•  

    Mi-septembre, mon amie et voisine, Colette, m'a proposé de pique-niquer à Saint-Brice, au bord des anciens étangs de poissons, pour observer les oiseaux.

    C'est un endroit que nous aimons toutes les deux et nous ne sommes pas les seules.

     

    Le 20 septembre, vers 18h30, nous sommes parties en voiture vers Saint-Brice.

     

    Colette avait apporté des chaises pliantes, une terrine et des boissons, et moi des cakes salés.

    Nous nous sommes installées au bord d'un des étangs, sur une petite avancée de terre. Il faisait encore très beau et nous avons observé : canards, aigrettes, hérons et même une spatule baguée (photos à venir)...

     

     

    Pique-nique en soirée, au bord de l'eau...

    Nous avons passé un très bon moment à admirer la nature, et les oiseaux.

    Quelques libellules sont passées nous saluer, trop rapidement à mon goût...

    Pique-nique en soirée, au bord de l'eau...
    Pique-nique en soirée, au bord de l'eau...

    6 commentaires
  • Vous connaissez peut-être déjà ce texte, d'un auteur anonyme,

    qui incite à profiter de la vie sans attendre (lu sur le site positivr)...

    Rose peinte à l'aquarelle, offerte à une blogueuse qui avait posté le 3000ème commentaire en 2009

     

    Nous nous convainquons que la vie sera mieux une fois que nous serons mariés, que nous aurons un bébé, puis un autre.

    Puis nous sommes frustrés parce que nos enfants ne sont pas assez vieux. Alors on se dit que tout ira mieux lorsqu’ils seront plus grand.

    Puis nous sommes frustrés parce qu’ils arrivent à l’adolescence et que nous devons traiter avec eux.

    On se dit alors que sous serons certainement heureux lorsqu’ils auront franchi cette étape. Nous nous disons que notre vie sera comblée lorsque notre conjoint se reprendra en main, lorsque nous aurons une plus belle voiture, lorsque nous pourrons prendre des vacances, lorsque nous prendrons notre retraite.

    La vérité c’est qu’il n’existe pas de meilleur moment pour être heureux que maintenant. Sinon, quand ? Votre vie sera toujours remplie de défis. Il est préférable de l’admettre et de décider d’être heureux malgré tout.

    Une citation d’Alfred D. Souza :
    « Pendant très longtemps, il me semblait que ma vie allait commencer – la vraie vie. Mais il y avait toujours des obstacles le long du chemin, une épreuve à traverser, un travail à terminer, du temps à donner, une dette à payer avant que la vraie vie ne commence… Puis j’ai enfin compris que ces obstacles étaient la vie. »

    Cette perspective m’a aidé à voir qu’il n’y a pas de chemin vers le bonheur. Le bonheur est le chemin.

    Alors, appréciez chaque instant. Appréciez-le davantage parce que vous l’avez partagé avec quelqu’un de spécial, assez spécial pour partager votre temps et rappelez-vous que le temps n’attend personne…

    Alors, cessez d’attendre d’avoir fini l’école, de retourner à l’école, de perdre 10 kilos, de prendre 10 kilos, de commencer à travailler, de vous marier, d’être le vendredi soir, d’être le dimanche matin, d’avoir une nouvelle voiture, d’avoir payé l’hypothèque, d’être au printemps, à l’été, à l’automne, à l’hiver, d’être le premier ou le quinze du mois, que votre chanson passe à la radio, de mourir, de renaître, avant de décider qu’il n’y a pas de meilleur temps que maintenant pour être heureux…

    Le bonheur est un voyage, pas une destination.

    Travaillez comme si vous n’aviez pas besoin d’argent.
    Aimez comme si vous n’aviez jamais été blessé(e).
    Et dansez comme si personne ne vous regardait… 


    12 commentaires
  • J'ai reçu ce courriel d'un aminaute, Hugues du blog "Photos de tout" et je le fais circuler comme demandé pour sauver, peut-être, la vie d'un ami ou d'un inconnu.

     

    Comment reconnaître les symptômes d'un AVC (Accident Vasculaire Cérébral) ou attaque cérébrale ?

     

    Ça ne prend qu’une minute pour lire ceci… Un neurologue a dit que s’il pouvait soigner une personne victime d’une attaque cérébrale dans les 3 heures, il pouvait renverser totalement les dommages....TOTALEMENT ! Il a dit aussi qu’il est assez difficile de reconnaître une attaque cérébrale, la diagnostiquer et emmener le patient à l’hôpital dans les 3 heures.

     

    Quelques fois les symptômes d’une attaque cérébrale sont difficiles à identifier. Malheureusement, le manque de vigilance est synonyme de désastre dans certains cas. La victime d’une telle attaque pourrait souffrir de sévères dommages au cerveau si les personnes autour d’elle n’arrivent pas à identifier ces symptômes.

     

    Maintenant, les médecins disent qu’un spectateur peut reconnaître une attaque cérébrale en posant trois questions simples.

    Rappelez-vous des trois premières lettres du mot : STROKE (qui veut dire attaque en anglais) :S.T.R. 

    S * (smile) Demandez à la personne de sourire.

    T * (Talk) Demandez à la personne de parler, de dire une phrase simple avec cohérence (Exemple : il fait beau aujourd'hui)

    R *(raise both arms) Demandez lui de lever les deux bras.

    Vous pouvez aussi demander à la personne de tirer la langue. Si la langue est croche, si elle va plus d’un côté que de l’autre, c’est aussi une indication d’une attaque cérébrale.

    Si la personne a des difficultés à exécuter l’une ou l’autre de ces tâches, appelez immédiatement le 112 (numéro d'urgence Européen) ou le 15 (urgences médicales) ou le 18 (pompiers) et décrivez les symptômes à la personne en bout de ligne.

     

    Un cardiologue a dit que si chaque personne qui reçoit ce courriel l’envoie à 10 personnes,  vous pouvez parier qu’au moins une vie sera sauvée.

     

    Si vous vous sentez concerné(e), n'hésitez pas à relayer cette information, par courriel ou sur vos blogs...

     

    En 2009, j'avais déjà publié un article sur ce sujet qui me touche car plusieurs de mes proches sont décédés d'un AVC.

    Il y a quelques jours le président du club sportif que je fréquente a été victime d'un AVC et a été sauvé grâce à la présence d'esprit de son épouse qui a appelé très vite les secours.


    9 commentaires
  • Mes deux chats, Squirel, le mâle porteur de collerette, et Ecureuille, sa soeur, apprécient les beaux jours pour profiter du jardin.

     

    Ecureuille chasse lézards et mulots qu'elle m'apporte ensuite en cadeau.

     

    Squirel aime se prélasser à l'ombre. Il a ses coins préférés : dans la haie, sur la murette près du portillon, dans un pot de fleur sans plante, et surtout sur le coffre de rangement du bain de soleil.

    Je ne sais comment Ecureuille se débrouille parfois pour le déloger et occuper sa place préférée.

     

     

    Des nouvelles de Squirel et Ecureuille - mai 2018...
    Des nouvelles de Squirel et Ecureuille - mai 2018...

    Squirel porte toujours sa collerette pour éviter qu'il n'abîme trop ses plaies au cou et sur son dos. Dès qu'elles commencent à bien sécher, il recommence à se gratter.


    5 commentaires
  • J'ai lu ce très beau texte, cette Belle Leçon de Vie chez Moqueplet : n'hésitez pas à lui rendre visite si vous ne la connaissez pas...



    Un jour, l'âne d'un fermier était tombé dans un puits.

    L'animal gémissait pitoyablement pendant des heures, et le fermier se demandait quoi faire.

     

    Finalement, il a décidé que l'animal était vieux et que le puits devait disparaître de toute façon, ce n'était pas rentable pour lui de récupérer l'âne.

    Il a invité tous ses voisins à venir l'aider. Ils ont tous saisi une pelle et ont commencé à enterrer l'âne dans le puits.

    Au début, l'âne a réalisé ce qui se produisait et s'est mis à crier terriblement. Puis à la stupéfaction de chacun, il s'est tût.

    Quelques pelletées plus tard, le fermier a finalement regardé dans le fond du puits et a été étonné de ce qu'il a vu.

    Avec chaque pelletée de terre qui tombait sur lui, l'âne faisait quelque chose de stupéfiant : Il se secouait pour enlever la terre de son dos et montait dessus.

    Pendant que les voisins du fermier continuaient à pelleter sur l'animal, il se secouait, se secouait et montait dessus. Bientôt, chacun a été stupéfié que l'âne soit hors du puits ......Et l'âne s'est mis à trotter !

    La vie va essayer de t'engloutir de toutes sortes d'ordures.
    Le truc pour se sortir du trou est de se secouer pour avancer.
    Chacun de tes ennuis est une pierre qui permet de progresser.
    Nous pouvons sortir des puits les plus profonds en n'arrêtant jamais.
    Il ne faut jamais abandonner!

    Secoue-toi et fonce!

    Rappelle-toi, les cinq règles simples !

    À ne jamais oublier, surtout dans les moments les plus sombres.
    Pour être heureux / heureuse :
    1.. Libère ton cœur de la haine.
    2.. Libère ton esprit des inquiétudes.
    3.. Vis simplement.
    4.. Donne plus.
    5.. Attends moins.


    Merci d'être arrivé jusque là...Ce texte m'a été envoyé, je l'ai trouvé beau, je n'ai pas pu le garder pour moi et j'ai voulu le partager à mon tour avec toi. J'espère que tu feras pareillement.

    Une belle leçon de vie, donnée par un âne...

    9 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique