• Je vous ai déjà montré quelques oiseaux photographiés au parc ornithologique du Teich : les cigognes et cigogneaux, la bergeronnettes printanière, les grèbes huppés,les spatules blanches, les avocettes élégantes, les hérons cendrésles échasses blanches...

    Je suis allée 2 fois cette année au Parc du Teich : une première fois en mai, à l'occasion de mon stage photo et une seconde fois en juin, seule. Cette seconde fois j'ai vu d'autres limicoles   ( petit échassier consommant des petits invertébrés vivant dans la vase ou l'humus) difficiles à photographier car toujours la tête dans l'eau pour pêcher et loin des cabanes d'observation.

    En cherchant sur le net j'ai trouvé qu'il s'agissait de "barges à queue noire".

     

    Les barges à queue noire au Parc du Teich...
    Les barges à queue noire au Parc du Teich...
    Les barges à queue noire au Parc du Teich...
    Les barges à queue noire au Parc du Teich...
    Les barges à queue noire au Parc du Teich...

    Quelques informations :

    Chez la barge à queue noire, le mâle est plus petit et plus coloré que la femelle, avec un bec légèrement plus court. 
    En plumage nuptial, le sommet du crâne et la nuque sont roussâtres, striés de brun. Le sourcil, le menton et le dessous de l'oeil sont blancs. Une raie brune parcourt la face de l'oeil jusqu'au bec. Les joues, la face antérieure et les côtés du cou, la poitrine et le ventre sont d'une teinte rouille claire dorée. Le plumage de la poitrine est barré horizontalement de stries foncées et les flancs sont ornés d'écailles brunes.

    Source : http://www.oiseaux.net/oiseaux/barge.a.queue.noire.html


    8 commentaires
  • Lorsque je blogue, je suis la plupart du temps assise sur mon canapé, l'ordinateur portable juste à côté, et le tapis à souris entre le clavier et moi.

    En même temps que je prépare un article ou répond à des commentaires, je plie du papier : prépare des petits triangles pour réaliser ensuite des animaux en origami modulaire.

    Mes chats, Ecureuille et Squirel, viennent souvent squatter mes genoux et se faire caresser.

    Squirel est envahissant et aime bien s'étaler complètement. Après avoir testé mes genoux il se couche sur mon tapis de souris et s'y prélasse :

     

    Je suis obligée de récupérer la souris sous son ventre -et bien sûr il ne fait aucun effort pour m'aider- et de trouver un autre endroit pour l'utiliser...

     

    Sur son dos, cela ne le dérange pas, mai c'est bien moins pratique pour moi...

     

    Vous remarquerez qu'il porte toujours son col roulé : mon astuce n'est pas efficace à 100 % et ses plaies au cou ne sont pas toujours refermées...


    8 commentaires
  • Ce roman m'a été prêté par mon amie Cathycat, du blog "La new cathzette"...

    Informations pratiques : 124 pages. Editions Pocket. Paru en 2013

    L'auteur :

    Eriko Nakamura, Japonaise mariée à un Français, partage sa vie entre Tokyo où elle présente différentes émissions à la télévision et Paris

     

    La 4ème de couverture :

    Eriko Nakamura, mariée à un Français, vit à Paris depuis dix ans. Pourtant, les occasions ne manquent pas pour elle de s’exclamer au quotidien : Nââândé !? Un petit mot qui exprime toute la stupéfaction japonaise face à notre façon d’être bien française.
    Un taxi qui ne prend pas les petites courses ? Personne ne chante dans les boîtes de nuit parisiennes ? « Enlevez votre chemisier », dit le médecin ? Une vieille dame refuse de nettoyer les excréments de son chien ? Nââândé !?
    Paris, fantasme des Japonais, capitale du raffinement et du romantisme, n’a pas fini de les surprendre. Car Paris est aussi remplie de Parisiens !
    Le choc est brutal et désopilant.

     

    Mon ressenti :

    Ce livre n'est pas pour moi un roman, car il n'y a pas de personnages ni d'action mais une comparaison amusante entre nos modes de vie et de culture.

    Un petit livre à conseiller aux Japonais qui vont visiter la France ou aux Français qui vont visiter le Japon. 

     

    Quelques extraits :

    - "Au Japon, faire la queue, c'est une manière d'exprimer son respect des autres. A Paris, passer devant son voisin, c'est une manière d'affirmer qu'on est plus malin que lui"

    - "A Paris, les grévistes marchent sur la chaussée pour bloquer la circulation et brandissent des drapeaux en essayant de faire le plus de bruit possible. A Tokyo, les grévistes marchent en silence sur une petite partie de la chaussée pour gêner le moins possible la circulation et portent un simple brassard noir."

    - "A Tokyo, une Japonaise se sent dans un taxi comme si elle était dans la voiture de son propre père. Alors qu'à Paris, j'ai toujours l'impression d'entrer dans la maison de quelqu'un... sans y avoir été vraiment invitée."

    -"Pour faire rire un Français, il faut faire dix blagues différentes. Pour faire rire un Japonais,il faut faire dix fois la même blague." 

     


    6 commentaires
  • Je vous ai déjà montré quelques oiseaux photographiés au parc ornithologique du Teich : les cigognes et cigogneaux, la bergeronnettes printanière, les grèbes huppés,les spatules blanches, les avocettes élégantesles hérons cendrés...

     

    Les échasses blanches sont les oiseaux qui s'approchent le plus des cabanes d'observation, tout à leur recherche de nourriture, et c'est un vrai régal de les observer défiler sur leurs longues jambes roses.

    Les mâles ont le dessus de la tête tout noir alors que les femelles ont la tête blanche.

     

     

     

    Les échasses blanches au Parc du Teich...
    Les échasses blanches au Parc du Teich...
    Les échasses blanches au Parc du Teich...
    Les échasses blanches au Parc du Teich...
    Les échasses blanches au Parc du Teich...
    Les échasses blanches au Parc du Teich...
    Les échasses blanches au Parc du Teich...
    Les échasses blanches au Parc du Teich...
    Les échasses blanches au Parc du Teich...
    Les échasses blanches au Parc du Teich...
    Les échasses blanches au Parc du Teich...
    Les échasses blanches au Parc du Teich...
    Les échasses blanches au Parc du Teich...
    Les échasses blanches au Parc du Teich...
    Les échasses blanches au Parc du Teich...
    Les échasses blanches au Parc du Teich...
    Les échasses blanches au Parc du Teich...
    Les échasses blanches au Parc du Teich...
    Les échasses blanches au Parc du Teich...
    Les échasses blanches au Parc du Teich...
    Les échasses blanches au Parc du Teich...
    Les échasses blanches au Parc du Teich...

    Quelques informations :

    L'Echasse blanche est un élégant limicole ( petit échassier consommant des petits invertébrés vivant dans la vase ou l'humus). ne pouvant être confondu, avec son bec noir, droit et fin comme une aiguille et ses longues pattes de couleur rose, qui sont les plus grandes, en proportion, de toutes les espèces de limicoles. Elle semble fragile sur ses longues pattes qui sont aussi très fines. En vol, elle les tient en extension, et elles dépassent largement de sa queue. Son plumage est blanc dessous et noir dessus. Le mâle, un peu plus grand, a un dessus tout noir à reflet métallique vert ; tandis que la femelle a un dos brun noir brillant qui contraste avec ses ailes noires. La femelle a la tête blanche, parfois maculée, tandis que le mâle arbore une nuque noire en plumage nuptial. En hiver, mâle et femelle ont la tête entièrement blanche. Les ailes pointues sont entièrement noires chez l'adulte. Les jeunes ont la tête et le cou grisâtres ; ainsi qu'un manteau brun moins foncé que celui des adultes. Leurs pattes sont gris-brun à nuance chair. Nombre d'entre eux ressemblent aux adultes à la fin du printemps.

    Source: http://www.oiseau-libre.net/Oiseaux/Especes/Echasse-blanche.html

     


    7 commentaires
  • Fin mars 2017, j'ai passé quelques jours à Edimbourg en Ecosse. Je vous ai déjà parlé du pont du Forth, et du Château : intérieur et vues sur la ville, du Palais de Holyrood., de la Cathédrale Saint-Gillesintérieur et vitraux, de la vieille ville, du Musée National d'Ecosse...

    Toujours sur l'artère principale de la vieille ville, le Royal Mile, nous avons visité une ancienne église transformée en marché : "Royal Mile Market" :

     

    J'ai plus regardé les vitraux que les tableaux, bijoux, vêtements, chapeaux...

    Je ne suis pas restée longtemps, gênée par l'installation des marchands du temple à l'intérieur de cette église.

    Edimbourg : une église transformée en marché d'artisanat...
    Edimbourg : une église transformée en marché d'artisanat...
    Edimbourg : une église transformée en marché d'artisanat...
    Edimbourg : une église transformée en marché d'artisanat...
    Vous aimerez peut-être:

    1 commentaire