• Pour ce 114ème Café Thé, je vous ai proposée de broder autour de cette photo de chaussures abandonnées sur un ponton, au port des Tuiles, à Biganos, sur le Bassin d'Arcachon, il y a quelques jours.

     

     

    Vous étiez invités à broder autour de cette photo, nous raconter nous comment ces godillots crottés se sont retrouvés là, ou ce qu'ils vont devenir.

     

    Et si cette photo ne vous inspirait pas, à nous parler de chaussures : mocassins, escarpins, tongs ou charentaises...

     

    Je vous ai présenté les 6 participations à ce jeu.

     

    Voici celle de Jak (reçue hier) du blog : "Encore des mots, rien que des mots, toujours des mots" :

     

     

    La participation de Jak au Café Thé n° 114 - Les Godillots...

    5 commentaires
  • Pour ce 115ème Café Thé, je vous propose de nous parler d'un arbre que vous aimez, ou que vous détestez, mais qui vous a marqué(e), de nous raconter pourquoi...

     

     

    Les consignes : Ecrivez, rimez, dessinez, brodez, scrappez, chantez, délirez, faites ce que vous voulez... Faites nous rire ou pleurer...

    Si vous êtes blogueur, ne publiez pas votre texte avant la parution des participations (le 1er décembre 2019)

     

     

    Que vous soyez blogueur ou pas, envoyez moi votre participation 

    avant le 30 novembre 2019 à ecureuilbleu33@live.fr...

    Au plaisir de vous lire...

     

     

    Amusez vous bien !

     

     

    Si vous aimez écrire et vous amuser, vous pouvez aussi participer à d'autres ateliers :

     

     

     

    Le "prénom du mercredi" chez Jill Bill

     

    Le "Petit jeu de lettres" chez Lady Marianne

     

    "Aimé-détesté" chez Renée

     

    Les "défis écriture de Ghislaine" (règlement dans la colonne de droite sur son blog)


    4 commentaires
  • Pour ce 114ème Café Thé, je vous ai proposée de broder autour de cette photo de chaussures abandonnées sur un ponton, au port des Tuiles, à Biganos, sur le Bassin d'Arcachon, il y a quelques jours.

     

     

    Vous étiez invités à broder autour de cette photo, nous raconter nous comment ces godillots crottés se sont retrouvés là, ou ce qu'ils vont devenir.

     

    Et si cette photo ne vous inspirait pas, à nous parler de chaussures : mocassins, escarpins, tongs ou charentaises...

     

    Les consignes étaient : Ecrivez, rimez, dessinez, brodez, scrappez, chantez, délirez, faites ce que vous voulez... Faites nous rire ou pleurer...

    Si vous êtes blogueur, ne publiez pas votre texte avant la parution des participations (le 2 novembre 2019)

     

     

    Nous sommes 6 à avoir participé (Jill Bill, ABC, Renée, Rose, Corinne et moi)

    et je vous en remercie.

     

    Bravo à toutes !

     

     

    Voici les 6 participations :

     

     

     

    "Dans les godillots crottés..." de Jill Bill du blog "Melting-pot" :

     

    « Les sabots d'Hélène étaient tout crottés

    Les trois capitaines l'auraient appelé vilaine

    Moi j'ai pris la peine de les déchausser

    Les sabots d'Hélène moi qui ne suis pas capitaine

    Et j'ai vu ma peine bien récompensée

    Dans les sabots de pauvre Hélène, dans ses sabots crottés

    Moi j'ai trouvé les pieds d'une reine et je l'ai ai gardés... »

     

    Je chantais ce p'tit air connu

    Quand soudain j'ai vu

    Sur un ponton de bois

    Des godillots non de bourgeois

    Dedans j'y ai trouvé

    Un pauvre ère tout autant crotté

    Moi j'ai pris la peine

    Moi qui ne suis point une reine

    D'emmener cette âme vagabonde

    Dans ma vie, dans mon monde

    Et je fus bien récompensée

    Car dans ces godillots de pauvre ère tout crotté

    Moi j'y ai trouvé

    Un prince charmant après baiser

    Et moi je l'ai gardé !

     

    "Chaussure" d'ABC du blog : "Jardin des mots" :

    Je suis chaussure,

    Ni chausson,

    Ni sabot,

    Ni sandale,

    Pas moins botte,

    Que pompe,

    Ou tatane,

    Non, chaussure,

    Simple chaussure,

    Cherchant avec angoisse chaussure à mon pied,

    Comment être chaussure sans être paire ?

    J’ai rencontré un soulier,

    Bien trop cultivé,

    Ai fréquenté un escarpin,

    Refusant ma main,

    J’ai essayé une godasse,

    Tellement fadasse,

    Une vieille pantoufle,

    À bout de souffle,

    Un mocassin,

    Pas bien malin,

    Moi qui suis chaussure,

    Basse, fermée et dure,

    Pourquoi ne m’avez-vous pas fabriquée,

    Montante, ouverte et souple

    Pour vivre en couple ?

     

    "Les godillots" de Renée du blog : "Envie de" :

    Depuis quelques années nous t’avons accompagnés.

    Aussi fidèle qu’un chien

    Tu ne nous as rien pas épargnés

    Bien que nous rendions tes pieds aériens

     

    Par mont le plus souvent

    Mais nous avons avec toi tout traversé

    Caillasses, rivières, étangs

    Rien ne nous fut ménagé

     

    Pour nous tu n’as eu aucun égard

    Tu ne nous as jamais nettoyés

    Et aujourd’hui, tu nous tourne le dos sans un regard !

    Sur ce ponton lâchement, tu nous as abandonnés.

     

    "Les godillots" de Rose du blog : "Golondrina 63" :

    C'est un mystère !

    Mais ne serait-ce pas ceux de Van Gogh? 

    Cela dit ,

    Qui sait ?

    Après les avoir peints

    Zut j'aurais préféré que ce soit son tableau sur ce ponton 

    Enfin le bon 

    J'ai ouïe dire que des souliers il en aurait esquissé quelques uns 

    Le Roi de la nature morte 

    Et oui 

    Ces godillots me font penser à cet illustre 

    koi j'en ai le droit

    Et vous d'en rire 

    En ce temps-là 

    Y en a qui s'en serait crêpé le chignon pour ramasser ces godillots  célèbres oubliés 

    Et là

    Personne ne s'est  baissé

    Je vais économiser ma mémoire 

    Laisser l'artiste ...

    Et je vais parer au plus facile 

    Et si quelqu'un s'était jeté à l'eau 

    Pour tout simplement 

    Oublier sa vie de vagabond 

    Mais...

    C'était sans compter sur ces godillots 

    Subitement ils ont un certain pouvoir 

    Celui d'être sauvés de l'oubli 

    Ces godillots sont devenus une énigme ...

    Je laisse le soin au lecteur de poursuivre l'enquête 

     

    "Les godillots" de Corinne du blog : "Mon blog de points de croix" :

    Regardez ces godillots

    C'est sûr, ils ont une histoire à raconter 

    Ils ont vécu de bien belles années

    Il étaient vieux et usés

    Mais qu'est ce que j'étais bien dedans.

    Ils auraient pu durer des années encore

    Oui ces godillots m'appartenaient

    Je les ai porté pendant une petite trentaine d'années

    Ils pourraient en raconter des choses

    pour le plus souvent des histoires de jours heureux

    J'ai été obligée de m'en séparer

    Je les ai déposés le coeur rempli de tristesse près de la jetée

    Aujourd'hui ceux que je porte me font mal aux pieds

    Ils m'emprisonne et m'empêche de marcher correctement

    J'aimerais qu'un jour quelqu'un m'en offre de plus confortables

    un peu comme cendrillon, 

    pour démarrer une autre histoire et 

    repartir pour quelques autres années de bonheur ...

    "Adam et Eve, les godillots" d'Ecureuil bleu du blog : "Une bonne nouvelle par jour" :

    Dis, Eve, tu crois qu'il reviendra nous chercher ?

    Cela fait trois jours maintenant, qu'on l'attend...

     

    Mais oui, Adam, il a trop besoin de nous,

    Nous, ses chers godillots...

     

    Quand il est monté sur son bateau,

    Il a dit qu'on prenait l'eau...

     

    Nous l'avons accompagné dans toutes ses randos,

    Nous avons foulé le sable, la terre et la boue...

     

    Oui, mais jamais sur son bateau...

    Peut-être nous a-t'il abandonnés là ?

     

    Mais non, il nous a alignés sur ce ponton.

    Simplement, attendons...


    9 commentaires
  • Pour ce 113ème Café Thé, je vous ai proposé un thème d'actualité puisque ce 2 septembre c'était la rentrée scolaire : broder autour du thème de la rentrée des classes ,

     

     

    Photo prise en 2007 à Carcassonne

     

    partager avec nous une rentrée des classes qui vous a marqué(e), rentrée d'un enfant ou la vôtre...

     

     

     

    Les consignes étaient : Ecrivez, rimez, dessinez, brodez, scrappez, chantez, délirez, faites ce que vous voulez... Faites nous rire ou pleurer...

    Si vous êtes blogueur, ne publiez pas votre texte avant la parution des participations (le 1er octobre 2019)

     

     

    Avant-hier je vous ai présenté les participations de Jill Bill, Laura et Rose.

     

    En voici deux autres (ABC et moi) :

     

     

     

    ABC du blog "Le jardin des mots"

    a déposé en commentaire ce très joli poème, que j'avais apprécié dans un commentaire chez Rose-Golondrina :

     

    Première rentrée

    Pour aller à l'école
    Dans mon cartable j'ai enfoui
    Quelques fous rires malicieux
    Et les yeux de maman
    Un portrait de papa
    Avec sa grosse voix
    Mon frère, ma sœur
    Tous ceux que j'aime
    Que je ne veux pas quitter
    Mon cartable était trop lourd
    Alors comme un grand
    Je suis parti seul
    Avec mes crayons de couleur
    Pour ne pas pleurer
    J'ai caché les miens
    Au fond de mon cœur

    Et voici un petit texte que j'ai écrit il y a quelques années pour ce blog, sur un souvenir d'école qui m'a marquée :

     

    L'alerte incendie

     

    Je devais avoir 6 ou 7 ans. Mon instituteur était aussi mon père. C'était une classe unique, dans un petit village de campagne, avec une trentaine d'élèves du cours préparatoire au certificat d'études.

    Nous habitions juste au dessus des classes, mes parents, mon frère, ma soeur et moi.

     

    Un matin, le maître s'est levé brusquement et a dit : "Il y a le feu. Il faut évacuer les locaux. Rangez vous en rang par deux et sortez tranquillement de la classe. Nous allons nous protéger sous le préau".

    J'ai obéi, et me suis rangée sagement, du moins dans la classe, mais dans l'entrée sur laquelle donnait l'escalier qui montait à notre appartement, j'ai voulu monter prévenir ma mère qui était là-haut.

    "Ce n'est pas la peine, a dit le maître-mon père. Sors avec les autres !".

    J'ai eu un moment de panique à l'idée qu'il ne voulait pas prévenir ma mère et qu'elle allait brûler.

    Mon frère et ma soeur étaient en maternelle, dans la seconde classe unique et je ne m'inquiétais pas pour eux puisqu'ils évacuaient aussi les locaux.

    "Maman, il y a le feu ! " ai-je crié.

    Ma mère est apparue en souriant, en haut de l'escalier, et mon père lui a dit "C'est un exercice d'alerte incendie..."


    8 commentaires
  • Pour ce 114ème Café Thé, je vous propose de broder autour de cette photo de chaussures abandonnées sur un ponton, au port des Tuiles, à Biganos, sur le Bassin d'Arcachon, il y a quelques jours.

     

     

    Brodez autour de cette photo, racontez nous comment ces godillots crottés se sont retrouvés là, ou ce qu'ils vont devenir.

     

    Et si cette photo ne vous inspire pas, parlez nous de chaussures : mocassins, escarpins, tongs ou charentaises...

     

    .

     

     

    Les consignes : Ecrivez, rimez, dessinez, brodez, scrappez, chantez, délirez, faites ce que vous voulez... Faites nous rire ou pleurer...

    Si vous êtes blogueur, ne publiez pas votre texte avant la parution des participations (le 2 novembre 2019)

     

     

    Que vous soyez blogueur ou pas, envoyez moi votre participation 

    avant le 31 octobre 2019 à ecureuilbleu33@live.fr...

    Au plaisir de vous lire...

     

     

    Amusez vous bien !


    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique