• Vendredi dernier, je suis partie à Andernos en trottinette électrique. Je voulais acheter des fruits au marché.

     

    Mais à Andernos il y a aussi la médiathèque, juste avant d'arriver sur la place où se tient le marché.

    Je me suis arrêtée pour emprunter un livre.

     

    Il y avait des livres partout, déposés sur des tables, car c'était jour de déstockage : tous les livres un peu ancien étaient vendus à 1 euro pour laisser la place aux nouveaux, comme cela se pratique une fois par an dans de nombreuses bibliothèques.

    J'ai regardé un peu les romans mais suis vite allée dans le coin des livres pour enfants, en pensant à mes quatre petitous.

     

    J'ai découvert des livres en bon état, qui ne sont plus en vente. Il y en avait beaucoup et je me suis fixée une limite correspondant au billet de 10 euros que j'avais emporté.

    J'ai donc sélectionné 10 livres, des petits et des grands, un peu inquiète quand même de savoir comment j'allais les transporter car je n'avais qu'un petit filet à provisions.

    J'ai donné mon billet de 10 euros et puis j'ai essayé de faire entrer les livres dans le filet : j'en ai glissé deux, les plus petits. Alors j'ai demandé à la bibliothécaire si elle pouvait me garder les livres jusqu'à l'après-midi où je reviendrai les chercher en vélo. 

     

    J'allais repartir, non pas vers le marché puisque je n'avais plus de billet mais vers la maison. Une dame rangeait les livres qu'elle venait d'acheter dans les sacoches de son vélo. Je l'ai salué et lui ai dit qu'elle était plus prévoyante que moi et que je devrai revenir chercher mes livres.

    Elle m'a gentiment proposé un grand sac en plastique qu'elle avait dans sa sacoche et j'ai pu repartir avec mes livres...


    Merci Madame !

     

    Voici les dix livres achetés. Je ne les offrirai pas à mes petitous mais je les garderai sur une étagère de ma bibliothèque pour leur lire quand ils viendront ici :

    - "Les souliers dorés" de John A. Rowe :

    - "Le P'tit du bocal" de Friedrich Karl Waechter - 1999 - L'Ecole des Loisirs

    - "Georges est très occupé", de H. A. Rey, sorti en 1941 - Mango Jeunesse

    - "Petit arbre" de Chris Raschka - 2001 

    - "Antipodes de l'autre côté de la Terre" de Norman Junge et Ernst Jandl - 1999 - L'Ecole des Loisirs

    - "Ah ! J'ai grand peur" d'Anna Rouvière et Eric Battut

    - "Comment les girafes disent-elles maman ?" de Willi Glasauer et Gérald Stehr - 2004 - L'Ecole des Loisirs

    - "Un courant d'air dans la bouche" de Korneï Tchoukovski et Yassen Grigorov

    - "Ma maman et moi" de Tadao Miyamoto - 1996

    - "Les aventures d'Alice au Pays des Merveilles", de Lewis Caroll, illustrées par Nicole Claveloux - 1974


    7 commentaires
  • J'ai découvert ce conte sur la résilience (capacité à sortir grandi des traumatismes et situations difficiles) sur le site positivr.fr.

     

    « Un jour, je me suis avoué vaincu… J’ai renoncé à mon travail, à mes relations, à ma vie. Je suis alors allé dans la forêt pour parler avec un ancien que l’on disait très sage.

    – Pourrais-tu me donner une bonne raison de ne pas m’avouer vaincu ? Lui ai-je demandé.

    – Regarde autour de toi, me répondit-il, vois-tu la fougère et le bambou ?

    – Oui, répondis-je.

    – Lorsque j’ai semé les graines de la fougère et du bambou, j’en ai bien pris soin. La fougère grandit rapidement. Son vert brillant recouvrait le sol. Mais rien ne sortit des graines de bambou. Cependant, je n’ai pas renoncé au bambou.

    – La deuxième année, la fougère grandit et fut encore plus brillante et abondante, et de nouveau, rien ne poussa des graines de bambou. Mais je n’ai pas renoncé au bambou.

    – La troisième année, toujours rien ne sortit des graines de bambou. Mais je n’ai pas renoncé au bambou.

    – La quatrième année, de nouveau, rien ne sortit des graines de bambou. Mais je n’ai pas renoncé au bambou.

    – Lors de la cinquième année, une petite pousse de bambou sortit de la terre. En comparaison avec la fougère, elle avait l’air très petite et insignifiante.

    – La sixième année, le bambou grandit jusqu’à plus de 20 mètres de haut. Il avait passé cinq ans à fortifier ses racines pour le soutenir. Ces racines l’ont rendu plus fort et lui ont donné ce dont il avait besoin pour survivre.

    – Savais-tu que tout ce temps que tu as passé à lutter, tu étais en fait en train de faire pousser des racines ? dit l’ancien, et il continua…

    – Le bambou a une fonction différente de la fougère, cependant, les deux sont nécessaires et font de cette forêt un lieu magnifique.

    – Ne regrette jamais un seul jour de ta vie. Les bons jours te rendent heureux. Les mauvais jours te donnent de l’expérience. Les deux sont essentiels à la vie, lui dit l’ancien, et il continua…

    Le bonheur te rend doux. Les essais te rendent fort. Les peines te rendent humain. Les chutes te rendent humble. La réussite te rend brillant.

    Si tu n’obtiens pas ce que tu désires, ne désespère pas… Qui sait, peut-être que tu es juste en train de fortifier tes racines. »

     

    Les bambous évoquent pour moi des souvenirs. Mon père bataillait chaque année pour éviter leur prolifération dans notre jardin. Mais c'était un peu Don Guichotte livrant bataille aux moulins à vent : il n'arrivait pas à endiguer leur multiplication. Des "turions" (bourgeons souterrains) surgissaient partout...


    6 commentaires
  • J'ai découvert cette histoire à méditer sur le magazine gratuit distribué sur le Bassin d'Arcachon: "L'Estey malin"

     

    En avril 1493, Christophe Colomb dîne avec des gentilshommes espagnols après sa découverte du nouveau monde.

    L'un d'eux déclare : "Même si votre seigneurie n'avait pas découvert le Nouveau Monde, il y aurait eu, ici, en Espagne qui est un pays riche de grands hommes compétents dans la cosmographie et la littérature, une personne qui aurait eu une idée similaire avec le même résultat".

     

    Piqué dans sons orgueil, Christophe Colomb ne répond pas mais demande qu'on lui porte un oeuf.

     

    Il le pose sur la table et dit : "Seigneurs, je parie que vous êtes incapable de faire tenir cet oeuf debout, comme je le ferai sans aucun type d'aide".

    Tout le monde bien sûr essaye de faire tenir l'oeuf sur son gros bout... en vain.

    "C'est impossible", disent-ils.

     

    -"Impossible ?"

    Christophe Colomb reprend alors l'oeuf, le frappe légèrement à la base, et le fait tenir grâce à la légère dépression obtenue.

    "Bien sûr, tout le monde aurait pu faire la même chose en frappant l'oeuf à sa base",disent les convives.

    - "Tout le monde aurait pu le faire, mais personne ne l'a fait. Il en a été de même avec ma découverte du Nouveau Monde. Tout le monde aurait pu le faire, mais personne n'y a pensé.'

     

    Cette anecdote illustre le fait que même si nous sommes capables de grandes choses, peu d'entre nous pensent à utiliser nos talents pour REALISER de grandes choses...

     

     


    8 commentaires
  • Quand j'étais enfant j'ai eu une trottinette et j'aimais bien m'en servir.

    50 ans plus tard, alors que j'étais en activité et vivait à Bordeaux, j'ai acheté une trottinette adulte pour me balader sur les quais. C'était un vrai plaisir de rouler le long de la Garonne, après le travail, ou le week-end.

    Mon entreprise était alors implantée à Bordeaux Lac et j'allais travailler en tram. Elle devait déménager près de la Gare. Je m'étais dit que j'achèterais une trottinette électrique pour effectuer le trajet, des Chartrons à la Gare. Les premières trottinettes électriques étaient très chéres : 700 € minimum.

    Et puis j'ai cessé mon activité en juin 2016, avant que ma société ait déménagé.

    En septembre 2017 j'ai découvert l'existence de trottinettes électriques fabriquées en Chine et vendues sur le net à moins de 300 €, avec un délai de livraison annoncé de 30 à 50 jours ouvrés.

     

    J'en ai commandé une le 4 octobre et j'ai commencé à attendre patiemment. Sur le site où j'avais commandé je regardais de temps en temps l'état de ma commande, mais il n'y avait que la date d'expédition: le  12 octobre...

    Début décembre j'ai commencé à envoyer des messages sur le site, mais l'on me répondait soit en chinois, soit en anglais.

    Mi-décembre, on m'a répondu que c'était bientôt Noël et que cela provoquait des retards de livraison. 

     

    Le 20 décembre, leur service client m'a dit d'aller voir à la Poste pour leur demander d'effectuer des recherches. Je n'avais aucun numéro de colis...

     

    J'avais abandonné tout espoir de la recevoir un jour et m'apprêtait à demander le remboursement.

     

    Et puis, le 22 décembre après-midi, alors que je discutais avec mon frère, un camion de livraison s'est arrêté devant ma porte et le chauffeur a sonné.

    C'était ma trottinette !

    Partie de Chine en train, elle était restée bloquée près de 2 mois en Pologne...

     

    Elle était soigneusement emballée, mais la notice et tous les documents étaient en chinois. Heureusement j'ai trouvé des explications et des vidéos sur différents forums...

     

     

    Elle est très facile à utiliser, agréable à conduire, pliable et assez légère : 12 kilos, peut rouler jusqu'à 25 km/h.


    18 commentaires
  • Il y a les soirées 'pyjama" entre copains-copines, les siestes"crapuleuses", mais je ne vais pas vous parler de ça...

    Il y a une quinzaine de jours j'ai reçu un appel téléphonique sur le fixe, de ceux que je déteste. Pour une fois j'ai laissé parler la dame qui m'annonçait que j'avais gagné deux lots à venir chercher en couple à Biganos, le vendredi 2 février à 15h.

    Je lui ai dit que je n'étais pas en couple, croyant que cela allait l'arrêter, mais non : elle a continué en m'expliquant que j'allais recevoir une invitation et qu'elle me rappellerait la veille pour avoir confirmation de ma venue.

     

    Quelques jours plus tard j'ai reçu cette invitation :

    Au dos de cette carte il était précisé leurs garanties :

    "Votre participation à notre cérémonie est strictement gratuite et sans aucun engagement ! Ayant constaté des personnes fermées au démarchage téléphonique, avec bien souvent pour issue finale la vente de divers services ou de photovoltaïque et véranda,canapé etc...

    Nous vous assurons qu'il ne s'agira en aucun cas de ces produits !

    Notre thème : Nouvelles Technologies"

    et l'obligation de venir avec la carte pour retirer ses cadeaux.

    Outre les deux cadeaux annoncés, une tombola nous était promise avec des soins et autres cadeaux à gagner. 

     

    Je n'avais rien de prévu le vendredi suivant et les cadeaux avaient l'air sympas. En plus le lieu de rendez-vous était proche d'un centre commercial que je fréquente, et le thème des nouvelles technologies m'intéresse beaucoup.

    Je me suis demandée ce qu'ils allaient essayer de nous vendre : appareils connectés, trottinettes électriques, téléphones ou tablettes, robots...

     

    Et je suis allée au rendez-vous, le vendredi, dans un hôtel de Biganos.  

    Quand je suis arrivée il y avait deux hôtesses et deux "clients" : une vieille dame et un monsieur d'une quarantaine d'années. Et puis les autres personnes sont arrivées, toutes âgées et la plupart en couple.

    C'était raté pour les trottinettes électriques ! Dommage...

    Nous nous sommes assis sur des chaises, face à une grande table entourée de deux petites. Nous étions une vingtaine.

    Sur l'une des petites tables il y avait des bouteilles de vin et des petites boites contenant sans doute les montres : les cadeaux, et sur l'autre des coffrets de produits à l'aloe vera.

    La petite dame du début s'est assise à côté de moi et n'a quasiment pas cessé de parler. Elle avait bientôt 80 ans et avait déjà assisté à cette démonstration à Arcachon...

    Erreur de casting, de la part des cibleurs...

    L'animateur est arrivé et a commencé à parler, nous demandant de remplir notre nom sur le côté de la carte et de le déposer dans l'urne pour la tombola. ne personne au fond de la salle n'avait pas de carte de l'animateur a pris un ticket qui avait servi la veille et mis le prénom du monsieur : Bertrand, puis déposé le tout dans l'urne. La petite dame annonçait déjà qu'il allait nous vendre des matelas, ce qui le faisait tiquer...

    Il a distribué les magnums de vin et les boites contenant les montres. A l'intérieur de la boite, une montre très bas de gamme, avec une mini notice dépliable de 5cm sur 6cm, en chinois d'un côté, en anglais de l'autre.

    Il nous a dit que l'utilisation était intuitive. Il suffisait d'appuyer sur les boutons, et pour pouvoir recevoir les appels de demander une seconde carte Sim, gratuite, à son opérateur. La petite dame a dit qu'elle la donnerait à son petit-fils mais qu'il lui fallait une notice en français.

    "Oui, oui, je vais vous la donner" a dit l'animateur, mais la petite dame l'a redemandée plusieurs fois parla suite sans l'obtenir.

    La démonstration a alors commencé, l'animateur virevoltant entre les différents produits qu'il faisait apparaître d'un recoin ou de dessous la grande table.

    Nous avons d'abord eu droit à la boite contenant les produits d'aloe vera. Il nous a annoncé qu'une boite serait à gagner dans la tombola et que nous recevrions tous un échantillon de l'un de ces produits au choix (jamais donné).

    Il y avait un gel douche, une crème réparatrice pour la peau, une crème pour les mains, etc. 

    Il a dit : "Touchez le dessus de vos mains : elles sont râpeuses. Regardez comme l'aloe vera les adoucit" et il a déposé et étalé un peu de crème sur ma main droite. "N'est-ce pas, Madame ?"

    Mais je n'ai pas paru convaincue.

    "La boite coûte 70 €. J'en ai acheté une pour ma belle-fille" a dit la petite dame.

    - "Mais non, c'est 100 €" a dit l'animateur.

    Il a remué les tickets à l'intérieur de l'urne et fait tirer une dame pour le premier lot : une de ces boites de soins. C'est le monsieur sans ticket, Bertrand, qui a gagné. L'animateur a remis son ticket dans l'eurne et annoncé le second lot : une belle boite en bois de 6 bouteilles de Saint-Emilion.

    Telle Perrette, j'imaginais déjà ce que je ferais de la boite si je gagnais : pas mal du tout pour présenter mes objets en origami modulaire.

    La démonstration a continué. Il a sorti une poche contenant un oreiller dont il a vanté les mérites : fibre de bambou, mémoire de forme, etc... 110 €

    Puis il a présenté une couette dans la même matière, démontrant qu'elle était adaptée aux couples dont l'un a toujours froid et l'autre toujours chaud, qu'elle conduisait l'électricité en promenant 2 fils sur le tissu et une lampe dont l'ampoule s'éclairait... Si c'était un livre, j'aurais sauté le passage : un peu long...

    J'aurais pu partir mais je suis restée à cause de la boite en bois et de l'échantillon d'aloe vera : crème réparatrice pour la peau que j'aurais bien offert à mon chat. Il nous a demandé à quel prix nous l'estimions. J'ai répondu 50 €, les autres beaucoup plus. C'était 480 €.

    Il a testé un niveau de (désolée j'ai oublié de quoi) disons de stress de plusieurs personnes à l'aide d'un appareil avec des fils reliés à un tube. Nous devrions avoir "0" a t'il dit. Un monsieur avait 2500, une autre 1800, la petite dame : 130.

    Puis il a sorti une sorte de tube en plastique contenant un matelas dont il nous a vanté les mérites : matelas à eau qui s'adapte à votre corps.

    Je commençais à en avoir vraiment assez et n'écoutait qu'à moitié mais j'étais fascinée par ce matelas transportable facilement. S'il le sortait de sa poche, comment pourrait-il l'y re-rentrer ?

    Il est allé chercher un matelas de démonstration dans une autre pièce, l'a installé sur la grande table et a désigné des personnes pour le tester.

    "La dernière fois ils ont vendu 7 matelas" a dit la petite dame.

    "Et hier, nous en avons vendu 9 à Lesparre" a répliqué l'animateur, agacé.

    Il a fait coucher le monsieur qui avait 2500 stress sur le matelas pendant 5 minutes, puis a repris son niveau de  stress. Il était tombé à 0 ! Etrange !

    Ce miraculeux matelas coûte la bagatelle de 4 800 €.

    L'animateur a demandé qui était intéressé pour acheter le produit. Devant le peu d'amateurs il a sorti son grand jeu.

    D'abord une prime d'Etat de 1 400 € jusqu'à fin février, car c'est du matériel écologique, biodégradable et blablabla...

    Je trouve cela un peu gros quand même !!

     

    Puis les cadeaux offerts : une boite de soins à l'aloe vera, 1 oreiller et non, encore mieux, 2 oreillers ! Plus la couette !

    Il a procédé au tirage du second gagnant, et c'est encore Bertrand qui a gagné !

    Bizarre, bizarre !

     

    Il a annoncé qu"il allait offrir 3 oreillers et 3 boites à l'aloe vera, ce qui m'a retenue de partir, puis il a repris sa démonstration, faisant un tour de salle pour savoir qui était intéressé. Une seule personne a levé la main, vite dirigée vers une hôtesse pour remplir le dossier, et l'animateur a insisté auprès des personnes présentes, rappelant l'échéance de fin février, etc...

    Quelqu'un a demandé s'il allait tirer les oreillers mais il a répondu qu'il les réservait aux clients qui achetaient...

    Il était 17h passé et je suis partie...

     


    18 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique