• Mon aminaute, Dany, de "Voyages autour du Monde" vient de créer une communauté "Les enseignes du Monde", et m'a acceptée en son sein.
    Pour ma première participation à cette communauté, j'ai retrouvé cette jolie enseigne photographiée à Carcassonne en 2007.

    A cette image les souvenirs affluent...
    Je me souviens de l'école à classe unique de Trémons en Lot-et-Garonne où mon père enseignait, se partageant entre les tous les niveaux du Cours Prépatoire à la classe préparant au certificat d'études.... Tablier gris pour lui, bureaux en bois tel celui-ci avec encrier incorporé. Le pupitre se soulevait pour ranger les cahiers et les livres la classe terminée. La pièce sentait la craie largement utilisée sur le grand tableau noir qui occupait tout un pan du mur. A côté étaient affichées les règles de grammaire, les tables de multiplication, des cartes de France. Je revois même ma place préférée, au milieu, du côté gauche d'un pupitre à deux. C'est là que j'ai commencé à écrire mes premières "histoires", quand j'avais fini le travail imposé...

    16 commentaires
  • -         
    Ma chère Petra, avez-vous vu ces benêts ? Pas un seul ne nous a remarquées !

    -          Oui, Petros. Ils sont passés devant nous sans même nous jeter un regard !

    -          Juste pressés de sortir de leur paquebot et d’aller boire une bière ! Pas un seul ne nous a salués !

    -          Pouah, Petros !  Aucune éducation ! Ils n’ont jamais du voir « Zorba le Grec » ! Que diriez-vous d’une petite  lichette ?

    -          Avec  plaisir, Petra !

    Alors Petros saisit délicatement le robinet avec son long bec, le tourne vers la droite et un filet d’eau se met à couler.

    Chacun boit à son tour…

    -          J’aimais bien la fillette  hier qui m’a caressé la tête

    -          Et celle qui n’a pas arrêté de me photographier. J’ai posé pour elle, ouvrant mes ailes et me mettant sur la pointe des pieds comme si je voulais m’envoler…


    -
             
    Tu étais superbe, ma chère et elle l’a bien compris !

    -          Merci, Petros. Crois tu que je vais faire la une d’un magazine ?

    -          Peut-être Petra… Peut-être…

    -          Où vas-tu déjeuner à midi ?

    -          A la taverne de Papapoulos, Dimitri m’a invité. Il dit que j’attire les touristes et que les pourboires sont meilleurs… Et toi, Petra ?

    -          Moi je vais chez Zorba, près des moulins. 600 mètres en clopinant, je vais partir dès maintenant. En espérant me faire remarquer… A tout à l’heure alors, pour le prochain paquebot ?

    -          Bisous, ma belle !


    21 commentaires
  • Je ne vous cache pas que j'ai toujours aimé les maths...
    Quand j'étais petite, je lisais "Tout l'Univers", une revue scientifique pour les enfants.
    J'y ai découvert la multiplication Assyrienne inventée par un peuple qui ne disposait pas alors de calculettes (bien sûr) mais de cailloux ou coquillages, et ne savait que multiplier ou diviser par 2.

    Je vous explique :
    Pour multiplier par exemple 25 par 18, il faut faire 2 tas de cailloux : un de 25 à gauche et un autre de 18 à droite. Il est préférable de mettre le plus grand nombre à gauche.

    Dans le tas de gauche, vous allez diviser par 2 (en laissant tomber le reste quand il y en a : 25/2=12 avec reste 1, on met : 12) et dans le tas de droite vous allez multiplier par 2. On s'arrête quand on arrive à 1 dans le tas de gauche.

    25                 18
    12                 36
    6                   72 
    3                 144
    1                 288

    Ensuite on supprime toutes les lignes commençant par un nombre pair dans le tas de gauche. Il reste :

    25                 18
    3                 144
    1                 288

    Il faut alors additionner tous les nombres se trouvant dans la colonne de droite : 18 + 144 + 288 = 450.
    Vérifiez : 25 * 18 = 450
    Essayez, vous allez voir : c'est très amusant. Et si vous avez des enfants, cela devrait leur plaire...


    Coquillages appelés "Yeux de Sainte Lucie", trouvés en Corse

    24 commentaires

  • Quelle délicatesse dans ces petites ombrelles et ces jolis paniers en osier !
    Sont-ils là pour protéger les plantes du soleil ou pour susciter le sourire et l'émerveillement des passants qui lèvent les yeux ?
    J'ai pris cette photo dans une ruelle de Pézenas, très jolie petite ville de l'Héraut... J'aurais aimé devenir oiseau quelques instants pour survoler les paniers et admirer les plantes ou les fleurs si joliment abritées du soleil...

    23 commentaires


  • Petite porte bleue,
    Qu'y a t'il derrière toi,
    Jolie porte bleue ?
    Un magnifique jardin,
    écrin de verdure,
    joli bassin,
    escalier dérobé ?
    Malgré ma curiosité,
    Je n'oserai pas te heurter...


    19 commentaires