• Il y a bien longtemps que je ne vous avais parlé de mes chats, Squirel et Ecureuille.

    Alors voici Squirel en pleine action :squirelsept01squirelsept03squirel07 

    Il n'est pas couché sur le peignoir de DSK dans les Guignols mais sur un plaid pour protéger le fauteuil.

    Sur les deux premières photos il se repose en surveillant.

    Sur la troisième il dort les 4 pattes en l'air...


    33 commentaires
  • Les grillons, c'était pour vous allécher mais je ne vais vous parler que des roses.

     

    Dans mon nouveau jardin, à l'entrée de la véranda, poussent des roses rose fripées. Elles n'attirent pas le regard mais leur parfum embaume dès que l'on passe à côté. Il

    y a bien longtemps que je n'ai senti de roses aussi parfumées. Elles me rappellent mon enfance et l'odeur merveilleuse des pétales de rose que nous mettions à l'entrée des trous des grillons pour les faire sortir. Une fois que nous avions réussi à en attraper un nous le déposions dans une petite boite d'allumettes (vide) et nous le nourrissions avec des pétales de roses, avant de le relâcher...

    Il y a plus de 45 ans que je n'ai vu de grillons. Je ne sais même plus à quoi ça ressemble... C'est un peu comme les écrevisses que nous allions pêcher dans les ruisseaux avec mon père...

     

    Ai-je rêvé ?

     

     

    Voici mes "roses fripées" : 

     

     

    rosefripée2

     

     

     

     

     

    rosefripée

     

    Et les autres roses : 

    roserose

     

     

    roses

     

     

     

     

    roseblanche

     

    Si quelqu'un de vous connait leur petit nom je suis preneuse...

     

     

    Pour les grillons : je vous conseille d'aller lire ce très bel article chez Pierre ("Le grillon du jardin") 


    35 commentaires
  • La nuit dernière, j'ai fait un rêve étrange.

    J'étais dans une immense tour de verre, au 30 ème étage. Je contemplais le paysage magnifique. Impossible de savoir où j'étais... Il y avait de nombreuses pièces, peut-être des bureaux avec pas mal de gens, surtout des femmes. Personne que je connaissais. Le vent s'est levé. Il soufflait de plus en plus fort. Par les baies vitrées j'ai vu passer un animal blanc : ours polaire ou gros chien... Mes compagnons l'ont vu aussi. Nous nous sommes tous rapprochés des vitres. Des animaux passaient dans le ciel, emportés par le vent : chiens, chevaux et aussi des véhicules, des matelas. Ces animaux et objets volaient mais ne tombaient pas. On sentait la tour bouger sous l'emprise du vent. Je suis passée dans une autre pièce, qui donnait sur un autre côté, qui me semblait plus abrité du vent. Il y avait deux femmes. La tour s'est enfoncée . Je suis revenue dans l'autre pièce : il n'y avait personne. Je suis sortie (comment ?) dans la rue. Tout était recouvert de champignons et de fleurs rouges. Quelques personnes sortaient d'autres tours, lentement... Aucun affolement, beaucoup de calme. Des gens me faisaient des signes... Nous allions les uns vers les autres en évitant les tapis de champignons...

    chrouge.jpg

     

     


    29 commentaires
  • Pour le casse-tête de la semaine de Lajemy, sur le thème de "l'or", voici une de mes fables préférées de Jean de La Fontaine :" la poule aux oeufs d'or", mélange pour moi de rêve et de sagesse.

    (Ma source sur le net :   http://www.la-fontaine-ch-thierry.net/pouledor.htm )

     

    LA POULE AUX ŒUFS D'OR

       L'Avarice perd tout en voulant tout gagner.
                Je ne veux  pour le témoigner
      Que celui dont la Poule, à ce que dit la fable, 

                Pondait tous les jours un œuf d'or.
      Il crut que dans son corps elle avait un trésor.
      Il la tua, l'ouvrit, et la trouva semblable
      A celles dont les œufs ne lui rapportaient rien,
      S'étant lui-même ôté le plus beau de son bien.
                Belle leçon pour les gens chiches :

    Pendant ces derniers temps, combien en a-t-on vus
      Qui du soir au matin sont pauvres devenus
                Pour vouloir trop tôt être riches ?

     

    poule.jpg


      

    Comme souvent Jean de La Fontaine s'est inspiré de fables d'Esope :

    La femme et la poule.
    Une veuve avait une poule qui lui pondait un oeuf par jour. Elle se dit que si elle lui donnait plus de grain, sa poule pondrait deux fois par jour : aussi accrut-elle sa ration. Mais la poule devenue grasse ne put même plus pondre son œuf quotidien.

    La fable fait voir qu'à convoiter plus que ce que l'on a, l'on perd même ce que l'on possède.

    L'oie aux œufs d'or
    Hermès avait un adorateur très zélé, qu'il gratifia d'une oie aux œufs d'or. Mais l'homme ne sut se contenter de cette rente trop modeste ; croyant que son oie avait des entrailles toutes d'or, il n'hésita pas à l'immoler. C'est ainsi qu'il ne fut pas seulement trompé dans son attente, mais privé de ses œufs, car dans son oie, il ne trouva que de la chair.

    De même, il arrive souvent que les gens cupides, à vouloir toujours plus, perdent même ce qu'ils possèdent.       


    32 commentaires
  • Dans la série "maisons à vendre, après "la maison de l'épicière", celle où "Madame vit en haut, Monsieur vit en bas",  "De l'utilisation des garages" et "La maison-hôtel" voici une autre maison qui m'a longtemps fait rêver.

     

    J'ai passé mes vacances à Arès sur le Bassin d'Arcachon depuis que je suis née jusqu'à mes 25 ans. Au début c'était dans la maison de mes grands parents baptisée "l'araucaria", puis dans une caravane achetée par mes parents, stationnée sur le terrain.  

    De la maison de mes grands-parents où toute la famille se retrouvait l'été, je garde de magnifiques souvenirs. Dans le jardin, il y avait le magnifique araucaria aux branches pleines de piquants, une cabane qui servait de WC, un lavoir où ma mère lavait le linge ou écaillait le poisson, une grande table en ciment sur laquelle nous déjeunions en famille.

    La maison était en bois, très simple avec deux grandes chambres, une cuisine et un cellier, un salon minuscule. La première chambre qui donnait sur le devant de la maison était celle de ma tante Yvonne, épicière dont je vous ai déjà parlé. La seconde chambre était celle de mes grands parents. Elle donnait sur le côté.

    Devant la maison il y avait une treille qui donnait du raison blanc, et deux petits parterres de fleurs.

    Ce n'est pas de cette maison dont je veux vous parler. A la mort de mes grands-parents paternels c'est une des soeurs de mon père qui en a hérité.

     

    La maison dont je veux vous parler, c'est une ancienne pension de famille, qui se trouvait derrière à quelques centaines de mètres. A l'époque (de mes grands-parents) elle était magnifique et pleine de vie. Il y avait une dizaine de chambres, réparties sur trois niveaux. Cette maison de style basque s'appelait "l'Itzarra". Je passais souvent en vélo devant. J'entendais des rires et des cris joyeux en provenance du grand jardin qui l'entourait.

    Les années ont passé, mes grands-parents sont morts. Mes parents ont acheté une maison un peu plus loin. Puis je suis venue moins souvent. L'Itzarra a été laissée à l'abandon... Les volets sont tombés en lambeaux, des tuiles se sont envolées, des fenêtres ont été cassées...

    Et moi en la revoyant je me suis mise à rêver (encore une fois) : acheter cette maison en ruines, la restaurer et lui redonner vie... Développer cette pension de famille en organisant des activités artistiques et touristiques pour les clients... Utiliser les compétences de mon fils ainé en animation et de mon frère en peinture...Compte-tenu de la grandeur de la maison et de son état de délabrement, je n'ai aucune idée de l'investissement qui aurait été nécessaire...

    Et puis ces derniers mois, lorsque j'ai visité des maisons avec des agences immobilières j'ai discuté de cette maison avec une de ces commerciales. Et j'ai déchanté...

    La dame avait visité la maison dans un état pire que celui que j'imaginais. Elle m'a raconté que la maison (ma maison coup de coeur depuis des années !) était occupée depuis des années par une vieille dame et servait de maison de passe... Il y avait des canapés sordides dans chacune des chambres, et des préservatifs usagés partout...

    Tout était à refaire, des murs aux plafonds !

    Je suis tombée de haut : ma maison aux courants d'air n'avait rien de merveilleux...

    maison23.gif


    31 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique