• Je vous ai déjà parlé de mes agrumes : du grand citronnier, très productif, acheté en octobre 2019, des citronniers pursha, aux fruits grumeleux, entre clémentine et citron, du citronnier "Meyer" et du bigaradier, de mes citronniers "caviar", de mes citronniers "Main de bouddha" et de mes citronniers Meyer, 

    Il y a quelques mois j'avais acheté une variété d'agrumes aux fruits originaux, ressemblant à des mandarines cannelées.

    C'est un "caniculata, citrus aurantium", connu également sous le nom d'oranger striata ou oranger bizarria ou encore "bigaradier strié".

    Cet oranger amer très ornemental présente des cannelures originales sur toute son écorce. Le fruit est amer mais le jus est sucré et doux. Il est également excellent en marmelade et en confiture.

     

    Variété d'agrumes : oranger "striata" ou "bizarria"...

    Cet agrume a porté de nombreux fruits. Je les ai pressés : ils ont peu de jus mais celui- ci est sucré et doux. Je n'ai pas encore essayé la confiture...

     

    Variété d'agrumes : oranger "striata" ou "bizarria"...
    Variété d'agrumes : oranger "striata" ou "bizarria"...
    Variété d'agrumes : oranger "striata" ou "bizarria"...
    Variété d'agrumes : oranger "striata" ou "bizarria"...
    Variété d'agrumes : oranger "striata" ou "bizarria"...

    13 commentaires
  • Je vous avais raconté en décembre 2020 comment, voulant emprunter" La Nanny" à la médiathèque, je m'étais retrouvée avec "Daddy" de Loup Durand.

    Il y a quelques jours, j'ai enfin pu emprunter La Nanny, thriller pour lequel j'avais lu de bonnes critiques : "Entre Chanson douce de Leïla Slimani et Rebecca de Daphné Du Maurier, un thriller élégant et terrifiant". 

    .

    Informations pratiques : roman de Gilly Macmillan, écrivain Anglaise, paru en juin 2020 pour l'édition Française aux éditions "Les escales". 423 pages. 21,90 €

     

    La 4ème de couverture :

    À la mort de son mari, Jocelyn n'a d'autre choix que de revenir s'installer avec sa fille Ruby à Lake Hall, l'austère manoir familial où vit toujours sa mère, aristocrate arrogante et froide.
    À peine arrivée, Jocelyn reçoit la visite d'une mystérieuse femme déclarant être Hannah, la nanny qu'elle adorait enfant, disparue du jour au lendemain en 1987. Jocelyn est si contente de la retrouver qu'elle lui propose immédiatement la garde de sa fille, mais très vite, des détails sonnent faux. Peut-elle vraiment lui faire confiance ? Et que s'est-il passé à l'époque ?
    Huis clos étouffant, La Nanny prouve une nouvelle fois le talent de Gilly Macmillan pour les intrigues psychologiques parfaitement maîtrisées.

    Mon ressenti :

    Jocelyn vivait heureuse en Californie avec son mari, Chris, et leur fille, Ruby. A la mort de Chris, elle est obligée de revenir vivre avec Ruby en Angleterre, à Lake Hall, dans le manoir familial, occupé par Virginia Holt, sa mère, aristocrate hautaine. Les rapports entre les deux femmes sont compliqués. Jo en veut à sa mère, depuis de départ subit de sa nanny, Hannah, en 1987. Elle avait alors 7 ans et était très proche de sa nanny qu'elle adorait.

    Jo et Ruby découvrent un crâne de femme au cours d'une balade en barque sur le lac. Qui était-ce et qui l'a tuée ?  Etait-ce Hannah ?

    Jo le pense jusqu'à ce qu'une femme disant être Hannah se présente à elle, Jo est enchantée et va lui confier la garde de Ruby, au grand dam de sa mère.

    Là où Jo voit une Mary Poppins géniale, Ruby et Virginia sont beaucoup moins enthousiastes, l'une pincée et grondée, l'autre menacée et malmenée.

    Secrets de famille, escroqueries, mensonges, meurtres, accidents, usurpation d'identité, manipulation, drogue, vengeance. L'auteur nous entraîne sur de nombreuses pistes, dont certaines s'avèreront fausses

    Les chapitres sont courts, principalement consacrés à Virginia et Jo, narratrices chacune à leur tour, mais aussi à l'inspecteur Andy Wilton, chargé de l'enquête autour de la noyée du lac. Ils sont entrecoupés de retours en arrière dans les années 1979-1987. Le puzzle va se reconstituer petit à petit autour d'Hannah et des Holt. 

    J'ai apprécié les personnages, l'intrigue, le suspense, la méchanceté de la nanny qui pince en douce les enfants qu'elle n'aime pas, souriant aux uns, menaçant et brutalisant les autres. 

    Par moment j'ai pensé à "Chanson douce" de Leila Slimani, mais ici la nanny déteste la plupart des enfants qui lui sont confiés, est avide et envieuse, menteuse, usurpatrice, alors que Louise de "Chanson douce", fragile psychologiquement, aime les enfants qu'elle garde.


    6 commentaires
  • Sur l'étang gelé - poème de Livia...

    Il y a quelques jours, je vous ai montré des photos de mouettes rieuses, posées sur un étang gelé, dont celle-ci.

    Cette photo a inspirée mon aminaute Livia du blog "Livia augustae" qui a écrit ce joli poème :

     

    Sur l'étang gelé...

    L'eau de l'étang qui dormait au milieu des roseaux

    A été séquestrée et mise sous glace par le général Hiver.

    Les mouettes arrivées, comme à leur habitude

    A l'heure du petit déjeuner,

    S'y sont posées...

    Ahuries, elles se sont retrouvées, non le bec dans l'eau,

    Mais le bec dans la glace,

    C'est une glace très dure, qui brûle les pattes.

    Alors on volette et sautille d'un pied sur l'autre,

    Pour essayer de se réchauffer

    Et tout le monde crie, les rieuses sont très énervées.

    Autour du chef de groupe un conciliabule s'organise

    Et dans un fracas de cris stridents on discute sec.

    Comment allons-nous manger ?

    Où trouver de quoi subsister ?

    Questions qui restent sans réponse,

    Car même le chef n'en a aucune idée.

    Alors une toute petite voix timidement propose :

    « Et si nous allions vers la mer ?

    Elle n'est pas très loin et elle ne gèle jamais...»

    Silence sur la glace !

    On s'agite et les cris reprennent de plus belle.

    Mais après plusieurs glissades spectaculaires,

    Tout le monde décolle.

    Ouf ! Les voilà sauvées !

    Alors pour la première fois depuis bien longtemps,

    On entendit des mouettes rire !

    Livia

     

    N'hésitez pas à aller visiter son joli blog si vous ne la connaissez pas...


    13 commentaires
  • Chaque année nous avons des milliers d'oies bernaches qui viennent se poser tout le long du Bassin; Elles apprécient les algues et le plancton.

    Entre Arès et Andernos, à marée haute c'est un régal de  s'asseoir les observer... J'aime les regarder naviguer, plonger pour récupérer les algues, caqueter...

    Plusieurs années de suite, elles ont eu droit en novembre, à Andernos, à un "Festival de l'oie bernache", pour les faire connaître et sensibiliser à la biodiversité du Bassin d'Arcachon, mais bien sûr pas en 2020.

    Ces oies bernaches sont des bernaches cravant, de la taille d'un canard colvert, Elles viennent de Sibérie pour passer l'hiver sur nos côtes.

    Ores bernaches - décembre 2020...
    Ores bernaches - décembre 2020...
    Ores bernaches - décembre 2020...
    Ores bernaches - décembre 2020...
    Ores bernaches - décembre 2020...
    Ores bernaches - décembre 2020...
    Ores bernaches - décembre 2020...
    Ores bernaches - décembre 2020...
     

    19 commentaires
  • En juin 2020, je vous avais raconté notre première sortie en canoë, avec mon frère et mon amie Martine.

    Nous nous étions approchés de la nasse de pêche, au large de la plage des Quinconces : piquets plantés en rond et entourés de fil de fer pour piéger les poissons. Sur chaque piquet était perché un oiseau : 2 cormorans, quelques mouettes et goélands.

     

    La nasse et les cormorans...

    Fin décembre, j'ai pris cette photo de la nasse, vue de la plage. Il y avait encore des cormorans perchés sur les piquets :

    La nasse et les cormorans...

    J'ai appliqué différents filtres à l'image initiale : amélioration de la netteté, effet coucher de soleil, pointillisme, postérisation puis couteau à palette...

    La nasse et les cormorans...
    La nasse et les cormorans...
    La nasse et les cormorans...
    La nasse et les cormorans...
    La nasse et les cormorans...

    J'aime bien la silhouette de ces cormorans qui se découpent sur le ciel orangé.

    La nasse et les cormorans...
     

    16 commentaires