• Pour célébrer ce 100ème Café Thé, je vous ai proposé de broder autour du thème de la fête, de nous raconter une belle fête, publique ou privée, que vous avez appréciée ou qui vous a marqué(e), que vous avez peut-être organisée,

    de faire briller les étoiles dans nos yeux...

     

     

     

    Les consignes étaient : Ecrivez, rimez, dessinez, brodez, scrappez, chantez, délirez, faites ce que vous voulez... Faites nous rire ou pleurer...

    Si vous êtes blogueur, ne publiez pas votre texte avant la parution des participations (le 1er septembre 2018)

     

     

    Vous êtes 7 à avoir participé ( Jill Bill, Laura, Cricket, Vagamonde, Rose, Françoise et Moqueplet)

    et je vous en remercie.

     

    Voici les 7 participations :

     

     

    "Un dimanche de février..." de Jill Bill du blog : "Melting-pot" :

     

    Nonagénaire, il tenait à une bien belle fête,
    Une peut-être dernière réunion de famille,
    L'âge aidant fragilise la santé, les projets d'avenir...
    C'est la Tour de Pise qui penche
    Tombera ou pas cette année-là... !?
     
    Une bien belle fête
    Un peut-être dernier restaurant pour se faire...
    Papa changeait fortement mais gardait sa lucidité,
    Le bon pied bon oeil eux foutaient l'camp...
     
    Il tenait
    Aux enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants
    Au grand complet...
    Il y tenait papa,
    Me relançait pour se faire
    Carte blanche pour l'endroit...
     
    Ce qui fut fait,
    Dans les combles aménagées d'une grange
    En salle de réception, toute à nous...
     
    Le jour J arriva
    Trente et un pour tout l'monde...
    Un dimanche de février gravé dans ma mémoire,
    Le discours de papa, debout à la tablée
    De jolis mots pour les siens, sa reconnaissance,
    Depuis que veuf et en home
    Nullement abandonné, au contraire,
    Il a pu compter sur les plus « proches »
    Pour lui rendre visite et menus services...
     
    Aaah ce moment
    Qui mouille les joues, jeunes et vieilles...
    Bon anniversaire papa, papy !
     
    Et puis, quelques mois plus tard
    A la table du réfectoire, la mort qui s'invite
    Brusquement et sans mettre de gants, fauche l'homme...
     
    Le coup de fil auquel on s'attend,
    Sans s'y attendre...
    Un départ, sans un au revoir
    Au milieu des autres résidents, surpris eux aussi... !
    Certes une belle mort, comme on dit,
    Rapide, sans souffrance,
    Loin de nous, seul, sans l'être...
     
    Tu aurais eu 95 printemps,
    Passe passe ô temps, rien n'efface ton souvenir papa,
    Loin des yeux mais si près du coeur...
     
    "Le sens de la fête" de Laura du blog :
     
    Je ne prétends pas tout savoir et heureusement sinon ma vie serait bien triste
    Sans plus rien à apprendre à l'avenir, rien pour satisfaire ma curiosité ou lire.
     
    Je ne prétends pas avoir tout vu, tout lu, observé et encore moins compris
    Mais j'ai cependant regardé de tous mes yeux certaines choses et la mi-temps de ma vie
     
    (J'en espère une deuxième pour en voir et lire au moins autant et plus encore)
    J'ai  observé des différences et des constances entre les différents paysages

    Traversés: entre la Champagne de ma naissance et ma jeunesse
    Où les gens m'ont paru froids, indifférents et aimant peu la différence

    Je ne veux nulle part généraliser, ce sont des rencontres et des expériences
    Des différences entre la Champagne où j'ai fait une partie de mes études

    Et la capitale où on voit plus de tout, de tout le monde et parfois n'importe
    Quoi aussi: entre la Champagne froide et le nord si chaud hors températures

    Qui peuvent être très lourdes: mais au Nord, ce sens de l'accueil, l'entraide
    Et le sens de la fête même quand il fait froid ou qu'il pleut, du monde

    Dans les rues de Lille et d'ailleurs: cet allant pour sortir, bouger, vivre
    D'où sans doute cette tradition de tableaux de kermesses et autres bamboches

    Dans la peinture flamande, néerlandaise plus fine que les comédies soi-disant nordistes.
    A l'opposé géographique, les sud que je connais et même le Maroc qui ouvre

    Grand ses bras et son coeur, mais malgré la lumière, une tristesse fataliste
    L'accueil des montagnes ariégeoises comme de celles de l'Auvergne

    A été plus timide mais profond; à l'usage l'attachement fut moins durable
    Ici, à St Etienne, j'ai eu le coup de foudre pour cette ferveur populaire

    Des Verts: j'ai eu envie de rester et même d'y revenir, prendre enfin racine
    Ceci dit et plus au sud, les portes, les fenêtres et les volets se ferment

    Aussi vite que le soleil  arrive ou revient et le parapluie s'ouvre
    A la moindre goutte comme si quoi que ce soit pouvait protéger des colères

    Du ciel, bien anodines par rapport à celles sous lesquelles je dansais petite fille.

    "Un magnifique et émouvant mariage" de Cricket du blog : "Chez Cricket, les idées fourmillent" :

     

    Une superbe voiture ancienne allait les transporter vers leur destinée : la salle de leur mariage.
    Ce n'était pourtant pas un couple pour qui l’apparat était important.
    Un couple simple, sain, fort, soudé, sportif.
    Ils avaient décidé de se marier après 20 ans de vie commune. 
    Un peu pour eux, un peu pour les enfants .. Un peu pour les familles de l'un et de l'autre  ...
    Une confirmation solennelle de cette entente idyllique face aux êtres qui leur étaient chers.
    Les discours furent beaux. J'en avais la larme à l’œil.
    Il faut dire que j'ai la larme facile...
    Suivis de séances photos et de vidéos du couple depuis le début de leur rencontre.
    Moment magique...
    Toute la famille avait contribué à leur moment de bonheur.
    Ce fut un beau mariage.
    2016.
    Deux ans après le nôtre.
    Les avait-on un peu poussé ? 
    Qui sait ...?

    "Fête mémorable" par Vagamonde du blog "Vagamonde" :

    Lorsque j'avais une vingtaine d'années, j'ai eu la chance de me rendre à Oran, en Algérie pour retrouver des amis connus en France.
    Quelle ne fut pas ma surprise lors de mon arrivée à l'aéroport lorsque j'ai vu tout un groupe m'accueillir avec un large sourire alors que je ne connaissais que deux personnes. Famille et amis s'étaient joints à elles. 
    Je me souviens encore de la vive émotion ressentie mais, je n'étais pas au bout de mes surprises. 
    Le soir venu, alors que je m'attendais à un dîner en toute simplicité, je me suis retrouvée dans une salle, entourée d'une trentaine de personnes dont l'une d'elles me dit en ces termes : "Claudine, on a tué le mouton pour toi !" 
    J'ai tout de suite compris la valeur de cette phrase et instantanément, les larmes me sont montées aux yeux. 
    Quant à mon coeur, n'en parlons pas, il a tout de suite battu la chamade. 
    C'est ainsi, que, dans une ambiance chaleureuse, j'ai dégusté mon premier méchoui, principalement au son des darbourkas. 
    D'aileurs, depuis cette date, dès que j'entends des djembés, des frissons m'envahissent faisant ressurgir cet instant inoubliable. 
    C'est sûr, cette fête-là restera gravée à tout jamais dans ma mémoire et dans mon coeur.
     
    "Belles Fêtes" par Rose du blog "Golondrina 63" : 
     
    "Une très belle fête pour remonter le temps" par Françoise des blogs  "Un tour par chez moi" et "Par chez moi en cuisine" : 

     

    Oyez, oyez, braves gens, damoiselles et damoiseaux, il est venu le temps de vous annoncez
    la prochaine fête médiévale qui aura lieu à  Formiguère le premier dimanche de septembre
    comme chaque année .Sonnez trompettes et  tambours  ....
     
    Ce jour la tout ce village se mobilise ,des fanions sont acrochés aux balcons  . La cour arrive et défile dans les rues au son  des tambours . Une belle ambiance y règne pendant  la journée .
    Un grand feu est allumé pour faire rotir un boeuf de quoi assouvir la faim de tout les visiteurs .Après les victuailles un tournoi de chevaliers est organisé .
     
    "Cartes de Fêtes" par Moqueplet du blog "La balade de Moqueplet" :

     

     

    Si vous appréciez ces participations, n'hésitez pas à laisser vos ressentis en commentaires et à aller visiter ces blogueuses...


    10 commentaires
  • Pour célébrer ce 100ème Café Thé, je vous propose de broder autour du thème de la fête.

     

     

    Racontez nous une belle fête, publique ou privée, que vous avez appréciée ou qui vous a marqué(e), que vous avez peut-être organisée...

    Faites briller les étoiles dans nos yeux...

     

     

     

    Les consignes : Ecrivez, rimez, dessinez, brodez, scrappez, chantez, délirez, faites ce que vous voulez... Faites nous rire ou pleurer...

    Si vous êtes blogueur, ne publiez pas votre texte avant la parution des participations (le 1er septembre 2018)

     

     

    Que vous soyez blogueur ou pas, envoyez moi votre participation 

    avant le 31 août 2018 à ecureuilbleu33@live.fr...

    Au plaisir de vous lire...

     

     

    Amusez vous bien !


    4 commentaires
  • Pour ce 99ème Café Thé, je vous ai proposé de broder autour du thème des vacances, de nous parler d'une destination de vacances qui vous a séduit(e) ou qui vous fait rêver, de partager avec nous votre intérêt pour ce lieu, vos émotions, en mots ou en photos...

     

    Les consignes étaient : Ecrivez, rimez, dessinez, brodez, scrappez, chantez, délirez, faites ce que vous voulez... Faites nous rire ou pleurer...

    Si vous êtes blogueur, ne publiez pas votre texte avant la parution des participations (le 1er août 2018)

     

     

    Vous êtes 5 à avoir participé ( Jill Bill, Laura, Vagamonde, Chevrette et Françoise)

    et je vous en remercie.

     

    Voici les 5 participations :

     

     

    "Larguer les amarres..." de Jill Bill du blog : "Melting-pot" :

     

    Le monde est vaste
    La vitrine du voyagiste tout autant...
    Boucler sa valise
    Un jeu d'enfant de nos jours
    Pour telle ou telle destination estivale,
    Via les airs...
     
    Partir, ô partir,
    Partir en vacances
    Comme on choisit un film...
    Quitter l'Europe, ou pas,
    Voir l'Amérique, l'Asie, l'Afrique
    Dépaysement au menu
    Exotisme dans l'assiette,
    Aventure, mésaventure aussi,
    Rien n'est parfait
    Mais tout fait du souvenir...
     
    A quoi rêve-je,
    Devant cette vitrine-là...
    A l'île de Robinson
    (Vierge de cannibales sieur Defoe)
    M'y échouer, un jour, un mois, un an,
    Sous son bleu outremer
    Ne plus entendre parler du monde
    Si gris, si lunatique
    Qui fait des siennes
    Tel un gosse insupportable, ingérable...
     
     
    Oui, un vendredi viendra !
     
     
     
    "Un acrostiche" de Laura du blog :
     
    Voyage ou long cours ou balade
    Avec toi dans la tendresse
    Chéri, pas de vacance
    Au rayon des caresses
    Ne t’inquiètes pas de
    Cette envie de rêve
    Entêté ;prose et poèmes
    Se bousculent dans ma tête.

    "4 coins de France" et "4 coins du Monde" par Vagamonde du blog "Vagamonde" :

    4 coins de France :

     

    4 coins du Monde :

     

    "Villages d'Italie" de Chevrette du blog : "Chevrette 13"

     

     

    "Alet-les-Bains" par Françoise des blogs  "Un tour par chez moi" et "Par chez moi en cuisine" :

     

     

    Si vous appréciez ces participations, n'hésitez pas à laisser vos ressentis en commentaires et à aller visiter ces blogueuses...


    6 commentaires
  • Pour ce 99ème Café Thé, je vous propose de broder autour du thème des vacances...

     

     

    Parlez nous d'une destination de vacances qui vous a séduit(e) ou qui vous fait rêver.

    Partagez avec nous votre intérêt pour ce lieu, vos émotions, en mots ou en photos...

     

    Les consignes : Ecrivez, rimez, dessinez, brodez, scrappez, chantez, délirez, faites ce que vous voulez... Faites nous rire ou pleurer...

    Si vous êtes blogueur, ne publiez pas votre texte avant la parution des participations (le 1er août 2018)

     

     

    Que vous soyez blogueur ou pas, envoyez moi votre participation 

    avant le 31 juillet 2018 à ecureuilbleu33@live.fr...

    Au plaisir de vous lire...

     

     

    Amusez vous bien !


    5 commentaires
  • Pour ce 98ème Café Thé, je vous ai proposé de broder autour de cette photo de deux portes murées, prise il y a quelques jours à Bordeaux.

     

     

    de nous parler de ces deux portes autrefois jumelles, ou d'autres portes que vous avez admirées ou qui vous ont marqué(e)...

     

     

    Les consignes étaient : Ecrivez, rimez, dessinez, brodez, scrappez, chantez, délirez, faites ce que vous voulez... Faites nous rire ou pleurer...

    Si vous êtes blogueur, ne publiez pas votre texte avant la parution des participations (le 1er juillet 2018)

     

     

    Vous êtes 7 à avoir participé (Chevrette, Jill Bill, Rose, Laura, Vagamonde, Durgalola et Françoise)

    et je vous en remercie.

     

    Voici les 7 participations :

     

     

    "Portes d'autrefois" de Chevrette du blog : "Chevrette 13"

    Autrefois portes
    laissant sortir et entrer
    toutes sortes
    de communautés.
     
    Aujourd'hui devenues murs
    ne laissant passer
    aucune créature
    à   tout jamais.

    "Les condamnées" de Jill Bill du blog : "Melting-pot" :

     
     
    Tels de vieilles chapelles mortuaires
    Où repose, on ne sait pas trop qui,
    Plus de nom, plus de date,
    Sans doute quelque ancienne noblesse
    A la famille très lointaine...
    Qu'elle même ne sait plus !
     
    Il en va de même
    Avec des portes qu'on condamne un jour
    De brique, et de broc...
    Qui a t-il encore derrière,
    Passant, le sais-tu encore
    Sinon de l'abandon,
    De la ruine
    De la poussière grisâtre...
     
    Les trois têtes n'en diront rien,
    Elles veillent comme hier
    Silencieuses,
    Muettes, comme des tombes...
     
     
    "Les vieilles dames" de Rose du blog "Golondrina63" :
    Un regard posé sur ces vielles dames 
    C'est quoi le temps qui passe 
    Ce n'est sûrement pas l'oubli
    Juste une petite pensée 
    Pour leur vécu
    Les griffures des années 
    Ici la vie s'est écoulée
    La vie n'est plus
    Les portes se sont refermées
    Et dire qu'il suffirait de  s'remonter les manches 
    Oser avoir
    L'envie d'avoir envie 
    De leur r'donner vie 
    A  ces vieilles défigurées 
    Offrir un toit  à ceux qui n'ont rien 
    Derrière ces portes 
    Il y a tant à offrir 
    Les souvenirs figés 
    C'est plus facile de les murer 
    En attendant que ça se dégrade
    Triste mine d'une fin de vie 
    Au nez des passants
    Impuissants ...

    "Deux portes" de Laura du blog : "Le blog de Laura Vanel-Coytte : ce que j'écris, ce(ux) que j'aime..."

    Avant toi, tu le sais, j’ai ouvert beaucoup de portes avec beaucoup d’hommes

    Je cherchais avec eux, chez eux, la confiance que mon éducation avait omis de me donner

     

    Avec toi, j’ai fermé la porte pour faire cesser les courants d’air et avoir enfin chaud

    Tu m’as ouvert ta porte, ton cœur et ensemble, nous avons eu de nombreuses portes

    De nombreux foyers mais notre couple et mes livres étaient mon refuge.

     

    C’est pourquoi j’ai réussi à claquer la vieille porte d’une vieille maison

    Qui ne voulait plus s’ouvrir pour moi : qu’elle garde son patrimoine !

     

    J’ai maintenant des murs solides qui se nomment amour et culture.

     

    "Portes du Maroc et de Tunisie" par Vagamonde du blog "Vagamonde" :

     

    Les participations au Café Thé n° 98 - Les deux portes...
    Les participations au Café Thé n° 98 - Les deux portes...
    Les participations au Café Thé n° 98 - Les deux portes...
    Les participations au Café Thé n° 98 - Les deux portes...
    Les participations au Café Thé n° 98 - Les deux portes...

    "18 rue Portanets" par Durgalola du blog : "Petites graines" :

     

    Ma grand-mère aimait raconter des histoires. Un été, alors que nous gardions les vaches et les chèvres dans un champ près de la forêt du roi, elle me conta l'aventure arrivée à sa sœur Léonie :

     

    « Un été, elle était partie avec ses patrons à Bordeaux, rendre visite à la sœur de Madame, mariée à un notaire. De cette ville, elle ne connaissait rien, ayant assez d'ouvrages à faire tout le long du jour, dans la maison. Juste le dimanche, elle se rendait à l'église à la messe basse de 7 heures.

     

    Au retour de l'office, elle vit les deux portes intrigantes avec au-dessus, un visage d'homme, un visage de femme, tous deux plutôt sévères, et de plus, elle vit deux femmes âgées, des veuves avec leurs voilettes noires, se signant, un cliquetis et la porte de droite  s'ouvrant, les laissant entrer et se refermant rapidement.

     

    De dimanche en dimanche, elle comprit que les personnes se rendant devant les portes, hommes, femmes, enfants, qui tous se signaient, attendaient son ouverture pour s'engouffrer à l'intérieur. Ce pouvait être la porte de droite ou celle de gauche. Les vacances se terminaient car Monsieur et Madame avaient ordonné de préparer les bagages. »

     

    « Alors mémé, tante Léonie n'a pas été de l'autre côté ? Qu'y avait-t-il donc, raconte, moi, s'il te plaît raconte-moi vite ! »

     

    « Demain, ma chérie, demain …. »

     

    Mon insistance, ma curiosité l'incitèrent à poursuivre l'histoire.

     

    « Et bien, oui, ma petite, Léonie s'est signée, trois fois, tout comme les autres, la porte s'est entrebâillée et l'a happée !

     

    Et de l'autre côté, plus de maisons bordelaises, plus de rues, juste Jérusalem, avec ses maisons, son temple et des milliers de gens, chantant, dansant la gloire du Seigneur ! Léonie rayonnait de bonheur car elle les voyait tous réunis, en bonne santé, nos sœurs, notre frère André, nos parents. Au milieu d'eux, des ânes, des chérubins, même un homme avec sa fille qu'il embrassait « ma Léopoldine chérie ! » clamait-t-il ! 

     

    Des larmes de joie coulaient sur le visage de ma sœur et elle s'apprêtait à tous les embrasser lorsqu'elle se réveilla dans son lit à Bordeaux, le réveil l'avertissant qu'il était de se lever et prendre le train pour Saint Etienne »

     

    « Alors mémé, c'était un rêve ! Dis-moi, c'était un rêve ? »

     

    Mémé Francia sourit en caressant ma tête « Je ne sais pas, marmouzette, mais en mourant bien des années plus tard, ma sœur susurra rue Porte des Portanets , se signer trois fois ! »

     

     

    note

    en cherchant des renseignements sur ces portes, j'ai trouvé un article relatif au livre de JBG  « Jérusalem à Bordeaux » datant de 1859 où l'auteur montre que le plan de Bordeaux se superpose sur le plan de Jérusalem. (voir http://www.gallican.org/insolite.htm) ; c'était un bon commencement.

    "Les deux portes" par Françoise des blogs  "Un tour par chez moi" et "Par chez moi en cuisine" :

     

     


    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique