• J'ai emprunté ce roman à la médiathèque, pour son auteur, Tonino Benacquista, dont j'avais apprécié un roman précédent : "Saga", et pour le titre qui me semblait alléchant.

    .

    Informations pratiques : roman de Tonino Benacquista, paru en février 2020, aux éditions "Gallimard". 219 pages. 19 €

     

    La 4ème de couverture :

    Où donc est passé Léo ? Son entourage s'interroge sur le mystère de sa disparition.
    Qui était-il vraiment ? Que fuyait-il ? S'il vit toujours, où est-il allé se perdre ?
    Nul ne se doute que pour trouver des réponses à ses propres questionnements, Léo s'est réfugié dans un autre monde, celui des fictions et des rêveries qu'elles éveillent en nous.

    Il y a vingt ans, Tonino Benacquista racontait dans son roman à succès Saga l'odyssée de quatre scénaristes engagés dans un projet d'écriture qui transformait leur vie ; avec Toutes les histoires d'amour ont été racontées, sauf une, il explore cette fois le phénomène de la série télévisée du point de vue du spectateur qui en devient accro. Scénarios et personnages se multiplient jusqu'au vertige dans ce roman d'une inventivité prodigieuse, qui nous rappelle que seule la fiction a le pouvoir de réparer le réel.

    Mon ressenti :

    Léo est accro aux séries télévisées, regarde toutes les saisons, discute avec les héros, les encourage ou les tance, perdu dans un autre monde, incompris de tous, sombrant peu à peu dans la folie.

    Je me suis accrochée et j'ai tenu presque jusqu'au bout, me mélangeant de plus en plus entre les héros des séries regardées par Léo. Page 174, j'ai craqué et abandonné ce roman finalement assez ennuyeux...


    9 commentaires
  • Fin mai, je vous ai parlé d'Horizons, notre nouvelle anthologie, la 7ème, orchestrée par Quichottine, de la bibliothèque de Quichottine, dont l'intégralité des bénéfices est versée à l'association "Rêves", pour réaliser le rêve d'enfants et adolescents gravement malades.

    Vous pouvez acheter ce livre sur BookEdition en cliquant ICI, pour 12 € l'unité + frais d'envoi. Il est mis en vente au profit de l'association "Rêves", pour contribuer à faire sourire des enfants gravement malades qui en ont tant besoin. 

     

    Au 2 juillet, 230 livres ont été vendus et 2000 € versés à l'association Rêves, ce qui va permettre de réaliser le rêve de 2 enfants : Medhi, 17 ans, qui vit en Seine Maritime et rêve de découvrir le skatepark de Biarritz et Jeanne, 8 ans, qui vit dans le Calvados et rêve de visiter le zoo de Beauval : 

     

     

     

     

    Dans ce dernier recueil, je me suis inspirée de Jacques Prévert pour écrire : "Pour faire le portrait de l'horizon"...

     

    Pour faire le portrait de l’horizon

     

    Prendre une feuille de papier blanc, de l’eau et des tubes d’aquarelle

    Séparer la feuille par un trait de crayon : 1/3 pour la mer, 2/3 pour le ciel

    Mélanger du vert forêt et de l’indigo pour la mer avec un peu d’eau, de l’indigo et du gris de payne pour le ciel. Laisser une fine ligne de séparation

    Poser votre oeuvre à plat. Déposer quelques grains de sel sur la mer, sel de table, fin et sel pour lave-vaisselle, plus gros. Ne pas en abuser. Votre tension pourrait monter en contemplant ce qu’il se passe : le sel absorbe la couleur.

    Pendant que votre oeuvre sèche à plat, surtout ne pas toucher, ne pas éternuer, respecter les gestes barrière. Porter un masque pour la contempler et  tenez- vous à plus de 2 mètres.

    Lorsque c’est sec, prenez un pinceau propre, trempez le dans l’eau et promenez-le au-dessus du ciel. Des gouttes vont tomber, le vase ne va pas déborder mais le ciel va se dégager.

     Prenez du jaune et faites une grosse tâche,

    Versez trois gouttes de rose poudré.

    Si vous avez envie vous pouvez ajouter la lune et les étoiles sur un bateau à voiles

    Et avec un pinceau fin  des mouettes et une aigrette

    Garzette (c’est plus joli)

    Si les oiseaux s’envolent
    C'est mauvais signe
    Signe que le tableau est mauvais
    Mais s'ils restent et se mettent à pêcher c'est bon signe
    L’horizon se dégage et vous pouvez signer

    Alors, dans un coin du tableau, écrivez votre nom ;

    Souriez

    Et contemplez l’horizon

     

    Solyzaan, réalisatrice de la couverture de notre recueil a aussi illustré mon texte.

     


    11 commentaires
  • J'avais lu de bonnes critiques sur ce roman et je l'ai acheté.

    .

    Informations pratiques : roman d'Amélie Antoine, paru en septembre 2020, aux éditions "XO éditions". 393 pages. 19,90 €

     

    La 4ème de couverture :

    Quand l’amour redonne vie et espoir à des âmes cabossées…
    Printemps 2019, un cimetière parisien.
    Rebecca a pris l’habitude de venir fleurir des tombes à l’abandon.
    Benjamin, lui, vient assister à l’enterrement d’un inconnu.
    Quand le hasard les met sur la route l’un de l’autre, le rapprochement se fait avec douceur et prudence, chacun prisonnier de sa propre souffrance.
    Les secrets du passé sont parfois lourds à dévoiler, et ceux de Rebecca font osciller Benjamin entre amour fou et inquiétude sourde.
    Et comment séduire une femme alors que l’on porte en soi une lourde culpabilité ?
    Ces deux écorchés vifs vont pourtant apprendre à s’apprivoiser, à baisser les armes, laissant de côté l’ombre pour la lumière…

    Mon ressenti :

    Benjamin, trentenaire célibataire, allait monter avec son neveu de 10 ans dans une attraction de fête foraine, et cède sa place à Tiago, un jeune homme désireux de rejoindre une demoiselle, mais c'est la catastrophe et Tiago meurt presque sous leurs yeux. Benjamin est traumatisé. Au cimetière, près de la tombe de Tiago il va rencontrer Rebecca, jeune femme qui entretient les tombes oubliées. Rebecca, cabossée par la vie est suivie en analyse et écorchée vive. Peu à peu ces deux-là vont se rapprocher et s'épauler.

    La construction du roman est originale, mêlant présent et passé, en fonction du nombre de jours avant et après "Le jour où", puis avant "Le jour d'après". A la façon d'un puzzle dont les pièces s'assemblent peu à peu, nous découvrons ce qu'il s'est passé ce fameux jour où. Benjamin et Rebecca sont des personnages attachants, terriblement humains. La psychiatre qui suit Rebecca, Sophie de Leyret, est un personnage important, attentive, encaissant l'aigreur et le mal-être de sa patiente, comme un punching-ball, garde-barrière et titillante juste ce qu'il faut..

    Il n'y a pas de mièvrerie dans ce roman même si la lumière finit par percer dans leur ciel très noir.

    C'est bien écrit et émouvant. Certains passages m'ont fait pleurer, d'autres m'ont fait sourire. 

    Quelques extraits :

    - On devrait toujours faire les choses au moment où l'on a envie de les faire, sans tergiverser, sans vouloir être raisonnable, sans remettre à plus tard. Parce qu'on ne sait jamais s'il y aura un plus tard en réalité. Et il suffit d'un minuscule grain de sable pour que le "plus tard" se transforme en "trop tard", pour que l'espoir se métamorphose en regrets. La pire erreur qu'on puisse faire, dans la vie, c'est d'être raisonnable. De temporiser, de douter, d'attendre. Au lieu de se contenter de vivre.

    - On passe des années à bâtir ce qu'on pense être un château-fort et il suffit d'un instant, un instant à peine, pour se rendre compte qu'il ne s'agissait finalement que d'un château de cartes, un vulgaire château de cartes.


    11 commentaires
  • Bonnes nouvelles en provenance de Babelio...

    J'ai reçu hier ce message de Babelio, qui m'a fait très plaisir.

    Babelio est un site communautaire d'amateurs de livres, créé en 2007. Il compte maintenant plus d'un million de membres. Je suis fière de faire partie des 1000 d’entre eux dont les critiques ont été les plus appréciées.

    Je me suis inscrite il y a 4 ans et depuis j'ai rentré 563 livres dans ma bibliothèque Babelio, rédigé 317 critiques et partagé 262 citations.

    Babelio organise tous les mois des opérations "Masse critique", en relation avec les maisons d'édition. Une liste de livres est alors disponible parmi lesquels les membres peuvent cocher ceux qui les intéressent. Un livre peut alors vous être envoyé en échange d'une critique sur votre blog.

     

    Pour les derniers livres que j'ai chroniqués, j'ai reçu des messages des auteurs :

    Daniel Magnin, fabuleux photographe du livre : "Ma vie de libellule " m'a écrit ceci : "Un grand merci à Écureuil bleu pour sa critique, et à ses lecteurs pour leurs commentaires!
    Daniel Magnin"

    Catherine Monroy, auteur d"Un ami si dévoué"  m'a écrit ceci :  

    Chère Brigitte,
    Merci beaucoup pour votre superbe chronique qui me donne le sentiment d'avoir été comprise ! Ça fait vraiment plaisir. Si vous pouvez la partager sur tous les réseaux sociaux, ce serait formidable ! Bien cordialement, Catherine Monroy (auteure d'"Un ami si dévoué".

    Annelise Heurtier, auteur de "Push"  m'a écrit un message de remerciement sur Babelio, mais m'a demandé de ne pas le publier.

    Pour me retrouver sur Babelio, vous pouvez cliquer sur le logo ci-dessous :  

    Mon profil sur Babelio.com

    14 commentaires
  • J'ai reçu ce livre dans le cadre de l'opération "Masse Critique jeunesse" de mai 2021, organisée par Babelio.

    Merci à Babelio et aux Editions "La joie de lire" pour cet envoi.

    Informations pratiques : Ce roman illustré a été écrit par Torun Lian, une Norvégienne et illustré par Oyvind Torseter, paru en janvier 2021 aux éditions "La joie de lire". 178 pages. 29 €.

     

    La 4ème de couverture :

    Alice est une grande timide qui réfléchit beaucoup à sa vie. Même au sein de sa propre famille, elle reste discrète. Tout l’opposé de son meilleur ami, qui, lui, n’a peur de rien. Mais lorsqu’Alice se retrouve contrainte de remplacer la fille la plus populaire de son école dans le rôle phare du spectacle de fin d’année, elle devra sortir de l’ombre. La jeune fille fera de son mieux pour remplir sa mission, mais à sa façon…

    Avec Alice, princesse de secours, Torun Lian signe un roman drôle et introspectif dans lequel les enfants introvertis tiennent enfin la première place !

    Mon ressenti :

    Ce roman s'adresse aux enfants à partir de 8 ans, mais il peut aussi être lu à des enfants plus jeunes. Il est illustré de jolis dessins.

    Alice est une fillette très timide qui souhaite toujours passer inaperçue. Elève de CE1, elle doit jouer dans la pièce pour le spectacle de fin d'année "La Princesse à qui personne ne pouvait couper le sifflet". Elle sera les pattes arrière du cheval et cela lui convient très bien. Le maître l'a aussi désignée comme "princesse de secours" pour remplacer Hélène, celle qui joue la princesse, si besoin. Alice a un seul ami, Iver, son voisin avec qui elle va à l'école tous les matins.

    Alice, timide et renfermée, ne veut pas monter sur scène et invente mille astuces amusantes.

    J'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce roman jeunesse, drôle et bien écrit, avec ses illustrations qui collent bien au récit. Je me suis sentie très proche d'Alice, ayant été très timide comme elle, rougissant pour un rien, et ne voulant jamais être mise au premier plan. 

    tous les livres sur Babelio.com

    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique