• En septembre 2019, j'ai regardé 5 films sur la médiathèque numérique proposée par les bibliothèques de Gironde :  "Mais vous êtes fous", "Le vent de la liberté",  "La colère d'un homme patient", "El Reino" et "Retour de flamme".

     

    - "Mais vous êtes fous", film Français d'Audrey Diwan, sorti en avril 2019, avec Pio Marmai, Céline Sallette, Carole Franck. Durée : 1h35

     

    • Résumé :           Roman aime Camille, autant qu'il aime ses deux filles. Mais il cache à tous un grave problème d'addiction, qui pourrait mettre en péril ce qu'il a de plus cher. L'amour a-t-il une chance quand la confiance est rompue?

     

    • Mon ressenti : Ce film est tiré d'une histoire vraie. Romain est dentiste, heureux en couple, papa de deux adorables fillettes. Il prend de la cocaïne à forte dose, en cachette. Bianca, la plus jeune de ses filles, a une crise d'épilepsie. Les analyses de sang vont révéler qu'elle est droguée, tout comme sa soeur et sa mère, par contamination. Les filles sont placées chez les parents de Camille, qui poussent celle-ci à divorcer pour récupérer leur garde. Mais Camille est amoureuse et reste avec Romain.
    • Ce film basé sur la perte de confiance au sein d'un couple est poignant. J'aurais aimé comprendre les raisons de l'addiction de Romain.

     

     

    • Ma note : 4/5 (Note moyenne spectateurs : 3,7/5, note moyenne presse : 3,2/5) 

     

     
     

    - "Le vent de la liberté", film allemand de Michaël Bully Herbig, sorti en avril 2019. Durée : 2h06

     

    • Résumé :          1979. En pleine guerre froide, deux familles ordinaires d’Allemagne de l’Est rêvent de passer à l’Ouest.
      Leur plan : construire une montgolfière et survoler la frontière. 
      Une histoire incroyable. Une histoire vraie.

     

    • Mon ressenti : 
    • Une famille de 4 personnes, lui électricien-bricoleur, elle, secrétaire et leurs deux fils, un adolescent et un enfant d'une dizaine d'années, vivent en Allemagne de l'Est, dans un climat délétère. Leur voisin appartient à la Stasi. Ils rêvent de liberté et ont choisi de passer à l'ouest en montgolfière, avec un ballon construit de leurs mains. Leur premier essai est raté : ils atterrissent à 200 mètres de la frontière. Pour le second essai ils partent avec un couple d'amis et leurs enfants., à 8 dans une nacelle
    • J'ai apprécié la complicité au sein de cette famille, leur ingéniosité et leur persévérance, et la reconstitution de ce climat de suspicion et de délation, propre à la RDA à la fin des années 80.

     

     

    • Ma note : 4/5 (Note moyenne spectateurs : 4,2/5, note moyenne presse : 3,5/5))

     

    - "La colère d'un homme patient", film espagnol de Raül Arévalo, sorti en avril 2017. Durée : 1h32. 

     

    • Résumé :   Un homme attend huit ans pour se venger d'un crime que tout le monde a oublié.

     

    • Mon ressenti :  Ce film commence par une scène de braquage sanglant dans une bijouterie. Curro, le chauffeur, va être arrêté et écoper de 8 ans de prison. Ana sa femme tient un bar, fréquenté par un mystérieux José. Ce film est l'histoire d'une vengeance implacable contre les braqueurs de la bijouterie. Tous les moyens seront bons pour l'homme patient pour venger celle qu'il aimait...
    • Le sujet de la vengeance n'est pas original mais il s'accompagne ici d'un road-movie original...

     

    • Ma note : 3,5/5 (Note moyenne spectateurs : 3,1/5, note moyenne presse : 3,6/5)​​​​​​​

    - "El Reino", film franco-Espagnol de Rodrigo Sorogoyen, avec Antonio de la Torre, sorti en avril 2019. Durée : 2h11

     

    • Résumé :            Manuel López-Vidal est un homme politique influent dans sa région. Alors qu'il doit entrer à la direction nationale de son parti, il se retrouve impliqué dans une affaire de corruption qui menace un de ses amis les plus proches. Pris au piège, il plonge dans un engrenage infernal...

     

    • Mon ressenti :  L'histoire se déroule en Espagne, en 2008. Manuel est le dauphin du président du Conseil régional, promis à sa succession mais il va payer pour différentes affaires de corruption, lâché par tous ses anciens amis. Il veut les faire tomber avec lui mais est trahi par tous.
    • Nous ne saurons pas grand chose sur ces malversations.

     

    • Ma note : 3,5/5 (Note moyenne spectateurs : 4,0/5, note moyenne presse : 4,0/5)

     

     

    - "Retour de flamme", film argentin de Juan Vera, sorti en mai 2019, avec Ricardo Darin, Mercédés Moran. Durée : 2h16

    • Résumé :           Marcos et Ana, mariés depuis 25 ans, traversent une crise de la cinquantaine. Le départ de leur fils pour ses études à l’étranger remet en question leur quotidien de couple. Ils décident alors de se séparer d’un commun accord. De prime abord fascinant et intense, le célibat se révèle bientôt monotone pour elle et presque un cauchemar pour lui.

     

    • Mon ressenti : Le fils de Marcos et Ana part étudier à Madrid.. Ils se séparent, veulent vendre leur appartement, rencontrent d'autres personnes, croient avoir retrouvé le bonheur, et finissent par se retrouver.
    • Le sujet est banal : c'est une belle histoire de couple, tombé dans la routine. J'ai trouvé les acteurs excellents et le sujet m'a touchée.

     

     

    • Ma note : 4/5 (Note moyenne spectateurs : 3,7/5, note moyenne presse : 3,5/5)

    7 commentaires
  • J'ai découvert sur le net une utilisation étonnante des bouteilles en plastique : pour construire des maisons.

    En Afrique et en Argentine, des associations ont trouvé un moyen simple et économique pour loger des citoyens démunis, en construisant des maisons en utilisant des bouteilles en plastique.

    Celles-ci sont économiques et isolent bien les logements, une fois remplies de sable et fixées avec du ciment. Et le sable évite la propagation du feu en cas d'incendie...

    14 000 bouteilles sont suffisantes pour construire une maison de 110 m². Ce recyclage permet d'utiliser les bouteilles jetées qui finissent pour la plupart dans les décharges. 

    130 millions de bouteilles en plastique sont jetées quotidiennement dans le monde et 80 % d'entre elles finissent dans des décharges.

     

     

    200 bouteilles ont été utilisées pour le lit :

     

    Source : http://edito.seloger.com/lifestyle/people-insolites/recyclage-des-maisons-incroyables-construites-avec-des-bouteilles-en-plastique-article-6958.html


    10 commentaires
  • La Companhia das Lezirias est une société forestière portugaise investie dans le vin depuis 1881, avec une chouette comme logo sur les bouteilles.

    Rita Rivotti, designeuse portugaise spécialisée dans le design et l'emballage de spiritueux et vin a modifié légèrement pour cette Compagnie la traditionnelle boite de vin de manière à ce qu'elle puisse être recyclée en cabane à oiseaux.

    Un petit trou laisse apparaître la tête de la chouette effraie, appelée Tyto Alba, comme le vin, et une petite branche à l'extérieur sert de perchoir. La bouteille est calée dans la boite avec de la paille.

    Photo prises sur le net

    Voici une idée originale et écologique qui permet de réutiliser les emballages de vin. Je n'ai pas trouvé le coût du package... Une idée de cadeau si ce n'est pas trop cher...


    4 commentaires
  • En me promenant dans le petit village de l'Herbe sur le Bassin d'Arcachon, avec Martine du blog "Les voyages immobiles" et son mari, j'ai été intriguée par les bottes d'un homme assis, jambes croisées sur un banc.

     

    Ce n'était pas un pêcheur ou un prince charmant.

     

    Personne ne portait ces cuissardes, mais des plantes dépassaient de la taille...

    Etrange jardinière...
    Etrange jardinière...
    Etrange jardinière...

    Sympathique recyclage de ces cuissardes, non ?


    7 commentaires
  • En début d'année, je vous avais parlé de la disparition des dernières cabines téléphoniques, programmée pour janvier 2017.

    Pierrette du blog "le blog de Pierrette Richard" avait vu des cabines transformées en "abri à livres" et Rose du blog "Rose63" suggérait aussi de les utiliser pour abriter des livres.

     

    J'ai vu dernièrement aux informations régionales des cabines transformées en boites à lire.

    A Albi (Tarn), Asnières-sur-Vègre (Sarthe), Salernes (Var) des cabines téléphoniques viennent d'être transformées en boites à lire.

     

    Des conventions sont signées entre Orange et les municipalités pour la mise à disposition gratuite de ces cabines qui sont ensuite équipées d'étagères, et d'une signalétique.

    Ces cabines transformées en micro bibliothèque participative retrouvent ainsi une nouvelle utilité, alors qu"elles auraient dû être broyées.

    Le phénomène devrait s'amplifier d'ici la fin de l'année et l'échéance de janvier 2017.

    Photo empruntée sur le net

    Photo empruntée sur le net


    9 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique