• Quand je suis allée en Corse, j'ai participé à une balade proposée par l'hôtel et animée par mon fils.
    Nous avons marché le long de la falaise surplombant la plage jusqu'à une rivière qui se jette dans la mer, admirant les rochers et la flore, les montagnes au loin avec un petit village niché tout en haut.
    Au retour tous étaient pressés de rentrer. J'étais  un peu à la traîne regardant partout autour de moi pour dénicher une plante ou un arbre à photographier. Et j'ai vu alors une jolie tortue sur le bas-côté s'enfonçant dans le maquis.

    Presque nez à nez avec elle... J'ai appelé les autres marcheurs qui sont venus admirer cette jolie princesse en liberté avec sa caravane sur le dos. Elle m'a rappelé la tortue que mon père avait ramené du Maroc quand j'étais très jeune. Même taille, même carapace. Bien sûr je voulais la photographier de face mais impossible de me coucher face à elle dans la broussaille.

    Un des touristes a pris doucement la tortue dans sa main pour que je puisse lui tirer le portrait. Mais quand elle m'a vue cette fois vraiment "nez à nez", elle a eu peur et est rentrée chez elle.

    Le monsieur a reposé délicatement la tortue qui m'a tourné le dos et s'est enfuie le plus vite qu'elle a pu.
    Les tortues Corses seraient elles encore plus timides que les écureuils bleus ?


    Des tortues j'en ai vues de taille très différentes : petites tortues de Floride offertes par mon père à mes fils lorqu'ils étaient enfants. Je leur avais acheté un bac spécial avec plongeoir mais elles n'ont pas amusé longtemps mes garçons et sont mortes un jour sans que l'on sache de quoi.

    Aux Seychelles, sur l'île Cousin dont je vous ai déjà parlé, j'ai rencontré Monsieur Georges, tortue centenaire, de belle taille. Si grande qu'elle n'a pas logé en entier sur la photo (bon d'accord, je n'ai pas été très bon reporter, je n'ai pris que la tête).

    Sur La Digue, aux Seychelles aussi, une tortue se balade sur la route en toute tranquillité car il n'y a pas de voiture sur cette île, juste des chars à boeufs et des vélos. Cette tortue profite de la vue sur la mer à son rythme. Elle "roule" sagement à gauche, comme l'exige le code de la route dans ces îles.



    22 commentaires
  • Michèle m'a autorisée à publier son très joli poème, lu sur son blog, "Le blog de Mirélie". 

    "Le petit écureuil"

    Huit heures du matin, vacances printanières,

    Réveil spontané sans réveil programmé.

    Réveil dans notre caravane au milieu des prés

    Caravane installée sous les saules, les érables, les sorbiers.

    Vacances au calme en pleine campagne

    Avec pour seuls compagnons la brise et les oiseaux.

     

    Je tire le rideau sur la nature ensommeillée,

    La végétation originelle par l’homme non gérée,

    La campagne, comme en ville, on n’en voit plus jamais.

    A perte de vue, les champs, les arbres, les collines boisées.

    Et, le ciel immense, semble-t-il, plus vaste,

    Qu’ailleurs, tout près de la ville.

    Le gazouillis des oiseaux accompagne notre réveil,

    Et semble nous souhaiter un bon accueil.

     

    Première image inattendue en ce début de journée,

    Un petit écureuil, sur l’herbe, semble posé.

    Il a l’air si léger, sur ses pattes, appuyé.

    Il grignote, devant notre porte, quelques miettes laissées.

    Petit écureuil roux, vif,

    Petit écureuil furtif.

    Petit animal fugitif.

     

    Souhaitant conserver une image durable

    De ce court instant de nature sauvage,

    Nous avons essayé de te saisir et te garder

    Dans nos images pérennes, nos photos souvenirs.

    La porte, doucement entrebâillée,

    L’appareil photo autour du cou déjà prêt.

    Mais, sitôt la porte ouverte. Hop ! Déjà enfui.

    Rapide comme l’éclair, pas le temps de garder

    Un seul cliché de toi dans notre album photos.

     

    Vite, tu as grimpé sur le tronc d’un sorbier,

    Etonné, semble-t-il, d’être ainsi dérangé.

    A paru regarder si tu étais poursuivi.

    De toute manière, tu avais décidé,

    De ne pas nous offrir plus,

    Que ce que tu nous avais déjà donné,

    Un fugitif instant d’intense bonheur,

    Une brève image de ta sauvage vie,

    Un moment pendant lequel nous avons oublié

    Combien l’homme, de tous temps,

    Est parvenu à oublier,

    Qu’il n’est pas venu sur terre le premier,

    Et, qu’il ne devrait pas se comporter,

    Comme le maître du monde,

    Et, toutes les créatures, négliger et tuer.

     

     

    Mercredi 20 Mai 2009

    Michèle Durand


    17 commentaires
  •  
    Tout le monde avait raison...
    A Hyères, dans le Var, c'était la question depuis lundi dernier  : l'animal marin trouvé échoué sur la plage, et en partie décapité, était-il un requin ou un dauphin ?
    Les promeneurs avançaient la piste du requin. En revanche, pour les scientifiques, aucun doute, il s'agissait d'un dauphin.

    Promeneurs et scientifiques avaient tous deux raison, puisque ce n'est pas un seul animal marin qui a échoué, mais deux! Un requin et un dauphin, rapporte Var Matin. Mais chacun ignorait la présence de l'autre animal marin à quelques mètres d'intervalle.
    Mystère supplémentaire : le corps du requin a disparu...




    10 commentaires
  • Je vous ai parlé de la mer, des rochers, des coquillages, mais pas encore de la végétation.
    J'ai été très surprise en arrivant par la multitude d'arbres, même sur les sommets.
    Outre les pins, les palmiers, les oliviers, communs dans tous les pays Méditerranéens, sont très présents sur l'île : le chêne liège au tronc noir et aux formes tortueuses, le tilleul qui embaume avec ses clochettes parfumées, l'eucalyptus aux senteurs poivrées répulsif pour les moustiques, implanté là comme en Sardaigne il y a quelques centaines d'années pour lutter contre la malaria, le platane au tronc qui désquame...
    Chêne liège majestueux...



    Ecorce de platane et jeux de lumière...


    Clochettes de tilleul et eucalyptus :

    27 commentaires
  • J'ai reçu il y a quelques jours ce message dans ma boitaméls, parti automatiquement dans les "Spams", avec les propositions de médicaments miracles, beaucoup de Viagra (peut-être à cause de l'âge mais c'est raté à cause du sexe) ou de gains d'argent facile, les successions de lettres et chiffres cabalistiques...
    Je vous la livre telle qu'elle :

    Bonjour,

     

    Je soussigné Marry  fille  du feu Christopher Adel  ancien directeur de cabinet de Henry charles de la  République de Cote d’ Ivoire assassine à Abidjan pas les escadron de la mort.

     

    Je vous envoie ce message dans un cadre de partenariat.
    Dans la confiance, l’honnêteté et la franchise que je me confie a
    vous en secret.

     

    Je suis en possession d’une somme importante de 12.000.000 Euro cash
    déposé dans une agence de sécurité privée à Abidjan Cote
    d'ivoire. 

    J’ ai besoin de vous pour m'aider a recupere la malle et le faire
    transfer  pour des investissements plus fiable et une fois la malle a votre destiantion. 

    Je vous rassure qu’il n’y a aucun risque. L’ agence de
    sécurité ignore le contenu du colis. Il a été déclarer comme les biens de famille.

     

    Je vous propose 15% de la totalité de la somme. Et 5% pour toute dépense.

     

    Je voudrais investir cet argent dans tous les affaires que vous me proposerez une fois que vous m'aider à sortir ce colis de cette société de sécurité à Abidjan.

     

    Dans l’attente de votre réponse, 

     Marry

     
    20% de 12 millions d'euros, ça fait 2,4 millions d'euros pour moi! Je vais pouvoir m'arrêter de travailler et écrire, peindre, voyager tout le temps !
    Une pièce était jointe, peut-être la fameuse valise, mais je me suis bien gardée de l'ouvrir...
    L'adresse de l'expéditeur et celle du destinataire étaient la même, pas du tout la mienne !
    Ne me demandez pas l'adresse de Marry et sa valise car j'ai détruit le message...

    (photo internet)

    9 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique