• Dans la vie de tous les jours, elles sont bleues, comme mon écureuil timide, celui de "L'arrache-coeur" de Boris Vian.


    Dans mon coeur ce sont mes deux fils, Julien et Aurélien, 24 ans et 21 ans.

     

    Je fais souvent leur portrait, lorsqu'ils étaient enfants, à l'aquarelle et maintenant au fusain. C'est peut-être ce qui me rapproche de Clémentine, la maman de l'arrache-coeur qui enferme ses enfants dans une cage pour mieux les protéger. Moi je les ai laissés et les laissent vivre comme ils le veulent mais j'essaie d'arrêter le temps qui passe en figeant les moments de bonheur, ceux où je formulais tous les espoirs pour eux (champions de tennis de table, acteurs de cinéma, gagnants du concours général...), ceux où Aurélien, 8 ans, m'appelait sa "petite hirondelle bleue" et Julien "son couteau suisse", parce que je l'aidais aussi bien en latin qu'en français ou en trigonométrie. C'était aussi l'époque des cadeaux-faits-mains pour la fête des mères : collier de nouilles, boite à camembert-bijoux, broche noire en pâte à papier, pot de sauce tomate rempli de sable coloré, etc...

    Ils sont partis à Eurodisney un week-end avec le Comité d'entreprise de leur père, ne se sont pas vus là-bas ni dans le train, car dans des groupes d'âge différents. Et quand ils sont rentrés, ils m'ont offert, très fiers chacun le cadeau qu'ils m'avaient rapporté : j'ai reçu un dauphin bleu se balançant sur un portique en métal gris, en double exemplaire... Quel bonheur pour moi, mais quelle déception pour eux...

     

    A partir de 14 ans est venu le temps des filles et de la rébellion ouverte, de leur discorde et leur jalousie. Très vite ils ont fait la même taille de vêtements et les chamailleries ont commencé, allant même jusqu'à un coup de poing en plein magasin, du plus petit au plus grand. Je devenais leur souffre-douleur "Tu laves mal mon linge", "Tu donnes toujours raison à mon frère", "Tu le laisses tout faire", "Ta cuisine n'est pas bonne", etc...

     

    Les années de discorde ont été longues et pénibles. Et puis Julien a rencontré Eve, une jeune fille pétillante et drôle, qui les a réconciliés. Maintenant les deux frères font la fête ensemble, ont des copains communs et se prêtent les vêtements.

    Les copines ont souvent changé car ce sont deux "tombeurs" : l'aîné tout charme et le cadet tout sourire. J'ai adopté une règle de vie : je ne rencontre jamais les parents des copines.

     

    En général, je m'entend bien avec elles. Eve a vécu un certain temps à la maison et elle était devenue ma 3ème prunelle, ma fille. Elle n'est plus avec Julien mais quand il la revoit je suis enchantée de discuter avec elle.


    20 commentaires
  • Merci aux huit participants à ce jeu du portrait chinois. Allez donc voir leurs sites qui sont tous passionnants.

    Armide du blog :  "les balades de Pistol, bouledogue français" :

    Si j'étais une couleur, je serais le bleu turquoise
    Si j'étais un arbre je serais un tilleul
    Si j'étais une fleur un
    iris
    Si j'étais une région, la Bourgogne

    Si j'étais un sport, la danse
    Si j'étais un écrivain, Colette
    Si j'étais un métier, assistante sociale,
    Si j'étais un art, la musique
    Si j'étais un animal, une panthère...

    Maria Dora du blog : "Maria-Dora" :

    Si j'étais une couleur je serais le vert
    Si j'étais un arbre je serais un magnolia
    Si j'étais une fleur je serais une rose
    Si j'étais une région je serais la bretagne
    Si j'étais un sport je serais la natation
    Si j'étais un écrivain je serais Max de Veuzit
    Si j'étais un métier je serais médecin
    Si j'étais un art je serais peintre
    Si j'étais un animal je serais un chat...

    Dany du blog : "Voyages autour du Monde" :

    Si j'étais une couleur je serais le bleu
    Si j'étais un arbre je serais le baobab

    Si j'étais une fleur je serais la fleur de Tiaré
    Si j'étais une région, je serais le Kenya (Afrique),
    Si j'étais un sport, je serais le surf...
    Si j'étais un écrivain, Kenneth WHITE
    Si j'étais un métier, je serais vétérinaire en Afrique"...
    Si j'étais un art, je serais la nature...
    Si j'étais un animal, je serais un éléphant...


    Claude du blog : "Plaisir de la photo" : 

    Si j'étais une couleur je serais le Bleu
    Si j'étais un arbre je serais saule pleureur
    Si j'étais une fleur je serais un coquelicot

    Si j'étais une région je serais bien sur le Sud Ouest...
    Si j'étais un sport je serais l'alpinisme
    Si j'étais un écrivain, je serais poète
    Si j'étais un métier, je serais menuisier
    Si j'étais un art, je serais la photo
    Si j'étais un animal, je serais féline…

    Arlette du blog : "Le cercle des lecteurs" :

    Si j'étais une couleur je serais le vert ou le violet
    Si j'étais un arbre je serais un tilleul ou un platane

    Si j'étais une fleur je serais une rose
    Si j'étais une région, je serais le Sud-Ouest
    Si j'étais un sport, je serais le patinage atistique...
    Si j'étais un écrivain je serais Victor Hugo
    Si j'étais un métier, je serais homéopathe/guérisseur
    Si j'étais un art, je serais le pastel...
    Si j'étais un animal, je serais un aigle...
     

    Fuxy, du blog : "Le terrier des renards" :
    Si j'étais une couleur, je serais… le rouge

    Si j'étais un arbre je serais… un tilleul

    Si j'étais une fleur, je serais… un lys

    Si j'étais une région, je serais… la Lorraine

    Si j'étais un sport, je serais… le cyclisme

    Si j'étais un écrivain, je serais… Conan Doyle

    Si j'étais un métier, je serais… Informaticien

    Si j'étais un art, je serais… la musique

    Si j'étais un animal, je serais… un renard


    Aubert, du blog : "Les passe-temps d'Aubert59" :
    Si j'étais une couleur, je serais le bleu,
    Si j'étais un arbre, je serais un saule-pleureur,
    Si j'étais une fleur, je serais une violette,
    Si j'étais une région, je serais la Bretagne,
    Si j'étais un sport, je serais la natation,
    Si j'étais un écrivain, je serais Marie-Paule Armand,
    Si j'étais un métier, je serais une puéricultrice,
    Si j'étais un art, je serais la broderie à points comptés,
    Si j'étais un animal, je serais un dauphin.
     


    Eva, du blog : "Les doudous d'Eva" :
    Si j'étais un animal, je serais un hérisson,
    Si j'étais un art, je serais la sculpture,
    Si j'étais un métier, je serais un métier à tisser les fils de la vie,
    Si j'étais une fleur, je serais un myosotis,
    Si j'étais un arbre, je serais un pommier,
    Si j'étais une région, je serais le monde pour ses diversités,
    Si j'étais un sport, je serais la randonnée,
    Si j'étais une couleur, je serais la couleur du soleil couchant...

    Merci et bravo à tous et toutes...

     

     


    5 commentaires
  • Angleterre - Les voyageurs qui ont le mal du pays pourront désormais partir avec le parfum de leur "home sweet home".

     Un site spécialisé dans la réservation de chambres d'hôtel propose aux voyageurs une prestation supplémentaire « Home sweet home ». En effet les chambres louées seront agrémentées d’un kit composé d'un vaporisateur personnalisé à l’odeur de la  maison du voyageur, ainsi que d'un lecteur MP3 programmé pour jouer des sons enregistrés à  son domicile. On y trouve aussi du thé (pour Hevie) ou du café (pour Marc de Metz), des biscuits, et une taie d'oreiller lavée avec une lessive choisie par le voyageur.

     

    Selon une étude menée par ce site, trois quarts des personnes voyageant pour le travail déclarent  souffrir d'être loin de chez elles., et 9 sur 10 de ne pas avoir leur « partenaire » avec eux.

    Un expert en création de parfum sera envoyé chez eux, afin d'y capter les odeurs pour les mettre en spray, enregistrer les bruits, noter le nom de la lessive préférée…

    Source : Zigonet.com 

    L’étude notait aussi que 9 personnes sur 10 regrettaient de ne pas avoir leur « partenaire » avec eux. Néanmoins la prestation de ce site ne va pas jusqu’à « garnir » la chambre avec la (ou le) partenaire du voyageur ! Là ma peau se hérisse car je trouve horrible le terme de « partenaire » !

     

    Vous aurez noté tout de même l’importance des sens : odeur, son, toucher (pour l’oreiller), et donc du côté organoleptique de la chambre d’hôtel (caractère d’un produit pouvant être apprécié par les sens humains : toucher, goût, odorat, couleur, aspect, consistance)…

     

    Alors moi je leur propose de fournir aussi, dans la même prestation :

    ·          une carafe d’eau provenant du robinet de leur maison,

    ·           et pour les très bons clients de retapisser la chambre avec les restes de ce qui a servi pour leur propre domicile (il y a a toujours des restes, parce que tout le monde se trompe en achetant le nombre de rouleaux, et puis c’est peut-être mieux si les morceaux de tapisserie proviennent de plusieurs pièces…)


    La cible de clients susceptibles d'acheter cette prestation supplémentaire organoleptique :"Chez vous à l'hôtel" me semble tout de même réduite aux locataires réguliers des mêmes chambres d'hôtel : voyageurs d'affaires (commerciaux, consultants, inspecteurs, etc...).  Home sweet home, oui, mais frais supplémentaires à la charge de qui ?


    10 commentaires


  • Je vous propose ce soir d'aller visiter le blog de l'association Info Planète qui propose des sensibilisations sur les thèmes se rapportant aux modifications climatiques, à leurs conséquences potentielles, aux origines et enjeux du développement durable.


    3 commentaires
  • Je vous présente les habitants de l'ile Cousin aux Seychelles : des oiseaux magnifiques qui vivent sur une petite ile en compagnie de tortues géantes, dont une centenaire appelée Monsieur Georges.

    Tout d'abord : les sentinelles, des sternes présents partout et très photogéniques. Ici je suis passée après une scène de ménage, Monsieur et Madame se font la tête :


    Mon préféré : je trouve qu'il ressemble à un petit pingouin, avec ses pattes palmées et son air malheureux :


    Un paille-en-queue royal :



    et un peu plus loin : une boule de coton vivante, un adorable pioupiou, qui attend la becquée :




    Pour finir un zèbroiseau, particulièrement élégant :


    Le seul problème sur cette île c'est que l'on arrive propre et l'on ressort couvert de guano... Moi j'ai adoré, pas le guano, mais la proximité des oiseaux, même si j'ai oublié leur petit nom... Certains par contre ont interrompu la visite se sentant étouffer dans cette forêt emplie de piaillements ...

    12 commentaires