• Selon le neurologue Jean-François Dartigues qui dirige le Centre mémoire recherche du CHU à Bordeaux, la maladie d'Alzheimer baisse, à âge égal, entre 15 et 30 %. Pour lui c'est dû à l'amélioration du vieillissement.

    Les gens de plus de 65 ans font partie d'une génération qui a pris soin d'elle, entendu les messages et bénéficié d'une amélioration des conditions de vie, du niveau d'études et de la qualité des loisirs.

    Dans les années 80 les femmes âgées occupaient leurs loisirs à faire le ménage, les courses et la cuisine. Aujourd'hui elles font de la rando, de la gym, vont au ciné, se font plaisir et entraînent les hommes.

    Quelques bons trucs pour mieux vieillir :

    toubib : dès 50 ans faire un check-up annuel puis dès 60 prise de la tension tous les 3 mois et analyse de sang annuelle

    alimentation : manger équilibré, respecter la règle des 5 fruits et légumes par jour, manger plus de poisson et moins de viande

    activité physique : 30 minutes de marche tonique au minimum chaque jour, ne pas rester devant sa télé ou son canapé

    activités stimulantes : cinéma et bouquins, et en parler avec ses amis. Recevoir à la maison, aller chez les autres, ne pas se fâcher avec ses enfants. Echanger...

    L'équilibre affectif et familial est un atout majeur pour ce scientifique. Pour lui ilfaut établir un état d'esprit, faire évoluer les mentalités pour éviter l'isolement et le repli des personnes âgées.

     

    Source : article d'Isabelle Castéra "Alzheimer régresse pour le journal Sud-Ouest du 26 mai 2014.

     


    6 commentaires
  • Pour rédiger une de ses chroniques hebdomadaires "Les petites routes du bonheur", Christian Seguin, grand reporter à Sud-Ouest, a suivi un boucher de 70 ans dans sa tournée.

    Et il nous l'a raconté, à sa manière, mettant en valeur ce boucher de Teuillac (Gironde, entre Bourg et Blaye). Le boucher de Teuillac circule dans un J7 jaune depuis 45 ans. Il couvre 11 communes du Bourgeais et du Blayais, dans ses 4 tournées hebdomadaires, entre dans les cours et jardins avec sa camionnette, parce que "c'est son plaisir de vivre". Ses clients sont aussi ses amis et achètent sa viande les yeux fermés.

    Marei-France, son épouse depuis 45 ans, tient la boucherie pendant ses tournées

    Et lui n'envisage pas d'arrêter ni de prendre des congés... 

    boucher.jpg 

    photo de Christian SEGUIN


    3 commentaires
  • Après avoir échangé avec Christian SEGUIN, spécialiste des bonnes nouvelles et auteur de la chronique hebdomadaire : "Sur les petites routes du bonheur", dans le journal Sud-Ouest, j'en suis arrivée à ceci :

    Les bonnes nouvelles se pêchent mais aussi se voient, se lisent, s'écoutent, se sentent, se touchent, se hument, se goûtent, se vivent, se plantent, s'arrosent et se regardent pousser...

    Elles se partagent, s'échangent et peuvent se propager... Chacune d'elle n'est qu'une goutte d'eau, une pièce d'un puzzle, mais ensemble elles forment une rivière, une petite route du bonheur, un arc en ciel, un coin de ciel bleu...

    Quand j'ai commencé ce blog il y a 5 ans, je n'imaginais ni les difficultés que j'aurais à trouver une bonne nouvelle chaque jour, ni le plaisir, la zénitude et le bien-être que j'en tirerais, grâce aux échanges générés avec les autres blogueurs et les lecteurs mais aussi aux découvertes faites en cherchant ces bonnes nouvelles.Voici un acrostiche écrit dans les débuts de ce blog pour illustrer mes motivations.

    Un beau jour, cette idée m’est venue  :

    Ne plus s’apitoyer sur son sort

    Eviter les mauvaises nouvelles.

     

    Bouteille à moitié vide ,

    Ou bouteille à moitié pleine,

    Ne plus se poser la question.

    Ne plus se tracasser pour des petits riens,

    Evacuer les problèmes en écrivant.

     

    Ne pas garder en soi ce qui fait mal,

    Ouvrir son cœur, ouvrir son âme,

    Une nouvelle philosophie adopter :

    Voir la vie du bon côté.

    Ecrire, raconter, offrir

    La lumière faire jaillir,

    L’enchantement générer

    Et par de jolis mots émerveiller,

     

    Partager les souvenirs et les photos,

    Aimer, cultiver, décrire

    Rire et encore rire,

     

    Jouir de l’instant, de la vie,

    Ouvrir son cœur, ouvrir son âme

    U jour et tous les jours,

    Raconter, rayonner, pétiller…

    Comme vous, j'ai des inquiétudes, du stress, des amis qui vont mal et que je n'arrive pas toujours à aider, des gens que j'estime et admire et qui ne s'intéressent pas à moi, des amours ratés, des projets qui échouent. Mais quand une piste ne fonctionne pas, quand un petit chemin du bonheur s'avère impraticable, au lieu de m'entêter j'essaie d'en trouver un autre, d'avancer, vers un coin de ciel bleu à l'horizon.

    Bloguer, écrire, raconter, échanger, permet d'évacuer ce qui ne va pas et repartir d'un bon pied.

    La vie est précieuse, et nous n'en n'avons qu'une, ne la gaspillons pas, faisons la pétiller...

    fleur.jpg

    "La pétillance"

     

    Bienvenue aux nouveaux lecteurs : n'hésitez pas à vous balader parmi ces 2 200 bonnes nouvelles, en cliquant dans la colonne de droite parmi "Les articles récents", ou bien dans les "Catégories", ou encore, au hasard dans les "Archives"... Vous pouvez aussi utiliser les vignettes juste au dessous du bandeau qui défile...

    Osez me laisser un commentaire en cliquant sur "Déposez ici vos jolis mots". Ce sont vos commentaires qui me font pétiller...

    Vous pouvez aussi utiliser le formulaire "Contact" dans le pavé "Présentation"...

    Bonne balade !


    1 commentaire
  • J'ai écouté des milliers de fois "Pour un flirt" ou "Chez Laurette", chansons tubes de Michel Delpech lorsque j'étais adolescente. Je dois avoir encore quelque part au grenier un ou deux 33 tours de ce chanteur. 

    J'ai appris il y a un an environ qu'il annulait sa participation à la tournée "Age tendre et têtes de bois" pour raisons de santé. Puis sa femme a annoncé qu'il souffrait d'un cancer de la gorge et de la langue et qu'il ne pouvait plus parler.

    Aujourd'hui Michel Delpech est en rémission et a retrouvé la parole. Il peut à nouveau chanter et vient de publier un livre "J'ai Osé Dieu", dédicacé au Salon du Livre à Paris. 

    Sa rémission est une très bonne nouvelle et je lui souhaite une guérison complète et encore beaucoup de succès !


    6 commentaires
  • Vous connaissiez sans doute "la pêche aux moules", chantée dans les années 70 par Jacques Martin dans une émission culte du dimanche "Le petit rapporteur"...

    Mais vous ne connaissez peut-être pas la pêche aux couteaux... Il ne s'agit pas de vous armer d'un couteau de cuisine ou d'un canif pour partir à la pêche, mais de pêcher ce coquillage bivalve qui s'appelle "couteau", avec sa coquille de forme allongée, légèrement nacrée.

    couteau.jpg

     Pour pêcher le couteau, il faut un seau et une salière par personne. Un petit trou en forme de 8 dans le sable permet de repérer l'endroit où sommeille le couteau. Verser un peu de sel au-dessus du trou et patienter.

    Si quelques bulles s'échappent du trou c'est bon signe : le couteau croit que la marée remonte et va pointer le bout de son nez. Il faut attendre qu'il offre une bonne prise pour le saisir et tirer doucement, en faisant attention de ne pas se couper avec la coquille.

    Il faut être réactif sinon le couteau replonge et c'est raté.

    Le couteau est comestible et se déguste à l'apéritif, après l'avoir fait dégorger avec du sel pendant 24 heures, puis avoir fait ouvrir les coquilles dans une cocotte, comme pour les moules. Mais il sert aussi d'appât pour la pêche.

    Mon fils aîné Julien était très adroit lorsqu'il était enfant pour pêcher les couteaux. Il en récoltait une dizaine dans un après midi et allait ensuite les vendre chez un marchand d'appât, 1 franc pièce. Son frère n'arrivait pas à en attraper et avec moi, chaque fois le couteau replongeait...

    La pêche aux couteaux se pratique sur le Bassin d'Arcachon et permet aux parents d'occuper leurs enfants...


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique