• Non, ce n'était pas pour le manger...
    J'avais entre 2 et 3 ans. Le soir mes parents me prenaient dans leur lit un petit moment quand ma mère donnait le sein à mon petit frère. Mon père me racontait alors une histoire pour m'endormir...
    J'adorais déjà les histoires et les contes, mais comme Shéhérazade il m'en fallait une nouvelle chaque jour, à part Blondinette et les 3 ours qui était ma préférée, peut-être parce que j'étais blondinette...

    Mon père était instituteur dans une petite école de campagne, dans le Lot-et-Garonne, Trémons, pour être très précise. Quand il commençait à raconter, si ce n'était pas "Blondinette et les 3 ours", et que je reconnaissais le début d'une histoire connue, je disais tout de suite "Une autre !".
    Un soir il avait commencé l'histoire de Cendrillon, archi rabattue, et s'était endormi. j'ai dit "Une autre !", il n'a pas réagi. Et je l'ai mordu au ventre...
    Faim d'histoires, et d'histoires différentes...
    Ce n'est pas glorieux pour moi, mais c'est la vérité...

    9 commentaires
  • D’abord un cocktail maison, sans alcool, choisi surtout pour son nom, comme  me l’a fait remarquer mon fils,  adepte du « mojito ». « L’air du temps » : non, ce n’est pas un parfum ici mis le nom d’une boisson composée de « nectar de fraise, nectar de mangue et extrait de gingembre ». 

    Demain j’essaierai « Fraise magique » : nectar de fraise et sucre pop (qu’est ce que le sucre pop ?) ou « la barbe à papa enchantée » : sirop de barbe à papa et eau gazeuse.  Ce sont des cocktails pour enfants, et alors ?

    Après un buffet varié et délicieux : salades diverses ,  filet de requin et légumes au curry, ananas flambé, je me suis installée en face du bar, sur une petite table réservée aux internautes car le wifi ne peut être capté que de là, avec l’ordinateur de mon fiston car je n’ai pas réussi à modifier la liaison wifi du mien.

    J’ai ouvert mon blog et découvert avec plaisir et fierté tous vos commentaires. 1ère étape : d’abord répondre aux commentaires, chez moi,  préparer les articles pour le lendemain, ajouter les photos qui égaieront un peu les textes, aller visiter vos blogs et laisser des commentaires. C’était ça ou assister à l’animation de mon fils : la Corse vue du ciel à travers les yeux d’un aigle… Le documentaire a duré 1 heure et demi, juste le temps pour moi de vous répondre et de programmer mes billets.

    Quelques personnes se sont encore attardées au bar, le personnel rangeait. J’ai demandé si je gênais « Mais non, vous pouvez rester là toute la nuit ».

    Des curieuses m’ont demandée pourquoi je travaillais alors que j’étais en vacances. J’ai répondu que j’écrivais pour mon plaisir. Sans les convaincre, je pense…

    A 23H30, le barman m’a annoncé qu’il allait éteindre la lumière de la salle mais que je pouvais continuer avec la lumière de l’écran. J’ai essayé de continuer, toujours aussi têtue, mais j’ai été obligée de vous laisser sans pouvoir aller vous dire mon amitié sur chacun de vos blogs.

    Ne m’en voulez pas, je vous promets de me rattraper…

    7 commentaires
  • avec l'Européenne des Jeux ?
    Je reçois souvent des appels téléphoniques de cet organisme qui m'annonce que j'ai gagné : des couteaux, un sèche-cheveux, un panier garni... Habituellement je ne me déplace pas, mais là, il y a quelques jours un monsieur m'appelle un soir pour m'annoncer que je venais de gagner un magnifique camescope numérique. Pour une fois je le laisse déballer son script sans l'interrompre. "La publicité coûte cher, ce qui fait que certains magasins préfèrent utiliser le bouche à oreilles, récompenser des personnes tirées au sort dans l'annuaire (je dois faire partie de la liste des gogos, faute d'être sur liste rouge), leur offrir un cadeau gratuit -absolument gratuit- pour leur faire découvrir le magasin, sans aucune obligation d'achat. Ces personnes, heureuses bénéficiaires du cadeau, parleront du magasin en bien autour d'elles et ce sera plus efficace que la publicité". Soit !
    Je n'ai pas vraiment besoin d'un camescope numérique : j'en ai déjà un et même mon téléphone peut enregistrer des vidéos, mais j'ai voulu aller voir la "gueule" du camescope.
    Le voici :


    Même si -sur ma photo- il a l'air presque beau, il est tout en plastique, à piles, avec un seul bouton, pas même un jouet.
    Mon estimation : moins de 5 euros, fabriqué à Taïwan ou en Chine...

    14 commentaires
  • Quand je sors d'un grand magasin bourré de monde et que je pars à la recherche de ma voiture, je suis très heureuse de la couleur que j'ai choisie : "bleu menthe", et du modèle : une Modus, c'est à dire une super twingo à étage (allez : à demi étage). Bref ma voiture est un peu plus haute que les autres et d'une couleur que l'on repère de loin, ce qui fait que je la retrouve très vite sur les parkings bondés.

    C'est seulement ma 6ème voiture.
    J'ai d'abord eu une 4L crème que j'ai encoquée très vite, en sortant d'un concert de Francis cabrel à Astaffort en 1978 (il commençait tout juste à chanter et moi tout juste à conduire). Tout le monde s'était garé sur le bas côté, boueux. La voiture de devant a freiné et moi j'ai glissé, les pneus plein de boue. Pauvre petite 4L, elle s'en est remise...

    Après j'ai eu une R5 vert bouteille pendant une dizaine d'années, jusqu'à ce qu'elle fume près de Bayonne, radiateur entartré, joint de culasse à changer ; puis une 205 blanche avec laquelle j'ai eu plein de problèmes.

    La 4ème, en 1997, était la plus belle de toutes une 306 bleu de provence, entre lavande et pervenche, achetée neuve. Je m'étais dit que j'irais loin avec. J'adore le chiffre 3 et elle était immatriculée 3639ND33. Six mois, elle a vécu 6 mois, avant de partir en épave. C'était ma 1ère voiture à direction assistée. J'accompagnais mon fils (12 ans) chez ma mère pour les vacances, à Agen. Arrivés à La Réole (70 kms de la maison) il s'est aperçu qu'il avait oublié son appareil dentaire. Nous sommes revenus le chercher et j'étais en colère contre lui. A 15 kms d'Agen, je ne sais pas ce qui s'est passé : je suis allée cogner la barrière de protection droite avec la voiture. J'ai voulu alors redresser et je suis partie en toupie en plein milieu de l'autoroute, arrachant barrière, arbustes sur mon passage, avec un bruit d'enfer. Effrayant, on revoit vraiment toute sa vie défiler en quelques minutes. Mon fils était assis à coté de moi. Je nous voyais déjà morts, c'est lui qui nous a sauvés en me disant calmement : "C'est rien, maman, nous n'avons rien. Je ne saigne pas et toi non plus". J'ai réussi à arrêter la voiture. Au milieu des deux voies. Impossible de la redémarrer, elle était enfoncée de partout, les pneus étaient devenus carrés, le radiateur avait explosé devant et le coffre était ouvert, plié, parebrise arrière cassé. Les morceaux du puzzle transporté s'étaient disséminés sur la route. Par chance, cela nous était arrivé à la hauteur d'une borne d'appel, et les automobilistes derrière s'étaient arrêtés pour nous éviter et faire la circulation. Grâce à leur réactivité et leur civisme il n'y a eu aucun autre carambolage. Les pompiers sont arrivés quelques minutes plus tard et nous ont transporté à l'hôpital d'Agen. Mon pouce s'était coincé contre le volant pendant l'accident et mon fils avait mal à la tête et à l'épaule. Nous avons été séparés et je n'en menais pas large, ayant peur pour lui.  Après les radios d'usage, lui n'avait rien et moi juste une fracture au pouce.
    Ma chère 306 a été déclarée en épave, et moi j'ai été opérée du pouce...
    L'intérieur avait résisté aux torsions et aux coups, ne s'était même pas enfoncé.

    Alors j'ai racheté une autre 306, sans choisir la couleur...
    Cette 306 noire je l'ai gardée jusqu'à ce que mes fils soient en âge de conduire. C'est le plus jeune qui en a hérité et l'a achevée. Le problème c'est que plusieurs fois j'ai cru qu'on me l'avait volée ne la retrouvant pas sur le parking à l'endroit où j'étais sûre de l'avoir laissée. Quand il pleut ou il vente, que votre chariot est plein et que vous êtes pressée de rentrer chez vous, c'est pénible.

    J'ai alors acheté ma fameuse Modus bleu menthe d'occasion. J'hésitais entre plusieurs modèles de voitures mais si c'était une modus je ne voulais que cette couleur là. Et bien sûr il n'y en avait pas : elles étaient blanches, gris, noires, rouges... J'ai téléphoné à des garages et puis j'ai fini par en trouver une.
    Dany Boon dans un de ses sketches parle de la couleur "blert", mélange de bleu et de vert inventé par Renault pour sa twingo. Et bien , c'est ça... Mais sur le catalogue c'est "bleu menthe"...

    12 commentaires
  • Me voilà revenue à la maison après un violent orage de pluie et de grêle qui vient de bloquer la rocade Bordelaise, provoquant des accidents et faisant jaillir un geyser d'eau boueuse de plusieurs mètres de haut par l'éclatement d'une bouche d'égout. Je n'ai pas pu descendre de la voiture pendant plusieurs dizaines de minutes. De beaux grelons de la taille d'une pastille de menthe martelaient le toit de ma modus. Impressionnant !

    L'escargot n'en menait pas large : il s'est abrité (aussi vite qu'il a pu) sous le balcon.



    Et moi je me suis dépêchée aussi de m'abriter...
    C'était presque en direct de Mérignac city...

    J'étais fière de la taille de mes grelons, mais je m'avoue vaincue. A 25 kms de là, à Saint-André-de-Cubzac où habite Hélène, c'était pire que ça.
    Allez voir son article !

    11 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique