• Le petit port ostréicole d'Arès, au bord du Bassin d'Arcachon, deux rangées de cabanes en bois, est toujours situé au même endroit, mais n'est jamais le même.

    Il varie selon la lumière, les saisons,  la météo, la marée, l'heure du jour, les bateaux amarrés...

    Ce matin d'août, la lumière était douce, la marée était haute et il y avait un voilier qui a attiré mon regard par ses formes douces. Trois petits canards se baladaient...

    Reflets du matin, au port ostréicole d'Arès...
    Reflets du matin, au port ostréicole d'Arès...
    Reflets du matin, au port ostréicole d'Arès...
    Reflets du matin, au port ostréicole d'Arès...

    7 commentaires
  • Peut-être avez vous regardé hier soir ce magnifique film, inédit à la télévision, sur France 2 : "Les figures de l'ombre" de Théodore Melfi ?

    Ce film sorti en mai 2017 dure 2h07 avec Taraji P. Henson, Octavia Spencer, Janelle Monae et Kevin Costner dans les rôles principaux.

     

     

    • Résumé :            Le destin extraordinaire des trois scientifiques afro-américaines qui ont permis aux États-Unis de prendre la tête de la conquête spatiale, grâce à la mise en orbite de l’astronaute John Glenn.

      Maintenues dans l’ombre de leurs collègues masculins et dans celle d’un pays en proie à de profondes inégalités, leur histoire longtemps restée méconnue est enfin portée à l’écran.

     

    • Mon ressenti : 
    • Ce film, tiré d'une histoire vraie et méconnue, met en lumière trois scientifiques, femmes et afro-américaines : Katherine, Dorothy et Mary, engagées en 1961 par la NASA alors que la concurrence entre les Etats-Unis et l'U.R.S.S. bat son plein, pour la conquête spatiale.
    • D'abord simples calculatrices, parquées dans un bâtiment à part et obligées d'utiliser les "toilettes pour femmes de couleur", elles sont victimes du machisme des scientifiques masculins et du racisme de tous les blancs.
    • Leur talent et leur prise d'initiative vont leur permettre de sortir du lot, d'arriver à se faire respecter et de contribuer activement aux calculs de trajectoire de la fusée spatiale pilotée par l'astronaute John Glenn, sous la houlette d'un directeur efficace et dur, Al Harrison, interprété avec brio par Kevin Costner.
    • J'ai beaucoup apprécié l'amitié entre ces 3 femmes, leur intelligence, leur combativité et leur bonne humeur, malgré tous les obstacles sur leur route. C'est captivant et très bien joué, instructif et parfois drôle. Et puis cela m'a rappelé des souvenirs de cette conquête spatiale, retransmise à la télévision...
    • Chapeau bas à ces trois mathématiciennes et aussi aux actrices qui les ont incarnées !

     

     

    • Ma note : 4,8/5 (Note moyenne spectateurs : 4,4/5, note moyenne presse : 3,3/5) 

    7 commentaires
  • En août 2019, j'ai regardé 5 films sur la médiathèque numérique proposée par les bibliothèques de Gironde :  "C'est ça l"amour", "Moi, Maman, ma mère et moi",  "Dernier amour", "Mon inconnue" et "L'adieu à la nuit".

     

    - "C'est ça l'amour", film Français de Claire Burher, sorti en mars 2019, avec Bouli Lanners, Justine Lacroix, Sarah Henochsberg. Durée : 1h38

     

    • Résumé :           Depuis que sa femme est partie, Mario tient la maison et élève seul ses deux filles. Frida, 14 ans, lui reproche le départ de sa mère. Niki, 17 ans, rêve d'indépendance. Mario, lui, attend toujours le retour de sa femme.

     

    • Mon ressenti : Armelle est partie après 20 ans de vie commune avec Mario. Ils ont eu 2 filles : Niki (17 ans) et Frida (14 ans). Mario espère que ce n'est qu'une pause et que sa femme va revenir. En attendant il élève du mieux qu'il peut ses deux filles., leur offrant tout son amour paternel. Frida se cherche, tombe amoureuse d'une copine, voudrait vivre avec sa mère...
    • Les acteurs jouent juste. Ce film est une ode à la paternité.

     

     

    • Ma note : 3,5/5 (Note moyenne spectateurs : 3,5/5, note moyenne presse : 4,1/5) 
     
     

    - "Moi, Maman, ma mère et moi", film français de Christophe Le Masne avec Gregory Montel, Olivia Côte, Philippe Rebbot, sorti en février 2019. Durée : 1h27

     

    • Résumé :             Benoît a loupé l'enterrement de Maman. Il était coincé dans l'Eurostar. À contretemps comme toujours, et un peu piteux, il rejoint la maison familiale pour y retrouver son frère, ses deux sœurs... et dans un joyeux bazar, beaucoup de souvenirs. Là, au milieu des vestiges de son enfance, dans l'intimité de sa chambre, il la voit… Elle l'attend. Et elle va pas le lâcher !

     

    • Mon ressenti : 
    • Benoît (Gregory Montel) retrouve ses soeurs, Blandine et Juliette, et son frère Antoine (Philippe Rebbot), dans la maison de famille où vivait sa mère. Elle est décédée et la fratrie doit vider la maison pour pouvoir la vendre.
    • Benoît n'a jamais rangé sa chambre qui est restée en l'état. Les filles sont jalouses. Blandine boit. Antoine vit d'expédients
    • Benoît reconstitue le puzzle de son enfance et revoit sa mère, mais il est le seul.  Il retrouve la cachette où sa mère planquait des tablettes de chocolat, découvre d'autres secrets.
    • J'ai beaucoup souri et ri aussi, ai été émue par moments.

     

     

    • Ma note : 4,5/5 (Note moyenne spectateurs : 3,5/5, note moyenne presse : 2,4/5)) 

     

     

    - "Dernier amour", film français de Benoît Jacquot, avec Vincent Lindon, Stacy Martin, Valéria Golino, sorti en mars 2019. Durée : 1h38. 

     

    • Résumé :    Au XVIIIe siècle, Casanova, connu pour son goût du plaisir et du jeu, arrive à Londres après avoir dû s’exiler. Dans cette ville dont il ignore tout, il rencontre à plusieurs reprises une jeune courtisane, la Charpillon, qui l’attire au point d’en oublier les autres femmes. Casanova est prêt à tout pour arriver à ses fins mais La Charpillon se dérobe toujours sous les prétextes les plus divers. Elle lui lance un défi, elle veut qu’il l’aime autant qu’il la désire.

     

    • Mon ressenti :  Ce film aurait pu être passionnant, racontant le dernier amour du célèbre séducteur, Casanova, mais Vincent Lindon n'est pas vraiment crédible dans ce rôle. Il ne se passe pas grand chose. C'est lent et long...

     

    • Ma note : 2/5 (Note moyenne spectateurs : 2,1/5, note moyenne presse : 3,2/5)

     

    - "Mon inconnue", film franco-belge de Hugo Gélin, avec François Civil, Joséphine Japy, Benjamin Lavernhe, sorti en avril 2019. Durée : 1h58

     

    • Résumé :            Du jour au lendemain, Raphaël se retrouve plongé dans un monde où il n'a jamais rencontré Olivia, la femme de sa vie.
      Comment va-t-il s’y prendre pour reconquérir sa femme, devenue une parfaite inconnue ?

     

    • Mon ressenti :  Ce film ne m'a pas vraiment convaincue, car ce thème (se retrouver dans une autre vie que la sienne) a souvent été traité au cinéma, même si les jeunes acteurs sont très bons.

     

    • Ma note : 2,5/5 (Note moyenne spectateurs : 4,2/5, note moyenne presse : 3,9/5)

     

     

    - "L'adieu à la nuit", film franco-allemand d'André Téchiné, avec Catherine Deneuve, Kacey Mottet Klein, Oulaya Amamra, sorti en avril 2019. Durée : 1h43

     

    • Résumé :               Muriel est folle de joie de voir Alex, son petit-fils, qui vient passer quelques jours chez elle avant de partir vivre au Canada.  Intriguée par son comportement, elle découvre bientôt qu’il lui a menti. Alex se prépare à une autre vie. Muriel, bouleversée, doit réagir très vite…

     

    • Mon ressenti : Muriel (Catherine Deneuve) élève des chevaux qui participent à des concours. Elle est heureuse, bien entourée.
    • Son petit-fils, Alex, vient la voir avant de partir au Canada. Il a un comportement étrange et Muriel le surprend en train de prier en récitant le Coran. Alex s'est radicalisé au contact de Lila, son amie d'enfance, aide-soignante. Bilal l'a recruté sur internet pour partir en Syrie rejoindre le djiad. 
    • Muriel va tout faire pour l'empêcher de partir.
    • La région est belle, Catherine Deneuve est magistrale, le sujet est d'actualité...

     

    • Ma note : 4,5/5 (Note moyenne spectateurs : 3,6/5, note moyenne presse : 3,6/5)

    4 commentaires
  • En juillet 2019, j'ai regardé 5 films sur la médiathèque numérique proposée par les bibliothèques de Gironde :  "Comme si de rien n'était", "Trop Belge pour toi",  "Nos vies formidables", "Working woman" et "Celle que vous croyez".

     

    - "Comme si de rien n'était", film Allemand de Eva Trobisch, sorti en avril 2019. Durée : 1h30

     

    • Résumé :          Janne est une femme moderne, éduquée, rationnelle, une femme qui réclame le droit d’être qui elle veut. Lors d'une réunion entre anciens camarades sa vie bascule. Mais elle va persister à faire semblant que tout va bien, refuser de se considérer comme une victime et de perdre le contrôle… jusqu’à quand ?

     

    • Mon ressenti : Janne est une jeune femme libre et indépendante. Lors d'une soirée d'anciens élèves, bien arrosée, elle danse avec un homme qui la viole ensuite. Elle n'en parle à personne et agit "comme si de rien n'était", bien qu'elle croise tous les jours, au travail, son violeur.
    • Le film finit en queue de poisson

     

    • Ma note : 2,5/5 (Note moyenne spectateurs : 2,8/5, note moyenne presse : 3,6/5) 

     

     

    - "Trop Belge pour toi", film franco-belge de Pablo Munoz Gomez, Ann Sirot, Raphaël Balboni, Xavier Seron et Meryl Fortunat-Rossi, sorti en février 2019. Durée : 1h16

     

    • Résumé :             Un poulailler qui provoque un incident diplomatique, une enfant qui tombe du ciel, un père noël capitaliste, un plombier déluré à l’accent flamand et un ours tueur : Le meilleur de la Comédie belge. Cinq courts métrages multi-primés dans le monde.

     

    • Mon ressenti : 
    • Ce n'est pas un long métrage mais une succession de 5 histoires courtes, plus ou moins drôles , notamment :
    • une histoire d'autorisation à obtenir pour construire un poulailler
    • un doublage de films pornos
    • des randonneurs avec leur chien,  aux prises avec un nounours tueur 

     

    • Ma note : 3/5 (Note moyenne spectateurs : 3,3/5) 

     

     

    - "Nos vies formidables", film français de Fabienne Godet, avec Julie Moulier, Zoé Héran, Bruno Lochet, sorti en mars 2019. Durée : 1h57. 

     

    • Résumé :               Margot, Jérémy, Salomé, César, Sonia…Ils ont entre 18 et 50 ans. Tout les sépare, sauf l’urgence de se reconstruire et de restaurer la relation à l’autre que l’addiction a détruite. Solidaires, ils ont comme seules règles le partage, l’honnêteté, l’authenticité, la sincérité, l’humanité. Une bande incroyable de vivants qui crient haut et fort qu’on s’en sort mieux à plusieurs que seul.

     

    • Mon ressenti :  Margot (Julie Moulier), droguée et alcoolique arrive dans un centre de désintoxication. Le film nous montre les différentes étapes de la cure, parsemées de doutes : cohabitation, groupes de parole, exercices individuels ou collectifs, entraide...
    •  

     

    • Ma note : 4/5 (Note moyenne spectateurs : 3,8/5, note moyenne presse : 3,5/5)

     

    - "Working woman", film israélien de Michal Aviad, sorti en avril 2019. Durée : 1h32

     

    • Résumé :            Orna travaille dur afin de subvenir aux besoins de sa famille. Brillante, elle est rapidement promue par son patron, un grand chef d'entreprise. Les sollicitations de ce dernier deviennent de plus en plus intrusives et déplacées. Orna prend sur elle et garde le silence pour ne pas inquiéter son mari. Jusqu’au jour où elle ne peut plus supporter la situation. Elle décide alors de changer les choses pour sa famille, pour elle et pour sa dignité.

     

    • Mon ressenti :  Oma est une jeune femme intelligente, harcelée sexuellement par son nouveau patron. Elle ne dit rien à son mari.
    • Le chef de cette entreprise immobilière vend les derniers espaces en bord de mer à de riches clients étrangers.
    • Oma réussit à se  sortir de cette situation qui lui pèse.

     

    • Ma note : 4/5 (Note moyenne spectateurs : 3,9/5, note moyenne presse : 3,7/5)

     

     

    - "Celle que vous croyez", film Français de Safy Nebbou, avec Juliette Binoche, François Civil, Nicole Garcia, Charles Berling, sorti en février 2019. Durée : 1h42

     

    • Résumé :                Pour épier son amant Ludo, Claire Millaud, 50 ans, crée un faux profil sur les réseaux sociaux et devient Clara une magnifique jeune femme de 24 ans. Alex, l’ami de Ludo, est immédiatement séduit. Claire, prisonnière de son avatar, tombe éperdument amoureuse de lui. Si tout se joue dans le virtuel, les sentiments sont bien réels. Une histoire vertigineuse où réalité et mensonge se confondent.

     

    • Mon ressenti : Claire (Juliette Binoche) a un jeune amant dont elle doute. Elle se crée un faux profil sur le net et noue une relation virtuelle avec Alex, un jeune homme, dont elle va tomber amoureuse et qui va vouloir la rencontrer.
    • Elle se confie à sa psy (Nicole Garcia), ce qui permet de mieux la comprendre.
    • Juliette Binoche et Nicole Garcia jouent juste, et il y a beaucoup de rebondissements.

     

    • Ma note : 4,5/5 (Note moyenne spectateurs : 4/5, note moyenne presse : 3,4/5)

    3 commentaires
  • Lors des quelques jours passés au Cap-Ferret avec mon fils et ses enfants, nous avions un petit rituel chaque soir, après le dîner : aller admirer le phare illuminé.

    Le phare du Cap-Ferret, de nuit...
    Le phare du Cap-Ferret, de nuit...
    Le phare du Cap-Ferret, de nuit...
    Le phare du Cap-Ferret, de nuit...

    13 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique