• Pour vos prochaines vacances je vous conseille ces 3 livres que j'ai beaucoup appréciés.

    * "Les yeux jaunes des crocodiles" de Katherine PANCOL. J'ai beaucoup ri et adoré les personnages, je suis entrée dans Joséphine pour de multiples raisons : pour l'amour qu'elle porte à ses filles, pour toutes ses questions et ses doutes, pour son humilité et son humanité... Voici la couverture trés gaie et le résumé fourni par l'auteur.


    Aux Editions Albin Michel : " Les Yeux jaunes des crocodiles" - mars 2006

    Ce roman se passe à Paris.
    Et pourtant on y croise des crocodiles.

    Ce roman parle des hommes.
    Et des femmes. Celles que nous sommes,
    celles que nous voudrions être,
    celles que nous ne serons jamais,
    celles que nous deviendrons peut-être.

    Ce roman est l’histoire d’un mensonge.
    Mais aussi une histoire d’amours,
    d’amitiés, de trahisons, d’argent, de rêves.

    Ce roman est plein de rires et de larmes.

    Ce roman, c’est la vie

     

    J'apprécie beaucoup l'écriture de Katherine PANCOL, ses personnages très proches de nous. Après "Les yeux jaunes des crocodiles", j'ai dévoré la suite "La danse lente des tortues" (beaux personnages mais histoire moins vraisemblable), puis "Embrassez moi", "J'étais là avant", "Un homme à distance"...

    * "L'élégance du hérisson" de Muriel BARBERY :

    Renée, 54 ans, est concierge rue de Grenelle, dans un immeuble bourgeois. Plus lettrée que tous les habitants qui ne la voient pas. Paloma, 12 ans, vit dans cet immeuble auquel elle rêve de mettre le feu. Un nouvel arrivant Japonais va les découvrir et les faire se découvrir. Personnages très attachants et fin triste mais splendide.


    * "La petite fille de Monsieur Linh" de Philippe CLAUDEL :

     

    Un récit bref et très fort : un vieux monsieur quitte son pays avec une valise en carton et sa petite fille qui dort. Dans un pays inconnu dont il ne connait pas la langue il va se lier d'amitié avec un homme infiniment bon comme lui.

     

    J'ai ri et pleuré en lisant ces livres.


    16 commentaires
  • Dimanche ce sera l'été et la saison des barbecues commence pour ceux qui ont la chance d'avoir un jardin.
    J'ai lu dans le journal deux petits trucs utiles :
    Pour allumer :
    Pour faciliter le départ de feu : garnissez une boite à oeufs en carton de charbon de bois. Ajoutez y un reste de cire de bougie. Placez la boite dans votre barbecue et enflammez la. Cela marche aussi pour une cheminée.

    Pour éteindre :
    Pour étouffer les flammes si besoin : gardez toujours un grand bol de sel près de votre four ou de votre barbecue. Si la graisse de votre viande prend feu : jetez le sel dessus. Ne jetez jamais d'eau sur la graisse car cela ne ferait que propager les flammes.

    Je ne sais pas vous, mais moi j'ai toujours du mal à allumer la cheminée. L'hiver prochain j'utiliserai ce truc. D'ici là j'ai le temps de garder des boites à oeuf en carton.

    J'ai bien un barbecue au fond du jardin, mais depuis que je suis seule je ne l'utilise plus.

    Il ya quelques années j'ai failli mettre le feu à l'appartement minuscule où nous passions les vacances avec les enfants. Dans la pièce salon-cuisine il y avait un four posé à côté de l'évier sous les placards en bois.
    J'avais décidé de faire des tacos mexicains. Pas de problème avec les ingrédients mijotant dans la poele avec la sauce. Ce sont les tacosqui ont posé problème lorsque, suivant le mode d'emploi, je les ai posés sous le grill. Trop près des résistances, ils se sont enflammés et les flammes se sont échappées du four menaçant le mobilier en bois. J'ai débranché le four, posé une serpillière humide dessus pour éteindre les flammes et mon mari armé de maniques l'a pris et déposé dans le jardin. Ouf !


    30 commentaires
  • Voici les trois derniers films vus au cinéma qui m'ont le plus marquée :

    Slumdog millionnaire

    C'est un très beau film que j'ai vu dès sa sortie, mi-janvier, bien avant qu'il soit oscarisable puis oscarisé.

    J'avais lu le bouquin dont est tiré le film "Les fabuleuses aventures d'un Indien malchanceux qui devint milliardaire" de Vikas Swarup. Le livre est génial, construit comme un jeu de l'oie ou un puzzle. autour des 13 questions posées à Ram Mohammad Thomas, serveur de 18 ans.  La structure du récit est très originale et novatrice. Elle me rappelle "La vie mode d'emploi" de Georges Perec.

    Le film est fidèle au livre mais simplifié par rapport aux flashback incessants du bouquin.

    Les images sont magnifiques, les jeunes acteurs sont à craquer, et les contrastes de l'Inde : bidonvilles aux pieds des gratte-ciels sont saisissants.

    Slumdog (Ram du livre) se bat pour retrouver son amour de jeunesse, Larika.

     

    Gran Torino, film plein d'espoir

    Allez voir "Gran Torino" de Clint Eastwood, avec Clint Eastwood. C'est vraiment un grand bonhomme et ce film est un des meilleurs que j'ai vus depuis longtemps.

    C'est l'histoire de Walt, un vieux monsieur bougon, raciste, dans un quartier envahi par les asiatiques. Il n'aime que son chien, un labrador fatigué, sa femme qui vient de mourir qu'il appelle "maman" et sa Gran Torino...

    Il y a des passages où j'ai pleuré, d'autres où j'ai ri, et j'étais TAO et SUE.

    Le personnage du jeune curé est très intéressant aussi.

    Quant à la fin c'est une très belle fin.

    Allez le voir...

     

    Un film à aller voir : "La première étoile"

    Sur les conseils d'un ami, je suis allée voir ce film réalisé par Lucien Jean-Baptiste avec lui même et peu d'acteurs connus (Bernadette lafont, Michel Jonasz, Anne Consigny). J'ai pleuré de rire et j'ai pleuré tout court.

     

    Jean-Gabriel Elizabeth, d'origine Antillaise, vit à Créteil dans une grand tour, avec sa femme et ses trois enfants. Sans boulot fixe il passe beaucoup de temps au café, à jouer au PMU. Pour faire plaisir à sa fille il promet de les emmener au ski mais les choses se compliquent très vite car il n'a ni voiture ni économies et sa femme menace de le quitter. Le séjour au ski de la petite famille noire, avec sa mère mais sans sa femme, est truculent, avec des moments très vrais lorsque Jean-Gabriel parle des souvenirs qu'ils sont en train de se créer, ou lorsque Bonne-maman joue au scrabble avec ses petits-enfants. Michel Jonasz joue un monsieur Bien, ouvert, qui aimerait voir plus souvent ses petits-enfants.

    Ce film brosse un portrait de famille chaleureux dont l'innocence, l'humour et la tendresse, font chaud au coeur dans cette période de crise (j'ai ri et j'ai pleuré) Il prône le droit de réaliser ses propres rêves.

    Et puis, il m'a rappelé l'ambiance de Rasta Rocket, film sur ces Jamaïcains qui s'étaient mis en tête de participer aux jeux olympiques de bobsleigh, film que j'adore et revois chaque fois avec autant de plaisir.


    13 commentaires
  • Ma nouvelle aminaute, Mélancolie du Québec, me dépose régulièrement de jolis écureuils sur ce blog. Allez voir son blog, vous y lirez de jolies textes.
    Voici quelques uns des écureuils de Mélancolie :







    Voici celui prêté par mon amie Elisabeth, l'écureuil à l'oreille cassée, perché sur la bogue d'un marron.
    Et les miens, offerts par mes enfants : un "écureuil" de Peniscola dont la couleur change en fonction du temps : bleu lorsqu'il fait beau et gris lorsqu'il pleut, un écureuil en fonte presse-papier, une peluche


    21 commentaires
  •  

    Pour attirer des infirmières et contrecarrer la pénurie de personnel médical dans le pays une clinique privée de Prague leur offre des avantages en nature pour la signature d'un contrat de trois ans : nouvelle poitrine ou ventre retendu (Source : Sud-Ouest). Cette offre lancée il y a quelques mois rencontre un grand succès selon le Directeur de la clinique qui voit affluer des dizaines de candidatures à chaque recrutement.

    L’histoire ne dit pas si c'est une clinique de chirurgie esthétique qui recrute.
    Auquel cas ces infirmières serviront en plus de publicité vivante et gratuite, devenant les meilleures ambassadrices de la clinique. Sans compter le personnel médical masculin qu'avec de tels attributs elles ne manqueront pas d'attirer à leur tour.


    En fait c’est triple bénéfice pour la clinique : du personnel féminin, de la publicité gratuite et du personnel masculin.
    Mais le risque est de passer à côté d’infirmières déjà parfaites, aussi belles que compétentes, ou de négliger des infirmières très compétentes et moins soucieuses de plaire …

    Préférez vous être soignés par une jolie infirmière maladroite ou une infirmière douce et compétente, mais moins jolie ?

    Les avis seront peut être partagés... Moi je préfère la douce...

    Image internet

    24 commentaires