• Le Vieux Port à Biarritz se situe entre la Grand Plage et le Rocher de la Vierge. Il est bordé de petites maisons aux portes et volets rouges bien entretenues, de restaurants de pêcheurs.Sur la façade de la maison de l'association des usagers du port de pêcheurs de Biarritz trône un pirate, borgne et édenté :vieuxport1 vieuxport2 

    Sur cette même façade il y a une enseigne avec un phare et la maison du gardien, des piments séchés, des rideaux multicolores et je me demande bien pourquoi je n'ai pas pris la photo de face...


    23 commentaires
  • J'ai loué ce film de Robert Guédiguian sorti en novembre 2011 et j'ai adoré. lesneigesduK.jpg

     

    Le synopsis : Bien qu’ayant perdu son travail, Michel vit heureux avec Marie-Claire. Ces deux-là s’aiment depuis trente ans. Leurs enfants et leurs petits-enfants les comblent. Ils ont des amis très proches. Ils sont fiers de leurs combats syndicaux et politiques. Leurs consciences sont aussi transparentes que leurs regards. Ce bonheur va voler en éclats avec leur porte-fenêtre devant deux jeunes hommes armés et masqués qui les frappent, les attachent, leur arrachent leurs alliances, et s’enfuient avec leurs cartes de crédit… Leur désarroi sera d’autant plus violent lorsqu’ils apprennent que cette brutale agression a été organisée par l’un des jeunes ouvriers licenciés avec Michel.

    Les acteurs principaux : Ariane Ascaride (Marie-Claire) et Jean-Pierre Darroussin (Michel), Gérard Méylan (Raoul) et Marilyne Canto (Denise)

    Ce film a été inspiré par "Les pauvres gens" de Victor Hugo.

    Mon ressenti : Les deux acteurs principaux sont excellents, dans leur rôle de gens ordinaires extraordinaires. Ces deux-là s'aiment, se comprennent à demi-mots et sont si bons qu'ils en sont contagieux. Leurs meilleurs amis, Raoul et Denise, se laissent contaminer.

    Marie-Claire et Michel n'iront jamais contempler les neiges du Kilimandjaro mais ils offriront une vie de famille et un avenir possible à deux enfants abandonnés par leur mère.

    C'est un film très réussi, sur la vraie vie, sans effets spéciaux, avec une belle dose d'humanisme, et de solidarité...

    La fin est très belle, et l'on souhaite au jeune agresseur de prendre conscience de ses actes, de ceux de Michel et Marie-Claire et de se réinsérer grâce au soutien des ces gens bien, sur qui il s'est trompé.


    21 commentaires
  • BImouettes4

    Maman mouette : Le couvert est mis. A table, les enfants !

    Papa mouette : Qu'est-ce qu'on mange ?BImouettes2

    Maman mouette : Une sardine...

    Les enfants mouettes : Encore !BImouettes3 

    Papa mouette : Si vous n'en voulez pas, tant pis pour vous ! Moi je commence. BImouettes1 Maman mouette : Ne vous battez pas, il y en aura pour tous !

    Ce sont des mouettes de Belle-Ile-en-Mer pour clôturer mes articles sur cette île.

    Pour ceux qui m'ont demandé de voir les aquarelles : je les ai jetées car elles étaient vraiment ratées !

    D'autres articles sur Belle-Ile : "Lumière sur Belle-Ile", "Le phare du Poulain", "le phare de Goulphar", "Les aiguilles de Port-Coton", "Le port de Sauzon", "L'église de Locmaria", "Le port du Palais", "Rochers et coquillages", "La plage de Donnant"...


    29 commentaires
  • J'envie parfois leurs moments de tendresse, leurs enlacements :

    cham4

     

    cham1Squirel : Encore des bisous ! Je ne m'en lasse pas ... 

    Ecureuille : Eh, la mamarazzi, fiche nous la paix avec ton appareil photo !

    Squirel : C'est du voyeurisme ! Passe ton chemin !

     cham2


    34 commentaires
  • Je n'aime pas les dessins animés sauf exception. Lundi soir le choix était difficile entre "le Père Noël est une ordure" sur TF1, film de circonstance, vu au moins une dizaine de fois et "Rasta Rockett" sur W9, vu presqu'aussi souvent, et toujours avec autant de plaisir.

    mad2.jpg

    J'ai opté pour "Madagascar II : la Grande évasion" et j'ai suivi avec ravissement les aventures de Alex le lion, le zèbre Marty, Melman la girafe et Gloria l'hippopodame qui tentent de regagner New-york dans un avion conduit par des pingouins. Ils atterrissent en catastrophe dans une réserve Africaine où ils vont rencontrer leurs congénères. J'ai adoré le ballet des zèbres, la girafe qui se transforme en guérisseur et surtout la scène d'amour entre le Monsieur girafe, amoureux éconduit suspendu dans le vide, au dessus du cratère d'un volcan et Gloria, l'hippodame qui le retient de tomber.

    J'ai ri toute seule en les voyant remuer leur popotin pour danser en chantant "I like to move it move it ..." Ca changeait un peu des rediffusions. Ce soir "Le grand blond avec une chaussure noire", suivi du "Retour d'un grand blond"... Je vais plutôt lire...


    30 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique