• Après avoir découvert par hasard, en 2012, le chataîgnier de l'Eraudière dans la banlieue de Nantes, labellisé "arbre remarquable", je me suis intéressée à ces arbres remarquables.

    J'ai trouvé la liste des arbres remarquables en Gironde et je suis allée en admirer quelques uns.

    Il y a la glycine  qui ornait le bâtiment abritant les Archives municipales, à Bordeaux. Les Archives ont déménagé ailleurs emportant une bouture de la magnifique glycine. 

    J'ai aussi vu le platane sur la place de l'Eglise du Porge.

    J'ai cherché longtemps les deux arbres remarquables du Jardin Public à Bordeaux. C'est un gardien qui a fini par me les indiquer : le cyprès du Mexique et le pacanier...

    J'ai fini par trouver l'an dernier le peuplier noir du square Chante-grillon.

    Dansla liste des arbres remarquables en Gironde, il y a les arbres de judée de l'hôpital Charles Perrens.

    En avril 2016, je les ai cherchés un dimanche après-midi, en rentrant sur Bordeaux, et j'ai admiré de beaux arbres, mais trop jeunes pour être labellisés arbres remarquables.

     

    Il y a quelques jours avec mon amie Cathycat du blog "La new cathzette", nous sommes parties à leur recherche dans le parc de l'hôpital Charles Perrens, à Bordeaux.

    Nous avons admiré les mêmes arbres que j'avais vus l'an dernier :

    Les arbres remarquables de l'hôpital Charles Perrens...
    Les arbres remarquables de l'hôpital Charles Perrens...
    Les arbres remarquables de l'hôpital Charles Perrens...
    Les arbres remarquables de l'hôpital Charles Perrens...
    Les arbres remarquables de l'hôpital Charles Perrens...

    En continuant à monter, dans une autre cour nous avons enfin trouvé les deux arbres remarquables, arborant leur panonceau. Ils ont 250 ans chacun et celui de droite est en meilleur état que l'autre.

     

    Les arbres remarquables de l'hôpital Charles Perrens...
    Les arbres remarquables de l'hôpital Charles Perrens...
    Les arbres remarquables de l'hôpital Charles Perrens...
    Les arbres remarquables de l'hôpital Charles Perrens...
    Les arbres remarquables de l'hôpital Charles Perrens...
    Les arbres remarquables de l'hôpital Charles Perrens...
    Les arbres remarquables de l'hôpital Charles Perrens...
    Les arbres remarquables de l'hôpital Charles Perrens...
    Les arbres remarquables de l'hôpital Charles Perrens...
    Les arbres remarquables de l'hôpital Charles Perrens...
    Les arbres remarquables de l'hôpital Charles Perrens...
    Les arbres remarquables de l'hôpital Charles Perrens...
    Les arbres remarquables de l'hôpital Charles Perrens...
    Vous aimerez peut-être:

    8 commentaires
  • Juste avant d'atterrir à Edimbourg j'ai aperçu trois ponts : le pont cantilever rouge et le pont à hauban, avec au milieu, moins visible le pont routier :

    J'ai cherché des informations sur le net sur ces ponts, et notamment le 1er. Voici ce que j'ai trouvé sur wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Pont_du_Forth.

     

    Le pont du Forth est un pont du Royaume-Uni situé à quatorze kilomètres à l’ouest de la ville écossaise d’Édimbourg. Il est le deuxième plus long pont ferroviaire de type cantilever au monde quant à sa portée libre (le premier étant le pont de Québec) et le premier de grande taille jamais construit. Sa longueur est supérieure à 2,5 kilomètres. Il est uniquement destiné au trafic ferroviaire et permet de relier le nord-est et le sud-est du pays, en enjambant le fleuve..

     En cet endroit, le fleuve subit un rétrécissement permettant cette construction, ceci malgré une profondeur très importante (entre 60 et 65 mètres) qui est supérieure à celle de la mer du Nord sur laquelle l'estuaire donne. Cela explique donc la nécessité qu'il y eut de construire un pont avec un nombre de travées limité, la technologie de l'époque ne permettant pas la construction aisée de piles à une telle profondeur.

    Le pont du Forth a une forte valeur symbolique pour les Écossais car il relie le nord et le sud de l’Écosse en traversant le Forth qui les sépare. De plus, il témoigne par son caractère de pionnier un certain savoir-faire technique écossais et fait ainsi oublier l’échec qu’avait constitué la catastrophe du pont du Tay (pont qui s'est écroulé en 1879, suite à un ouragan, entraînant la mort de soixante-quinze personnes). Il reflète également un certain âge d’or de l’économie écossaise, qui a beaucoup souffert au cours du XX° siècle.

    En mai 1881, John Fowler et Benjamin Baker présentent les plans d’un pont de type cantilever, extrêmement robuste et spécialement conçu pour résister aux vents les plus violents, approuvés par la compagnie ferroviaire, puis autorisés par le Parlement en juillet 1982.

    Les travaux ont duré 5 ans. Le pont ferroviaire a été ouvert officiellement à la circulation ferroviaire, en présence du Prince de Galles, De Benjamin Baker et de Gustave Eiffel.

    En 2015 le pont a été inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO.

     

    Bien que les trains modernes soumettent le pont à moins d’efforts que les premiers trains à vapeur, celui-ci nécessite quand même un entretien constant.

    « Peindre le pont du Forth » est même devenu en Grande-Bretagne une expression désignant une tâche sans fin, version moderne du mythe de Sisyphe. Elle repose sur une légende qui veut que dès que l’équipe chargée de repeindre le pont atteint une extrémité, il est nécessaire de recommencer de l’autre côté. Cela s’explique par l’immense surface des poutrelles métalliques qui représentent près de 20 000 mètres carrés.

    Depuis 1964 il est doublé par le pont autoroutier du Forth, pont suspendu.

    Un troisième pont à haubans vient juste d'être construit et sera mis en circulation en mai 2017.

     

    J'ai aperçu ces ponts de plusieurs endroits : de l'avion, du Château d'Edimbourg, puis du train allant à Glasgow mais toujours de loin.

    Faute de temps je n'ai pas pu aller les admirer de plus près : ce sera pour une prochaine fois j'espère.

    Edimbourg : le pont du Forth...
    Edimbourg : le pont du Forth...
    Edimbourg : le pont du Forth...
    Edimbourg : le pont du Forth...
    Edimbourg : le pont du Forth...

    Les deux dernières photos ont été prises par mon fils Aurélien, du haut de la colline Arthur's Seat où il est monté.

     

    En souvenir de ce pont rouge du Forth,j'ai acheté une carte postale :

     


    7 commentaires
  • Pour souligner les fêtes du centenaire de Notre-Dame en 1929, le curé Olivier Maurault voit à la réalisation de nouveaux vitraux de la basilique pour lesquels il amasse les fonds nécessaires. Il décidera lui-même de la thématique des vitraux du rez-de-chaussée, évoquant la vie religieuse et sociale du temps de Ville-Marie (1ère église de Montréal aujourd'hui détruite). L'artiste québécois Jean-Baptiste Lagacé en dessinera les cartons. Les vitraux seront réalisés à l'atelier de Francis Chigot à Limoges, en France (Source :http://www.basiliquenotredame.ca/fr/basilique/images.aspx).

    L'un des vitraux représente la construction de la Basilique Notre-Dame et à droite sa consécration en 1929, pour son centenaire :

     

    Montréal : les vitraux de la Basilique Notre-Dame...
    Montréal : les vitraux de la Basilique Notre-Dame...
    Montréal : les vitraux de la Basilique Notre-Dame...
    Montréal : les vitraux de la Basilique Notre-Dame...
    Montréal : les vitraux de la Basilique Notre-Dame...
    Montréal : les vitraux de la Basilique Notre-Dame...
    Montréal : les vitraux de la Basilique Notre-Dame...
    Montréal : les vitraux de la Basilique Notre-Dame...
    Montréal : les vitraux de la Basilique Notre-Dame...
    Vous aimerez peut-être:
     

    5 commentaires
  • A Montréal (Canada), un temps libre en plein centre-ville nous a permis de visiter la Basilique Notre-Dame.

    Cette Basilique est l'un des bâtiments les plus précieux du patrimoine religieux Québécois.

    La construction de cette immense église de style néogothique a débuté en 1824. Elle peut contenir jusqu'à 10 000 fidèles.

    Les deux tours ont été construites en 1841 et 1843.

     

    Entre 1870 et 1900, on repense totalement la décoration intérieure. Cette deuxième phase sera l'œuvre du curé Victor Rousselot et surtout de Victor Bourgeau, l'architecte québécois le plus actif de l'époque. À l'occasion d'un voyage en France, le curé Rousselot est fortement impressionné par le style et le symbolisme de la  Sainte-Chapelle, à Paris. Il propose donc à Bourgeau de s'en inspirer. Les couleurs, le motif de la feuille d'or, dans la voûte, et les colonnes, notamment, évoquent la Sainte-Chapelle. Les voûtes sont soutenues par des colonnettes en pierre et la décoration polychromique est entièrement composée de sculptures en bois (Source : wikipédia).

    Sa voûte constellée d'étoiles dominant l'autel, son décor néogothique en bois sculpté, doré à la feuille, ses fresques et ses lumières évoquant le Paradis en font un chef d'oeuvre :

    Montréal : la magnifique Basilique Notre-Dame...
    Montréal : la magnifique Basilique Notre-Dame...
    Montréal : la magnifique Basilique Notre-Dame...
    Montréal : la magnifique Basilique Notre-Dame...
    Montréal : la magnifique Basilique Notre-Dame...
    Montréal : la magnifique Basilique Notre-Dame...
    Montréal : la magnifique Basilique Notre-Dame...
    Montréal : la magnifique Basilique Notre-Dame...
    Montréal : la magnifique Basilique Notre-Dame...
    Montréal : la magnifique Basilique Notre-Dame...

    Pour en savoir plus sur cette magnifique Basilique vous pouvez consulter son site en cliquant ICI.


    4 commentaires
  • Le tour de la ville de Montréal en bus nous a permis d'apercevoir la ville, mais il faudrait y revenir pour faire plus ample connaissance.

    Les bâtiments modernes côtoient d'autres plus anciens :

    Montréal : tour panoramique...
    Montréal : tour panoramique...
    Montréal : tour panoramique...
    Montréal : tour panoramique...
    Montréal : tour panoramique...
    Montréal : tour panoramique...
    Montréal : tour panoramique...
    Montréal : tour panoramique...
    Montréal : tour panoramique...

    Nous sommes descendus dans la ville souterraine, immense galerie commerciale et tunnels en sous-sol de 33 kms. Ce réseau intérieur permet aux habitants de se déplacer lors des intempéries hivernales.

    Montréal : tour panoramique...

    Nous sommes passés dans le quartier chinois :

    Montréal : tour panoramique...

    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique