• J'ai découvert cette affaire juridique qui m'a bien fait rire en lisant la rubrique "Insolite" du journal Sud-Ouest, mais en cherchant sur le net j'en ai appris beaucoup plus.

    En 2011, le photographe animalier, David Slater, en voyage en Indonésie tente d'obtenir la photo parfaite d'un macaque à crête.

    Lors d'une séance l'un des animaux fouille dans ses affaires et lui vole un appareil photo avec lequel il prend des centaines de photos (selon certaines sources les photos auraient été prises avec un appareil sur trépied laissé quelques instants par le photographe).

    La plupart sont floues mais parmi elles il y a un selfie (auto-portrait photo) très réussi du singe souriant.

    La photo fait le tour du monde et se retrouve rapidement en libre accès sur la plateforme de partage d'images gratuites Wikimedia, au grand dam de David Slater. Wikimedia argue alors que l'image n'a pas de propriétaire, le singe ayant appuyé sur le déclencheur. "Cela ruine mon business, confiait David Slater au Washington Post en 2014. Si j'avais prétendu être l'auteur de l'image, je serais bien plus riche aujourd'hui".

     

    A l'été 2014 le bureau Américain des copyrights a refusé d'enregistrer le copyright de la photo prise par le singe, baptisé Naruto, et Wikimedia a donc laissé sa photo sur son site en accès gratuit.

     

    En septembre 2015, l'association PETA de défense des animaux a saisi la justice Américaine pour faire valoir les droits de Naruto, le macaque.

    Début janvier 2015, le tribunal de San-Franciso vient de donner raison au photographe. Les droits d'auteur lui appartiennent, le singe n'ayant fait qu'appuyer sur le bouton : Naruto est privé de ses droits d'auteur...

     

    Qui est propriétaire des auto-portraits réalisés par un singe ?
    Qui est propriétaire des auto-portraits réalisés par un singe ?

    J'adore la photo de Naruto souriant.

    Photo recalée pour une carte d'identité ou un passeport...


    5 commentaires
  • En ce moment une publicité de Canal Plus, qui passe à la télévision, me fait beaucoup rire.

    Sans doute la connaissez-vous aussi.

    Un monsieur rentre tranquillement du travail. Sur l'allée qui mène à sa maison il marche sur une sorte de poule en caoutchouc, comme un jouet de chien.

    Et puis tout s'enchaîne : un animal lui saute dessus et le fait tomber. Ce n'est pas un chien mais un phacochère. Il boit dans les toilettes, saute sur leur lit, défonce tout dans la maison, traîne le monsieur derrière lui, etc... 

     

    Le monsieur et sa femme assis à leur table se regardent, embarrassés.

     

    Flashback : un an plus tôt, pour Noël, le Monsieur offrait à sa femme un joli bébé animal avec un petit collier rouge, un bébé phacochère.

    "Offrez-vous un cadeau que vous ne regretterez pas" s'affiche alors à l'écran.

     

     

     

    Attention à Noël à ne pas offrir ce genre de cadeau empoisonné ! 

     

    En Afrique du Sud j'ai vu des phacochères en liberté et c'est vrai que les bébés sont craquants. Les adutes avec leurs cornes sont beaucoup plus effrayants... ("La tétée des bébés phacochères")

     


    13 commentaires
  • Je me prénomme Ecureuille et je suis une chatte isabelle de 5 ans. Je vis avec mon frère, Squirel, un sacré casse-pied.

    Il me fait beaucoup souffler car il veut toujours ma place, mais je ne me laisse pas faire.

     

    Une plus-grande-que-nous occupe aussi la maison et nous donne des croquettes.

    J'aime bien  me blottir sur ses genoux pour qu'elle me caresse.

     

    Je déteste quand elle tapote sur son truc tout plat avec ses pattes. Elle ne fait plus attention à moi. Je grimpe sur le clavier, mais je sens bien que ça l'agace : elle me chasse... Pareil quand je me promène sur ses feuilles couvertes de peinture, ou sur ses godets colorés. Elle crie et me chasse, l'ingrate ! Elle ne me laisse aucune chance de faire mieux qu'elle... 

     

    Il y a quelques temps elle est passée dans le journal, dans MA véranda, et je n'étais pas sur la photo ! Ni Squirel, d'ailleurs, mais il est moins photogénique... Il y avait autour d'elle des écureuils en peluche et ses plantes ! 

    Le point de vue d'Ecureuille...

    Aujourd'hui, justice est réparée. Parmi la quarantaine de photos prises par le encore-plus-grand, journaliste, celui-ci a choisi une des seules où j'étais.

     

    Je suis très fière que, lui, ait fait attention à moi ! 

    Annette, Cathycat et Ecureuille dans mes bras

    Annette, Cathycat et Ecureuille dans mes bras

    -Ton chat est énorme ! a dit une dame à la-plus-grande-que-nous au téléphone.

    Enorme ? Enveloppée, peut-être, par ma fourrure d'hiver. Et puis c'est l'angle de vue qui donne cette impression...

     

    - Au moins, on voit bien que c'est chez toi et que tu n'es pas allée courir ailleurs, a dit une autre dame...

     

    Mais qui va dire que je suis belle, douce, attentionnée, à la fois sauvage et câline ?


    16 commentaires
  • Le dessin de Michel Iturria dans le Mag de Sud-Ouest du 5 septembre m'a faite rire.

    Tout à fait de circonstance puisque les vendanges ont déjà commencé dans certains vignobles, ce dessinateur dont j'apprécie beaucoup l'humour, nous propose une dégustation à sa façon.

     

    Les nouvelles dégustations de vin...
    Les nouvelles dégustations de vin...
    Les nouvelles dégustations de vin...
    Les nouvelles dégustations de vin...

    J'aime le côté débonnaire du commercial qui propose son vin en le présentant comme un médicament miraculeux, et le côté BCBG de ses clients qui hument et font tourner le verre comme ils ont dû l'apprendre en cours d'oenologie.


    9 commentaires
  • J'ai lu cette information, consternante et amusante à la fois, dans la rubrique "Insolite" du journal Sud-Ouest, sous le titre "Copistes en série".

    L'employé d'un musée en Chine a volé 143 oeuvres, les remplaçant par des copieés réalisées de sa main, avant de se rendre compte que ses contrefaçons étaient elles-mêms remplacées par d'autres copies. Xiao Yuan, archiviste en chef de l'Académie des Beaux-Arts de Canton, a livré cette étonnante confession devant un tribunal qui l'accuse d'avoir réalisé 5,15 millions d'euros de bébéfices en revendant les toiles originales. Parmi les oeuvres copiées et revendues figurent celles de Qi Baishi (1864-1957), dont la côte flirte avec celles de Picasso ou d'Andy Warhol.

     

    Pour mieux comprendre, j'ai cherché des oeuvres de ce peintre Chinois, parmi les plus côtés du monde et j'ai emprunté ces deux photos sur le site : http://www.chinapage.com/qibai/qibai.html

    Le copiste copié...
    Le copiste copié...

    Ces tableaux me plaisent, mais me semblent assez facilement copiables, le plus difficile paraissant être la calligraphie chinoise et le sceau... Mais c'est sans doute plus facile à imaginer qu'à réaliser, et les experts doivent avoir des trucs : datation du papier et de l'encre, etc..

    Si cet archiviste avoue son arnaque, combien de tableaux exposés dans les musées doivent être des faux ?

    Et pourquoi a-t'il avoué ? Vexé d'avoir été copié , que quelqu'un ait eu la même idée que lui ?

    Comment personne n'a pu s'apercevoir que cet employé vivait au-dessus de ses moyens ?

     

     

    Publié dans la communauté gérée par Lady Marianne "Le tableau du samedi".


    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique