•  

    Le bel été de mes 16 ans...

    C'était l'été 1973. J'avais eu 16 ans quelques mois auparavant.

    Je venais d'obtenir le bac à Agen où vivait ma famille et j'allais continuer mes études à Bordeaux à la rentrée suivante. 

    Ma carrière était toute tracée : j'allais devenir professeur d'économie. Et pour cela, je devais m'inscrire en classe préparatoire à l'ENSET, au Lycée Gustave Eiffel à Bordeaux, et à la fac de Sciences Economiques.

    Nous étions très peu à partir sur Bordeaux : 4 seulement de ma classe, les autres ayant choisi soit de poursuivre des études supérieures sur Toulouse, soit de suivre un BTS à Agen, soit de s'arrêter.

    La colocation ne se pratiquait quasiment pas. J'allais donc vivre dans une chambre universitaire.

    Le paradis pour moi qui partageait depuis toujours une chambre avec ma soeur.

    Cet été-là j'ai beaucoup discuté sur la plage avec d'autres jeunes, dont l'un, Philippe, était déjà étudiant en droit. D'autres venaient d'avoir leur bac comme moi...

    J'écoutais en boucle Michel Fugain : "C'est un beau roman, c'est une belle histoire", sorti l'année précédente.

    Je faisais de la voile sur le Bassin d'Arcachon avec mon frère, du 420, et je me baignais beaucoup, allant chercher l'eau à des kilomètres..

    J'ai eu des amourettes, ai été amoureuse du dénommé Philippe, qui sortait avec la cousine d'un autre copain...

    Le bel été de mes 16 ans... La vie s'ouvrait devant moi... 


    14 commentaires
  • Jeudi et vendredi dernier je suis allée garder Alice, ma petite-fille qui aura 3 ans le 29 août.

    Je lui avais porté deux albums avec des gommettes, à décoller de planches et coller à la bonne place, un petit carnet de coloriage, et un livre : "Rebecca Blabla :  A la cantine".

    Cet album jeunesse de Marianne Barcilon est sorti en juin 2017. Il raconte le premier jour à la cantine d'une petite fille de 3 ans.

    Les textes sont en écriture cursive. Dans la même collection il existe : "Rebecca Blabla : le premier jour d'école", "Rebecca Blabla : l'atelier peinture" et "Rebecca Blabla : l'heure de la sieste".

    Alice va rentrer à l'école maternelle en septembre. Elle a tout de suite adoré cet album, avec une Rebecca à l'école, espiègle et entourée de "popains" et de "popines" (copains et copines).

    J'ai dû le lire au moins 20 fois pendant ces deux jours, parfois 3 fois à la suite.

    Quand un peu lassée, je proposais de changer de livre, Alice me disait : "Lis, mamie, lis !". 

     

    Nous avons été à pied nous promener au jardin public le jeudi après midi. Nous avions emmené son goûter et elle s'est installée à une petite table pour le prendre. Puis elle a été aux "Zeux" : elle a fait un peu de toboggan, mais il y avait beaucoup d'enfants. Elle a été bousculée et s'est mise dans un coin : "Alice pas contente"...

    Le vendredi matin nous sommes allées promener son bébé, dans sa poussette. Elle avait emmené le biberon de son poupon et nous avons fait de nombreux arrêts pour qu'elle le nourrisse.

    Alice est étonnante. A 3 ans elle sait où sont rangés tous les objets usuels dans sa maison, ce qui est pratique pour moi qui suis toujours à la recherche d'une casserole, d'une boite ou de sucre.

    Elle remet à chaque fois ma souris d'ordinateur à l'endroit, et me gronde.

    Et elle s'est plainte de ne pas avoir de "phone" : elle utilise très bien le mien pour faire défiler mes photos, écartant ou rapprochant les doigts pour zoomer ou dézoomer.

    Et puis c'est un véritable GPS qui indique à ses parents lorsqu'elle est en voiture, où tourner pour aller à la maison. Moi qui ai beaucoup de mal à aller chez eux je l'emmènerais bien avec moi pour me guider...


    10 commentaires
  • Je vous ai déjà parlé de Gnocchi, la chatte de mon fils Aurélien et de sa petite famille (Céline et Alice), que je gardais de temps en temps. Je l'avais gardée en 2011 et 2012, pour quelques jours ("Portraits de Gnocchi", "Trois chats à la maison", "Trois chats à la maison - suite") et aussi en janvier 2017 ("Le troisième chat", "Gnocchi, chat sauvage"). .

    L'entente n'était pas cordiale avec mes chats, surtout les premières années,  mais avec le temps ils se toléraient.

    Gnocchi en 2011 :

     

    Et en janvier 2017:

    Gnocchi était une chatte indépendante qui aimait se balader la nuit, utilisant la chatière installée par Aurélien pour entrer et sortir à sa guise de leur maison.

    Gnocchi savait ouvrir les portes en se pendant à la poignée, et avait appris à Squirel (mon chat) comment monter au grenier en utilisant l'échelle.

     

    Mercredi soir, elle semblait souffrir, avoir du mal à respirer, se couchait en gémissant.

    Aurélien et Céline ont appelé les urgences vétérinaires qui leur ont dit de l'emmener le lendemain matin chez leur vétérinaire.

    Gnocchi avait du liquide dans les poumons. Une péritonite infectieuse foudroyante (PIF) l'a emportée. Elle avait 6 ans.

    Je n'avais jamais entendu parler de cette maladie virale.

    Pour en savoir plus cliquez ICI.


    14 commentaires
  • Lorsque je blogue, je suis la plupart du temps assise sur mon canapé, l'ordinateur portable juste à côté, et le tapis à souris entre le clavier et moi.

    En même temps que je prépare un article ou répond à des commentaires, je plie du papier : prépare des petits triangles pour réaliser ensuite des animaux en origami modulaire.

    Mes chats, Ecureuille et Squirel, viennent souvent squatter mes genoux et se faire caresser.

    Squirel est envahissant et aime bien s'étaler complètement. Après avoir testé mes genoux il se couche sur mon tapis de souris et s'y prélasse :

     

    Je suis obligée de récupérer la souris sous son ventre -et bien sûr il ne fait aucun effort pour m'aider- et de trouver un autre endroit pour l'utiliser...

     

    Sur son dos, cela ne le dérange pas, mai c'est bien moins pratique pour moi...

     

    Vous remarquerez qu'il porte toujours son col roulé : mon astuce n'est pas efficace à 100 % et ses plaies au cou ne sont pas toujours refermées...


    10 commentaires
  • A 93 ans, John Edward Hill a pu récupérer une gourmette qu'il avait perdue lors des combats du Débarquement.

    Ce bijou lui avait été offert par sa mère, avant qu'il ne traverse l'Atlantique.

    Il rangeait la gourmette dans la poche droite de sa veste et celle-ci lui a été volée, alors que son régiment poursuivait sa route vers Sait-Lô.

    En février 2017, la gourmette a été retrouvée dans un talus qui venait d'être désherbé à Hiesville dans la Manche, par un homme qui en a parlé à un de ses amis, Mathieu Delamotte, Cotentinois passionné d'histoire.

    Deux informations figuraient sur la gourmette : le nom "John Edward Hill" et un numéro de matricule de l'Armée américaine gravé au revers.

     

    Mathieu Delamotte a commencé à chercher dans les archives américaines et trouvé l'Etat et le comté d'origine du GI : Onondaga dans l"Etat de New-York.

    Hill est l'un des noms les plus portés aux États-Unis : il s'est fait aider d'une bibliothécaire du comté qui a retrouvé la trace de la femme de John.

    Le vétéran et la bibliothécaire ont alors conversé sur Skype avec le chercheur, qui vient de renvoyer la gourmette à son propriétaire.

    John Edward Hill n'avait jamais avoué à sa mère qu'il avait perdu la gourmette...

    ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Cette belle histoire m'a rappelé le pendentif en or représentant un ange que mon fils cadet Aurélien a perdu lorsqu'il était en seconde. Bien sûr il ne m'avait rien dit...C'est en voyant la chaîne seule que je m'en suis aperçue.

    La chaîne et le médaillon étaient un cadeau de baptême, et je ne les lui laissais pas porter, jusqu'à ce qu'il les réclame.

    Il m'a dit qu'il ne s'était aperçu de rien, que le médaillon avait dû tomber tout seul et je me suis toujours demandée ce qu'il en avait fait : donné à une copine car il était dans sa période de séduction ? Ou bien décroché, mis dans une poche et perdu ? Ou peut-être échangé contre un jeu vidéo ou un manga ?

     


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique