• Peindre d'abord une cage
    avec une porte ouverte
    peindre ensuite
    quelque chose de joli
    quelque chose de simple
    quelque chose de beau
    quelque chose d'utile
    pour l'oiseau
    placer ensuite la toile contre un arbre
    dans un jardin
    dans un bois
    ou dans une forêt,
    se cacher derrière l'arbre
    sans rien dire
    sans bouger...
    parfois l'oiseau arrive vite
    mais il peut aussi bien mettre de longues années
    avant de se décider.
    Ne pas se décourager
    attendre
    attendre s'il le faut pendant des années
    la vitesse ou la lenteur de l'arrivée de l'oiseau
    n'ayant aucun rapport
    avec la réussite du tableau.
    Quand l'oiseau arrive
    s'il arrive
    observer le plus profond silence
    attendre que l'oiseau entre dans la cage
    et quand il est entré
    fermer doucement la porte avec le pinceau
    puis
    effacer un à un tous les barreaux
    en ayant soin de ne toucher aucune des plumes de l'oiseau.
    Faire ensuite le portrait de l'arbre
    en choisissant la plus belle de ses branches
    pour l'oiseau
    peindre aussi le vert feuillage et la fraîcheur du vent
    la poussière du soleil
    et le bruit des bêtes de l'herbe dans la chaleur de l'été
    et puis attendre que l'oiseau se décide à chanter.
    Si l'oiseau ne chante pas
    c'est mauvais signe
    signe que le tableau est mauvais
    mais s'il chante c'est bon signe
    signe que vous pouvez signer.
    Alors vous arrachez tout doucement
    une des plumes de l'oiseau
    et vous écrivez votre nom dans un coin du tableau.

    Jacques PREVERT (extrait de "Paroles")
    Ce poème de Jacques Prévert est un de mes poèmes préférés, qui depuis toute petite m'a toujours fait rêver. Avec Delphine et Marinette des "Contes du Chat perché" de Marcel Aymé, c'est ce poème qui m'a donné envie d'apprendre à peindre.

     


    Héron crabier vert, photographié aux Seychelles

    19 commentaires
  • Pétros, le pélican, est la mascotte de l'île de Mykonos dans les Cyclades.

    Les pélicans croisés à Mykonos ont le teint rose.
    Il y a celui un peu timide, roulé en boule au pied des moulins, prenant le soleil près d'un restaurant.

    Leur long bec est très pratique pour se gratouiller là ou ça pique...
    Et les deux compères farceurs qui attendent les paparazzi sur le port, à l'endroit précis où descendent les touristes débarqués des paquebots de croisière.

    Ceux-là ouvrent le robinet lorsqu'ils ont soif mais non sensibilisés au développement durable laissent l'eau couler après leurs ablutions.
    Ils se laissent photographier ailes déployées avec enfants apeurés ou adultes béats.
    Frimeurs, goguenards, habitués et pas du tout intimidés.


    Au moment des repas ils se promènent près des tavernes, circulent entre les tables comme les chats chez nous.







    22 commentaires
  • Hier soir, j'ai trouvé dans ma boite aux lettres un colis en provenance d'Italie, envoyé par mon aminaute Dany, du blog "Voyages autour du monde".
    A mon retour de Corse j'ai envoyé à Dany un peu de sable et un portrait au fusain de sa jolie petit-fille, Luna.
    Et j'ai reçu ce joli colis comprenant des enveloppes et des petits mots d'amitié, des petits paquets à découvrir :


    - une carte postale




    - un tableau réalisé par Dany à partir de feuilles de bananier :


    - un collier polynésien :


    - deux écureuils pour ma collection


    - deux hippodames : l'une toute blanche et l'autre, joliment décorée, qui était toute chaude quand je l'ai sortie de son emballage.


    Oh, merci Dany,
    Merci mon amie,
    Pour ce gentil colis,
    Envoyé d'Italie !
    Ta jolie carte m'a touchée,
    Et puis tes petits paquets,
    Tous, ils m'ont émerveillée !
    Comment connaissais tu
    Mes animaux préférés ?
    L'écureuil, c'est facile,
    Mais les girafes si graciles,
    Et les hippodames fortes et fragiles ?
    Tu as mis dans le mille !
    Sans oublier le collier de coquillages
    Dans son bel emballage !
    Dany, tu m'as gâtée
    Avec toutes ces marques d'amitié !



    18 commentaires
  • Pour l'anniversaire de Julien, ses sept ans, mon père lui avait offert un apppareil photo jetable 27 poses. Il lui a expliqué comment l'utiliser et Julien est sorti dans le jardin.
    Cinq minutes plus tard il est revenu tout fier, brandissant l'appareil photo comme un trophée.
    "Ca y est, je les ai toutes prises !
    - Hein ? Mais tu viens juste de sortir !
    - J'ai photographié : la maison, la fenêtre, le portail, la boite aux lettres, le voisin qui arrrivait en voiture, le voisin qui descendait de voiture, sa casquette, son portail, la route, le lilas, mon vélo, etc...

    C'est ce qui s'appelle "mitrailler".
    J'ai quand même fait développer le film. les photos étaient nettes, bien cadrées, et telles qu'il les avaient annoncées...





    19 commentaires
  • Cette énigme est parue en 1672 dans "Les récréations galantes" de Charles Sorel, recueil qui proposait plus de 100 idées de jeux pour occuper la bonne société de son temps.

    Qui est celle qui n'est ni matière, ni idée,
    ni corps, ni cause et qui est conjoint à tout :
    qui fait des portraits de toutes les choses du monde,
    mais imparfaits et si bigarres qu'ils paraissent
    monstrueux, selon de certains temps ?

    La réponse a été trouvée par Suzanne qui me l'a envoyée par mail puis par Embrun qui l'a délicatement déposée "Je passe comme une ombre"...

    La réponse était "OMBRE"...



    15 commentaires