• Pour ce 123ème Café Thé, je vous ai proposé de délirer autour de cette sculpture photographiée sur le place Saint-Louis, à Périgueux, en Dordogne.

     

    C'est une sculpture de Gérard Ramon baptisée "La source" par l'artiste et "La grenouille" par les Périgourdins.

     

    . Je vous l'ai déjà montrée dans mon article "Balade dans les rues de Périgueux".

     

     

     

     

    Je vous ai demandé de broder autour de cette Dame Grenouille, en nous faisant partager vos impressions devant cette sculpture

     

    ou en imaginant vos aventures avec elle (elle a été "enlevée" en 2011, puis retrouvée),

     

    à moins que vous nous racontiez ses pouvoirs magiques à exaucer les voeux, guérir les blessures, caresser l'âme ou autre...

     

    Les consignes étaient : Ecrivez, fabulez, rimez, dessinez, brodez, scrappez, chantez, délirez, faites ce que vous voulez... Faites nous rire ou pleurer...

    Si vous êtes blogueur, ne publiez pas votre texte avant la parution des participations (le 2 août 2020)

     

    Vous êtes 9 à avoir participé (Jill Bill, Rose, Jean-Luc, Martine, Gisèle, Durgalola, Renée, Daniel et Ecureuil bleu)

     

    et je vous en remercie.

     

    Bravo à tous et toutes !

     

     

    Hier, je vous ai présenté les participations de Jill Bill, Rose, Jean-Luc, Martine et Gisèle.

     

    Voici les participations de Durgalola, Renée, Daniel et Ecureuil bleu.

     

     

    "La source" de Durgalola du blog : "Petites graines" :

     

    La Source de Gérard Ramon

    Gérard Ramon reconnaît l’influence des grands sculpteurs, comme Auguste Rodin (1840-1917), et celle de son maître aux Beaux-Arts, Marcel Gimond. Pour lui, l’artiste doit créer un art vivant. « Ces sculptures là ont une vie. C’est pour ça que les gens les aiment bien. Grâce aux formes humaines ou animales, ce sont des histoires qui naissent et se transmettent »

    source Maurepas

     

     

     

    Marianne, la fille de l'ébéniste, Joseph BONAMOUR, a grandi dans un village où vivent encore 200 âmes, dans une maison au fond de la vallée tout près de la mare des mauves. Sa mère, infirmière est souvent absente, allant dans tous les coins du canton pour les pansements des plaies variqueuses de la mère Noël, le diabète de Jojo, distribuant sourire par ci, sourire par là, même quelques courses aux plus âgés.

    Colas, le frère aîné de Marianne s'est engagé dans l'armée, souhaitant devenir médecin. Quand à la petite Marie-Rose, elle souffre d'un autisme profond, griffant ou crachant sur les siens comme les chiens et les chats. Elle vit dans la "maison du bonheur" à R.. Alors durant les vacances, quand son père rabote et sa mère pique, Marianne se trouve un peu seule dans la maison éloignée du village.

    Un jour d'été, car tout commence un jour, elle se rend vers la mare, s'y amuse, contemple les libellules, saute comme un cabri. Une  grenouille verte, une rainette, sur le bord se dore au soleil lorsqu'une ombre grise s'approche très rapidement, l'enfant n'a que le temps de prendre la demoiselle dans le creux de ses mains. Le danger est passé. Le héron s'est envolé ! 

    La petite remet sa protégée près de l'eau et miracle, elle se met à la remercier de lui avoir sauvé la vie. 

    "Je te nomme héritière de mon royaume "La Source"... car je suis un roi et non une reine ! Quand tu auras besoin de moi, je serais toujours présent !" Un pacte de signer ; Marianne reviendra de jour en mois, en année retrouver le roi Aymeric. 

    Les histoires à raconter sont nombreuses et le conteur, souhaite surtout parler de cette histoire étrange, le vol de la statue LA SOURCE à Périgueux. Marianne, vous savez, a grandi, puis un jour elle a embrassé à nouveau le roi Aymeric sur la tête et s'est transformée en reine des grenouilles, au corps de femme et à la tête de grenouille.

    En 1980, Gérard Ramon a fait sa rencontre auprès de la mare. Ma mère était si belle qu'il s'en est inspirée. C'est pourquoi, en 2011, après sa mort, j'ai pris la statue. Désormais, près de sa tombe au bord de la mare aux mauves, la statue veille sur le monde des rainettes et des hommes aux mains calleuses. 

     

     

     

    "La fontaine" de Renée du blog : "Envie de" :

     

    Elle est là, elle trône 

    De granit semble son socle 

    Silhouette en losange 

    Rien ne la dérange 

    Elle se désaltère devant le passant 

    En mouvement incessant. 

    Impassible immobile. 

    Elle est plutôt jolie. 

    Brun vert sa couleur  

    Voulu satinée par son réalisateur 

    Si doux au touché semble son aspect 

    On contemple l’œuvre avec respect ! 

    Que représente-t-elle je me demande ? 

    Sur Google je quémande 

    Peu d’informations sont livrées 

    De quoi être frustrée 

    En pâture je vous les livre 

    Peut-être acquérez-vous ce livre ! 

     

    Advis Et Devis De La Sovrce De Lidolatrie Et Tyrannie Papale, Par Qvelle Pratiqve Et Finesse Les Papes Sont En Si Haut Degre Montez (1856) (French Edition) (French) Broché - 10 septembre 2010 

    "Source..." de Daniel du blog : "Chez Chaton Daniel" :

     

    L’auteur l’a appelé source ;
    A ses pieds l’eau finit sa course.
    Dans un ancien bassin
    Qui croisera votre chemin,
    Dans la visite de Périgueux
    Avant de lui dire adieu.

    Que représente cette masse de pierre ?
    Moi, je ne vois que le mur de la chapelle qui est derrière.
    Pour certains, c’est une grenouille,
    Qui a une bonne bouille.
    L’auteur l’intitule la source.
    Elle a de loin la tête d’un ours !

    Pauvre grenouille fixée sur un socle de pierre,
    Assise comme une écuyère.
    De l’art moderne devant une ancienne chapelle,
    Où l’on a chanté le gospel ;
    Lieu de culte dédié à saint Louis,
    Qui devant cette œuvre, se serait évanoui.

    Je ne suis pas un féru d’art moderne,
    Je ne la cacherais pas pour autant dans une caverne ;
    Chacun a sa place dans une ville,
    C’est une question civile.
    Mais que l’on respecte les artistes antérieurs,
    Qui ont souvent façonné l’extérieur.

    Périgueux, ville magnifique et de caractère,
    De nombreux monuments, propriétaire
    Site gallo-romain et son musée archéologique,
    Terre historique
    La cathédrale Saint Front et autres monuments
    Qui fleurissent depuis longtemps.

    Le parc des Arènes,
    Ceinturé de tilleuls et de frênes,
    Ou celui de Vésone,
    Situé dans une autre zone,
    Auraient Pu accueillir ce monument moderne,
    Détruisant ainsi toutes les balivernes.

    Tours a le même problème
    Qui détruit son emblème.
    Le monstre qui a donné son nom à la place,
    A rejeté du passé, toute trace.
    Des jardins auraient pu l’accueillir,
    Tranquillement, il y aurait pu vieillir.

     

     

    "Dame Grenouille et mon voeu..." d'écureuil bleu :

     

     

    J’ai d’abord vu la dame potelée, aux formes douces, pas la grenouille.

    Elle tourne le dos aux personnes attablées sur cette place Saint-Louis, boit et ne regarde personne.

     

    Dame Grenouille, avez-vous des pouvoirs magiques ?

    Si je bois 3 gouttes de votre eau ou vous donne un baiser

    sur le bout du nez,

    exaucerez- vous mon souhait ?

    Je suis 5 fois grand-mère.

    Je voudrais juste devenir une vraie mamie,

    à qui l’on confie les petits.

     Pas seulement chez soi , où on peut la surveiller et la recadrer sans cesse,

    mais aussi chez elle…

    Je voudrais juste pouvoir transmettre

    à ces petitous tant aimés,

    mon amour des arbres et des oiseaux,

    l'enthousiasme et l'envie d'apprendre,

    de découvrir et expérimenter...

    Je voudrais leur montrer mon cher Bassin d'Arcachon,

    les aigrettes garzettes,

    les crabes et les crevettes...

    Je voudrais leur raconter des histoires,

    Rire avec eux aux éclats,

    Tisser des souvenirs...

    Je voudrais les écouter, les observer, les encourager...

     


    9 commentaires
  • Pour ce 123ème Café Thé, je vous ai proposé de délirer autour de cette sculpture photographiée sur le place Saint-Louis, à Périgueux, en Dordogne.

     

    C'est une sculpture de Gérard Ramon baptisée "La source" par l'artiste et "La grenouille" par les Périgourdins.

     

    . Je vous l'ai déjà montrée dans mon article "Balade dans les rues de Périgueux".

     

     

     

     

    Je vous ai demandé de broder autour de cette Dame Grenouille, en nous faisant partager vos impressions devant cette sculpture

     

    ou en imaginant vos aventures avec elle (elle a été "enlevée" en 2011, puis retrouvée),

     

    à moins que vous nous racontiez ses pouvoirs magiques à exaucer les voeux, guérir les blessures, caresser l'âme ou autre...

     

    Les consignes étaient : Ecrivez, fabulez, rimez, dessinez, brodez, scrappez, chantez, délirez, faites ce que vous voulez... Faites nous rire ou pleurer...

    Si vous êtes blogueur, ne publiez pas votre texte avant la parution des participations (le 2 août 2020)

     

    Vous êtes 9 à avoir participé (Jill Bill, Rose, Jean-Luc, Martine, Gisèle, Durgalola, Renée, Daniel et Ecureuil bleu)

     

    et je vous en remercie.

     

    Bravo à tous et toutes !

     

     

    Voici les 5 premières participations, de Jill Bill, Rose, Jean-Luc, Martine, Gisèle...

    Celles de Durgalola, Renée, Daniel et Ecureuil bleu, paraitront demain.

     

     

     

     

    "La source thérianthrope..." de Jill Bill du blog "Melting-pot" :

     

     

     

     

    Une source, au goutte à goutte, un chapelet de rosée,

    Chichement partagé,

    Grosse égoïste cette dame grenouille

    Du genre

    « J'ai du bon tabac dans ma tabatière

    J'ai du bon tabac... tu n'en auras pas, passant »

     

    Moi j'en envie de lui dire, façon Chaperon Rouge,

    Comme vous avez de grandes cuisses...

    Comme vous de grands bras...

    Comme vous avez de grands yeux...

    Comme vous avez grande soif...

    Et vous me faites penser à Jeanneke Pis, accroupie...

     

    Qui voudra vous embrasser

    Pour vous changer en princesse charmante, Reinette... !?

     

    Quarantenaire, ô ne faites pas cette tête-là,

    Un jour, qui sait...

    A moins qu'en versant une potion de sorcière dans votre sébile...

    Faut-il encore en connaître une, de sorcière !

     

    En attendant vous resterez, sans miracle,

    Cette espèce de bénitier des rues...

    Votre eau qui se raconte de bouche à oreille

    Bénéfique

    Comme pour ces vieilles ouailles qui se signent avec,

    Loin du regard du curé... !!

     

    Thérianthrope :  Les créatures thérianthropes sont des créatures imaginaires mêlant à la fois des caractères humains et des caractères animaux selon des proportions diverses.

     

     

    "La fontaine de Dame Grenouille" de Rose du blog :

     

    "Golondrina 63" :

     

    Tel un oasis dans le désert

    Désert humain

    Humain , vague à l'âme

    Dans ce désert

    Le monde a soif 

    Soif de bonheur 

    Bonheur jusqu'aux larmes

    Larmes de pluie

    Pluie et rigoles en folie 

    Folie et joie 

    Quand une fontaine jaillit 

    Peu importe la forme 

    L'artiste fait jaillir l'oasis de son coeur 

    Pour que l'eau nous susurre sa douce mélodie ...

     

     

    "Les grenouilles..." de Jean-Luc du blog :

     

    "Les voyages de Sylvie & Jean-Luc" :

    Les participations au Café Thé n° 123 - La fontaine de Dame Grenouille (1/2)...
    Les participations au Café Thé n° 123 - La fontaine de Dame Grenouille (1/2)...
    Les participations au Café Thé n° 123 - La fontaine de Dame Grenouille (1/2)...

    Dans le même style que ta statue ( de ton article) rendons à César ce qui appartient Gérard Ramon, voilà quelques statues de grenouilles qui sont aussi surement d'un célèbre sculpteur, je ne sais pas lequel, oups, qui se trouvent à Eugénie les bains dans les Landes (40), pas de poésies ou de rimes, seulement des photos, pas besoin d'être des enfants pour en profiter, lol,

     

     

    "Bubuche la grenouille..." de Martine du blog : "Quai des rimes" :

     

    Grenouille je m’appelle Bubuche

    Je suis forte comme un bœuf de labour

    Je suis grosse comme un œuf d’autruche

    Depuis bien longtemps j’ai rêvé d’être

    Fine comme de la ciboulette

    Où avoir les taille et dar de guêpe

    Je piquerai les touristes, ces lâches

    Qui me surnomment la grosse vache

    Si j’avais une taille de sauterelle

    Mon mâle le traitre Machiavel

    Me sauterait à chaque instant

    Hélas j’ai une taille d’éléphant

    Machiavel me trompe allègrement

     

     

    "La fontaine de Dame Grenouille, à Périgueux" de Gisèle du blog : "Autobiographie - Ariane Grimm" :

     

    Dame Grenouille était une fontaine qui, comme une vraie mère, faisait du bien à tous les gens de Périgueux ! Mais un jour, lasse que tant de passants viennent caresser ses rondeurs, elle cessa de distribuer de l’eau. En fait, voilà ce qui s’est réellement passé : Ce n’était pas de l’eau que Dame Grenouille distribuait, mais une boisson délicieuse que curieusement, on appelait « Co-caco-la ». C’était un liquide qui pétillait et avait un goût si merveilleux que les passants s’agroupaient autour de Dame Grenouille et, s’approchant de plus en plus nombreux autour de la soucoupe qu’elle tenait entre ses mains, ces goulus en prenaient une lippée... puis deux lippées… tant et si bien que leurs lèvres se touchaient et, se faisant, ils se contaminèrent avec un virus appelé « coronachinoisus », encore plus redoutable que celui de la grippe espagnole de 1919 !

    Etouffée et ne pouvant plus respirer, non par le virus mais par l’afflux de ces passants assoiffés, Dame Grenouille asphyxiée ! tomba du haut de son socle « La Source 1980 » et se brisa ! Alors, devant ce spectacle lamentable et douloureux, les passants décidèrent d’en ramasser les morceaux et d’aller les porter chez le sculpteur Robert Ramon (le frère de Gérard) qui en recolla les morceaux et rapporta lui-même (il était costaud !) la belle Dame Grenouille là où elle avait tristement chuté, et la posa sur un socle beaucoup plus solide ! Par chance, cet homme était très généreux et il obtint, en échange de son âme, que la belle Dame ait une nouvelle soucoupe d’où s’écoulerait non pas du coca-co-la, boisson trop sucrée et finalement mauvaise pour la santé !... mais de la bonne EAU FRAÎCHE !

     Et désormais, les passants, toujours admiratifs devant une telle beauté (et enfin en bonne santé) caressent doucement l’épaule gauche plus arrondie que l’épaule droite de la Dame. Il paraît même que certains passants, plus coquins que d’autres, lui chatouillent son joli pied gauche recouverts d’un bout de chaussette car ils voient bien que la pauvre, avec toute cette eau qui coule hiver comme été, a froid au pied !!! Et je peux dire que maintenant, grâce à Dame Grenouille, tout le monde est heureux à Périgueux .

     


    6 commentaires
  • Je prépare de temps en temps cette recette, que j'apprécie beaucoup. Cette fois j'y ai ajouté un petit plus avec des perles de citron caviar (du citronnier dont je vous ai parlé il y a quelques jours).

     

    Ingrédients pour 2 personnes :

    • 8 noix de saint-jacques
    • 2 oignons
    • 3 poivrons (pour moi 1 rouge, 1 jaune et 1 vert)
    • 1 citron caviar
    • huile d'olive

     

    La recette :

     

    1. Peler les oignons et les couper en morceaux
    2. Préparer les poivrons : les laver puis les ouvrir, enlever les pépins et les couper en lanières
    3. Dans une sauteuse, verser un filet d'huile d'olive
    4. Verser les oignons et les poivrons et les faire cuire, en remuant de temps en temps, d'abord à feu vif (7/10), puis baisser le feu(4/10), pendant 25 à 30 minutes.
    5. Déposer les noix de saint-jacques et les faire cuire 2 à 3 minutes de chaque côté
    6. Servir les noix sur leur lit de poivrons et d'oignons

     

    C'est un vrai régal.

    Les billes de citron craquent sous les dents, apportant leur touche entre citon et pamplemousse.

     

     

    Noix de saint-jacques sur lit de poivrons...
    Noix de saint-jacques sur lit de poivrons...
    Noix de saint-jacques sur lit de poivrons...
    Noix de saint-jacques sur lit de poivrons...

    13 commentaires
  • J'ai reçu ce livre dans le cadre de l'opération "Masse critique", organisée par Babelio en juin 2020.

    Merci à Babelio et aux Editions Nanika pour cet envoi.

    Informations pratiques : guide culturel paru en janvier 2020, aux éditions Nanika. 142 pages. 15 €.

     

     

    La 4ème de couverture :

    L’Afrique du Sud est un pays à la fois bien connu et complètement méconnu du grand public. On connaît l’apartheid, les safaris et leurs lions, Joahnnesburg (qui, non, n’est pas la capitale), Nelson Mandela, la Coupe du monde (rugby et foot), Sowetho. Mais on oublie souvent les rites xhosas ou zoulous, l’ubuntu, le pap, la fierté des Khoi-khoi, la vie des fermiers, les guérisseurs, l’univers underground de Johannesburg… et tant d’autres.
    Camille Hinas est arrivée en Afrique du Sud en 2017. Dans ce livre, elle vous emmène à la rencontre de ce pays fascinant, de son peuple, de son histoire et de son quotidien. Qui sont les Khoisans et les Bantous ? Qu’est-ce qu’une sangoma ? Comment est fait le morogo wa diwana ? Quels sont les enjeux sociaux auxquels doit faire face aujourd’hui la Rainbow Nation ? Et au niveau environnemental, comment protéger ce patrimoine naturel incroyable ? Ce guide culturel vous offre un panorama complet de tous ces petits quelque chose qui font l’âme de l’Afrique du Sud. Vous n’y trouverez pas de bonnes adresses ni d’itinéraires mais une rencontre humaine avec un pays et ses habitants, un guide personnel et engagé qui donne à voir la nation arc-en-ciel au-delà des clichés, un portrait honnête, sans artifice ni simagrée, à la fois beau et tragique, lourd et léger, plein d’espoir mais aussi de doutes, sauvage et urbain… à l’image de l’Afrique du Sud.

     

    Mon ressenti :

    Ce petit guide sur l'Afrique du Sud, dans la collection : "Quelque chose de", est découpé en 5 parties : histoire, religions et croyances, gastronomie, patrimoine culturel et naturel, et au quotidien.

    Il est parsemé de photos, de dessins aquarellés et de QR codes pour écouter des musiques ou regarder des vidéos.

    Il offre une première vision, assez complète du pays et s'adresse avant tout aux jeunes désireux d'en apprendre plus avant de visiter le pays. Il y a des conseils et des astuces utiles, mais c'est plus un guide culturel qu'un guide touristique.

    Ayant visité l'Afrique du Sud en 2013, j'espérais en apprendre plus, découvrir d'autres lieux qui m'auraient donné envie d'y retourner, revoir la faune et la flore que j'avais appréciés.

    Cela m'a surtout donné envie de feuilleter mon livre-photo sur mon voyage, et de revoir mes articles.
     

    "Quelque chose d'Afrique du Sud" de Camille Hinas...

    6 commentaires
  • Dimanche 26 juillet, le ciel était très nuageux au-dessus du Bassin et de l'Océan. je suis allée en vélo jusqu'au bout de la jetée. La marée était haute.

    Face à moi il y avait Arcachon :

    Petite balade du dimanche 26 juillet 2020...

    Sur ma droite, en direction de la presqu'île du Cap-Ferret, le ciel était plus dégagé. Au premier plan, ce n'est pas une rizière mais des herbes, ou plutôt des algues, pas encore recouvertes par la mer :

    Petite balade du dimanche 26 juillet 2020...

    Et sur ma gauche, les plages et le club de voile, les nuages et la mer qui miroite...

    Petite balade du dimanche 26 juillet 2020...
    Petite balade du dimanche 26 juillet 2020...
    Petite balade du dimanche 26 juillet 2020...
    Petite balade du dimanche 26 juillet 2020...
    Petite balade du dimanche 26 juillet 2020...
    Petite balade du dimanche 26 juillet 2020...
    Petite balade du dimanche 26 juillet 2020...
    Petite balade du dimanche 26 juillet 2020...
    Petite balade du dimanche 26 juillet 2020...

    Il y a juste 36 ans, j'étais devenue maman pour la première fois, d'un petit Julien...


    18 commentaires