• Je vous ai parlé de la mer, des rochers, des coquillages, mais pas encore de la végétation.
    J'ai été très surprise en arrivant par la multitude d'arbres, même sur les sommets.
    Outre les pins, les palmiers, les oliviers, communs dans tous les pays Méditerranéens, sont très présents sur l'île : le chêne liège au tronc noir et aux formes tortueuses, le tilleul qui embaume avec ses clochettes parfumées, l'eucalyptus aux senteurs poivrées répulsif pour les moustiques, implanté là comme en Sardaigne il y a quelques centaines d'années pour lutter contre la malaria, le platane au tronc qui désquame...
    Chêne liège majestueux...



    Ecorce de platane et jeux de lumière...


    Clochettes de tilleul et eucalyptus :

    27 commentaires
  • Voici le surnom donné hier soir par mon fils, après la journée en bateau entre Bonifaccio et les îles Lavezzi...
    Ecrevisse ou homard auraient mieux correspondu à la couleur de mon nez et de mes bras, mais j'aime bien aussi "calamar"...
    Je ne me suis pas assez méfiée en bateau et enduite de crème : beaux coups de soleil et pas d'eau des Abbatilles pour les faire passer... L'eau des Abbatilles est une eau minérale puisée et mise en bouteille à Arcachon, eau possédant des vertus thérapeutiques. Il y a quarante ans mon grand père maternel était venu en vacances à Arès avec nous et peu habitué au soleil avait été brûlé tout de suite. Mes parents l'avaient accompagné chez le docteur qui lui avait conseillé de boire beaucoup d'eau des Abbatilles...
    Le calamar Bordelais rentre demain...


    8 commentaires
  • Non, ce n'était pas pour le manger...
    J'avais entre 2 et 3 ans. Le soir mes parents me prenaient dans leur lit un petit moment quand ma mère donnait le sein à mon petit frère. Mon père me racontait alors une histoire pour m'endormir...
    J'adorais déjà les histoires et les contes, mais comme Shéhérazade il m'en fallait une nouvelle chaque jour, à part Blondinette et les 3 ours qui était ma préférée, peut-être parce que j'étais blondinette...

    Mon père était instituteur dans une petite école de campagne, dans le Lot-et-Garonne, Trémons, pour être très précise. Quand il commençait à raconter, si ce n'était pas "Blondinette et les 3 ours", et que je reconnaissais le début d'une histoire connue, je disais tout de suite "Une autre !".
    Un soir il avait commencé l'histoire de Cendrillon, archi rabattue, et s'était endormi. j'ai dit "Une autre !", il n'a pas réagi. Et je l'ai mordu au ventre...
    Faim d'histoires, et d'histoires différentes...
    Ce n'est pas glorieux pour moi, mais c'est la vérité...

    9 commentaires
  • Je parodie un peu le nom de ma barque préférée, présentée il y a quelques temps dans mon billet "Les jolis mots" : "Effort = volonté = joie", pour vous raconter mon petit bonheur du matin.
    A 7h00 je suis revenue sur la plage de l'hôtel, fortement brassée par la mer un peu forte. J'ai ramassé du sable pour Dany et Dana, quelques coquillages, petits mais très jolis. Et puis je suis tombée nez à nez avec un oeil de Sainte-Lucie (nez à nez : c'est une façon de parler : je suis petite mais pas autant que ça, je vous raconterai une autre fois comment je suis tombée nez à nez avec un hérisson...). Si tu en trouves un, tu en trouveras bien sept, me suis je dit.
    Effectivement en moins d'un quart d'heure j'en ai trouvé 6 autres : j'ai donc les 7 !

    J'étais assez contente de l'annoncer à mon animateur de fils, qui gentiment m'avait offert hier soir le seul qu'il a trouvé depuis son arrivée ici.
    Nous sommes partis ensuite vers Bonifaccio où nous sommes montés sur un bateau d'excursion en direction des îles Lavezzi. La sortie du goulet de Bonifaccio est un moment de pur bonheur. Le départ a lieu au niveau du petit carré et de la flêche rouge :


    Ensuite nous avons fait escale sur une des îles, entourée de mer turquoise et de rochers aux formes douces où nous avons vu : une 2CV, un requin gueule ouverte, un poisson à l'oeil proéminent, un lion, etc... Nous avons crapahuté sur les sentiers avant d'arriver sur la plus grande plage, face au monument érigé en souvenir du naufrage de la Sémillante, en 1855, au large de Bonifaccio, et des 750 victimes...
    Nous avions eu chaud et la mer était là pour nous rafraîchir. Pur délice. Pique-nique sous les yeux d'un cormoran téméraire, future star sur mon blog... Nouvelle baignade et puis collecte de coquillages, cailloux et ... yeux de Sainte-Lucie...
    Je mes suis assise et je n'ai eu qu'à tendre la main à droite, à gauche pour en ramasser autant que je voulais... Ce sera pour mes "prunelles"...

    9 commentaires
  • Ile baignée de soleil aux eaux turquoises, bordées de rochers aux formes douces, polies parle vent et la mer : petit bout détaché des Seychelles ayant dérivé de l'Océan Indien vers la mer Méditerranée...



    Cette nuit le mistral s'est levé et le ressac de la mer sur les rochers m'a bercée... Plus efficace que le bruit des voitures, moins qu'une épaule accueillante...
    Ce matin la plage sous mes yeux ressemble plus à Belle Ile en Mer, ou à la Bretagne, secouée par le vent. La mer vient se fracasser sur les rochers en volutes d'eau, geysers blancs qui éclatent, feu d'artifice de goutelettes.

     A mon retour j'essaierai désespérement de peindre ces vagues, cette impression à la fois de force et de faiblesse, de dureté et de douceur, l'eau qui prend toutes les formes, toutes les couleurs, contre ces rochers noirs imperturbable... J'userai la bougie sur le papier, projetterai des goutelettes de gomme à masquers sur le papier blanc, puis du bleu indigo, du turquoise, de l'outremer...


    16 commentaires