• En octobre 2018, j'ai regardé 4 films sur la médiathèque numérique proposée par les bibliothèques de Gironde :  "Vent du Nord", "La route sauvage", "La révolution silencieuse"  et "Kings".

     

     

    - "Vent du Nord", film de Wallid Mattar, avec Philippe Rebbot (Hervé), Mohamed Amine Hamzaoui (Foued), Mottet Klein, Corine Masiero, sorti en mars 2018. Durée : 1h29. 

     

    • Résumé :          Nord de la France. L'usine d'Hervé est délocalisée. Il est le seul ouvrier à s'y résigner car il poursuit un autre destin : devenir pêcheur et transmettre cette passion à son fils. Banlieue de Tunis. L'usine est relocalisée. Foued, au chômage, pense y trouver le moyen de soigner sa mère, et surtout de séduire la fille qu'il aime. Les trajectoires de Hervé et Foued se ressemblent et se répondent.

     

    • Mon ressenti : Hervé est ouvrier dans une usine de chaussures qui ferme pour être délocalisée en Tunisie. Il va utiliser la prime de départ pour acheter un bateau car il rêve de devenir pêcheur.
    • Foued, en Tunisie, va bénéficier de la délocalisation de l'usine et trouver un emploi.
    • Leurs vies sont présentées en parallèle. Le premier rêve de vacances en Tunisie et le second de travailler en France.
    • J'ai apprécié le jeu des acteurs, Philippe Rebbot, plutôt habitué aux seconds rôles, et Corinne Masiero.
    • Les histoires de mondialisation sont à la mode au cinéma ces derniers temps.

     

    • Ma note : 7/10

     

     

    - "La route sauvage", film Américaim d'Andrew Haigh, avec Charlie Plummer (Charley), Chloë Sevegny, Steve Buscemi, sorti en avril 2018. Durée : 2h01. 

     

    • Résumé :          Charley Thompson a quinze ans et a appris à vivre seul avec un père inconstant.
      Tout juste arrivé dans l’Oregon, le garçon se trouve un petit boulot chez un entraineur de chevaux et se prend d’affection pour Lean on Pete, un pur-sang en fin de carrière.
      Le jour où Charley se retrouve totalement livré à lui-même, il décide de s’enfuir avec Lean on Pete, à la recherche de sa tante dont il n'a qu’un lointain souvenir. 
      Dans l'espoir de trouver enfin un foyer, ils entament ensemble un long voyage….

     

    • Mon ressenti : Charley, 16 ans, vit avec son père, coureur et marginal. Il n'a jamais connu sa mère qui l'a abandonné à la naissance. Sportif et volontaire, il trouve du boulot chez un entraîneur de chevaux. Parce qu'il se retrouve seul et pour éviter à Lean on Pete, cheval auquel il s'est attaché, de finir à l'abattoir il s'enfuit avec lui, pour retrouver sa tante dont il garde de bons souvenirs.
    • Charley va traverser une bonne partie des Etats-Unis,du Colorado au Wyoming, en camion puis à pieds, de galère en galère, à la recherche de sa tante.
    • Charlie Plummer est un jeune acteur prometteur, époustouflant dans ce film où il incarne Charley le rendant très touchant.
    • Les paysages sont superbes, le road-movie est émouvant : le film est grandiose.

     

    • Ma note : 9,5/10

     

     

    - "La Révolution silencieuse", film Allemand de Lars Kraume, sorti en mai 2018. Durée : 1h51. 

     

    • Résumé :           Allemagne de l'est, 1956. Kurt, Theo et Lena ont 18 ans et s'apprêtent à passer le bac. Avec leurs camarades, ils décident de faire une minute de silence en classe, en hommage aux révolutionnaires hongrois durement réprimés par l'armée soviétique. Cette minute de silence devient une affaire d'Etat. Elle fera basculer leurs vies. Face à un gouvernement est-allemand déterminé à identifier et punir les responsables, les 19 élèves de Stalinstadt devront affronter toutes les menaces et rester solidaires.

     

    • Mon ressenti : Ce film s'inspire de faits réels survenus en RDA en 1956. 19 élèves décident de faire une minute de silence pour soutenir les insurgés de Budapest. Cela va se transformer en affaire d'etat et ils vont être harcelés, menacés pour désigner le meneur. Ils vont rester solidaires et leur courage est émouvant.
    • La reconstitution de ces années d'après-guerre, à Berlin Est, est très bien réalisée et les jeunes acteurs jouent juste.

    ​​​​​​​​​​​​​​

    • Ma note : 9,5/10

     

     

    - "Kings", film franco-américain de Deniz Gamze Ergüven, avec Halle Berry (Millie), Daniel Craig, sorti en avril 2018. Durée : 1h27. 

     

    • Résumé :           1992, dans un quartier populaire de Los Angeles.
      Millie s’occupe de sa famille et d’enfants qu’elle accueille en attendant leur adoption.
      Avec amour, elle s’efforce de leur apporter des valeurs et un minimum de confort dans un quotidien parfois difficile.
      A la télévision, le procès Rodney King bat son plein. Lorsque les émeutes éclatent, Millie va tout faire pour protéger les siens et le fragile équilibre de sa famille.

     

    • Mon ressenti : La réalisatrice de "Mustang" nous offre un très beau film en nous faisant pénétrer dans la vie de Millie, jeune femme noire, dynamique et généreuse, qui accueille des enfants et leur apporte tendresse et amour, tout en les cadrant. Elle va s'efforcer de les protéger dans une période d'émeutes, trouvant une aide inattendue chez son voisin.

     

    • Ma note : 9/10

    8 commentaires
  • En septembre 2018, j'ai regardé 4 films sur la médiathèque numérique :  "Candelaria", "Comme des rois", "Comme des garçons"  et "Amoureux de ma femme".

     

     

    - "Candelaria", film de Jhonny Hendrix Hinestroza, avec Veronica Lynn (Candelaria) et Alden Knight (Victor Hugo), sorti en avril 2018. Durée : 1h29. 

     

     

    • Résumé :          La Havane, 1995. Au plus fort de l’embargo américain, les Cubains traversent une crise économique sans précédent. Parmi eux, Candelaria et Victor Hugo, 150 ans à eux deux, vivent de bric et de broc jusqu’au jour où Candelaria rentre à la maison avec une petite trouvaille qui pourrait bien raviver la passion de leur jeunesse…

     

    • Mon ressenti : Candelaria et Victor Hugo, 150 ans à eux deux, vivent à la Havane, en 1995, dans le dénuement le plus total. Ce couple de seniors n'a pas renoncé à s'aimer, malgré tous les problèmes rencontrés : ravitaillement, pannes d'électricité, vêtements troués, petits boulots, trafics divers... Victor Hugo travaille dans une fabrique de cigares et traficote pour survivre. Candelaria trouve une caméra dans l'hôtel où elle est lingère et ils vont s'amuser à se filmer. Cela va pimenter et relancer leur vie sexuelle...
    • J'ai aimé les deux acteurs et l'ambiance de cette période, difficile pour les Cubains.

     

    • Ma note : 8/10

     

     

    - "Comme des rois", film français de Cabi Molia avec Kad Merad, Kacey Mottet Klein, Sylvie Testud, sorti en mai 2018. Durée : 1h24. 

     

     

    • Résumé :         Joseph ne parvient pas à joindre les deux bouts. Sa petite entreprise d’escroquerie au porte-à-porte, dans laquelle il a embarqué son fils Micka, est sous pression depuis que le propriétaire de l’appartement où vit toute sa famille a choisi la manière forte pour récupérer les loyers en retard. Joseph a plus que jamais besoin de son fils, mais Micka rêve en secret d’une autre vie. Loin des arnaques, loin de son père...

     

    • Mon ressenti : C'est une comédie très réussie sur une famille d'arnaqueurs : père, mère, gendre.

    Joseph, le père (Kad Merad) forme son fils (Kacey Mottet Klein) au "métier" d'escroc, mais celui-ci traîne des pieds car il rêve d'autre chose : devenir acteur...

    J'ai aimé la relation père-fils et la fin bien que ce ne soit pas un happy end.

    Kacey Mottet Klein est lumineux lorsqu'il se livre à sa passion : le théâtre.

     

     

    • Ma note : 9/10

     

    - "Comme des garçons", film français de Julien Hallard avec Max Boutbil, Vanessa Guide, Bruno Lochet, sorti en avril 2018. Durée : 1h30. 

     

    • Résumé :        Reims, 1969. Paul Coutard, séducteur invétéré et journaliste sportif au quotidien Le Champenois, décide d’organiser un match de football féminin pour défier son directeur lors de la kermesse annuelle du journal. Sa meilleure ennemie, Emmanuelle Bruno, secrétaire de direction, se retrouve obligée de l’assister. Sans le savoir, ils vont se lancer ensemble dans la création de la première équipe féminine de football de France.

     

    • Mon ressenti : Je n'aime pas le foot mais j'ai apprécié cette comédie drôle et enlevée sur la création de la 1ère équipe féminine de foot en France.
    • Max Boutbil est à la fois énervant et très crédible en dragueur invétéré, à la fois dilettante et obstiné.
    • Les joueuses sont toutes extra, passionnées et complémentaires, avec une mention spéciale pour Vanessa Guide, secrétaire efficace et plutôt coincée, que le foot va transformer.
    • En 1969 les femmes n'avaient pas beaucoup de droits et devaient demander l'autorisation de leur mari pour pouvoir jouer...

     

    • Ma note : 9/10

     

     

    - "Amoureux de ma femme", film français de Daniel Auteuil avec Daniel Auteuil, Gérard Depardieu, Sandrine Kiberlain, Adriana Ugarte, sorti en avril 2018. Durée : 1h26. 

     

     

     

    • Résumé :          Daniel est très amoureux de sa femme, mais il a beaucoup d'imagination et un meilleur ami parfois encombrant. Lorsque celui-ci insiste pour un diner "entre couples" afin de lui présenter sa toute nouvelle, et très belle, amie, Daniel se retrouve coincé entre son épouse qui le connaît par coeur et des rêves qui le surprennent lui-même.

     

    • Mon ressenti : Ce film est adapté d'une pièce de théâtre. Malgré avoir lu quelques mauvaises critiques, je l'ai regardé et je n'ai pas regretté car j'ai passé un bon moment.
    • Daniel (Daniel Auteuil) est marié avec Isabelle (Sandrine Kiberlain) et la routine s'est installée entre eux. Il rencontre son ami Patrick (Gérard Depardieu) qui veut lui présenter sa nouvelle et jeune femme, Emma (Adriana Ugarte).
    • Daniel organise un dîner au cours duquel il va tomber sous le charme d'Emma et fantasmer, au risque de bouleverser sa vie bien rangée...

     

     

    • Ma note : 8/10

    7 commentaires
  • Lorsque je suis allée visiter la Réserve Ornithologique du Teich, en septembre, avec Martine du blog "Les voyages immobiles" et Paul, son mari, nous n'avons pas vu le fameux gorge-bleue mais nous avons croisé de nombreux hérons, notamment sur une petite île où ils entouraient une cigogne.

    Au début j'en ai repéré 2 :

     

    Puis je me suis aperçue qu'il y en avait 3 :

     

    Mais non, ils étaient 4 :

     

    Et finalement, en regardant mieux ils étaient beaucoup plus nombreux, au moins 7 :

     

    Nous avons croisé d'autres hérons à d'autres endroits de la réserve :

    L'île des hérons, au Teich...
    L'île des hérons, au Teich...
    L'île des hérons, au Teich...
    L'île des hérons, au Teich...
    L'île des hérons, au Teich...
    L'île des hérons, au Teich...
    L'île des hérons, au Teich...
    L'île des hérons, au Teich...

    10 commentaires
  • Toujours sur mon plan d'eau préféré, près du port ostréïcole, où j'observe aigrettes, hérons cendrés, héron bihoreau, cygnes, canards, mouettes rieuses, ragondins, foulques, poules d'eau, j'ai aperçu un dimanche matin un oiseau que je ne connaissais pas.

     

    Alexandre, le guide naturaliste de la réserve naturelle des près salés,accueillait des personnes inscrites à la balade commentée et leur détaillait les oiseaux présents. Il a parlé de "grèbes castagneux" que je n'ai pas réussi à repérer.

    Je lui ai demandé s'il avait vu l'oiseau près des mouettes.

     

    Il a regardé avec ses jumelles et m'a dit que c'était un "Chevalier guignette".

    Un chevalier guignette ! Quel joli nom !

     

    Le chevalier guignette...
    Le chevalier guignette...
    Le chevalier guignette...
    Le chevalier guignette...
    Le chevalier guignette...
    Le chevalier guignette...

    Le chevalier guignette est un limicole. Il trouve sa nourriture dans les eaux peu profondes ou leurs abords.

    Le plumage du Chevalier guignette est brun-gris barré de brun foncé sur le dessus qui contraste particulièrement avec le dessous blanc cassé. Le bec, long et rectiligne est un outil indispensable pour sonder la vase en quête de nourriture. Les pattes sont gris verdâtre pâle. En vol, on perçoit assez nettement la bande blanche qui traverse les  ailes surtout lorsque celles-ci sont arquées vers le bas et battent par saccades. Également évident, le croupion sombre.

    Une barre blanche partant du bec s'étale jusqu'au dessus de l'oeil.

    Source : www.oiseaux.net

    Ce matin là j'ai photographié aussi un autre oiseau que je ne connais pas :

    Peut-être un bécasseau ? Si vous le reconnaissez...


    14 commentaires
  • Sur mon plan d'eau préféré, près du port ostréïcole, j'observe aigrettes, hérons cendrés, héron bihoreau, cygnes, canards, mouettes rieuses, ragondins.

     

    Il y a aussi des oiseaux noirs ressemblant aux canards que je pensais être des poules d'eau. En écoutant un dimanche matin Alexandre, le guide naturaliste de la réserve naturelle des près salés, j'ai compris que je confondais poules d'eau et foulques macroules.

     

    La foulque macroule est plus grande que la poule d'eau. Son plumage est entièrement noir rehaussé par un bec et un écusson frontal blanc pur. Elle a un corps de canard avec un bec pointu, des yeux ronds et rouges, des rémiges (plumes rigides de l'aile) secondaires bordées de blanc et des pattes verdâtres (Source : www.oiseaux.net).

     

     

    La gallinule poule-d'eau a un plumage noir ardoisé. Les parties supérieures sont plus brunes. On peut voir une bande blanche sur les flancs, et les sous-caudales médianes sont blanches.

    Le bec pointu est rouge avec l'extrémité jaune et il se prolonge vers le front par une plaque frontale rouge. Les yeux sont rouge foncé. Les pattes et les longs doigts sont verdâtres.

    Les gallinules juvéniles sont plus brunâtres avec la gorge et l'abdomen plus clairs. Ils ont des bandes blanchâtre chamoisé sur les flancs :

    (Source : www.oiseaux.net)

    Foulques macroule et poules d'eau...
    Foulques macroule et poules d'eau...
    Foulques macroule et poules d'eau...

    Les gallinules juvéniles sont plus brunâtres avec la gorge et l'abdomen plus clairs. Ils ont des bandes blanchâtre chamoisé sur les flancs :

    (Source : www.oiseaux.net)

    Foulques macroule et poules d'eau...
    Foulques macroule et poules d'eau...
    Foulques macroule et poules d'eau...
    Foulques macroule et poules d'eau...
    Foulques macroule et poules d'eau...
    Foulques macroule et poules d'eau...
    Foulques macroule et poules d'eau...
    Foulques macroule et poules d'eau...

    Deux poules d'eau s'amusaient comme des petites folles, se poursuivant et s'éclaboussant :

     


    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique