• En février 2019, j'ai regardé 5 films sur la médiathèque numérique proposée par les bibliothèques de Gironde :  "Nos batailles", "I feel good",  "Lindy Lou, jurée numéro 2", "L'amour flou" et "Girl".

     

    - "Nos batailles", film Franco-Belge de Guillaume Senea, avec Romain Duris, Laure Calamy, Laetitia Dosch, sorti en octobre 2018. Durée : 1h38

     

    • Résumé :            Olivier se démène au sein de son entreprise pour combattre les injustices. Mais du jour au lendemain quand Laura, sa femme, quitte le domicile, il lui faut concilier éducation des enfants, vie de famille et activité professionnelle. Face à ses nouvelles responsabilités, il bataille pour trouver un nouvel équilibre, car Laura ne revient pas.

     

    • Mon ressenti : Olivier (Romain Duris) arrive à concilier vie professionnelle, syndicalisme et vie professionnelle jusqu'au moment où sa femme Laura les quitte, lui et leurs deux enfants, Elliot et Rose.
    • Il va alors devoir consacrer plus de temps à ses enfants, aidé par sa soeur Betty (Laetitia Dosch) tout en continuant à défendre ses collègues injustement attaqués, aidé par Claire (Laure Calamy), une collègue syndicaliste amoureuse de lui. 
    • C'est un des meilleurs rôles joué par Romain Duris et les enfants sont craquants.

    l

    • Ma note : 7,5/10

     

     

    - "I feel good", film Français de Benoît Delépine et Gustave Kervern, avec Jean Dujardin, Yolande Moreau, Joseph Dahan, sorti en septembre 2018. Durée : 1h43

     

    • Résumé :           Monique dirige une communauté Emmaüs près de Pau. Après plusieurs années d’absence, elle voit débarquer son frère, Jacques, un bon à rien qui n’a qu’une obsession : trouver l’idée qui le rendra riche. Plus que des retrouvailles familiales, ce sont deux visions du monde qui s’affrontent.

     

    • Mon ressenti : 
    • Jacques (Jean Dujardin) débarque dans la vie de Monique (Yolande Moreau), sa soeur en peignoir de bain blanc et sandales de piscine. Monique est aussi bonne, généreuse et naïve que Jacques est roué, retors, menteur, bonimenteur.
    • Jacques est à la recherche d'une idée pour devenir riche rapidement. Il va proposer de la chirurgie esthétique low cost (en Bulgarie)-pour devenir beaux- aux compagnons d'Emmaus qui travaillent avec sa soeur. A l'un il va proposer de devenir beau pour réaliser son rêve de devenir footballeur
    • Il va convaincre une dizaine de personnes et les emmener en Bulgarie.
    • ll y a des scènes très drôles : "avion low cost" pour aller en Bulgarie (un camion à bestiaux). Jacques se transforme en steward pour servir le repas (du maquereau) et la boisson (le jus comme vin blanc). Ils rejoignent ensuite la clinique de chirurgie esthétique en "logan limousine".

      Et des scènes dramatiques : la logan limousine évite le camion mais...

    • La fin est drôle avec la "tower" construite par Jacques et ses amis. 

      Je ne suis pas fan de Jean Dujardin mais je l'ai trouvé époustouflant dans ce rôle.

    Yolande Moreau est excellente : pleine de compassion et d'amour pour ses compagnons et pour son frère.

    C'est un film plein d'humour et d'humanité.

    • Ma note : 9/10

     

    - "Lindy Lou, jurée numéro 2", documentaire Français de Florent Vassault, sorti en octobre 2018. Durée : 1h24

     

    • Résumé :            Il y a plus de 20 ans, Lindy Lou a été appelée pour faire partie d'un jury. Depuis, la culpabilité la ronge. Sa rédemption passera-t-elle par ce voyage qu'elle entame aujourd'hui à travers le Mississippi, dans le but de confronter son expérience à celle des 11 autres jurés avec lesquels elle a condamné un homme à mort ?

     

    • Mon ressenti :  En 1982, Bobby Wilcher, dix-neuf ans, assassine deux femmes au Mississippi. Son procès traîne. En 1992, il est condamné à la peine de mort. Il sera finalement exécuté en 2006. Lindy Lou faisait partie du jury de douze personnes qui l'a unanimement condamné. Elle n'a pourtant jamais tout à fait assumé son acte. Hantée par le remords, elle a d'abord repris contact avec Bobby Wilcher avant son exécution. Elle part à la recherche des autres jurés du procès de 1992 pour partager avec eux ses états d'âme et connaître leurs sentiments.
    • Je mes suis ennuyée, ne comprenant pas où le réalisateur voulait en venir.

     

    • Ma note : 3/10

     

     

    - "L'amour flou", film Français de Romane Bohringer et Philippe Rebbot, avec Romane Bohringer, Philippe Rebbot et leur famille, sorti en octobre 2018. Durée : 1h37

     

    • Résumé :           Romane et Philippe se séparent. Après 10 ans de vie commune,deux enfants et un chien,ils ne s’aiment plus. Enfin… ils ne sont plus amoureux. Mais ils s’aiment,quand même. Beaucoup.Trop pour se séparer vraiment? Bref…C’est flou. Alors,sous le regard circonspect de leur entourage,ils accouchent ensemble d’un «sépartement »:deux appartements séparés,communiquant par…la chambre de leurs enfants! Peut on se séparer ensemble? Peut-on refaire sa vie,sans la défaire?

     

    • Mon ressenti : Les auteurs sont partis de leur propre histoire pour réaliser ce film. Décidés à ne plus vivre ensemble mais sans se séparer vraiment, ils achètent deux appartements qui communiqueront par la chambre des enfants.
    • C'est original, parfois drôle mais pas toujours crédible. Difficile de croire que les familles Bohroinger et Rebbot vivent dans cd'aussi petits appartements...
    •  
    • Ma note : 7/10

     

     

    - "Girl", film Belge de Lukas Dhont, sorti en octobre 2018. Durée : 1h45

     

    • Résumé :            Lara, 15 ans, rêve de devenir danseuse étoile. Avec le soutien de son père, elle se lance à corps perdu dans cette quête d’absolu. Mais ce corps ne se plie pas si facilement à la discipline que lui impose Lara, car celle-ci est née garçon.

     

    • Mon ressenti : Lara a 2 rêves : devenir une femme, en perdant ses attributs masculins et devenir ballerine, quitte à martyriser son corps. Elle a le soutien infaillible de son père, des docteurs qui la suivent et de ses professeurs mais est harcelée par les autres ballerines.
    • Difficile d'être adolescente, de s'occuper de son petit frère, de se transformer trop lentement en femme, et de souffrir pour danser.
    • Victor Holster qui joue Lara est très crédible.
    • J'ai aimé la ténacité de Lara et la relation père-fille.

     

    • Ma note : 8/10

    Miss Fuji a également critiqué ce film

     


    7 commentaires
  • En janvier 2019, j'ai regardé 3 films sur la médiathèque numérique proposée par les bibliothèques de Gironde :  "Shéhérazade", "Mademoiselle de Joncquières" et "Le poulain".

     

    - "Shéhérazade", film Français de Jean-Bernard Marlin, avec Dylan Robert, Kenza Fortas, Idir Azougli, sorti en septembre 2018. Durée : 1h52

     

    • Résumé :           Zachary, 17 ans, sort de prison.
      Rejeté par sa mère, il traîne dans les quartiers populaires de Marseille. C'est là qu'il rencontre Shéhérazade...
       

     

    • Mon ressenti : Zachary a 17 ans. C'est un adolescent paumé, rejeté par sa mère. Il sort d'un établissement pénitentiaire pour mineurs et vit de débrouilles et de petits larcins, à Marseille, aidé par ses amis dont un petit caïd. Il rencontre Shéhérazade, jeune femme qui se prostitue, et s'attache à elle, la protège. Il va devenir son proxénète.
    • Il ira jusqu'au bout pour celle qu'il aime.
    • Le réalisateur a choisi ses acteurs, presque tous débutants dans les bas quartiers de Marseille. L'acteur principal sortait d'un établissement pénitentiaire pour mineurs, comme Zachary.
    • Sur un sujet souvent traité : la jeunesse délinquante et délaissée dans de grandes cités, l'auteur nous transmet des émotions et nous émeut.

     

    • Ma note : 8,5/10

     

     

    - "Mademoiselle de Joncquières", film Français d'Emmanuel Mouret, avec Cécile de France, Edouard Baer, Alice Isaaz, Natalia Dontcheva, sorti en septembre 2018. Durée : 1h49

     

    • Résumé :          Madame de La Pommeraye, jeune veuve retirée du monde, cède à la cour du marquis des Arcis, libertin notoire. Après quelques années d’un bonheur sans faille, elle découvre que le marquis s’est lassé de leur union. Follement amoureuse et terriblement blessée, elle décide de se venger de lui avec la complicité de Mademoiselle de Joncquières et de sa mère... 

     

    • Mon ressenti : 
    • Emmanuel Mouret a adapté un épisode de « Jacques le fataliste et son maître » de Diderot.
    • Madame de la Pommeraye (Cécile de France), vit dans une belle demeure, loin de la cour. Le marquis des Arcis (Edouard Baer), volage et léger, lui fait la cour. Elle finit par lui céder. 
    • Malheureusement pour elle, le marquis commence à la délaisser, fôlatrant à droite et à gauche.
    • Elle décide alors de se venger et lui fait rencontrer une jeune fille pauvre et sa mère, qu'elle sort de la misère et manipule.
    • J'ai aimé les décors (belles demeures, jardins magnifiques), les costumes fabuleux et le jeu des acteurs.
    • Stéphane Baër est un marquis charmeur et futile. 
    • Cécile de France est infiniment belle, calculatrice, machiavélique, sans pitié. Elle cisèle sa vengeance. Alice Isaaz (Mlle de Joncquières) est très belle, délicate et réservée.

    J'ai aussi aimé la double fin.

    • Ma note : 9/10

     

    - "Le poulain", film Français de Mathieu Sapin, avec Alexandra Lamy, Finnegan Oldfield, Gilles Cohen, Valérie Karsenti, sorti en septembre 2018. Durée : 1h37

     

    • Résumé :           Arnaud Jaurès, 25 ans, novice en politique, intègre par un concours de circonstances l’équipe de campagne d’un candidat à l’élection présidentielle. Il devient l’assistant de Agnès Karadzic, directrice de la communication, une femme de pouvoir et d’expérience qui l’attire et le fascine.
      Sans l’épargner, elle l’initie aux tactiques de campagne, et à ses côtés il observe les coups de théâtre et les rivalités au sein de l’équipe, abandonnant peu à peu sa naïveté pour gravir les échelons, jusqu’à un poste très stratégique. 

     

    • Mon ressenti : Le réalisateur nous fait découvrir les coulisses des primaires d'un parti puis d'une élection présidentielle.
    • Arnaud Jaurès, jeune homme un peu falot, sans présence, devient l'assistant d'Agnès (Alexandra Lamy), politicienne expérimentée, hypocrite et rouée, qui va l'attirer et le manipuler.
    • Les revirements d'alliances sont nombreux, et Arnaud va se hisser peu à peu au niveau des plus retors.
    • Il y a des scènes drôles, notamment lorsque Arnaud est chargé de collecter des photos d'enfance du candidat avec la mère de celui-ci, et j'ai ri, malgré quelques incohérences.

     

    • Ma note : 8,5/10

    5 commentaires
  • En décembre 2018, j'ai regardé 10 films sur la médiathèque numérique proposée par les bibliothèques de Gironde.

    Il y a quelques jours, je vous ai présenté les 5 premiers :  "En guerre", "La caméra de Claire", "Au poste", "The guilty", "Paul Sanchez est revenu".

     

    Voici les 5 autres : "Under the tree", "Eva", "Ma fille", "Le poirier sauvage", "La tête à l'envers".

     

    - "Under the tree", film Islandais de Hafstein Gunnar Sigurossön, sorti en août 2018. Durée : 1h28

     

    • Résumé :          Atli, accusé d'adultère par sa femme, est forcé d’emménager chez ses parents. Il se retrouve malgré lui plongé au sein d'une querelle de voisinage, dont le déclencheur est l'ombre imposante d'un arbre entre les deux maisons. Leur banal conflit se transforme en guerre sans pitié.

     

    • Mon ressenti : 
    • Ce film traite des problèmes de voisinage, qui peuvent prendre une ampleur démesurée comme ici.
    • Un couple de retraités vit bien tranquillement dans son pavillon, mais ils ont un bel arbre dont l'ombre indispose leurs voisins, surtout la jeune femme, soucieuse de son bronzage.
    • Leur fils, accusé d'adultère par sa femme, vient s'installer chez eux.
    • Il y a aussi un gros chat dans le premier pavillon et dans le pavillon voisin : un couple recomposé, avec un gros chien
    • Ils vont aller très loin dans l'escalade des coups bas et vengeances.

     

     

    • Ma note : 8/10

     

     

    - "Eva", film Franco-Belge de Benoit Jacquot, avec Isabelle Huppert (Eva), Gaspard Ulliel (Bertrand), Julia Roy (Caroline), Richard Berry (Régis), sorti en mars 2018. Durée : 1h40 

    • Résumé :          Tout commence par une tempête de neige. Eva, troublante et mystérieuse, fait irruption dans la vie de Bertrand, écrivain prometteur. Cette rencontre va bouleverser Bertrand jusqu’à l’obsession et le fera glisser jusqu’à sa perte.

     

    • Mon ressenti : Bertrand est un trentenaire à qui tout semble réussir : il est l'auteur d'une pièce de théâtre qui a du succès et le fiancée d'une jeune femme jolie et attentionnée. Il se retire à Annecy dans le chalet de ses futurs beaux-parents, pour écrire. L'inspiration ne vient pas. Il rencontre par hasard Eva, call-girl mystérieuse qui l'attire et l'inspire. Cette attirance va de plus en plus le perturber.
    • Isabelle Huppert est glaçante.

     

    • Ma note : 7/10

     

     

    - "Ma fille", film de Laura Bispuri, sorti en juin 2018. Durée : 1h37

     

    • Résumé :          Vittoria, dix ans, vit avec ses parents dans un village reculé de Sardaigne. Un jour de fête, elle rencontre Angelica, une femme dont l’esprit libre et l’attitude provocante tranchent avec le caractère posé de sa mère, Tina. Vittoria est fascinée, mais sa mère ne voit pas d’un bon œil ses visites de plus en plus fréquentes à la ferme où Angelica vit comme hors du monde. Elle ne sait pas que les deux femmes sont liées par un secret. Un secret qui la concerne, elle…

     

    • Mon ressenti : 
    • Dans ce film, Laura Bispuri trace le portrait de deux femmes que tout oppose, réunies par l'adorable Vittoria.
    • Vittoria est une fillette  sage et timide, choyée par sa mère. Au cours d'un rodéo elle rencontre Angelica, une femme libre et provocante, qui se prostitue, et vit à l'écart.
    • L'histoire est assez banale mais les trois actrices sont formidables.

     

    • Ma note : 8/10

     

     

     

    - "Le poirier sauvage", film de Nuri Bilge Ceylan, sorti en août 2018. Durée : 3h08

     

    • Résumé :          Passionné de littérature, Sinan a toujours voulu être écrivain. De retour dans son village natal d’Anatolie, il met toute son énergie à trouver l’argent nécessaire pour être publié, mais les dettes de son père finissent par le rattraper…

     

    • Mon ressenti : 
    • Sinan, jeune diplômé, est de retour chez lui, près de la ville de Troie, en Turquie. Il espère publier son roman : "Le poirier sauvage" et obtenir des subventions pour l'y aider, mais il va d'échec en échec.
    • Sinan est arrogant et se heurte à son père, un peu excentrique, ainsi qu'à  un auteur à succès qu'il ridiculise.
    • Le film m'a semblé un peu long par moment, mais la fin est très belle.

     

    • Ma note : 7,5/10

     

     

    - "La tête à l'envers", film de l'humoriste Autrichien, Joseph Hader, sorti en mars 2018. Durée : 1h43

     

    • Résumé :          Un célèbre critique musical est brutalement renvoyé de son journal. Le coup porté à son égo est tel qu’il perd tout sens de la mesure, cache la vérité à sa femme, et décide de se venger de son ancien employeur, d’une façon aussi abracadabrante qu’inefficace…

     

    • Mon ressenti : 
    • Georg est un critique musical, assez imbu de lui-même et vivant avec Johanna, une psychologue de 43 ans qui rêve d'avoir un enfant avec lui. Licencié parce qu'il coûte trop cher à sa société, il ne l'avoue pas à sa femme et continue à faire semblant de travailler. En errant dans les rues de Vienne il rencontre Erich, un ancien camarade de lycée, aussi paumé que lui. Ils vont reprendre l'exploitation d'un manège.
    • Georg se venge de son ancien directeur en s'attaquant à sa voiture de sport puis à sa maison.
    • Il y a des passages amusants et d'autres moins drôles qui pourraient donner de mauvaises idées à des spectateurs mal intentionnés (rayure de carrosserie avec des clés, découpage de capote automobile, tag...).
    • Il y a des rebondissements et des personnages assez drôles.

     

    • Ma note : 7/10

    5 commentaires
  • En décembre 2018, j'ai regardé 10 films sur la médiathèque numérique proposée par les bibliothèques de Gironde :  "En guerre", "La caméra de Claire", "Au poste", "The guilty", "Paul Sanchez est revenu",  "Under the tree", "Eva", "Ma fille", "Le poirier sauvage", "La tête à l'envers".

     

    - "En guerre", film Français de Stéphane Brizé, avec Vincent Lindon, Mélanie Royer, Jacques Borderie, sorti en mai 2018. Durée : 1h53

     

    • Résumé :          Malgré de lourds sacrifices financiers de la part des salariés et un bénéfice record de leur entreprise, la direction de l’usine Perrin Industrie décide néanmoins la fermeture totale du site. Accord bafoué, promesses non respectées, les 1100 salariés, emmenés par leur porte‑parole Laurent Amédéo, refusent cette décision brutale et vont tout tenter pour sauver leur emploi.

     

    • Mon ressenti : Ce film, à la limite entre fiction et documentaire, nous fait vivre la fermeture d'une usine, les tensions avec les dirigeants et entre ouvriers. Les non-acteurs jouent juste et Vincent Lindon est percutant.
    • Le film m'a rappelé la fermeture de l'Usine Ford, à Blanquefort, où le racheteur potentiel est refusé par les dirigeants.
    • Le médiateur du gouvernement est une véritable anguille.
    • La fin est un coup de poing qui ne peut laisser indifférent.

     

    • Ma note : 9/10

     

     

    - "La caméra de Claire", film Sud-Coréen de Hong Sang-Soo, avec Isabelle Huppert, Min Hee-Kim, sorti en mars 2018. Durée : 1h09

     

    • Résumé :          Lors d’un voyage d’affaires au Festival de Cannes, Manhee est accusée de malhonnêteté par sa patronne, et licenciée. Claire se balade dans la ville pour prendre des photos avec son Polaroïd. Elle fait la rencontre de Manhee, sympathise avec elle, la prend en photo. Claire semble capable de voir le passé et le futur de Manhee, grâce au pouvoir mystérieux du tunnel de la plage. Désormais Claire décide d’accompagner Manhee au café où elle a été licenciée. C’est le moment de découvrir le pouvoir de Claire à l’œuvre…

     

    • Mon ressenti : Ce film est très court et pourtant je me suis ennuyée. Une jeune femme est licenciée par sa patronne pour un motif mystérieux, mais en réalité pour avoir couché avec le compagnon de celle-ci, réalisateur de film. Isabelle Huppert (Claire) prend des photos...

     

    • Ma note : 2/10

     

    - "Au poste", film Français de Quentin Dupieux avec Benoït Poelvoorde; Grédoire Ludig, Marc Fraize, sorti en juillet 2018. Durée : 1h13

     

    • Résumé :          Un poste de police. Un tête-à-tête, en garde à vue, entre un commissaire et son suspect.

     

    • Mon ressenti : C'est un film farfelu, avec un huis-clos entre un commissaire de police et un suspect pressé d'aller manger. J'ai bien aimé les 3/4 du film mais pas du tout la fin...

     

    • Ma note : 6/10

     

    - "The guilty", film Danois de Gustav Möller, sorti en juillet 2018. Durée : 1h28

     

    • Résumé :          Une femme, victime d’un kidnapping, contacte les urgences de la police. La ligne est coupée brutalement. Pour la retrouver, le policier qui a reçu l’appel ne peut compter que sur son intuition, son imagination et son téléphone.

     

    • Mon ressenti : C'est presqu'un huis-clos. Asper est en pénitence dans un centre d'appel de la police, chargé de réconforter apporter de l'aide aux appelants. L'appel d'Iben qui a été enlevée va concentrer toute son attention. Il va n'avoir de cesse de la libérer et d'aider ses enfants, restés seuls à la maison.
    • C'est prenant et haletant.
    • Ma note : 8,5/10

     

     

    - "Paul Sanchez est revenu", film Français de Patricia Mazuy, avec Laurent Lafitte, Zita Hanrot (Marion), Philippe Girard, sorti en juillet 2018. Durée : 1h51

     

    • Résumé :          Paul Sanchez, criminel disparu depuis dix ans, a été aperçu à la gare des Arcs sur Argens. A la gendarmerie, on n'y croit pas, sauf peut-être la jeune Marion… 

     

    • Mon ressenti : Ce film est encensé par les uns, vilipendé par les autres.
    • Marion est gendarme aux Arcs dans le Var et s'ennuie un peu. Lorsque des appels téléphoniques signalent la présence de Paul Sanchez, accusé de la disparition de sa femme et ses 4 enfants, elle se sent investie de la mission de l'arrêter.  Malgré les mises en garde de sa hiérarchie, elle se lance à sa poursuite, et va échanger avec le fuyard par téléphone.
    • Quiproquos, gaffes, humour noir au programme...
    • Ma note : 8,5/10

     

    Critiques des 5 autres films à venir...


    9 commentaires
  • Hier soir, j'ai regardé pour la nième fois, sur France 2, le film de Jean-Marie Poiré : "Le père Noël est une ordure", sorti il y a 36 ans, en 1982, avec Anémone (Thérèse), Thierry Lhermitte (Pierre), Marie-Anne Chazel (Josette), Gétard Jugnot (Felix), Josiane Balasko (Madame Musquin), Christian Clavier (Katia)

    Le synopsis :

    C'est la nuit de Noël. Thérèse et Pierre s'apprêtent à assurer la permanence téléphonique de l'association SOS détresse-amitié. Une soirée plutôt calme se prépare malgré les troublantes intentions que les deux jeunes gens nourrissent l'un à l'égard de l'autre, les épouvantables gâteaux d'un voisin yougoslave, les fantaisies de l'ascenseur et les visites intempestives et totalement contraires au règlement de quelques désespérés envahissants. Parmi ceux-ci se trouvent Josette, qui vient de quitter son mari alcoolique, et Katia, un travesti gravement dépressif. Mais la plus mauvaise surprise attend le dépanneur, appelé pour l'ascenseur et frappé d'une balle en plein front par Félix, l'époux tyrannique de Josette, encore costumé en Père Noël... 

     

    Mon ressenti :

    Je ne me lasse pas de regarder ce film pour certains passages :

    -" les cadeaux de mon pays" apporté par Monsieur Moskovic

    - les échanges de cadeaux faits main, entre Thérèse (une veste-serpillière) et Pierre (un tableau cochon cochon)

    - le Père Noël (Felix) voulant étrangler "Chouchou" avec le tuyau de douche, qui se venge en lui assénant un coup de fer à repasser en pleine tête

    - Madame Musquin coincée 2 fois dans l'ascenseur

    - Josette complétant une feuille de soins ("Zézette épouse X) 

    - le kloug de Monsieur Moskovic, qui fume dans l'assiette

    - le lapin qui observe tout, caché sous une armoire...


    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique