• EB - "L'anomalie" d'Hervé Le Tellier ne m'a pas enthousiasmée...

    Ce roman m'a été offert par Colette, une amie de mon club Tricot, pour me remercier de la casquette crochetée pour elle.

     

    Informations pratiques : roman d'Hervé Le Tellier, paru en juin 2020, aux éditions Gallimard. 327 pages. 20 €. Ce roman a obtenu le Prix Goncourt 2020.

     

    La 4ème de couverture :

    "Il est une chose admirable qui surpasse toujours la connaissance, l’intelligence, et même le génie, c’est l’incompréhension."
    En juin 2021, un événement insensé bouleverse les vies de centaines d’hommes et de femmes, tous passagers d’un vol Paris - New York. Parmi eux : Blake, père de famille respectable et néanmoins tueur à gages ; Slimboy, pop star nigériane, las de vivre dans le mensonge ; Joanna, redoutable avocate rattrapée par ses failles ; ou encore Victor Miesel, écrivain confidentiel soudain devenu culte.
    Tous croyaient avoir une vie secrète. Nul n’imaginait à quel point c’était vrai.

    Roman virtuose où la logique rencontre le magique, 'L’Anomalie' explore cette part de nous-même qui nous échappe.

     

    Mon ressenti :

    J'ai apprécié la première partie où l'on découvre les principaux personnages qui ont tous un point commun : avoir pris le vol Air France 006 Paris-NewYork en mars 2021, vol tumultueux où l'avion s'est retrouvé dans un cumulonimbus, puis soumis à un orage de grêle. Il y a Blake qui mène une double vie, Victor Miesel, un écrivain peu connu, Lucie et André, un couple en train de se séparer, Avril et sa fille Sophia, Joanna, une avocate, Slimboy, un chanteur nigérian.

    Cela fait pas mal de personnages aussi mieux vaut-il ne pas s'interrompre trop longtemps dans sa lecture. Je me suis demandée ce qu'il avait pu se passer dans cet avion, secoué comme une lessiveuse.

    Dans la seconde partie, les forces armées et les services secrets américains vont tenter de comprendre ce qu'il s'est passé au cours de ce vol 006. Des scientifiques et des représentants des différentes religions vont être interrogés et émettre des hypothèses, et à partir de là j'ai commencé à m'ennuyer, n'adhérant pas à tout ce qui est surnaturel ou science-fiction. Dans la troisième partie, la confrontation des doubles n'apporte pas grand chose.

    L'idée de départ est originale, c'est bien écrit, avec des références littéraires, des apports scientifiques, psychologiques et religieux, mais l'intrigue m'a semblé trop nébuleuse, artificielle, superficielle et surnaturelle.

    J'ai terminé le roman, en me demandant comment il avait pu obtenir le prix Goncourt. Pour moi, c'est ça l'Anomalie.

    Les critiques presse l'ont encensé, les lecteurs l'ont pour la plupart ou adoré, ou détesté. Mon avis est mitigé.

    Je l'ai fini il y a quelques heures et je serais incapable de citer les différentes hypothèses avancées, ou de reformer les couples...

    « EB - "Ma vie de libellule" de Daniel Magnin et Alain Cugno...EB - Deux chevaliers guignettes - avril 2021... »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 17 Mai à 09:08

    Voilà une histoire où l'imaginaire semble prendre une grande part... je pense que ça ne me déplairait pas, sauf si je m'embrouille dans les nombreux personnages, ce qui m'arrive souvent ! lol !

    Bisous et très bonne journée 

      • Jeudi 20 Mai à 19:20

        Bonsoir Lucky. Si tu le lis tu me diras ce que tu en penses. Bonne soirée et bisous

    2
    Lundi 17 Mai à 09:10

    ... à ne pas retenir alors. Il arrive quelque fois que l'on n'arrive pas à adhérer à une lecture,  je peux le comprendre.

    Bises dujour

    Mireille du sablon

    3
    Lundi 17 Mai à 09:31

    En matière de lecture 

    Il est vrai ce qui plait aux  un(e)s  ne plait pas forcément aux autres 

    Pour cela que je ne parle jamais de mes lectures 

    Cela dit lorsqu'un livre ne me correspond pas , je fais en sorte de ne retenir que ce qui peut éventuellement m'apporter , tout n'est pas négatif  et surtout , que beaucoup de lecteurs  ne lisent qu'entre les lignes sans dénicher et parfois même sans  comprendre  ce qui se cache dans certaines pensées du lecteur, je le vois journellement que les ficelles de la bonne lecture  ne sont pas données à tout le monde 

    J'ai animé un atelier de lecture pendant des années , et oui c'était de bons moments très instructifs sur le comportement d'un lecteur à l'autre ...

    Bonne journée Brigitte 

    Bises 

     

      • Jeudi 20 Mai à 20:53

        Bonsoir Rose. Ce roman a été adoré par de nombreux lecteurs, détesté par d'autres. Moi je mettrais 3/5. Bonne soirée et bisous

    4
    Lundi 17 Mai à 13:26

    Bonjour Brigitte

    Offrir un livre est super gentil mais pas évident, les goûts des uns ne concordent pas forcément  avec les goûts des autres, à moins de bien connaître la personne pour lui en choisir un, ce qui m'est déjà arrivée, offrir à une amie et à ma belle-fille, connaissant les goûts des deux.

    Des "anomalies"  il y en a pas mal un peu partout oops

    Bon début de semaine, bisous

      • Jeudi 20 Mai à 20:55

        C'est un très gentil cadeau et je suis contente d'avoir lu ce livre, même si ce n'est pas un coup de coeur. Bonne soirée et bisous

    5
    Lundi 17 Mai à 16:44

    Merci Brigitte pour ton ressenti et ton avis mitigé.

    J'ai tout de même envie de le lire pour savoir si vais l'apprécier ou non.

    Bisous du jour

      • Jeudi 20 Mai à 21:45

        Tu as raison : chacun doit se faire son opinion. Bisous

    6
    Lundi 17 Mai à 20:33

    Bonsoir Brigitte 
    Hélas ma vue ne me permet plus de lire, c'est épouvantable, malgré plusieurs opérations la dernière qui a raté .

     Me voici  de retour, après voir passé des journées exceptionnelles avec ma famille qui m'avait tellement manquée.

    Bonne soirée et gros bisous 

    Méline 

    7
    Mardi 18 Mai à 11:28
    J aime bien "mon club tricot",lol,bisous JL
    8
    Mercredi 19 Mai à 11:56
    Ah ! Bonjour Brigitte. C'est intéressant ! J'ai été fasciné par ce livre, cadeau de Noël avec lequel j'ai commencé l'année en beauté (lecture immédiatement suivie, pour rester dans l’ambiance, par celle de L'expiration, de Ted Chiang, qui comme L'anomalie traite tout simplement de notre réalité, ou plutôt de la conception qu'on peut avoir de notre réalité - fascinant aussi). Amateur de science-fiction depuis l'âge de 10 ans, j'affirme qu'il s'agit d'une branche majeure de la littérature, en ce qu'elle permet de poser sous la forme de simples romans tous les problèmes de notre réalité. En premier, comme dans L'anomalie, le problème de savoir ce qu'est notre réalité. Un problème, la réalité ? Non, le problème, c'est la façon d'appréhender (et souvent de refuser) les représentations "non-standard" de la réalité. « Autrement dit, le "Je pense, donc je suis" du Discours de la méthode de Descartes est obsolète. C’est plutôt "Je pense, donc je suis presque sûrement un programme" » (L’anomalie, p169). Entre le solipsisme (un joli mot, aussi joli que guignette ou limicole) et les univers parallèles que suggère la physique quantique, la proposition de Nick Bostrom, que présente Le Tellier, est que nous-mêmes et notre univers sont des simulations, que nous sommes des programmes à l’intérieur d’un ordinateur (on pense au film criminally underestimated Tron). Cette hypothèse est étayée (ce qui ne signifie en aucun cas prouvée) par les mathématiques élémentaires. Ce n’est pas du fantastique ou du surnaturel, c’est de la science, de la bonne, de la vraie, avec dedans des morceaux de logique, de règles, de 2 500 ans d’histoire des idées. On est à l’intersection de la psychologie, de la physique et des mathématiques, des sciences cognitives. Une faille à la prétention scientifique de l'hypothèse : quand un personnage du roman demande « On ne pourrait pas, par une expérience, démontrer que vous racontez n’importe quoi ? », la réponse, argumentée, est « non ». Ça ressemble bougrement à une hypothèse non-falsifiable selon Popper, donc non scientifique. Le Tellier est mathématicien et docteur en linguistique : il en a, des choses à raconter. Et à mon avis il le fait très bien. Écrivains mathématiciens ou physiciens, (ou portés sur la chose), la littérature n’en manque pas, avec le collège de ‘pataphysique et Vian, l’OuLiPo (dont fait partie Le Tellier), et même Borges... L’anomalie est un vrai roman à suspense, riche, et qui ouvre d’infinis domaines de réflexion. Une fois qu’on l’a lu, il ne se referme pas. En particulier, je m’interroge sur la conscience d’exister : ces passagers de l’avion sont des doubles parfaits, identiques à l’atome près, plus identiques que des nouveaux-nés jumeaux homozygotes – mais il ont en commun leur vécu, leurs souvenirs, ils sont à la fois totalement identiques et totalement distincts. Fasciné, j’ai dit... Je regrette que tu ne l’aies pas apprécié (mais je suis blindé contre ce genre de regrets, depuis que j’ai rencontré des amis n’ayant pas aimé 100 ans de solitude). [L'expiration, de Ted Chiang, traite de la réalité d’une autre façon : partant d’une réalité qui n’est pas tout à fait la nôtre, il explore un monde étrangement proche autant qu’étrangement éloigné du nôtre. Par exemple, le monde ayant été créé il y a environ 6 000 ans, on trouve des fossiles d’arbres sans cernes de croissance au cœur du tronc, et de squelettes sans trace de croissance osseuse...] Tiens, j'ai été un peu long, je trouve...
      • Mercredi 19 Mai à 12:02
        Ah ! Bonjour Brigitte.
      • Mercredi 19 Mai à 12:07

        Désolé pour ce pavé indigeste ! Les vachement jolis retours à la ligne pour aérer ont disparu quand j'ai envoyé !

      • Jeudi 20 Mai à 22:50

        Bonsoir Michel. J'aurais pu dire que je l'avais apprécié mais ce n'est pas vrai. Ce côté philosophie-mathématiques-religion m'a ennuyée. Tout est déjà bien compliqué dans ce monde. J'aime lire des romans qui me font rêver... Mais je comprends que certains, avec un esprit plus scientifique que le mien aient apprécié

    9
    Vendredi 21 Mai à 13:53

    Bonjour Brigitte.

    Tu écris .« J'aurais pu dire que je l'avais apprécié mais ce n'est pas vrai. Ce côté philosophie-mathématiques-religion m'a ennuyée. Tout est déjà bien compliqué dans ce monde. J'aime lire des romans qui me font rêver... Mais je comprends que certains, avec un esprit plus scientifique que le mien aient apprécié. »

    Heureusement que tu n'as pas dit le contraire de ce que tu penses. Et j'ai peur que tu regrettes de ne pas avoir apprécié le livre. J'ai expliqué pourquoi je l'avais aimé sans penser un milliardième de seconde à faire le moindre reproche à ceux qui ne l'aimaient pas.

    J'ai ressenti une grande joie (oui, vrai, sic) quand Modiano a obtenu le prix Nobel, parce que j'aime beaucoup ses livres et le personnage. Quand Le Clézio a eu le Nobel, je ne me suis rien dit : je ne suis jamais arrivé à "entrer" dans ses livres, tant pis pour moi, je me prive probablement de grands plaisirs (mais je peux en trouver de nombreux ailleurs).

    J'ai été juré du Prix du livre Inter il y a quelques années. Dans ma lettre de candidature, j'ai écrit, explicitement, "Beaucoup de « classiques » m’ennuient. J’en éprouve un malaise (culpabilité ?) jusqu’à ce que je
    comprenne qu’ils s’ennuieraient aussi en ma compagnie, et que tout va donc pour le mieux." Cela ne m'a pas empêché d'être sélectionné.

    Donc, tu n'as pas aimé le livre, je l'ai aimé, et la vie est belle !

     

    (Ces quelques lignes se transformeront-elles en pavé indigeste ? Je ne le saurai qu'après avoir cliqué sur "Envoyer").

    3

    2

    1

      • Vendredi 21 Mai à 21:08

        Oui, la vie est belle, que l'on ait apprécié ou pas ce roman. Peu importe... Bonne soirée

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :