ai découvert cet arbuste il y a quelques années sous forme d'un bonsaï que je n'ai pas réussi à conserver. 

    Au printemps 2017, j'ai acheté 2 pots en fleurs, que j'ai replanté dans 2 grandes coupes.

    Ils ont refleuri en début de mois...

    Connaissez vous le loropetalum ?
    Connaissez vous le loropetalum ?
    Connaissez vous le loropetalum ?
    Connaissez vous le loropetalum ?
    Connaissez vous le loropetalum ?
    Connaissez vous le loropetalum ?
    Connaissez vous le loropetalum ?
    Connaissez vous le loropetalum ?
    Connaissez vous le loropetalum ?

    12 commentaires
  • Informations pratiques : paru en 2013 aux éditions Albin Michel. 564 pages. Disponible en Livre de Poche. Prix Goncourt 2013.

    La 4ème de couverture :

    « Pour le commerce, la guerre présente beaucoup d'avantages, même après. »

    Sur les ruines du plus grand carnage du XX° siècle, deux rescapés des tranchées, passablement abîmés, prennent leur revanche en réalisant une escroquerie aussi spectaculaire qu'amorale. Des sentiers de la gloire à la subversion de la patrie victorieuse, ils vont découvrir que la France ne plaisante pas avec Ses morts...
    Fresque d'une rare cruauté, remarquable par son architecture et sa puissance d'évocation, Au revoir là-haut est le grand roman de l'après-guerre de 14, de l'illusion de l'armistice, de l'État qui glorifie ses disparus et se débarrasse de vivants trop encombrants, de l'abomination érigée en vertu.
    Dans l'atmosphère crépusculaire des lendemains qui déchantent, peuplée de misérables pantins et de lâches reçus en héros, Pierre Lemaitre compose la grande tragédie de cette génération perdue avec un talent et une maîtrise impressionnants.

     

    Mon ressenti :

    L'histoire commence à la fin de la guerre 14-18, quelques jours avant l'armistice. Albert Maillard, comptable dans la vie civile est témoin de la duplicité du lieutenant d'Aulnay- Pradelle qui les pousse à attaquer dans la côte 113. Devenu témoin gênant, il est poussé dans un trou par l'officier, recouvert bientôt de terre et gravats. Il échappe à la mort grâce à une tête de cheval, et surtout grâce à un autre poilu, Edouard Péricourt qui le sauve et reçoit alors un éclat d'obus en pleine face, devenant "une gueule cassée".

    Ces deux-là seront désormais liés à la vie à la mort. Albert va aider Edouard à changer d'identité pour ne pas rentrer chez lui, retrouver son père industriel très aisé et sa soeur, puis il s'occupera de lui à la fin de la guerre, le logeant, l nourrissant et lui fournissant la morphine indispensable pour soulager ses souffrances.

    Les poilus ont du mal à se reinsérer et certains profitent du malheur des autres, sans vergogne, comme Pradelle.

    Edouard, dessinateur talentueux, va convaincre son ami Albert de réaliser une arnaque incroyable en profitant de la volonté des municipalités d'honorer la mémoire des soldats morts.

    Le récit est captivant. Les personnages sont bien campés et la société d'après guerre est finement décrite, avec tous ses travers : importance des réseaux, abus des riches et des puissants, arnaques et débrouilles en tous genres...

    Pauvres poilus, morts ou vivants !

     

    Merci Pierre Lemaitre pour ce très beau roman !

    Albert Dupontel  sort en octobre un film tiré de ce roman, avec lui-même, Laurent Laffitte, Niels Ariestrup. 

     

    Quelques extraits :

    - "Son gendre pouvait sombrer, lui, Marcel Péricourt, resterait sur la berge, l'oeil vif, avec autant de bouées que nécessaire pour sauver sa fille et ses petits-enfants.

    Mais lui,il le regarderait se dabattre, sans lever le petit doigt.

    Et s'il fallait lui appuyer sur la tête, rien d'impossible."

     

    - "Le cœur affolé dans la poitrine, le voici dans le hall haut comme une cathédrale, des miroirs partout, tout est beau même la bonne, une brune aux cheveux courts, rayonnante, mon Dieu, ces lèvres, ces yeux, tout est beau chez les riches, se dit Albert, même les pauvres."


    6 commentaires
  • Il y a quelques jours je vous ai parlé de cette abomination : un poisson vivant vendu dans une lampe comme objet de décoration.

    Je vous avais donné quelques arguments trouvés sur le net pour montrer que c'était atroce.

    Certaines enseignes l'ont sorti de la vente mais ce mini aquarium reste en vente sur le net.

    Sereine, du blog "Savoir Tend au Respect", est une spécialiste de ces poissons combattants. Elle a apporté ces compléments d'information en commentaire sous mon premier article sur le sujet :

    J'ai des combattants à la maison, un couple et leur 4 enfants. 
     

    Oui les 25°C sont aussi nécessaire à ces poissons que vêtements aux humains. 
     

    Pour ce qui est des plantes : en soit ce n'est pas vraiment de la végétation qu'il lui faut, ce sont des lieux pour se cacher, et donc en aquariophilie les plantes ont aussi cet usage. 
     

    Pour tes litrrages, non. Le minimum vital c'est 15L. En gros, comprend que, mettre un betta (c'est son nom, betta spenden) dans 3 litres = mettre un berger allemand dans des WC. Le basculer dans 15 c'est passer le chien dans une sdb de 10m². Si tu juges NORMAL que le chien puisse courir sur une pelouse, une plage, alors tu ne mettras pas ton betta dans moins de 50L.
     

    Maintenant dernière chose : on ne met JAMAIS d'eau du robinet à un poisson et on ne change JAMAIS l'eau du poisson à 100% car c'est comme si toi tu passais en 2 secondes d'un sommet de montagne au niveau de la mer : très dangereux. Hors tu vas faire quoi avec ta lampe quand l'eau sera verte = le 5ème jour ? (la lampe provoquera l'apparition d'algues). Tu laveras le récipient avec du savon à vaisselle, et tu remettras de l'eau "propre" ? Donne une gellule de cyanure à ton chien, se sera aussi épouvantable.
     

    Un poisson est un être vivant, pas un élément de décoration.


    13 commentaires
  • En novembre 2015, je vous avais parlé des 8 distributeurs d'histoires courtes testés à Grenoble.

    C'est la start-up Iséroise, Short édition, qui a inventé ces bornes sans écran qui permettent de choisir des histoires courtes à lire pendant : 1 minute, 3 minutes ou 5 minutes, et sortent un papyrus comportant un poème ou une nouvelle, plus ou moins longs selon la durée choisie.

    Le Distributeur d'Histoires Courtes permet d'offrir une histoire à votre visiteur ou à votre client.

    C'est un outil innovant et très qualitatif pour créer, à partir d'un contenu noble qu'est l'écrit, de la connivence avec votre client ou visiteur et pour lui apporter une marque de votre considération.

    Avec le Distributeur d'Histoires Courtes, vous améliorez votre relation client en transformant des temps faibles (sentiments d'attente, de délaissement, impatience…) en temps forts (surprise, sourire, lecture).

    Après l'expérience réussie de Grenoble de nombreuses bornes ont été mises en place : dans de nombreuses gares (Paris, Quimper, Marseille, Bordeaux), des stations de métro, des aéroports (Roissy, Lyon...), l'institut Curie, des mairies (Puteaux), les Galeries Lafayette, des centres commerciaux (Strasbourg) et même un Lycée à Chartes depuis début septembre.

    Les bornes et les "papyrus" distribués, sont personnalisables avec le logo de l'entreprise qui décide de les installer. 

    Ces distributeurs sont reliés via le net à la bibliothèque de Short édition, alimentée par 6 800 auteurs sélectionnés par les lecteurs de la Communauté Short édition et rémunérés pour chaque exploitation de leur oeuvre dans un distributeur automatique. 55 000 oeuvres sont ainsi disponibles.

    Ce service est gratuit pour le lecteur qui peut ainsi se détendre, patienter agréablement et peut-être trouver (ou retrouver) le goût de la lecture.

     

    Je n'ai pas encore testé ce distributeur mais la prochaine fois que j'irai à Bordeaux je passerai par la gare Saint-Jean pour obtenir ces papyrus à lire...

    Et vous, avez vous testé ces distributeurs d'histoires courtes ?

     


    7 commentaires