• Après avoir échangé avec Christian SEGUIN, spécialiste des bonnes nouvelles et auteur de la chronique hebdomadaire : "Sur les petites routes du bonheur", dans le journal Sud-Ouest, j'en suis arrivée à ceci :

    Les bonnes nouvelles se pêchent mais aussi se voient, se lisent, s'écoutent, se sentent, se touchent, se hument, se goûtent, se vivent, se plantent, s'arrosent et se regardent pousser...

    Elles se partagent, s'échangent et peuvent se propager... Chacune d'elle n'est qu'une goutte d'eau, une pièce d'un puzzle, mais ensemble elles forment une rivière, une petite route du bonheur, un arc en ciel, un coin de ciel bleu...

    Quand j'ai commencé ce blog il y a 5 ans, je n'imaginais ni les difficultés que j'aurais à trouver une bonne nouvelle chaque jour, ni le plaisir, la zénitude et le bien-être que j'en tirerais, grâce aux échanges générés avec les autres blogueurs et les lecteurs mais aussi aux découvertes faites en cherchant ces bonnes nouvelles.Voici un acrostiche écrit dans les débuts de ce blog pour illustrer mes motivations.

    Un beau jour, cette idée m’est venue  :

    Ne plus s’apitoyer sur son sort

    Eviter les mauvaises nouvelles.

     

    Bouteille à moitié vide ,

    Ou bouteille à moitié pleine,

    Ne plus se poser la question.

    Ne plus se tracasser pour des petits riens,

    Evacuer les problèmes en écrivant.

     

    Ne pas garder en soi ce qui fait mal,

    Ouvrir son cœur, ouvrir son âme,

    Une nouvelle philosophie adopter :

    Voir la vie du bon côté.

    Ecrire, raconter, offrir

    La lumière faire jaillir,

    L’enchantement générer

    Et par de jolis mots émerveiller,

     

    Partager les souvenirs et les photos,

    Aimer, cultiver, décrire

    Rire et encore rire,

     

    Jouir de l’instant, de la vie,

    Ouvrir son cœur, ouvrir son âme

    U jour et tous les jours,

    Raconter, rayonner, pétiller…

    Comme vous, j'ai des inquiétudes, du stress, des amis qui vont mal et que je n'arrive pas toujours à aider, des gens que j'estime et admire et qui ne s'intéressent pas à moi, des amours ratés, des projets qui échouent. Mais quand une piste ne fonctionne pas, quand un petit chemin du bonheur s'avère impraticable, au lieu de m'entêter j'essaie d'en trouver un autre, d'avancer, vers un coin de ciel bleu à l'horizon.

    Bloguer, écrire, raconter, échanger, permet d'évacuer ce qui ne va pas et repartir d'un bon pied.

    La vie est précieuse, et nous n'en n'avons qu'une, ne la gaspillons pas, faisons la pétiller...

    fleur.jpg

    "La pétillance"

     

    Bienvenue aux nouveaux lecteurs : n'hésitez pas à vous balader parmi ces 2 200 bonnes nouvelles, en cliquant dans la colonne de droite parmi "Les articles récents", ou bien dans les "Catégories", ou encore, au hasard dans les "Archives"... Vous pouvez aussi utiliser les vignettes juste au dessous du bandeau qui défile...

    Osez me laisser un commentaire en cliquant sur "Déposez ici vos jolis mots". Ce sont vos commentaires qui me font pétiller...

    Vous pouvez aussi utiliser le formulaire "Contact" dans le pavé "Présentation"...

    Bonne balade !


    1 commentaire
  • J'ai écouté des milliers de fois "Pour un flirt" ou "Chez Laurette", chansons tubes de Michel Delpech lorsque j'étais adolescente. Je dois avoir encore quelque part au grenier un ou deux 33 tours de ce chanteur. 

    J'ai appris il y a un an environ qu'il annulait sa participation à la tournée "Age tendre et têtes de bois" pour raisons de santé. Puis sa femme a annoncé qu'il souffrait d'un cancer de la gorge et de la langue et qu'il ne pouvait plus parler.

    Aujourd'hui Michel Delpech est en rémission et a retrouvé la parole. Il peut à nouveau chanter et vient de publier un livre "J'ai Osé Dieu", dédicacé au Salon du Livre à Paris. 

    Sa rémission est une très bonne nouvelle et je lui souhaite une guérison complète et encore beaucoup de succès !


    6 commentaires
  • Vous connaissiez sans doute "la pêche aux moules", chantée dans les années 70 par Jacques Martin dans une émission culte du dimanche "Le petit rapporteur"...

    Mais vous ne connaissez peut-être pas la pêche aux couteaux... Il ne s'agit pas de vous armer d'un couteau de cuisine ou d'un canif pour partir à la pêche, mais de pêcher ce coquillage bivalve qui s'appelle "couteau", avec sa coquille de forme allongée, légèrement nacrée.

    couteau.jpg

     Pour pêcher le couteau, il faut un seau et une salière par personne. Un petit trou en forme de 8 dans le sable permet de repérer l'endroit où sommeille le couteau. Verser un peu de sel au-dessus du trou et patienter.

    Si quelques bulles s'échappent du trou c'est bon signe : le couteau croit que la marée remonte et va pointer le bout de son nez. Il faut attendre qu'il offre une bonne prise pour le saisir et tirer doucement, en faisant attention de ne pas se couper avec la coquille.

    Il faut être réactif sinon le couteau replonge et c'est raté.

    Le couteau est comestible et se déguste à l'apéritif, après l'avoir fait dégorger avec du sel pendant 24 heures, puis avoir fait ouvrir les coquilles dans une cocotte, comme pour les moules. Mais il sert aussi d'appât pour la pêche.

    Mon fils aîné Julien était très adroit lorsqu'il était enfant pour pêcher les couteaux. Il en récoltait une dizaine dans un après midi et allait ensuite les vendre chez un marchand d'appât, 1 franc pièce. Son frère n'arrivait pas à en attraper et avec moi, chaque fois le couteau replongeait...

    La pêche aux couteaux se pratique sur le Bassin d'Arcachon et permet aux parents d'occuper leurs enfants...


    6 commentaires
  • Sur le modèle du site AirBnb, qui propose des chambres chez l'habitant, AirPnP recense les toilettes les plus proches en cas de pipi urgent. Ainsi, plus besoin d'uriner dans la rue.

    Une envie pressante alors que vous êtes loin de chez vous? Plus besoin de courir. Un site Internet a été créé et pourrait vous rendre bien des services. Sur le modèle du site AirBnB qui propose des chambres chez l'habitant, AirPnP propose des toilettes «privées». Le principe du site est de mettre en contact les personnes ayant un besoin urgent avec les habitants vivant aux alentours.

    Sur le site internet, deux choix: trouver des toilettes ou proposer des toilettes. Les particuliers ne sont pas les seuls à pouvoir proposer un WC, les commerces et les bureaux sont les bienvenus. Ce service peut être rendu gratuitement, ou pour un prix allant jusqu'à 5 dollars. Les utilisateurs peuvent ensuite noter les toilettes (espace, propreté, qualité du papier toilette…). À la manière d'AirBnB, le site permet aux propriétaires de promouvoir leurs toilettes grâce à des photos.

    Le nombre de lieux disponibles est encore restreint et le site est disponible sur le net mais pas encore sur smartphone ou tablette. 

    Qu'en pensez vous ?

    Pour ma part je ne suis pas disposée à prêter mes toilettes à des inconnus, même pour 5 euros, ni à utiliser celles d'inconnus. Quand je suis loin de chez moi et que j'ai un besoin pressant je cherche d'abord des toilettes publiques, un bar où je prends un café, ou je patiente courageusement.

     


    2 commentaires
  • Mon ami Pascal que certaines connaissent parce qu'il leur rend visite et leur laisse toujours de gentils commentaires m'a envoyé ce conte, lu dans "L'âme du monde", un livre de Frédéric Lenoir.

     

    Un vieux roi vient de mourir. Son fils lui succède. Conscient de son ignorance, il convoque les hommes les plus savants du royaume. Il leur demande de voyager à travers le monde pour rapporter toute la science et toute la sagesse connues à cette époque. 

     Ils reviennent seize ans plus tard chargés de livres de toutes langues. Le roi réalise qu'une seule vie ne pourrait lui suffire pour tout lire, tout apprendre, tout comprendre. Il demande donc aux érudits de lire ces livres à sa place, puis d'en tirer l'essentiel et de rédiger pour chaque science un ouvrage accessible.

    Seize années passent encore avant que les savants constituent pour le roi une bibliothèque faite des seuls résumés de toute la science et de toute la sagesse humaine. Le roi devenu trop vieux comprend qu'il n'aura pas le temps de lire et d'intégrer tous ces ouvrages. Il prie donc les savants d'écrire un article par science, en allant à l'essentiel. 

    Huit années passent. Fatigué et malade, le roi demande à chacun de résumer rapidement son article en une phrase. 

    Quatre années furent encore nécessaires pour cette tâche.

    A la fin, un seul livre est écrit qui contient une seule phrase  sur chacune des sciences et des sagesses du monde. Au vieux conseiller qui lui apporte l'ouvrage, le roi mourant murmure :

    "Donne-moi une seule phrase qui résume tout ce savoir, toute cette sagesse. Juste une seule phrase avant que je ne meure". 

    -Sire, dit le conseiller, toute la sagesse du monde tient en deux mots : "Vivre l'instant".

     


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique