• Il suffit parfois de peu de choses pour transformer une journée qui aurait pu être banale en belle journée.

     

    La matinée de mercredi avait commencé par de la bruine et de la brume mais vers 10h le soleil est apparu et les nuages ont commencé à céder la place au ciel bleu. J'allais enfin pouvoir aller me promener en vélo, vers le port ostréicole et -peut-être- voir des aigrettes garzettes.

     

    En consultant ma messagerie, j'ai trouvé le document que j'attendais depuis le 5 décembre pour finaliser mon dossier retraite : la reconstitution de carrière AGIRC. J'avais appelé 2 fois et envoyé un mail sur mon espace personnel pour le réclamer, en vain. Au téléphone mes interlocutrices m'avaient demandé de patienter, il allait arriver. Mardi j'ai retéléphoné, insisté. La personne au bout du fil m'a dit que sa collègue en charge de mon dossier allait me rappeler.Et celle-ci m'a confirmé un peu plus tard qu'il y avait eu un problème d'édition, m'a donné son nom et son numéro direct et m'a promis de m'envoyer rapidement le document, qu'elle a été obligé de ressaisir, mais je n'y croyais pas trop...

    Ouf !

    J'ai imprimé le document reçu, photocopié ceux qui m'avaient été envoyés début janvier et suis allée les poster à ma Caisse de retraite, en vélo.

     

    Ensuite j'ai fait mon tour habituel, admiré mouettes, canards et cygnes, sur les anciens étangs à poissons.

     

    Je suis rentrée chez moi 1 heure plus tard. J'ai posé mon vélo dans le jardin. Une camionnette s'est garée devant le portail. C'était un jeune homme, chargé de relever le compteur d'eau. Un coup de chance car s'il était passé 2 minutes plus tôt il ne m'aurait pas trouvée...

     

    Dans l'après-midi, il faisait 14°. Je me suis installée dans un fauteuil, au soleil, et j'ai lu.

    Une bien belle journée...

     

     

     

    Une bien belle journée...

    17 commentaires
  • 2018 est finie, place à 2019 !

     

    Voici un petit bilan de mon année 2018, avec ses roses et ses épines.

     

    Vous pouvez reprendre l'idée si elle vous plait en mettant un lien vers mon blog.

     

    Mon aminaute, Renée du blog "Envie de" vous propose de faire la même chose de manière mensuelle avec son "Détesté/Aimé".

     

    Commençons par les roses...

     

     

    Et les épines :

    • un après-midi matelas : attention aux arnaques !
    • d'étranges nuages : les mammas...
    • mon cambriolage avec effraction : perte de mes appareils, fichiers et photos
    • les actes de terrorisme, notamment sur le marché de Noël à Strasbourg
    • la montée du mal-être des Français, et la baisse du pouvoir d'achat
    • le réchauffement climatique
    • les célébrités qui nous ont quittés : Jacques Higelin

    12 commentaires
  •  

    Mi-septembre, mon amie et voisine, Colette, m'a proposé de pique-niquer à Saint-Brice, au bord des anciens étangs de poissons, pour observer les oiseaux.

    C'est un endroit que nous aimons toutes les deux et nous ne sommes pas les seules.

     

    Le 20 septembre, vers 18h30, nous sommes parties en voiture vers Saint-Brice.

     

    Colette avait apporté des chaises pliantes, une terrine et des boissons, et moi des cakes salés.

    Nous nous sommes installées au bord d'un des étangs, sur une petite avancée de terre. Il faisait encore très beau et nous avons observé : canards, aigrettes, hérons et même une spatule baguée (photos à venir)...

     

     

    Pique-nique en soirée, au bord de l'eau...

    Nous avons passé un très bon moment à admirer la nature, et les oiseaux.

    Quelques libellules sont passées nous saluer, trop rapidement à mon goût...

    Pique-nique en soirée, au bord de l'eau...
    Pique-nique en soirée, au bord de l'eau...

    9 commentaires
  • Vous connaissez peut-être déjà ce texte, d'un auteur anonyme,

    qui incite à profiter de la vie sans attendre (lu sur le site positivr)...

    Rose peinte à l'aquarelle, offerte à une blogueuse qui avait posté le 3000ème commentaire en 2009

     

    Nous nous convainquons que la vie sera mieux une fois que nous serons mariés, que nous aurons un bébé, puis un autre.

    Puis nous sommes frustrés parce que nos enfants ne sont pas assez vieux. Alors on se dit que tout ira mieux lorsqu’ils seront plus grand.

    Puis nous sommes frustrés parce qu’ils arrivent à l’adolescence et que nous devons traiter avec eux.

    On se dit alors que sous serons certainement heureux lorsqu’ils auront franchi cette étape. Nous nous disons que notre vie sera comblée lorsque notre conjoint se reprendra en main, lorsque nous aurons une plus belle voiture, lorsque nous pourrons prendre des vacances, lorsque nous prendrons notre retraite.

    La vérité c’est qu’il n’existe pas de meilleur moment pour être heureux que maintenant. Sinon, quand ? Votre vie sera toujours remplie de défis. Il est préférable de l’admettre et de décider d’être heureux malgré tout.

    Une citation d’Alfred D. Souza :
    « Pendant très longtemps, il me semblait que ma vie allait commencer – la vraie vie. Mais il y avait toujours des obstacles le long du chemin, une épreuve à traverser, un travail à terminer, du temps à donner, une dette à payer avant que la vraie vie ne commence… Puis j’ai enfin compris que ces obstacles étaient la vie. »

    Cette perspective m’a aidé à voir qu’il n’y a pas de chemin vers le bonheur. Le bonheur est le chemin.

    Alors, appréciez chaque instant. Appréciez-le davantage parce que vous l’avez partagé avec quelqu’un de spécial, assez spécial pour partager votre temps et rappelez-vous que le temps n’attend personne…

    Alors, cessez d’attendre d’avoir fini l’école, de retourner à l’école, de perdre 10 kilos, de prendre 10 kilos, de commencer à travailler, de vous marier, d’être le vendredi soir, d’être le dimanche matin, d’avoir une nouvelle voiture, d’avoir payé l’hypothèque, d’être au printemps, à l’été, à l’automne, à l’hiver, d’être le premier ou le quinze du mois, que votre chanson passe à la radio, de mourir, de renaître, avant de décider qu’il n’y a pas de meilleur temps que maintenant pour être heureux…

    Le bonheur est un voyage, pas une destination.

    Travaillez comme si vous n’aviez pas besoin d’argent.
    Aimez comme si vous n’aviez jamais été blessé(e).
    Et dansez comme si personne ne vous regardait… 


    12 commentaires
  • J'ai reçu ce courriel d'un aminaute, Hugues du blog "Photos de tout" et je le fais circuler comme demandé pour sauver, peut-être, la vie d'un ami ou d'un inconnu.

     

    Comment reconnaître les symptômes d'un AVC (Accident Vasculaire Cérébral) ou attaque cérébrale ?

     

    Ça ne prend qu’une minute pour lire ceci… Un neurologue a dit que s’il pouvait soigner une personne victime d’une attaque cérébrale dans les 3 heures, il pouvait renverser totalement les dommages....TOTALEMENT ! Il a dit aussi qu’il est assez difficile de reconnaître une attaque cérébrale, la diagnostiquer et emmener le patient à l’hôpital dans les 3 heures.

     

    Quelques fois les symptômes d’une attaque cérébrale sont difficiles à identifier. Malheureusement, le manque de vigilance est synonyme de désastre dans certains cas. La victime d’une telle attaque pourrait souffrir de sévères dommages au cerveau si les personnes autour d’elle n’arrivent pas à identifier ces symptômes.

     

    Maintenant, les médecins disent qu’un spectateur peut reconnaître une attaque cérébrale en posant trois questions simples.

    Rappelez-vous des trois premières lettres du mot : STROKE (qui veut dire attaque en anglais) :S.T.R. 

    S * (smile) Demandez à la personne de sourire.

    T * (Talk) Demandez à la personne de parler, de dire une phrase simple avec cohérence (Exemple : il fait beau aujourd'hui)

    R *(raise both arms) Demandez lui de lever les deux bras.

    Vous pouvez aussi demander à la personne de tirer la langue. Si la langue est croche, si elle va plus d’un côté que de l’autre, c’est aussi une indication d’une attaque cérébrale.

    Si la personne a des difficultés à exécuter l’une ou l’autre de ces tâches, appelez immédiatement le 112 (numéro d'urgence Européen) ou le 15 (urgences médicales) ou le 18 (pompiers) et décrivez les symptômes à la personne en bout de ligne.

     

    Un cardiologue a dit que si chaque personne qui reçoit ce courriel l’envoie à 10 personnes,  vous pouvez parier qu’au moins une vie sera sauvée.

     

    Si vous vous sentez concerné(e), n'hésitez pas à relayer cette information, par courriel ou sur vos blogs...

     

    En 2009, j'avais déjà publié un article sur ce sujet qui me touche car plusieurs de mes proches sont décédés d'un AVC.

    Il y a quelques jours le président du club sportif que je fréquente a été victime d'un AVC et a été sauvé grâce à la présence d'esprit de son épouse qui a appelé très vite les secours.


    9 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique