• Une fable méconnue de Maître Jean, où il ironise sur l'esprit de contradiction attribué au sexe féminin.
    En tant que femme il m'arrive (parfois) de contredire, mais sachez, Messieurs, que c'est toujours à bon escient, et lorsque cela ne l'est pas et bien je reconnais mes torts tout simplement.
    Lors d'un voyage à l'Ile Maurice, le matin du retour vers l'aéroport, mon entêtement a failli nous faire rater l'avion car je prétendais connaître la direction alors qu'il fallait aller dans le sens opposé de celui que je croyais être le bon. De maudits rochers au loin m'avaient trompée...
    Lors de mon dernier voyage en Corse, mon bon sens ou ce que certains appelleraient "mon esprit de contradiction"  nous conseillait de faire le plein d'essence avant d'arriver à l'aéroport, alors que mon ex mari prétendait qu'il y avait une station service dans l'enceinte de l'aéroport. J'ai fait taire l'esprit de contradiction et il a fallu rebrousser chemin une fois arrivés dans l'enceinte car il n'y avait pas de station d'essence...

    La femme noyée

    Je ne suis pas de ceux qui disent : Ce n'est rien,
    C'est une femme qui se noie.
    Je dis que c'est beaucoup; et ce sexe vaut bien
    Que nous le regrettions, puiqu'il fait notre joie.
    Ce que j'avance ici n'est point hors de propos,
    Puisqu'il s'agit, en cette fable,
    D'une femme qui dans les flots
    Avoit fini ses jours par un sort déplorable.
    Son époux en cherchoit le corps,
    Pour lui rendre, en cette aventure,
    Les honneurs de la sépulture.
    Il arriva que sur les bords
    Du fleuve autour de sa disgrâce
    Des gens se promenoient, ignorant l'accident.
    Ce mari donc leur demandant
    S'ils n'avoient de sa femme aperçu nulle trace :
    Nulle, reprit l'un d'eux; mais cherchez-la plus bas,
    Suivez le fil de la rivière.
    Un autre repartit : Non, ne le suivez pas,
    Rebroussez plutôt en arrière :
    Quelle que soit la pente et l'inclination
    Dont l'eau par sa course l'emporte,
    L'esprit de contradiction
    L'aura fait flotter d'autre sorte.

    Cet homme se railloit assez hors de saison.
    Quant à l'humeur contredisante,
    Je ne sais s'il avoit raison;
    Mais que cette humeur soit ou non,
    Le défaut du sexe et sa pente,
    Quiconque avec elle naîtra
    Sans faute avec elle mourra,
    Et jusqu'au bout contredira,
    Et, s'il peut, encor par delà.


    18 commentaires
  • La communauté "Embellissons nous la vie" a été créée samedi. Elle accueille tous ceux qui oeuvrent pour émerveiller les autres avec leurs articles et tous ceux qui s'émerveillent devant la nature et ses beautés, qui sont sensibles aux petites attentions aux autres, humains mais aussi faune et flore. 
    Dans un monde en crise il faut tâcher d'embellir au maximum notre vie et autant que possible celle des autres.
    Nous ne pouvons pas rendre le monde meilleur mais nous pouvons être meilleurs dans le monde.

    Alors je vous attends : bienvenue à tous ceux qui viendront partager leurs trésors...

    9 blogs m'ont rejointe, 9 blogs que je vous conseille d'aller visiter :
    - Armide de Balades avec Pistol : elle nous fait découvrir les quartiers de Paris
    - Ava de Connais toi toi-même : elle nous donne des conseils pour apprendre à meieux nous connaître
    - Hugues de Photos de tout : le Lot-et-Garonne, les oiseaux et les fleurs n'ont pas de secret pour lui
    - Virjaja : elle nous fait découvrir de jolis coins de Gironde et de Dordogne et anime la Communauté : "Portes du Monde"
    - Dany de Voyages autour du monde : elle nous fait partager son amour des îles et de l'Afrique et anime la Communauté : "Enseignes du Monde"
    - Florence de Souvenirs : elle nous fait rire et sourire avec ses histoires drôles
    - Arlette du Cercle des Lecteurs : elle nous fait découvrir les livres qu'elle aime
    - Soe du blog de Soe et Micka : elle nous parle d'Auvers, des peintres, de fleurs
    - Marc de Metz : il nous parle de sa ville et anime la Communauté Architectes d'Intercoeurs, toujours disponible pour ses aminautes


    3 commentaires
  • Tout le monde connait pour l'avoir appris à l'école : "la cigale et la fourmi", "le loup et l'agneau", "le lièvre et la tortue", "le corbeau et le renard", "Perrette et le pot au lait"...
    Pour le jeu il s'agira :
    - soit d'illustrer une fable de la fontaine (photos, dessins, collages ou autre)
    - soit de raconter une histoire ou écrire un poème à la manière de Jean de La Fontaine
    - ou les deux : illustration et récit
    Comme pour mes autres jeux il y aura une aquarelle ou une mosaïque à gagner...
    Vous avez jusqu'au 31 août pour participer, en envoyant vos réponses à ecureuilbleu33@voila.fr...



    Ayant la chance d'avoir gagné à un concours une édtion de 1859 des Fables de La Fontaine, illustrée par Grandville, j'ai découvert de petites merveilles méconnues, dont je vais vous faire profiter...
    Mais d'abord commençons par la fin avec l'épitaphe de Monsieur Jean de LA FONTAINE (composée par lui-même). Chapeau l'artiste !


    Jean s'en alla comme il étoit venu,
    Mangea le fonds avec le revenu,
    Tint les trésors chose peu nécessaire.
    Quant à son temps, bien sut le dispenser :
    Deux parts en fit, dont il souloit passer
    L'une à dormir et l'autre à ne rien faire.

    Il doit appeler "ne rien faire" avoir écrit 12 000 vers composant ses 243 fables, dont certaines sont connues de tous. Né le 8 juillet 1621, il fut "Maître des Eaux et Forêts", comme son père, avant de se consacrer à la poésie. Il mourut en 1695, à 74 ans.

    Pour tout connaître de lui, allez donc visiter le site de Jean-Marc, un passionné : lafontaine 

     


    22 commentaires
  • L'"élégance" s'est retirée sur la pointe des pieds mais "le hérisson" est resté...
    Hier après midi je suis allée au cinéma voir "Le hérisson", premier film de Mona Achache, tiré du livre de Muriel Barbery que j'avais adoré : "l'élégance du hérisson".
    Nous étions 5 dans la salle : 4 vieilles et moi (pas toute jeune non plus).
    J'ai eu du mal à accrocher au début avec le personnage omniprésent de la fillette de 11 ans, Paloma Josse (jouée par Garance Le Guillermic). Elle ne correspondait pas à celle que j'avais imaginée en lisant le bouquin.
    Josiane Balasko incarne à merveille Renée Michel, la concierge revêche. Elle a accepté de s'enlaidir pour tourner ce film. Quel courage !
    Je connaissais la fin mais j'ai quand même sursauté et pleuré au moment fatidique.
    La cinéaste a donné beaucoup plus de place à l'enfant que dans le livre et un peu occulté les autres habitants de l'immeuble qui étaient truculents.
    Les créations de la fillette surdouée et suicidaire sont des petites merveilles en noir et blanc. J'ai adoré.
    Kakuro, le Japonais si raffiné et observateur amène l'espoir dans cette histoire plutôt triste.
     


    Photo prise par mon père

    17 commentaires
  • Je viens de créer une communauté appelée "Embellissons nous la vie", où je serais très heureuse d'accueillir tous ceux qui oeuvrent pour émerveiller les autres avec leurs articles et tous ceux qui s'émerveillent devant la nature et ses beautés, qui sont sensibles aux petites attentions aux autres, humains mais aussi faune et flore. Ce sont les trois petites ombrelles de Pézenas qui m'ont donné l'idée de cette communauté. Dans un monde en crise il faut tâcher d'embellir au maximum notre vie et autant que possible celle des autres.
    Nous ne pouvons pas rendre le monde meilleur mais nous pouvons être meilleurs dans le monde.
    Alors je vous attends : bienvenue à tous ceux qui viendront partager leurs trésors...

    18 commentaires