• 'albizia, appelé aussi "arbre à soie" ou "mimosa de Constantinople" est un arbre de la famille des mimosas qui doit son nom à Filippo del Albizzi, un italien qui l'introduisit en Europe au milieu du  XVIIIème siècle.

    Cette espèce est courante dans les régions tropicales d'Asie, d'Afrique, d'Amérique centrale et du Sud, d'Australie. Cet arbre, de 6 à 12 m de haut et de 5 à 8 m de large a un port ample à la ramure bien étalée. Il ressemble au flamboyant, une autre espèce des pays tropicaux.

     

    Sa floraison, parfumée et mellifère, est appréciée des insectes pollinisateurs.

     

    Son feuillage découpé rappelle celui du mimosa.

     

    Il y a quelques jours j'ai acheté un jeune plant en fleurs et l'ai transféré dans un pot à bonsaï.

    Jolies fleurs en plumeaux de l'albizia ...
    Jolies fleurs en plumeaux de l'albizia ...
    Jolies fleurs en plumeaux de l'albizia ...
    Jolies fleurs en plumeaux de l'albizia ...

    Les plumeaux de soie, formés par les étamines, sont délicieusement parfumés :

    Jolies fleurs en plumeaux de l'albizia ...
    Jolies fleurs en plumeaux de l'albizia ...
    Jolies fleurs en plumeaux de l'albizia ...
    Jolies fleurs en plumeaux de l'albizia ...

    Ces aigrettes de fleurs sont pour moi symbole de légèreté et de pétillance.


    15 commentaires
  • Même si je plaisante maintenant, je n'ai pas trouvé cela drôle sur le coup.

    Je suis allée me promener un matin au bord de l'Océan Atlantique, sur la plage du Grand Crohot, avec mon frère.

    Lui, voulait marcher dans l'eau pour soulager ses tendons douloureux.

    Moi, je voulais prendre des photos, et peut-être trouver des objets insolites, comme en décembre 2011, lorsqu'après une grande marée j'avais découvert sur la plage un inventaire à la Prévet, rejeté par la mer.

    La plage était propre, sans déchets (ouf !). Sur le sable une tige brillante d'environ 1 cm dépassait. Intriguée, je me suis approchée et j'ai dégagé la tige. Elle mesurait 6 cm et il y en avait 4, plantées dans un plomb, avec des perles de couleur : un gros hameçon pour pêcher du lourd !

    Et qui aurait pu me déchirer le pied si j'avais marché dessus.

    Je l'ai ramassé pour éviter que quelqu'un ne se blesse :

    Plomb surf grappin à 4 branches

    Plomb surf grappin à 4 branches


    17 commentaires
  • Vendredi dernier, je suis allée faire du canoë, avec mon frère, ma soeur étant rentrée chez elle.

    Pour changer nous sommes allés à Longarisse, au bord du Lac de Lacanau, en Gironde.

    Nous avons navigué de 9h30 à 11h30. Il n'y avait que quelques pêcheurs, et nous.

    L'eau était claire, parsemée de colliers d'algues.

    Des sortes de nénuphars jaunes bordent le bord des roselières.

    J'ai été un peu déçue de ne pas voir de libellules, habituellement très nombreuses.

    Un héron s'est envolé juste devant nous, majestueux...

     

     

    Vous pouvez agrandir les photos en cliquant dessus et les faire défiler en cliquant sur les flêches.

     

     

     

    Balade en canoë, sur le lac de Lacanau...
    Balade en canoë, sur le lac de Lacanau...
    Balade en canoë, sur le lac de Lacanau...
    Balade en canoë, sur le lac de Lacanau...
    Balade en canoë, sur le lac de Lacanau...
    Balade en canoë, sur le lac de Lacanau...
    Balade en canoë, sur le lac de Lacanau...

    19 commentaires
  • J'avais des tomates en attente, et des figues un peu mûres offertes par un ami.

    J'ai préparé cette recette hier soir, en m'inspirant d'une recette de tarte à la tomate réalisée l'an dernier.

     

    Ingrédients :

    • une pâte feuilletée
    • 2 grosses cuillères à café de moutarde à l'ancienne
    • 2 grosses tomates
    • une vingtaine de tomates cerises
    • 3 figues violettes, bien mûres
    • du fromage râpé (emmental)
    • des pétales de jambon cru

     

    La recette :

    1. Préchauffer le four à 180°
    2. Etaler la pâte dans un moule à tarte
    3. Couper les grosses tomates en rondelles et les laisser perdre leur eau dans une assiette
    4. Couper les tomates cerises en 2
    5. Etaler la moutarde à l'ancienne sur la pâte
    6. Déposer les rondelles de tomates en les faisant se chevaucher
    7. Ajouter les tomates cerises
    8. Ajouter les figues coupées en petits morceaux
    9. Déposer les morceaux de jambon
    10. Parsemer de fromage râpé
    11. Enfourner pour 30 minutes

     

    C'était délicieux, meilleur que celle réalisée en 2019, grâce aux figues rajoutées et à la cuillère de moutarde enlevée.

     
    Tarte aux tomates et aux figues...
    Tarte aux tomates et aux figues...

    14 commentaires
  • En août 2020, j'ai regardé 4 films sur la médiathèque numérique proposée par les bibliothèques de Gironde :  "Je ne rêve que de vous", "Il pleuvait des oiseaux", "Trois étés" et "La communion".

     

     

    - "Je ne rêve que de vous", film français de Laurent Heynemann, avec Elsa Zylberstein, Hippolyte Girardot, Emilie Duquenne, sorti en janvier 2020. Durée : 1h40

     

    • Résumé :           1940. Janot Reichenbach abandonne mari et enfant pour lier son destin à celui tragique de l’homme dont elle est éprise depuis l’adolescence alors qu’il est menacé par l’arrivée au pouvoir des artisans de la Collaboration. Elle traversera l’Europe et sacrifiera sa liberté pour épouser l’homme qu’elle aime au camp de Buchenwald où il sera enfermé, et, avec lui, elle survivra à cette épreuve. Cet homme, c’est Léon Blum.

     

    • Mon ressenti :  Ce film se déroule de 1940 à 1945, en France, et raconte l'histoire d'amour (histoire vraie) entre Jeanne Reichenbach (Elsa Zylberstein) et Léon Blum (Hippolyte Girardot), son aîné de 27 ans. Jeanne aime Léon Blum, depuis l'adolescence et quitte mari et enfants pour le rejoindre. L'homme politique, ancien président du conseil socialiste, est arrêté par le gouvernement de Vichy, puis emprisonné dans différents endroits, puis au camp de Buchenwald.
    • A aucun moment je ne suis entrée dans cette histoire. Ce n'est ni un film historique, car la période n'est que survolée, ni un biopic sur Léon Blum car l'on n'apprend rien sur lui, ni un film d'amour.
    • Elsa Zylberstein et Hippolyte Girardot sont de bons acteurs, mais ils ne m'ont pas convaincue dans ce film.

     

    • Ma note : 2,5/5  (Note moyenne spectateurs : 2,4/5, note moyenne presse : 2,5/5) 

     

     

    - "Il pleuvait des oiseaux", film canadien de Louise Archambault, avec Rémy Girard, Andrée Lachapelle, Gilbert Sicotte, sorti en juillet 2020. Durée : 2h07

     

    • Résumé :             L’histoire intrigante de trois vieux ermites vivant reclus dans les bois. Alors que des incendies de forêt menacent la région, leur quotidien est bousculé par la mort de leur doyen, Boychuck, et l’arrivée d’une octogénaire injustement internée à vie. Une photographe mandatée pour interviewer les témoins des feux les plus meurtriers de l’époque, trouve leur repaire.

     

    • Mon ressenti :
    • Ce film est une adaptation du roman éponyme de Jocelyne Saucier (que je n'ai pas lu).
    • Ce film est lent et beau. C'est un hymne à la nature qui se déroule dans une forêt canadienne, au bord d'un lac. Une jeune photographe, venue interviewer les témoins de feux récents, rencontre 3 vieux hommes qui vivent cachés, ravitaillés par quelqu'un qui leur apporte à domicile les articles dont ils ont besoin, et qui leur amènera une vieille dame ne voulant pas retourner dans son asile.
    • C'est beau mais lent, très lent...
    • ​​​​​​​Le film ne m'a pas du tout donné envie de lire le livre.

    ​​​​​​​

    • Ma note : 3,0/5  (Note moyenne spectateurs : 3,4/5) 
     

     

     

     

    - "Trois étés", film franco-brésilien de Sandra Kogut, avec Regina Casé, Ottavio Müller, Gisèle Froes, sorti en juin 2020. Durée : 1h34

     

    • Résumé :           Chaque année, Edgar et Marta organisent une grande fête dans leur luxueuse résidence d’été, orchestrée par leur gouvernante Mada et les autres employés de la maison. Mais, en trois étés, tout va basculer. Alors que le monde de ses riches patrons implose, balayé par des scandales financiers, Mada se retrouve en charge de la propriété dont elle est bien décidée à tirer le meilleur parti. Le portrait décapant d’une société néo-libérale à bout de souffle, rongée par ses démons.

     

    • Mon ressenti : 
    • Ce film se déroule au Brésil, de nos jours dans une propriété somptueuse. Mada est la pétulante majordome, gouvernante, chef d'orchestre des réceptions pour une famille bourgeoise. Eugenio, le chef de famille est un homme d'affaires véreux qui va être arrêté. Monsieur Fira, le père d'Eugenio, grabataire, vit avec eux, ne sort quasiment jamais de sa chambre. Mada est aussi commandant en chef d'une armée de domestiques.
    • L'arrestation de leur employeur et le départ du reste de la famille, va obliger Mada à trouver des astuces pour continuer à entretenir la propriété, verser les salaires des domestiques.
    • Elle va continuer à s'occuper du vieux monsieur, lui redonner goût à la vie.
    • J'ai aimé ce film pour l'actrice principale qui joue Mada, son dynamisme, son optimisme, sa bonne humeur et sa débrouillardise, et la fin qui est très belle.

     

    • Ma note : 4,0/5  (Note moyenne spectateurs : 3,0/5, note moyenne presse : 3,0/5) 

     

    - "La communion", film franco-polonais de Jan Komasa, sorti en mars 2020. Durée : 1h55

     

    • Résumé :           Daniel, 20 ans, se découvre une vocation spirituelle dans un centre de détention pour la jeunesse mais le crime qu'il a commis l'empêche d'accéder aux études de séminariste. Envoyé dans une petite ville pour travailler dans un atelier de menuiserie, il se fait passer pour un prêtre et prend la tête de la paroisse. L'arrivée du jeune et charismatique prédicateur bouscule alors cette petite communauté conservatrice.

     

    • Mon ressenti : 
    • Ce film raconte une histoire vraie qui s'est déroulée en Pologne.
    • Daniel est un jeune délinquant, vivant dans un centre de détention qui voudrait devenir prêtre mais son casier judiciaire l'en empêche. Au centre, il est martyrisé par d'autres jeunes et un surveillant.
    • Envoyé dans une petite ville pour travailler dans un atelier de menuiserie, il est pris pour un prêtre et ne dément pas. Ce village cache aussi de lourds secrets qui le divisent.
    • Daniel se donne à fond dans ses sermons, fait le bien, tente de réconcilier les uns avec les autres jusqu'à ce que son passé le rattrape.
    • Ce film est très dur, surtout à la fin.

    ​​​​​​​

     

    • Ma note : 3,8/5  (Note moyenne spectateurs : 3,5/5, note moyenne presse : 3,8/5) 

    10 commentaires