• Votez pour déterminer le gagnant du Café Thé n° 78 - N'attendez pas pour dire les mots doux...

     

    Pour ce 78ème Café Thé, je vous ai proposé de broder à votre guise autour de ce thème : il ne faut pas attendre pour prononcer les mots doux, pour dire son amour à ceux que l'on aime...

     

     

    Les consignes étaient : Ecrivez, rimez, dessinez, brodez, scrappez, chantez, délirez, faites ce que vous voulez... Faites nous rire ou pleurer...

     

    .

    Une seule contrainte : ne publiez pas votre texte sur votre blog avant le 1er novembre 2016

     

    Vous êtes 3 à avoir participé...

     

    Il s'agit maintenant de voter pour votre participation préférée en utilisant le module de vote en bas à gauche, avant le 31 octobre 2016

     

     

     

    Participation n° 1 :

     

    Qu'on me pardonne...
     
    J'ai dit tant de choses
    Mais pas celles-là
    J'ai fait tant de gestes
    Mais pas ceux-là...
    J'ai aimé, tout en retenue
    Introverti
    Comme la plupart des mâles
    Qui n'osent dire et faire...
    Il sera toujours temps
    Sur son lit de mort
    De se fendre
    D'un merci, d'un je t'aime, d'un pardon...
    Et voilà qu'inopinément
    La faucheuse
    Dans sa noire besogne
    Me cloue au cercueil,
    Trop tard pour ces mots-là
    Trop tard, dieu que c'est bête...
     
    Car on me pleure
    On me caresse
    On me confie
    On me regrette...
    J'ai donné tout, foyer et pain
    En bon père de famille, je le pense,
    Mais
    Retenant mes mains, mes lèvres
    A la tendresse...
     
     
    Ô femme, enfants, ô mon Dieu
    Qu'on me pardonne
    Ici et là-haut
    Qu'on me pardonne
    De n'avoir eu ce coeur d'artichaut
    De temps en temps avant l'adieu...
     
    Participation n° 2 :
     
     
    Ca fait déjà trop longtemps que j'attends de te dire
    Ca fait déjà trop longtemps que j'attends de te dire que je t'aime:
    Des mots qui peuvent paraître entre nous des mots très ordinaires.
    Ce qui est peut-être moins naturel c'est que cet amour est souffrance.
    Comme j'aimerais avoir ton indifférence  envers moi qui  me blesse.
    En théorie, je me fiche de tes petites phrases faussement innocentes
    Mais elles s'insinuent  dans mon âme comme le sang dans les veines.
    Je suis sûre que tu m'aimes par nature, je ne sais si tu rends compte
    Que ta distance morale me fait mal alors je parle dans le vide.
    L'éloignement physique et géographique  n'est pas notre problème.
    Ca fait déjà trop longtemps que j'attends de te dire que tu me pèses.
    Vraiment loin de toi,  c'est fou, je me suis allégé assez vite.
    Comment retrouver cet éloignement tout en étant plus proche?
                    Comment se détacher pour être moins nerveuse et plus heureuse?                    
    Ca fait déjà trop longtemps que j'attends de te dire que je t'aime
    Malgré tout, malgré toi, malgré moi et malgré nos absences.
    Qu'est-ce je fais pour mériter ça? je ne suis pas parfaite certes.
    Tu m'as appris la responsabilité, alors je me sens coupable
    De ce que je j'ai fait ou pas, de tout ce que j'ai tenté, inutile
    Pour que ton amour instinctif se transforme en intérêt pour mes paysages.
    Ca fait déjà trop longtemps que j'attends de te dire.
     
    Participation n° 3 :
     
    Un souffle dans la nuit

    Professionnelle de l'apparence

    Cette nuit-là, vous avez terminez vos derniers pas de danse

    Le spectacle de votre vie n'a pas été très valorisant

    Mornes sentiments habitent vos enfants

    Souvent vous vous la pétiez

    Votre vanité

    Tout le monde vous connaissait

    Hélas le cheminement dans la vieillesse et la maladie

    Cette nuit-là ont eu raison de vous

    Dans la solitude, sans vos enfants vous êtes partie

    Leur chagrin en apparence est inexistant

    Trop longtemps ils ont attendu un signe

    Un sursaut  d'amour pour améliorer leur vie

    Vous ne les avez jamais dorlotés

    Devant ce triste constat , je souhaite que là-haut s'ouvre la porte de la vérité

    Un espoir de l'au-delà

    Celui de pouvoir vous racheter et leur dire que vous les aimiez

    Ce mot que vous n'avez jamais su leur chuchoter

     A toutes ces mères

    A tous ces pères

    Qui priorisent  leur vie trépidante

    Au point qu'ils en oublient

    Que des enfants conjuguent le verbe attendre d'être aimés

    Toute une vie

     

     

    « Les résultats du Café Thé n° 77 - Trois petites grenouilles bleues...Participez au Café Thé n° 79 - Valise fermée - code bloqué... »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 2 Octobre 2016 à 16:35

    Coucou Brigitte

    J'ai voté mail il m'a été bien difficile de faire un choix car j'aime beaucoup tes 3 textes...

    Il faut dire aux personnes que l'on aime, qu'on les aime, avant qu'elles partent de l'autre côté... Aimons-nous vivants ! 

    Bisous

    Béa kimcat

      • Dimanche 9 Octobre 2016 à 03:50
        Je partage tes propos Bea. Bisous
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Dimanche 2 Octobre 2016 à 20:09

    Voté! mais que c'est difficile de choisir...

    bises de Mireille du sablon

    3
    Dimanche 9 Octobre 2016 à 00:44
    Je partage tes propos Bea. Bisous
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :