• Une femme a dû prouver son âge à l’aide d’une pièce d’identité pour acheter des petites cuillères dans un supermarché Anglais. Le vendeur a justifié sa demande en invoquant le fait qu’un homme avait déjà été assassiné à l’aide d’une petite cuillère. Source : Zigonet.com


    Alors là, je dis comment ? Comment peut-on assassiner quelqu’un avec une petite cuillère ?

    Quand nous étions jeune, ma sœur m’a planté une fourchette dans la main (planté, j’exagère, juste un peu plus que piqué) suite à une dispute , mais une cuillère ?

    Quel mal peut-on faire avec une cuillère à dessert ou à café ? Assommer, non… Etrangler, non… Noyer, non… Poignarder, non… Etouffer, non… Brûler, non… Découper, non…

    Au mieux avec beaucoup de force et une victime consentante, on pourrait peut-être la faire avaler…

    Ou s’en servir pour gaver la personne à condition de disposer de beaucoup de temps et là-aussi que la victime soit consentante…

    Je brûle : empoisonner, mais un verre ou une cuillère à soupe sont tout aussi dangereux dans ce cas…

    Avec deux cuillères il est vrai que l’on peut faire des œillères. A condition d’arriver à les faire tenir, on peut ensuite pousser la victime dans le vide, d’un toit ou d’une fenêtre, mais un foulard serait plus pratique…

    Déguster à la petite cuillère… Mais là il faut que la victime soit très tendre et très consentante…

    J'ai beau chercher : je n'imagine même pas comment un homme a pu être assassiné avec une cuillère à café. S'il y a un inspecteur Columbo parmi vous...


    4 commentaires
  • Bordeaux est une belle ville que je voudrais vous faire découvrir. Tout d'abord : le magnifique pont de pierre aux couleurs ocrées, surtout en fin de journée, avec ses lampadaires anciens dont les globes sont alternés : les uns tournés vers le ciel et l'autre vers la Garonne. Cette photo a été prise rive gauche, et je ne me suis aperçue de sa beauté qu'en l'ouvrant sur mon ordinateur car j'avais capté le lion de Stalingrad, sculpture bleue sur laquelle les enfants s'amusent en descendant du tram. La douceur de ce soir de juin est perceptible...
     
    Place des Quinconces, plus grande place d'Europe selon l'Office du Tourisme, se trouvent les statues des Girondins : des chevaux, des guerriers et mes petits anges...

    La Place de la Bourse est éclairée la nuit. Les bâtiments qui entourent la fontaine sont magnifiques. Et le miroir d'eau, au bord des quais, séparé de la Place par une route empruntée aussi par le tramway, permet aux façades du XVIIIème de se mirer, nuit et jour.  Miroir, ne sont-elles pas belles ?

    5 commentaires
  • "Le jour où l'abeille disparaîtra, l'homme n'aura plus que quatre années à vivre !" aurait dit Albert Einstein.


    Trés sensible à l'avenir des abeilles dont la survie de l'Homme dépend en partie, j'ai appris , hier en regardant les actualités télévisées, une bonne nouvelle les concernant.
    Une ruche vient d'être installée sur le toit du Grand Palais à Paris car l'abeille des villes produit deux fois plus de miel que l'abeille des champs. Il y a actuellement environ 400 ruches dans la capitale, et le miel produit est particulièrement délicieux car butiné sur des fleurs très variées, l'abeille filtrant efficacement la pollution. Le reportage présentait une dame possédant 4 ruches sur son balcon depuis 25 ans et nous vantant les délices de sa récolte... 

     

    L’abeille est un maillon essentiel de la biodiversité. En plus des précieux produits qu’elle nous offre, pour leurs qualités diététiques et thérapeutiques - la Gelée Royale, la Propolis, le Pollen et le Miel aux mille saveurs, c’est un insecte pollinisateur majeur irremplaçable.
    En effet, la survie ou l’évolution de plus de 80% des espèces végétales dans le monde et la production de 84% des espèces cultivées en Europe dépendent des abeilles ! Soit l’équivalent de plus de 35% des ressources alimentaires mondiales !
    L’abeille est indispensable au fonctionnement des écosystèmes, à la biodiversité florale et faunistique et à l’agriculture. C’est aussi un précieux indicateur biologique..

    Mais aujourd’hui, la pérennité de l’abeille et des autres insectes pollinisateurs est très gravement menacée. L’utilisation de certains pesticides utilisés en agriculture, mal évalués - tels que les insecticides neurotoxiques systémiques, décime chaque année des milliards d’abeilles depuis 1995 ! Très toxiques pour l’environnement, ils sont aussi très fortement suspectés pour la santé humaine.

    L'abeille est également menacée par le frelon asiatique qui gagne du terrain, notamment dans le Sud Ouest. Il s'attaque aux abeilles, contribuant à leur disparition, et ses piqûres sont plus nombreuses et dangereuses que celle de notre frelon européen jaune. Plus petit que le frelon traditionnel, le frelon asiatique (Vespa Veltina) est de couleur sombre : noir avec un peu de couleur orange au bout de l'abdomen.

    Les abeilles des villes, moins décimées par les pesticides et les frelons asiatiques, pourraient elles sauver les abeilles des champs ?


    Pour en savoir plus :

    Un site : http://www.sauvonslesabeilles.com/
    Un livre : "Le jour où l'abeille disparaîtra..." de Jean-Christophe Vié


    13 commentaires





  • Merci à Marc de Metz, Architecte d'Intercoeur, pour ce merveilleux mandala, aux couleurs d'iris et de glycine. Je m'installe au coeur de ce tapis magique et je m'envole vers des îles lointaines et parfumées, vers la maison de ma grand-mère, vers les jardins des impressionnistes. Merci, Marc, pour ce fabuleux voyage...

    9 commentaires
  • A moins que vous ne le connaissiez déjà... Un mot de 14 lettres, impossible à placer au Scrabble, et difficile à placer dans la conversation, à part si vous êtes chercheur à l'INRA...
    Suite à mon inscription pour devenir "Goûteur d'eau", j'ai reçu la Charte du "goûteur d'eau" en deux exemplaires. En participant à l'Observatoire du goût de l'eau,  je serai un usager engagé dans la qualité de l'eau du robinet, une véritable sentinelle du goût de l'eau qui contribuera à l'amélioration de sa qualité "organoleptique".
    Oups, organoleptique, ce terme ne m'emballe pas du tout. Ca me fait penser à neuroleptique, anxyolitiques...
    Heureusement qu'internet est là pour combler les lacunes et la disparition d'un dictionnaire Larousse acheté il y a 20 ans.

    C'est un adjectif. Il s'agit du caractère d'un produit pouvant être apprécié par les sens humains (toucher, goût, odorat, couleur, aspect, consistance). J'ai même trouvé qui l'aurait utilisé pour la première fois : le chimiste Eugène Chevreul, 1786-1889, à propos de travaux sur les corps gras et le chromatisme :"les corps qui ont de l'action sur la peau, ceux qui agissent sur l'odorat, sur le goût, manifestent des propriétés que j'appelle organoleptiques, de même que les substances agissant sur les organes intérieurs de notre corps".

    De site en site, j'ai trouvé :
    - un programme de formation : initation et maîtrise de la dégustation organoleptique (du vin)
    - une expérience similaire autour de l'eau en Ile de France
    - le site pour devenir goûteur d'eau : www.goutdeleau.com



    Découvrir tous les jours quelque chose de nouveau, quel bonheur !

    5 commentaires