• Vendredi 13 mai, j'ai assisté à la présentation d'une pièce de théâtre par une troupe amateurs. C'était le spectacle de clôture de l’association les Drôles Arésiens. J'étais là pour le journal Sud-Ouest, puisque je suis correspondante locale.

    J'ai passé une très bonne soirée et beaucoup ri.

    J'ai cherché des informations sur l'auteur de la pièce, Daniel Levallois. Il est devenu comédien, passé la cinquantaine avant de découvrir le plaisir d’écrire des comédies pour le théâtre, 39 au total, qu’il met à la disposition des troupes amateur. Je lui ai envoyé via le formulaire contact de son site mes félicitations pour sa pièce et il m'a gentiment répondu..

    La mise en scène était de Monique Cachoux, la présidente et les décors, classiques avaient été apportés par les membres de l’association : un canapé avec table basse, un bureau avec ordinateur et téléphone, une coiffeuse avec miroir, un porte-manteau et quelques bibelots. Derrière moi un enfant a reconnu la bonbonnière de sa mamie, actrice d'un soir.

    5 comédiennes amateurs ont joué les colocataires de cet appartement, très différentes et se disputant quant à l’organisation des tâches ménagères, les fréquentations de certaines et l’augmentation du loyer et des charges. Dom, prof de maths "ne veut plus aller à l’école" et déprime comme Agnès, employée de la CAF. Sophie, coiffeuse sexy, cherche l’amour sur des sites en ligne. Nath vendait de la lingerie fine et a perdu son boulot. Tania, nymphomane, travaille au GIGN, s’est fait «lourder». Bref, elles ont des problèmes d’argent et vont kidnapper Simon, un banquier pervers pour obtenir la combinaison du coffre et braquer la banque où il travaille, avec des masques et des pistolets en plastique. Bien sûr rien ne se passe comme prévu. Elles se font manipuler par leur otage, se trompent dans la combinaison …

    Trois des actrices pratiquent le théâtre depuis 4-5 ans mais c’était une première scène pour deux d'entre elles.

    Et c’était très réussi. Le public a beaucoup ri et applaudi. 

    Il n’y a pas de temps mort dans cette comédie moderne avec un robot à 1139 € pour faire de la purée et Meetic pour trouver un mec. 

    Un spectacle de théâtre  très drôle : "Vive la colocation !"
    Un spectacle de théâtre  très drôle : "Vive la colocation !"
    Un spectacle de théâtre  très drôle : "Vive la colocation !"
    Un spectacle de théâtre  très drôle : "Vive la colocation !"

    10 commentaires
  • En avril 2022, j'ai regardé 3 films sur la médiathèque numérique proposée par les bibliothèques de Gironde : "Mon légionnaire", "Eugénie Grandet" et "Les intranquilles".

    - "Mon légionnaire", film de Rachel Lang, sorti en octobre 2021, avec Louis Garrel, Camille Cottin. Durée : 1h47.
     

    • Résumé :   

      Ils viennent de partout, ils ont désormais une chose en commun : la Légion Étrangère, leur nouvelle famille. Mon Légionnaire raconte leurs histoires : celle de ces femmes qui luttent pour garder leur amour bien vivant, celle de ces hommes qui se battent pour la France, celle de ces couples qui se construisent en territoire hostile.

    • Mon ressenti :

    La réalisatrice Rachel Lang balade sa caméra entre la Corse, port d'attache de ces soldats et de ces ménages, et le Mali, théâtre des opérations militaires. Entre film et documentaire, on suit la vie de ces légionnaires et leurs épouses, leurs doutes, leurs incertitudes et inquiétudes.

    Le personnage principal, Louis Garrel, fraîchement diplômé de l’académie militaire commande un groupe du deuxième régiment de parachutistes à Calvi en Corse. Il est marié à Camille Cotin, avocate.

    C'est bien joué mais un peu long.

    • Ma note : 3,0 (Note moyenne spectateurs : 2,9/5, note moyenne presse : 3,3/5)

     

    - "Eugénie Grandet", film de Marc Dugain, sorti en septembre 2021, avec Joséphine Japy, Olivier Gourmet, Valérie Bonneton. Durée : 1h45

    • Résumé :   Felix Grandet règne en maître dans sa modeste maison de Saumur où sa femme et sa fille Eugénie, mènent une existence sans distraction. D’une avarice extraordinaire, il ne voit pas d’un bon œil les beaux partis qui se pressent pour demander la main de sa fille. Rien ne doit entamer la fortune colossale qu’il cache à tous. L’arrivée soudaine du neveu de Grandet, un dandy parisien orphelin et ruiné, bouleverse la vie de la jeune fille. L’amour et la générosité d’Eugénie à l’égard de son cousin va plonger le Père Grandet dans une rage sans limite. Confronté à sa fille, il sera plus que jamais prêt à tout sacrifier sur l’autel du profit, même sa propre famille..
    • Mon ressenti : 

    C'est une nouvelle adaptation du roman "Eugénie Grandet" d'Honoré de Balzac, que j'ai trouvée très réussie.

    Félix Grandet (joué par Olivier Gourmet), tonnelier à Saumur sous la Restauration a amassé une fortune immense qui fait de sa fille, Eugénie (Joséphine Japy) un excellent parti. Mais il est d'une avarice maladive qui condamne sa famille à une vie austère. Eugénie rêve de s’en échapper et l'arrivée de son cousin parisien, Charles Grandet, dont le père, acculé à la faillite, va bientôt se suicider, ouvre à la jeune fille de nouveaux horizons.

    La vie d'Eugénie Grandet et de sa famille est très bien retranscrite et l'atmosphère de cette époque est aussi bien restituée. Le réalisateur a  su traduire fidèlement l'esprit de l'oeuvre de Balzac en y ajoutant une touche moderne. 

     

    • Ma note : 4,5/5  (Note moyenne spectateurs : 3,4/5, note moyenne presse : 3,5/5).

     

    - "Les intranquilles", film de Joachim Lafosse avec Leila Bekhti, Damien Bonnard, sorti en septembre 2021. Durée : 1h58.

    • Résumé :  Leila et Damien s’aiment profondément. Malgré sa fragilité, il tente de poursuivre sa vie avec elle sachant qu’il ne pourra peut-être jamais lui offrir ce qu’elle désire.
    • Mon ressenti : 

    Damien (Damien Bonnard) est peintre et bipolaire. Il alterne des phases d'activité délirante et de catatonie qui obligent sa compagne, Leïla (Leïla Bekhti), et son jeune fils Amine (Gabriel Merz Chammah) à une vigilance de chaque instant. "Les Intranquilles" filme la bipolarité, une maladie que Joachim Lafosse, fils de père bipolaire, a vécu dans sa chair. 

    C'est bien joué mais je suis restée un peu sur ma faim, car l'approche de la bipolarité, jamais nommée, reste assez superficielle.

     

    • Ma note : 3,5/5  (Note moyenne spectateurs : 3,6/5, note moyenne presse : 3,9/5).

    10 commentaires
  • En mars 2022, j'ai regardé 3 films sur la médiathèque numérique proposée par les bibliothèques de Gironde : "Tout s'est bien passé", "Petite soeur" et "Amants".

    - "Tout s'est bien passé", film de François Ozon, sorti en septembre 2021, avec Sophie Marceau,  André Dussolier, Géraldine Pailhas. Durée : 1h49.

    • Résumé :   

      Adaptation du roman Tout s’est bien passé d’Emmanuèle Bernheim.

      Emmanuèle, romancière épanouie dans sa vie privée et professionnelle, se précipite à l’hôpital, son père André vient de faire un AVC.
      Fantasque, aimant passionnément la vie mais diminué, il demande à sa fille de l’aider à en finir.
      Avec l’aide de sa sœur Pascale, elle va devoir choisir : accepter la volonté de son père ou le convaincre de changer d’avis.

    • Mon ressenti :

    Ce film est adapté du roman éponyme d'Emmanuèle Bernheim.

    Après un AVC handicapant, André (joué par André Dussolier), 85 ans, demande à ses filles, Emmanuèle (Sophie Marceau) et Pascale (Géraldine Pailhas) de l'aider à en finir.  Elles vont finir par accepter de  l'aider, en espérant qu'il changera d avis . Ce sera un long chemin, parsemé d'obstacles car le suicide assisté est illégal en France. André devra aller en Suisse.

    André Dussolier est très crédible et Sophie Marceau joue très bien aussi.

    C'est souvent émouvant, mais sans pathos.

    • Ma note : 4,0 (Note moyenne spectateurs : 3,6/5, note moyenne presse : 3,4/5)

     

    - "Petite soeur", film de Véronique Reymond et Stéphanie Chouat, sorti en octobre 2021, avec Nina Hoss, Lars Eidenger, Marthe Keller. Durée : 1h39

    • Résumé :   Lisa est une dramaturge allemande qui a abandonné ses ambitions artistiques pour suivre son mari en Suisse et se consacrer à sa famille. Lorsque son frère jumeau Sven, célèbre acteur de théâtre berlinois, tombe malade, Lisa remue ciel et terre pour le faire remonter sur scène. Cette intense relation fraternelle renvoie Lisa à ses aspirations profondes et ravive en elle son désir de créer, de se sentir vivante.
    • Mon ressenti : 

    Lisa se consacrait à sa famille, son mari et ses deux enfants. Pour tenter de sauver Sven, son frère jumeau, atteint d'un cancer, elle va tout faire pour le faire remonter sur scène, en lui écrivant un monologue.

    Je n'ai pas vraiment accroché.

    • Ma note : 3,0/5  (Note moyenne spectateurs : 3,1/5, note moyenne presse : 3,4/5).

     

    - "Amants", film de Nicole Garcia avec Pierre Niney, Stacy Martin, Benoît Magimel, sorti en novembre 2021. Durée : 1h40.

    • Résumé :  Lisa et Simon s’aiment passionnément depuis leur adolescence et mènent la vie urbaine et nocturne des gens de leur âge. A la suite d’une soirée qui tourne mal et dont l’issue n’est autre que la prison pour Simon, il décide de fuir. Lisa attend alors des nouvelles de Simon qui ne viendront jamais. Trois ans plus tard, dans l’Océan Indien, elle est mariée à Léo quand leurs destins se croisent à nouveau…
    • Mon ressenti : 

    J'attendais avec plaisir le nouveau film de Nicole Garcia, et bien je suis déçue... Je n'ai malheureusement pas été embarquée par ce trio amoureux. Niney incarne un dealer qui côtoie toutes les strates de la société, a une amante, Lisa, depuis longtemps. Lors d'une soirée, un jeune homme meurt d'une overdose et Simon s'enfuit à l'étranger, abandonnant Lisa. Celle-ci va se marier à Léo (Benoît Magimel), fortuné et plus âgé. 3 ans plus tard, Lisa et Léo partent en vacances dans l'Océan Indien, et Lisa va retrouver Simon. Coïncidence ou manipulation ? 

    Nous ne le saurons pas.

     

    • Ma note : 2,8  (Note moyenne spectateurs : 2,7/5, note moyenne presse : 3,2/5).

    9 commentaires
  • En février 2022, j'ai regardé 3 films sur la médiathèque numérique proposée par les bibliothèques de Gironde : "Profession du père", "Rouge" et "Les héroïques".

    - "Profession du père", film de Jean-Pierre Améris, sorti en juillet 2021, avec Benoît Poelvoorde, Audrey Dana, Jules Lefebvre. Durée : 1h45.

    • Résumé :   

      Emile, 12 ans, vit dans une ville de province dans les années 1960, aux côtés de sa mère et de son père. Ce dernier est un héros pour le garçon. Il a été à tour à tour chanteur, footballeur, professeur de judo, parachutiste, espion, pasteur d'une Église pentecôtiste américaine et conseiller personnel du général de Gaulle. Et ce père va lui confier des missions dangereuses pour sauver l’Algérie, comme tuer le général.

    • Mon ressenti :

    Ce film est adapté du roman éponyme de Sorj Chalandon. Il nous dresse l inquiétant portrait d un père paranoïaque et mythomane, André Choulans, joué par Benoît Poelvoorde, entraînant son fils de onze ans, Emile, dans ses délires. C'est le début des années 1960. Le père est proche de l'OAS et veut sauver l'Algérie. André corrige Emile à coups de ceinturon, est odieux aussi avec sa femme. Il ordonne à son fils de taguer des murs, faire le guet. Emile va embrigader un garçon de sa classe, pied noir qui vient d'arriver, et l'entraîner dans les délires concoctés par son père.

    C'est bien joué mais j'ai eu du mal à comprendre comment la mère ne met pas le holà aux actions et à la méchanceté de son mari.

     

    • Ma note : 3,5 (Note moyenne spectateurs : 2,8/5, note moyenne presse : 3,1/5)

     

    - "Rouge", film de Farid Bentoumi, sorti en août 2021, avec Zita Hanrot, Sami Bouajila, Céline Sallette.Olivier Gourmet. Durée : 1h28

    • Résumé :   Nour vient d’être embauchée comme infirmière dans l’usine chimique où travaille son père, délégué syndical et pivot de l’entreprise depuis toujours.
      Alors que l’usine est en plein contrôle sanitaire, une journaliste mène l’enquête sur la gestion des déchets. Les deux jeunes femmes vont peu à peu découvrir que cette usine, pilier de l’économie locale, cache bien des secrets. Entre mensonges sur les rejets polluants, dossiers médicaux trafiqués ou accidents dissimulés, Nour va devoir choisir : se taire ou trahir son père pour faire éclater la vérité.
    • Mon ressenti : 

    Nour, jeune infirmière, vient d'être embauchée dans une usine chimique, grâce à Slimane, son père, délégué syndical et pivot de l'entreprise depuis plus de vingt ans. Suite à un contrôle sanitaire, Emma, une journaliste indépendante soulève la question de la gestion des déchets de l'établissement. Nour va découvrir que des dossiers médicaux ont été trafiqués et des accidents dissimulés, Elle est partagée entre son amour pour son père, très attaché à l'entreprise, et sa volonté de stopper ces agissements polluants et protéger les ouvriers et les habitants.

     

    • Ma note : 4,0/5  (Note moyenne spectateurs : 3,7/5, note moyenne presse : 3,7/5).

     

    - "Les héroïques", film de Maxime Roy avec François Creton, Roméo Créton, Richard Bohringer, Ariane Ascaride, sorti en octobre 2021. Durée : 1h39.

    • Résumé :  
      Michel, ancien junkie, est un éternel gamin qui ne rêve que de motos et traine avec son grand fils Léo et ses copains. À cinquante ans, il doit gérer le bébé qu’il vient d’avoir avec son ex, et se bat pour ne pas répéter les mêmes erreurs et être un mec bien.
    • Mon ressenti : 

    Michel, quinquagénaire, est un paumé qui traîne avec son fils Léo. Ancien alcoolique et toxicomane il veut s'en sortir et il a du mal. Sa compagne l'a quitté après la naissance de leur fils et son père Claude ( Richard Bohringer) est malade, en phase terminale.

    Il n'a pas d'emploi, pas de revenu., mais il va être soutenu par ses amis, et va réussir à remonter la pente.

    • Ma note : 4,0  (Note moyenne spectateurs : 3,7/5, note moyenne presse : 3,4/5).

    10 commentaires
  • Lundi 14 février 2022, Arte a diffusé un très joli film en seconde partie de soirée (22:45 à 00:30). Je l'ai enregistré et regardé hier soir.

    C'est un film d'Eran Riklis, sorti en 2008. Durée : 1h45. Prix du public au Festival cde Berlin en 2008.

    • Résumé :   

      Salma vit dans un petit village palestinien de Cisjordanie situé sur la Ligne verte qui sépare Israël des territoires occupés. Sa plantation de citronniers est considérée comme une menace pour la sécurité de son nouveau voisin, le ministre israélien de la Défense. Il ordonne à Salma de raser les arbres sous prétexte que des terroristes pourraient s'y cacher. Salma est bien décidée à sauver coûte que coûte ses magnifiques citronniers. Quitte à aller devant la Cour Suprême afin d'y affronter les redoutables avocats de l'armée soutenus par le gouvernement.
      Mais une veuve palestinienne n'est pas libre de ses actes surtout lorsqu'une simple affaire de voisinage devient un enjeu stratégique majeur. Salma va trouver une alliée inattendue en la personne de Mira l'épouse du ministre. Entre les deux femmes s'établit une complicité qui va bien au-delà du conflit israélo-palestinien.

    • Mon ressenti :

    Salma est une veuve palestinienne qui vit seule en Cisjordanie, et a une plantation de magnifiques citronniers, plantés par son père il y a 30 ans. Malheureusement pour elle, le ministre israélien de la défense s'installe dans la maison voisine. Son service de sécurité juge le verger dangereux, susceptible d'abriter des terroristes et le ministre décide de faire raser tous les arbres. Salma prend un avocat pour s'y opposer, mais c'est le combat du pot de terre contre le pot de fer. Malgré le soutien des médias, Salma ne pourra pas conserver ses citronniers tels quels.

    C'est le titre qui m'avait attirée, mais les deux personnages féminins principaux, Salma et Mira, la femme du ministre, sont toutes les deux très attachantes, et les citronniers sont superbes.

    Hiam Abbass qui joue Salma est excellente, très digne malgré les épreuves.

    • Ma note : 4,5/5 (Note moyenne spectateurs : 3,7/5, note moyenne presse : 3,7/5)

    11 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique