• Que se passe t’il en ce moment avec les batteries de voitures ?

    Quand j’ai raconté à mes copines de bureau ce qui m’était arrivé en allant voir Alice, ma petit-fille juste née, Elisabeth m’a dit qu’il lui était arrivé la même chose le samedi précédent. Et qu’un autre collègue aussi était tombé en panne de batterie.

    Samedi c’était avec une clio, voiture de mon ex-mari.

    Lundi soir, mon fils aîné à qui j’avais prêté ma voiture pour 3 jours, devait venir me chercher au travail, à 18h00, pour que nous allions dîner ensemble. Il est arrivé à 18h30, s’est garé sur le parking  face à mon bureau. J’ai éteint l’ordinateur et suis descendue le retrouver. Il faisait beau, ni trop chaud ni trop froid : parfait pour partir en balade.

    Mais la modus n’a pas voulu démarrer. Les voyants se sont allumés, ont commencé à clignoter : la petite clé rouge indiquant un problème, le voyant de l’airbag déclenché, etc…

    J’ai compris qu’il s’agissait encore de la batterie. J’ai appelé l’assistance de l’assurance, indiqué le type de panne et demandé à ce que le dépanneur vienne avec une batterie. Mon interlocutrice m’a rappelée quelques minutes plus tard pour m’annoncer que le dépanneur viendrait d’ici une heure…

    Nous avons donc attendu avec Julien jusqu’à 20h00. Les collègues défilaient devant nous en sortant du parking. Certains m’ont proposé de l’aide, d’autres ont compati…  Je craignais que ce soit une autre panne et que ma voiture soit emmenée dans un dépôt puis un garage éloigné.

    Mais c’était bien la batterie. Le dépanneur l’a testée ainsi que l’alternateur. Il n’avait pas la bonne batterie et s’est contenté de nous faire redémarrer avec des pinces, en nous conseillant de porter la voiture devant un garage, qui changerait la batterie demain et nous annonçant que si nous calions nous ne repartirions pas.

    Nous sommes donc partis, pas très fiers, Julien et moi. Les voyants continuaient de clignoter en désordre, puis ils se sont un peu calmés et nous avons pu nous garer près d’un garage proche. Il était 20h30. 

    Nous sommes allés dîner au bord des quais, soulagés.

     

    Et le lendemain matin je suis allée au garage leur demander de changer ma batterie, ce qu'ils ont fait sans tarder…

     


    4 commentaires
  • J'ai fait rire mes fils et mon ex-mari en leur annonçant que je voulais me changer avant de voir Alice, ma petite fille juste née. Mais la première impression est souvent la bonne et je voudrais qu'Alice ait une bonne impression de moi.

    Alors j'étais décidée à me changer n'importe où ce vendredi, avant que nous nous rencontrions, elle et moi, pour la première fois. Nous sommes partis d'Arès vers la Roche-sur-Yon (Vendée) vendredi à 15 h00, sachant que les visites à l'hôpital se terminaient à 20h00.

    Nous aurions largement eu le temps, normalement. Mais il y a eu des bouchons sur la rocade Bordelaise puis une circulation dense sur l'autoroute, avec de nombreux ralentissements. 

    Nous étions presqu'arrivés et nous nous sommes arrêtés dans une station-service pour une pause pipi-café. A peine 5 minutes. J'ai hésité à me changer dans les toilettes, mais je me suis dit que je le ferai à l'hôpital.

    Revenus dans la voiture, elle a refusé de démarrer.

    En habituée de ce genre de problème j'ai reconnu tout de suite une batterie à changer. C'est la 3 ou 4ème fois que cela m'arrive. Tout va bien, aucun signe précurseur d'essoufflement de la batterie, et puis quand on veut redémarrer plus rien.

    Cela m'est arrivé déjà devant la gare de Caudéran, devant mon garage, sur un parking. 

    Nous avons appelé l'Assistance de l'assurance, et un dépanneur est arrivé une voingtaine de minutes plus tard, trouvé etonnant que nous n'ayons eu aucun signe d'essoufflement de la batterie (c'est moi qui suis étonnée !), a effectué des tests et changé la batterie. Nous sommes repartis mais nous sommes arrivés à l'hôpital à 20h20 trop tard pour voir Alice... Nous sommes rentrés dans l'hôpital et j'aurais bien voulu voir Alice et Céline, sa maman, mais Aurélien nous a dit qu'il fallait passer devant le bureau vitré des infirmières pour aller dans la chambre et qu'elles étaient toutes là car c'était un changement d'équipe. J'ai proposé de ramper sous la fenêtre comme on le voit dans les films mais il n'a pas voulu. Alors j'ai capitulé, d'autant plus que je ne m'étais pas changée.

    Ce matin, samedi, j'ai mis un joli chemisier à fleurs avec son étole, un tailleur bleu marine et je suis prête à rencontrer Alice, mais il me faut attendre jusqu'à 13h00...

     

    Il y a quelques jours j'avais imaginé ainsi sa venue au monde :

    Ma maman est formidable, une belle personne,

    Mais ça je le savais depuis 9 mois

    Qu’elle vit autour de moi.

    Papa est très beau aussi. Il pique un peu,

    Il aurait pu se raser

    En l’honneur de mon arrivée.

    Je vois bien qu’il est fort,

    Et qu’il a du ressort !

    Ces deux-là vont m’adorer,

    Et bien  me dorloter…

    Il y a aussi,

    La  chatte, Gnocchi,

    J’espère que nous  serons amis.

    Vive la vie !

     


    6 commentaires
  • J'ai entendu cette information insolite sur France Bleu Gironde il y a quelques jours.

    Un voleur s'est fait arrêter et a écopé d'un an de prison ferme pour avoir écouté aux portes...

    Avant de procéder au cambriolage d'un appartement, il écoutait à la porte pour vérifier qu'il était vide. Et il laissait un peu d'ADN au niveau de l'oreille.

    8 fois il n'en avait pas laissé assez pour être reconnu, mais la 9ème fois il a dû s'appuyer trop ou trop longtemps et le test ADN a permis de le retrouver.

    Il a nié être l'auteur des faits mais des objets volés ont été retrouvés chez lui, et surtout une boite à outils très particulière : rose avec écrit dessus, au marqueur,  "Boite à outils pour filles", dérobée dans l'un des appartements visités...

    Quand il a été arrêté il portait un tee-shirt avec l'inscription "Think positive" (penser positif...)

    C'est bien de penser positif mais il va falloir qu'il agisse aussi positif...

    Quand j'étais enfant, entre 8 et 10 ans, j'écoutais aux portes le soir, lorsque mes parents me croyaient endormie pour vérifier si j'avais été adoptée ou pas... Trop de lectures sans doute...


    6 commentaires
  • Je vous ai raconté il y a quelques temps comment ma voiture avait été percutée, sur la route domicile-travail ("De l'importance de garder ses distances en voiture"). Ce n'était pas bien grave : le pare-choc ayant pris un coup sur le côté droit seulement, le charmant conducteur de la laguna noire ayant fait le maximum pour nous éviter. 

    J'ai porté ma voiture chez le carrossier il ya quelques semaines pour réalisation de l'expertise et puis lundi dernier j'ai laissé ma voiture au garage et suis partie travailler avec une voiture de courtoisie.

    Coqueterie ou hasard, devinez la couleur de la voiture de courtoisie ?

    Bleu menthe, bien sûr !

    auto.jpg

    Mais c'était une twingo. Pour partir du parking du garage, je n'ai pas réussi à actionner la marche arrière et j'ai tourné au lieu de reculer. Brave petite voiture, avec seulement deux places devant, un peu bruyante. Pas très énergique lorsque l'on accélère.

    Autant vous dire que j'ai été ravie mardi soir de retrouver ma modus toute pimpante, avec un nouveau postérieur, ou plutôt pare-choc.

    Elle a près de 10 ans et plus de 170 000 kms mais elle est confortable et vaillante...

    Impeccable sauf lorsqu'il faut changer une ampoule...

    modus1.jpg

    modus2.jpg


    2 commentaires
  • Tous les matins je parcours 55 kms entre mon domicile sur le Bassin d'Arcachon et le lieu où je travaille, à Bordeaux Nord. Il y a 17 ronds-points à l'aller et un seul feu. Cela devient de plus en plus pénible car la circulation augmente, de nouveaux lotissements se construisent, des ronds-points sont modifiés. La durée du trajet ne cesse de progresser.

    En début d'année, j'ai avancé l'heure de mon réveil pour avoir un peu moins de circulation. Je dors moins mais je m'énerve moins dans les embouteillages.

    J'ai parcouru ce trajet sous la neige et cet hiver, un matin de décembre, sur des plaques de verglas particulièrement sournoises. Hier il n'y avait pas de problème particulier.

    Sur la rocade de Martignas, à l'approche d'un rond-point, j'ai vu que la file de voitures devant moi freinait et j'ai ralenti, puis me suis arrêtée en gardant les distances avec la voiture précédente.

    En regardant dans le rétroviseur j'ai vu arriver une voiture noire qui me fonçait dessus et j'ai senti le choc. Je me suis garée sur le bas-côté, comme la voiture qui m'avait percutée. Un bel homme, élégant est sorti de la voiture et m'a demandé de l'excuser. "Je suis fatigué. J'ai eu un moment d'inattention. Vous n'avez rien ?".

    Nous nous sommes garés un peu plus loin, avons sorti nos papiers et un constat. Puis nous l'avons rempli assis dans sa voiture. Nous étions un peu tendus tous les deux, et les cases pour inscrire les coordonnées sont très petites. Ce Monsieur aurait pu être mon fils. Il s'est excusé plusieurs fois, m'expliquant qu'il avait eu un moment d'inattention, que la prochaine fois il ne conduirait pas quand il se sentirait fatigué.

    En se rendant compte qu'il allait me rentrer dedans, il a tourné son volant vers la droite pour m'éviter. Il a quand même heurté mon pare-choc côté droit et de l'autre côté il a touché la rambarde de sécurité.

    Quelques dégâts matériels, rien de bien grave, mais si je n'avais pas gardé les distances de sécurité avec la voiture de devant, il m'aurait sans doute poussée dessus... Et ma petite Modus bleu menthe aurait reçu d'autres chocs...

    modus2.jpg

     

    (Un autre article : "Le  bonheur d'avoir une voiture couleur bleu menthe"...)


    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique