• J'adore les plantes et les arbres, presqu'à la folie,

    mais il y en a une qui m'en fait voir de toutes les couleurs.

     

    C'est une plante sauvage qui a commencé à pousser sur le trottoir, au pied du claustra qui protégeait notre petit jardin au Cap-Ferret il y a une quinzaine d'années.

     

    Nous l'avons coupée à ras et la Bougresse (je ne connais pas son petit nom) a adoré. Des pousses ont surgi, se sont insérées à l'intérieur du claustra, ont poussé à l'intérieur du jardin de 25 m2.

    Nous l'avons coupée à l'intérieur et à l'extérieur, aussi ras que possible. Nous croyions l'avoir vaincue, mais après une petite accalmie la Bougresse repartait.

     

    Cela fait maintenant des années que cela dure. Nous avons divorcé (pas à cause de la Bougresse) et mon ex-mari a gardé l'appartement dans le partage. Lui, son frère et nos fils ont continué le combat mais personne n'est arrivé à la vaincre.

    Elle se plait à l'intérieur du claustra, sur le trottoir, dans le jardin. Elle est devenue en partie inaccessible, et menace sérieusement de déformer et faire éclater la séparation en bois..

     

    Il y a quelques semaines, je suis allée avec mon frère décimer la Bougresse. J'avais acheté un décimeur de souche et mon frère avait apporté sa perceuse. Quand j'ai lu le mode d'emploi je me suis aperçue que le produit s'utilisait avec du pétrole. Et j'avais des idées (pas toujours bonnes) mais pas de pétrole...

    Philippe a , décloué les planches du claustra, rasé la Bougresse, percé des trous dans la souche. Dans les trous nous avons versé le produit pas parfait.

     

    J'ai gardé des morceaux de branchse et de souche pour en faire des bonsaïs.

    Voici la Bougresse, après notre passage, à l'extérieur et à l'intérieur du jardin :

    La Bougresse : la plante qui n'arrêtait pas de pousser...
    La Bougresse : la plante qui n'arrêtait pas de pousser...

    Il y a dix jours, je suis passée au Cap-Ferret et je suis allée voir si mon produit pas parfait avait fait effet ou pas. Globalement cela semble pas trop mal, même si quelques pousses sournoises repartent du pied rasant le trottoir, presque invisibles mais bien vertes...

     

    Nous allons devoir lancer une autre expédition punitive contre la Bougresse, avec du décimeur de souche adapté.

    J'ai planté les morceaux ramassés dans des pots à bonsaïs et les petits de la Bougresse semblent bien vivaces...

    Pourvu qu'ils ne s'échappent pas de leurs pots !

    La Bougresse : la plante qui n'arrêtait pas de pousser...
    La Bougresse : la plante qui n'arrêtait pas de pousser...
    La Bougresse : la plante qui n'arrêtait pas de pousser...

    Pourvu qu'ils ne s'échappent pas de leurs pots !


    9 commentaires
  • Photo prise en janvier 2018, de mon jardin

    Photo prise en janvier 2018, de mon jardin

    Certains soirs plus ensoleillés que d'autres

    Le chêne se découpe sur l'horizon.

    Majestueux, il occupe l'espace

    Se déploie, se déplie,

    Se prépare en silence

    A l'arrivée du printemps.

     

    Il prend tout son temps...


    6 commentaires
  •  

    En septembre 2017, je vous avais montré les pots de physalis ou "amour en cage", que je venais d'acheter.

     

    J'aime ces plantes à l'automne lorsqu'elles ensoleillent jardins ou vérandas avec leurs jolies fleurs qui me font penser à des lanternes chinoises, de petites citrouilles, des montgolfières, des petits soleils, de jolis coeurs veloutés, des cadeaux d'amour, des contes de fées...

     

    Mais je les aime aussi l'hiver, lorsque ayant perdu leur coque orange, elles dévoilent l'armature délicate qui contient leur fruit, justifiant alors leur nom d'amour en cage...

    "Amours en cage" ou physalis - Février 2018...
    "Amours en cage" ou physalis - Février 2018...
    "Amours en cage" ou physalis - Février 2018...
    "Amours en cage" ou physalis - Février 2018...
    "Amours en cage" ou physalis - Février 2018...
    "Amours en cage" ou physalis - Février 2018...
    "Amours en cage" ou physalis - Février 2018...
    "Amours en cage" ou physalis - Février 2018...
    "Amours en cage" ou physalis - Février 2018...
    "Amours en cage" ou physalis - Février 2018...

    13 commentaires
  • En septembre, j'ai cherché des physalis ou "amour en cage" en jardinerie car j'aime beaucoup cette plante superbe en fin d'été avec ses jolies couleurs dans les tonsvariant du jaune à l'orange soutenu.

    Ses fleurs me font penser à des lanternes chinoises, de petites citrouilles, des montgolfières, des petits soleils, de jolis coeurs veloutés, des cadeaux d'amour, des contes de fées...

    Elles contiennent un fruit, petite boule rouge qui semble enfermée dans une cage quelques semaines plus tard.

     J'ai fini par trouver deux petits pots que j'ai achetés.

     

    Physalis ou "amours en cage" en septembre 2017...
    Physalis ou "amours en cage" en septembre 2017...
    Physalis ou "amours en cage" en septembre 2017...
    Physalis ou "amours en cage" en septembre 2017...
    Physalis ou "amours en cage" en septembre 2017...
    Physalis ou "amours en cage" en septembre 2017...
    Physalis ou "amours en cage" en septembre 2017...
    Physalis ou "amours en cage" en septembre 2017...
    Physalis ou "amours en cage" en septembre 2017...

    Quelques informations sur cette plante :

     

    Le physalis nous vient du Pérou. Il fournit de petits fruits en cage, d'où son autre nom "l’amour en cage", rappelant le goût de la groseille à maquereau, en plus acidulé. Avec un pied, vous pourrez faire de petites récoltes pour décorer les gâteaux ou accompagner un plat. Avec 4 à 6 pieds, vous aurez suffisamment de fruits pour faire des gelées et confitures.
    (Source : http://mag.plantes-et-jardins.com/conseils-de-jardinage/fiches-conseils/planter-et-cultiver-le-physalis-ou-amour-en-cage)


    18 commentaires
  • J'ai lu cette information sur le site "20 minutes".

    L'Université de Nottingham (Angleterre) se mobilise pour sauver le premier pommier Bramley attaqué par un champignon.

    Les pommes Bramley appartiennent au patrimoine culturel de l'Angleterre. Elles sont plates, vertes virant au rouge lorsqu'elles sont exposées directement au soleil.

    Elles conviennent parfaitement pour les tartes, compotes, salades, crumbles, gelées et autres desserts et sont également. La pomme est aussi utilisée  pour la fabrication du cidre...

     

    Le premier pommier Bramley planté au Royaume Uni a une belle histoire.

    C'est une petite fille, Mary Ann Braisford, qui a planté un pépin en 1809 à Southwell, Notthingam.

    28 ans plus tard, en 1837, l'arbre a donné ses premières pommes.

    Un boucher local, Matthew Bramley, en continua la culture en 1846, et donna son nom à la variété  Quelques dizaines d'années plus tard, le fils d'un pépiniériste local repéra son potentiel et prit les premières greffes. 

    Les pommiers Bramley essaimèrent alors dans tout le Royaume-Uni.

    En Irlande du Nord ils sont utilisés par les producteurs de cidre.

     

    Ce premier pommier, âgé de plus de 200 ans, est aujourd'hui attaqué par un champignon, alors qu'il a survécu en 1900 à une tempête qui l'a couché mais pas déraciné.

    "Le champignon qui le mine provoque un pourridié, émet des filaments qui vont s’enrouler autour des racines et qui en se plaçant entre l’écorce et le bois entraînent le pourrissement de l’arbre,"  

    Pour contrer ce mal, l’université de Nottingham Trent projette d’acheter le cottage et le terrain où est planté l’arbre Bramley pour prolonger au maximum sa durée de vie...  

    Photo du net

     

    Je ne crois pas avoir déjà goûté cette variété de pommes, mais j'espère que cet arbre bicentenaire pourra être sauvé...


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique