• J'ai trouvé cette recette dans une brochure publicitaire de Lidl.

     

     

    Ingrédients pour 4 personnes :

     

    • 1 cube de bouillon de volaille
    • 2 cuillères à soupe d'huile de noisette
    • 20 cl de vin blanc
    • 150g de riz rond pour risotto (Arborio pour moi)
    • 1 oignon
    • 1 gousse d'ail hachée (ail en poudre pour moi)
    • 50 g tranches de magret de canard séché
    • 2 cuillères à soupe de crème entière liquide
    • copeaux de parmesan (pas mis)
    • sel de l'himalaya (pas mis)

     

    La recette :

    1. Préparer 50 cl de bouillon de volaille en faisant fondre le cube de bouillon dans une casserole avec 50 cl d'eau
    2. Hacher l'oignon et le faire revenir dans 2 cuillères à soupe d'huile de noisette
    3. Ajouter le riz et remuer jusqu'à ce qu'il devienne translucide
    4. Sur feu vif, verser le vin blanc et remuer délicatement jusqu'à évaporation complète
    5. Cuire à feu doux pendant 20 à 25 minutes en ajoutant le bouillon de volaille, louche après louche jusqu'à ce qu'il soit totalement absorbé.
    6. Préchauffer le four à 180° (th 6)
    7. Disposer les tranches de magret sur une plaque recouverte d'une feuille de papier cuisson et enfourner pendant 6 à 8 minutes pour qu'elles deviennent croquantes
    8. Eponger les tranches sur du papier essuie-tout pour éponger le surplus de gras
    9. Ajouter sur le riz cuit : l'ail, la crème liquide et le poivre.
    10. Dresser le risotto sur les assiettes et déposer les chips de magret de canard, et des cpeaux de parmesan.

    Je n'ai pas ajouté de sel car le magret est déjà salé.

    Je me suis régalée.

    Risotto aux champignons et chips de magret de canard...
    Risotto aux champignons et chips de magret de canard...

    13 commentaires
  • J'ai reçu ce livre dans le cadre d'une opération "Masse Critique privilégiée", organisée par Babelio en décembre 2020.

    Merci à Babelio et aux Editions Seuil pour cet envoi.

    .

    Informations pratiques : premier roman d'Anthony van den Bossche, à paraître en janvier 2021, aux éditions Seuil. 157 pages. 16 €

     

    La 4ème de couverture :

    Louise a fondé une petite agence de communication. Elle est jeune et démarre une brillante carrière, malgré les aléas du métier, liés en particulier à son fantasque et principal client, un célèbre designer , Stan. Elle doit aussi jongler avec les fantasmes déconcertants de son amant, Vincent. Mais elle a autre chose en tête : des carpes. De splendides carpes japonaises, des Koï. Celles que son père, récemment décédé, avait réunies au cours de sa vie, en une improbable collection dispersée dans plusieurs plans d'eau de Paris. Avec son frère, elle doit ainsi assumer un étrange et précieux héritage.

    Mon ressenti :

    Ce petit livre de 150 pages se déroule de nos jours, à Paris. Louise, jeune femme à la tête d'une petite agence de communication, a perdu récemment son père. Celui-ci avait réuni une belle collection de carpes japonaises, des koïs, dispersées dans plusieurs plans d'eau parisiens. Son frère est un sociopathe que les bruits dérangent. Aidés de vieux amis de leur père, ils vont regrouper les koïs, et en récupérer aussi une qui a été vendue.

    J'ai appris beaucoup de choses sur les koïs, ces carpes japonaises, aux belles couleurs, mais il n'y pas vraiment d'action et les personnages sont nombreux mais à peine effleurés. Pour moi, c'est plus une nouvelle avec des longueurs qu'un vrai roman. Il y avait pourtant un passage intéressant avec le père de Louise au Japon, en plein séisme, et la misophonie du frère aurait mérité d'être développée..

    Bref, ce court roman m'a laissé une impression mitigée. Il ne m'a ni transportée, ni émue mais il m'a donné envie d'en savoir plus sur ces koïs...

    tous les livres sur Babelio.com

    12 commentaires
  • Logo créé par Renée du blog "Envie de"

    Logo créé par Renée du blog "Envie de"

    Pour ce 129ème Café Thé, je vous propose de nous offrir votre recette du bonheur, au sens propre ou ai sens figuré,

    de nous raconter ce qui vous rend heureux...

    Les consignes : Ecrivez, fabulez, rimez, dessinez, brodez, scrappez, chantez, délirez, faites ce que vous voulez... Faites nous rire ou pleurer...

    Si vous êtes blogueur, ne publiez pas votre texte avant la parution des participations (le 2 février 2021)

     

     

    Que vous soyez blogueur ou pas, envoyez moi votre participation 

    avant le 31 janvier 2021 à ecureuilbleu33@live.fr...

    Au plaisir de vous lire...

     

     

    Amusez vous bien !


    11 commentaires
  • Pour ce 128ème Café Thé, je vous ai proposé de délirer autour de cette photo, que je vous ai montrée il y a quelques jours dans mon article : "L'aigrette garzette en Fée Clochette" (suggestion de Chantal du blog "Livia augustae").

     

     

     Il s'agissait de broder autour de cette aigrette, en imaginant ses aventures ou ses pouvoirs magiques, tout le bien qu'elle peut semer autour d'elle, tout le mal qu'elle peut faire disparaître...

     

    Fée Clochette ou Fée Carabosse ? A vous de voir...

    Les consignes étaient : Ecrivez, fabulez, rimez, dessinez, brodez, scrappez, chantez, délirez, faites ce que vous voulez... Faites nous rire ou pleurer...

    Si vous êtes blogueur, ne publiez pas votre texte avant la parution des participations (le 2 janvier 2021)

     

     

     

    Vous êtes 8 à avoir participé (Jill Bill, Jean-Luc, Miss Jak, Renée, Rose, Durgalola, Livia et moi).

     

    et je vous en remercie.

     

    Bravo à tous et toutes !

     

     

    Voici les 8 participations :

     

     

    "L'oiseau bon génie" de Jill Bill du blog "Melting-pot" :

     

    A chaque coup de bec

    I l naît une étoile d'argent !

    G ag ! Diront les uns,

    R efusant d'y croire...

    E t pourtant

    T out un sac j'en ai

    T out un sac, que je ne partagerai

    E ntre incrédules !

     

    G emme magique

    A des pouvoirs... lesquels, hum... !?

    R éaliser trois voeux, comme le génie de la lampe...

    Z éro côté souhait maléfique

    E t n'espérez pas or, argent, non plus

    T rois voeux, façon Père Noël...

    T el est cet oiseau, non de malheur,

    E t si vous ne me croyez toujours pas...

     

    Demandez donc à écureuil bleu !!!

     

    "Fée aigrette" de Jean-Luc du blog "Lindeparsylviejl2" :

     

    En général on dit avoir la tête dans les étoiles, mais là c’est plutôt le bec et les pattes

    dans l’eau, maintenant si elle essaye de grignoter les reflets, elle va s’occuper un bout

    de temps, « fé pas facile »c’est une nouvelle sorte de régime un peu aigre (tte).

     

     

    "L'aigrette" de Miss Jak du blog "Meli melo" :

     

     

     

     

    "L'aigrette garzette" de Renée du blog : "Envie de" :

    Doucement elle effleure l’eau de son bec. Picore une à une les étoiles qui y sont tombées. 

    horrifiée je m'exclame

    -. Malheureuse ne sais-tu donc pas que tu nous mange nos rêve nos vœux ? 

    Ces lueurs dorées que tu dévores sous nos yeux sont, notre lumière dans la nuit, nos espoirs envoyés vers le ciel lorsque, d’un coup de baguette magique il les fait tourbillonner les soir d’été dans un ballet féerique. 

    Elles sont celles qui, ont guidés les bergers à Bethléhem, les rois mages en Galilée annonçant la venue de ce petit être auprès duquel que tous voulurent se prosterner. 

     

    Elle me regarde, affolée par ma tirade et le désespoir de ma voix, suspens son geste et me répond. 

     

    -. Créature, ne te fies pas aux apparences, je les déménage seulement. Elles auraient pu, se noyer.  

     

     

    "Toi la belle" de Rose du blog : "Golondrina 63" :

    Toi la belle 

    Agréable garzette
    Plaisir silencieux
    Ton miroir, ta table
    Te rend muette
    On sait pourtant
    Tu peux être très criarde
    Sauver ta pitance est ta priorité
    Dans l'eau peu profonde
    Tu aimes tremper tes petites échasses
    Ton blanc immaculé
    Ainsi posé à fleur d'eau
    Ton reflet double notre plaisir
    Savourons ce moment de quiétude
    Jusqu'à ton envol en délicatesse
    Ta voilure s'arque si bellement
    Tu ne prends pas le temps de planer

     

    Tu te poses aussi en plein champ cultivé

      En quête d'une nourriture variée

     

    Tu ne te refuses pas 
    Une petite douceur dans ton bec harponnée

     

     

    "Aigrettes..." de Durgalola du blog : "Petites graines" :

     

     

    "La Fée Clochette dans la vasière" de Livia du blog : "Livia augustae" :

    Sur ses longues pattes gainées de noir

    L'aigrette garzette avance à petits pas comptés

    Et des myriades d'étoiles

    Naissent à chacun de ses pas...

     

    Serait-ce la fée Clochette

    Qui se balade dans la vasière,

    Cherchant de-ci-de-là, un petit quelque chose à grignoter ?

     

    Elle a troqué sa petite robe verte,

    Contre une toilette blanche en plumes soyeuses

    Et le miroir de l'eau constellé d'étoiles

    Lui renvoie sa silhouette gracile.

    "La Fée Clochette" d'écureuil bleu :

     

    Ah, si j'étais la Fée Clochette, je vous inviterais

    à voir les petites étoiles qui brillent sur l'eau

    à vous émerveiller et protéger

    les fleurs et les arbres,

    les animaux,

    Dame Nature,

    la Terre...

    Je sèmerais

    De l'amour autour de moi

    L'amitié, l'entraide et la bienveillance.

    D'un coup de baguette magique, je ferais disparaître

    Ce maudit virus, mais aussi les autres maladies, la haine, le terrorisme...

    Ah, si j'étais la Fée Clochette...


    19 commentaires
  • 2020 est finie, place à 2021 !

     

    Voici un petit bilan de mon année 2020, avec ses roses et ses épines.

     

    Vous pouvez reprendre l'idée si elle vous plait en mettant un lien vers mon blog.

     

     

    Commençons par les roses...

     

     

     

     

    Et les épines :

     

     

    • les salles de spectacles et de sports ont été fermées les 3/4 de l'année : finis les entraînements et compétitions par équipe de tennis de table pour moi

    ​​​​​​​

    ​​​​​​​

    • les célébrités qui nous ont quittés : Graeme Alwright, Annie Cordy, Guy Bedos, Rika Zaraï, Anne Sylvestre, Claude Brasserur, Robert Hossein

     

    Les roses et les épines de 2019...


    21 commentaires