• EB - Un livre coup de coeur, bouleversant : "Le bal des folles" de Victoria Mas...

    J'avais lu de bonnes critiques sur ce livre, et je l'ai acheté en librairie lors de ma balade à Périgueux.

     

    Informations pratiques : paru en août 2019 aux éditions "Albin Michel". 251 pages. 18,90 €

     

    L'auteur : c'est le premier roman de Victoria Mas, récompensé par le Prix Stanislas, le Prix Patrimoines, le Prix Première plume et le prix Renaudot des lycéens.

     

    La 4ème de couverture :

    Chaque année, à la mi-carême, se tient, à la Salpêtrière, le très mondain Bal des Folles. Le temps d’une soirée, le Tout-Paris s’encanaille sur des airs de valse et de polka en compagnie de femmes déguisées en colombines, gitanes, zouaves et autres mousquetaires.Cette scène joyeuse cache une réalité sordide : ce bal "costumé et dansant" n'est rien d'autre qu'une des dernières expérimentations de Charcot, adepte de l'exposition des fous.

    Dans ce livre terrible, puissant, écrit au scalpel, Victoria Mas choisit de suivre le destin de ces femmes victimes d'une société masculine qui leur interdit toute déviance et les emprisonne. Parmi elles, Geneviève, dévouée corps et âme au service du célèbre neurologue ; Louise, une jeune fille "abusée" par son oncle ; Thérèse, une prostituée au grand coeur qui a eu le tort de jeter son souteneur dans la Seine ; Eugénie Cléry enfin qui, parce qu'elle dialogue avec les morts, est envoyée par son propre père croupir entre les murs de ce qu'il faut bien appeler une prison.

    Un hymne à la liberté pour toutes les femmes que le XIXe siècle a essayé de contraindre au silence.

    Mon ressenti :

    Ce roman se déroule en 1885, à Paris.

     

    Geneviève est intendante à la Salpétrière, rigide, intimidante, ni injuste ni malveillante, "simplement, elle n'inspire pas d'affection". Totalement dévouée à l'hôpital et au professeur Charcot qui dirige le service des aliénées elle fait le lien entre le personnel médical et les malades, sans aucune pitié pour celles-ci. Geneviève a perdu sa soeur adorée, Blandine.

    Louise est jeune et naïve, enthousiaste, attirée par un interne qui lui tourne autour.

    Thérèse est une ancienne. Elle tricote des châles (tiens, comme moi), console les autres malades, ne veut pas quitter l'asile.

    Eugénie Cléry vit dans une famille aisée, avec un père intransigeant, un frère soumis, une grand-mère qui l'écoute. Eugénie a un don, converse avec les morts, et se retrouve internée par son père, à la Salpétrière, parce qu'elle pourrait salir son nom. Eugénie est internée quelques semaines avant "Le bal des folles", événement annuel qui attire le Tout-Paris, préparé longtemps à l'avance par les pensionnaires heureuses d'être vues, certaines étant aliénées et d'autres non..

     

    J'ai apprécié les personnages de ce roman, notamment Geneviève et Eugénie.

    Le sort des femmes, à la merci de leur père, leur frère ou leur mari, il y a à peine 150 ans, m'a révoltée : de quoi être internée à cette époque-là.

     

    C'est bien écrit et captivant, avec une fin très réussie : une belle découverte et un coup de coeur pour moi.

     

    Le sujet des internés en asile à tort avait été traité aussi avec brio par Anna Hope dans "La salle de bal", roman se passant en 1911, en Grande-Bretagne, avec un bal hebdomadaire pour distraire les malades.

     

     

    Un extrait :

    - Mais la folie des hommes n'est pas comparable à celle des femmes : les hommes l'exercent sur les autres ; les femmes sur elles-mêmes.

     

    La critique de mon aminaute, Manou :

    « EB - Une petite princesse est née le 5 juillet 2020 : voici Valentine...EB - Petites pieuvres au crochet pour les prématurés, et pour Valentine... »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 8 Juillet à 19:45

    C'est "Fou" cette histoire, fait gaffe quand tu tricotes des chales, ou dis le pas trop fort, lol, bisou JL

      • Jeudi 9 Juillet à 19:22

        Ah, ah, ah ! Bonne soirée et bisous

    2
    Mercredi 8 Juillet à 20:01

    Je note le titre à cause de ces lieux que je connais un peu...

    De plus, il t'a plu, c'est un critère de référence.

    Bises du soir

    Mireille du sablon

    3
    Mercredi 8 Juillet à 20:44

    Bonsoir Brigitte 

    Je pense qu'il doit y avoir des passages assez costauds 

    Temps révolu , heureusement, bien que ....

    Bonne soirée, bisous 

      • Jeudi 9 Juillet à 19:37

        Non, c'est facile à lire. Bonne soirée et bisous

    4
    Françoise
    Mercredi 8 Juillet à 23:54

    Bonsoir 

    J'ai lu grâce a vous la salle de bal ,je l'ai lu le mois dernier ,celui ci lui ressemble mais je le prendrai a la bibliothèque car trop beau mais beaucoup de choses m'ont révoltés 

    Bonne nuit 

      • Jeudi 9 Juillet à 19:46

        Bonsoir Françoise. J'ai autant apprécié l'un que l'autre. Bonne soirée et bisous

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    5
    Jeudi 9 Juillet à 17:04

    Salut,

    C'est certainement un livre où l'on découvre la réalité qui souvent est cachée.

    Enfin le beau temps arrive et il fait un peu plus chaud qu'hier.

    On va s'occuper du jardin et remettre les parasols.

    Bonne journée

    6
    Vendredi 10 Juillet à 14:41
    Durgalola
    J'ai lu la salle de bal et son dernier livre, cette fois basée sur l'amitié de jeunes femmes au fil des années."nos espérances"
    Je regarderai à la médiathèque si ce livre est disponible. Aujourd'hui au contraire difficile d'être hospitalisé même pour un mois, le nombre de places limité. Beaucoup de malades psychiques sont SDF ou vivant très pauvrement.
    Bises
      • Samedi 11 Juillet à 19:56

        J'ai autant aimé la salle de bal que celui-ci. Bonne soirée et bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :