• Dans ma boite à souvenirs : une carte postale de Notre-Dame de Paris...
    Dans ma boite à souvenirs : une carte postale de Notre-Dame de Paris...

    En cherchant une lettre dans ma boite à souvenirs, ancienne boite à gâteaux en métal, j'ai retrouvé des cartes postales, dont cette vieille photo de Notre-Dame de Paris, au dos de laquelle j'avais écrit ces quelques mots ;

     

    En survolant Paris :

    Notre-Dame, la façade et le parvis

    Notre-Dame, la plus célèbre église de France, est consacrée à la Sainte-Vierge. Elle est très belle, autant à l'intérieur qu'à l'extérieur et j'espère avoir un jour l'occasion de la voir.

     

    Je devais avoir 12 ou 13 ans lorsque j'ai écrit cela... C'était sans doute en fin des années 70...

    Je ne l'ai visitée pour la première fois qu'en 2008, près de 40 ans plus tard.

    Mais, depuis, chaque fois que je vais à Paris, je suis attirée comme par un aimant vers l'Ile de la Cité, et Notre-Dame. Sur ce blog, j'ai publié plusieurs articles pour la mettre en lumière :

    Ma première visite à Notre-DameNotre-Dame de ParisLe portail de Notre-Dame, "Neuf nouvelles cloches pour Notre-DameNotre-Dame de Paris a 850 ansNotre-Dame de Paris avant l'incendie qui l'a ravagée...


    8 commentaires
  • Les 65 000 dernières cabines téléphoniques qui restent en France vont être démantelées.

    Après 132 ans de bons et loyaux services, elles n'étaient pratiquement plus utilisées depuis 15 ans.

    Ce parc vieillissant et souvent vandalisé était devenu un goufre pour Orange qui dépensait 8 millions d'euros par an pour son entretien, et aurait dû en débourser 300 de plus pour les mettre aux normes et les rendre accessibles aux handicapés.

    Les porteurs de téléphones portables sont passés de 280 000 en 1994 à 1 million en 1995, 63 millions en 2010 et 89,3 millions aujourd'hui (1,2 téléphone par Français), ce qui a fait chuter l'utilisation des publiphones et explique leur mise au rebut.

    La 1ère cabine téléphonique est apparue en France en 1881, 5 ans après l'invention du téléphone par Alexander Graham Bell.

    Pendant longtemps ces publiphones ont été le monopole des bureaux de poste et gares : guérites en chêne capitonnées.

    Les premières cabines fermées et vitrées ont été installées en 1975. D'abord à pièces elles furent souvent vandalisées, avant d'accepter les cartes à partir de 1992.

    Il y en a eu jusqu'à 300 000 sur le territoire, en 1997.

    Source : article de Sylvain Cottin pour le journal Sud-Ouest.

     

    Je me souviens des cabines en bois, dans les bureaux de poste. Il fallait obtenir un numéro de cabine puis attendre qu'elle se libère avant de pouvoir enfin téléphoner. 

    Je me rappelle d'un publiphone en verre près de la plage et du puits artésien à Arès d'où je "téléphonais" à ma grand-mère quand nous étions en vacances et elle, chez elle à Monflanquin. Avec 1 franc j'avais juste le temps de lui dire Bonjour et que tout allait bien... Mais elle était contente et moi aussi...

    Cette cabine a été enlevée il y a peu...

    Dans les films, ces publiphones avaient souvent un petit rôle, servant à tous ceux qui voulaient appeler quelqu'un sur écoute, sans se faire repérer.

    Ou bien à nous faire rire, lorsque quelqu'un se retrouvait coincé dedans...

    Les bavards monopolisaient les cabines, créant parfois de vraies files d'attente, et des mouvements d'humeur... 

    Il y a eu aussi les collections de cartes téléphoniques, certaines étant très jolies...

    Des souvenirs disparaissent avec elles...


    5 commentaires
  • Les Pez étaient des bonbons qui ont connu un grand succès dans les années 70-80, moins pour le bonbon lui-même légèrement pétillant que pour son distributeur à l'effigie des héros de bandes dessinées. 

    Depuis quelques temps j'en vois de nouveau près des caisses des hypermarchés.

    J'ai acheté celui-ci à l'effigie du Sthroumpf qui lit.

    Vous souvenez-vous des Pez ?

     

    Vous souvenez-vous des Pez ?

     

    Vous souvenez-vous des Pez ?

     

    Vous souvenez-vous des Pez ?

    Pour en savoir plus :

    Le bonbon Pez a été inventé par l’Autrichien Eduard Haas en 1927. Son nom est la forme compressée du mot allemand Pfefferminz, c’est-à-dire "menthe poivrée", le premier Parfum dans lequel on déclina la petite pastille sucrée. Le petit bonbon mentholé "qui rafraîchit l’haleine des gens distingués", selon la publicité de l’époque, rencontre un grand succès en Autriche. Mais c’est l’invention du dispenser (le distributeur de pastilles) qui fut le véritable coup de génie d’Eduard Haas et assura la popularité durable de ces bonbons.

    Source : http://www.bonbonsgourmands.fr/index.php?page=57


    5 commentaires
  • mandela.jpg

    Photo prise sur le net

     

    Tout au long de notre voyage en Afrique du Sud, nos différents guides nous ont parlé de Nelson Mandela, aussi connu sous son nom tribal de Madiba, premier président noir de la république d'Afrique du Sud.

    Madiba a  été un des personnages clés de la lutte contre l'apartheid et reste un symbole mondialement connu de la lutte contre le racisme. Son combat acharné lui a valu 27 années d'emprisonnement, mais aussi le prix Nobel de la paix en 1993.

    Madiba vient de mourir, le 5 décembre 2013, à 95 ans.

     

    J'ai regardé sur Arte un très beau reportage sur cet homme, et découvert son surnom "shaker of trees".

    Sa vie (Source : http://www.rtl.fr/actualites/info/international/article/nelson-mandela-de-l-adolescent-rebel-au-pere-de-la-nation-arc-en-ciel-7762161229):

     

    Issu d'une famille royale exilée, Rolihlahla Mandela, né en 1918, est le premier membre de sa famille à fréquenter une école. C'est son institutrice qui lui donne alors le prénom de Nelson, selon une pratique courante du pays.

    A l'université de Fort Hare, la seule université acceptant les Noirs, il entame des études en droit, découvre le nationalisme afrikaner et adhère à la doctrine de non-violence prônée par Gandhi.

    Dès 1944, à l'âge de 26 ans, "Madiba" intègre le Congrès national africain (ANC), un parti destiné à lutter contre le régime de l'apartheid qui sévit dans le pays. Seul avocat noir de Johannesbourg au côté de son ami Olivier Tambo, il occupe très vite le devant de la scène. Son cabinet, Mandela&Tambo, fournit un conseil juridique gratuit ou à bas coût pour les nombreux Noirs qui ne peuvent payer les frais d'avocats. Il mène aussi la defiance campaignqui prône la désobéissance civile contre les lois considérées injustes.

    En 1960, juste après le massacre de Sharpeville, àù 69 manifestants sont tués, Nelson Mandela abandonne la stratégie non-violente et fonde Umkhonto we Sizwe (MK), branche militaire prônant l'action armée. Il mène alors une campagne de sabotage contre des installations publiques et militaires.

    Arrêté en 1962, il est emprisonné à Robben Island puis est transféré à la prison de Pollsmoore. Au total, il passe 27 ans de sa vie derrière les barreaux, jusqu'au 11 février 1990. Ce jour-là, le Président de Klerk annonce la levée de l'interdiction de l'ANC et fait libérer Nelson Mandela.
    Dès sa libération le 11 février 1990, il prône la réconciliation avec le gouvernement et reçoit le prix Nobel de la paix en 1993. Il est élu dans la foulée Président en 1994, puis se retire de la vie politique au terme de ce premier et unique mandat. 

    Une citation : "Être libre, ce n'est pas seulement se débarrasser de ses chaînes : c'est vivre d'une façon qui renforce et respecte la liberté des autres"

    Un homme généreux : Georges Bizos, son avocat et son ami,rencontré sur les bancs de la faculté de droit raconte cette anecdote "Nelson a beaucoup insisté pour que je retrouve un étudiant blanc qui avait été dans sa classe une autre année. Pendant des semaines, j’ai cherché ce garçon, sans succès. Nelson me demandait très régulièrement des nouvelles de mes recherches, au point que j’ai fini par l’interroger : « Pourquoi es-tu si avide de le retrouver ? » « Parce que lorsque nous étions dans la même classe, m’a répondu Nelson, je me suis assis un jour à ses cotés.  Ce garçon s’est alors levé pour s’installer à l’autre bout de la pièce. Je voudrais le voir pour lui rappeler ce souvenir, lui serrer la main, et lui dire de ne pas s’inquiéter, que je lui ai pardonné ». Sa vie durant, Nelson a délivré le même message : passons l’éponge, regardons vers le futur. C’est la marque d’un être magnanime.

    La statue de Mandela à Cape Town - Square des Prix Nobel :

    mandela1

     

    La prison de Robben-Island où Mandela fut emprisonné pendant plus de 20 ans :

    mandela3

     

    La carrière où les prisonniers de Robben-Island passaient leurs journées à casser des pierres :

    mandela2

     

    A Robbein Island, une affiche avec Madiba :

    mandela4

    Sur l'ancienne maison de Madiba, devenue musée à Soweto :

    mandela5

    Mes autres articles sur l'Afrique du Sud ( "Le circuit", "Les préparatifs", "Le Waterfront à Cape Town", "Signal Hill et les pintades", "Le quartier Malais à Cape Town", "La plage de Camps Bay", "Qui c'est ? C'est le caissier...", "Houts Bay et l'île aux otaries", "Les manchots de Simon's Town", "Le Cap de Bonne Espérance"...)


    5 commentaires
  • J'ai lu cette information dans la rubrique Insolite du journal Sud-Ouest.

    Les démographes Américains ont fêté en septembre 2012 le passage de la population Américaine au nombre Pi multiplié par 100 millions. Aux Etats-Unis le décompte de la population est publié sans interruption par le bureau du recensement Américain et un instant la population s'est affichée à 314 159 265 personnes.

     

    Cela me permettra -au moins pendant quelques mois- de me rappeler de la population des Etats Unis (314 millions).

     

    ecu33.jpg


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique