• EB - Des pieds nickelés en vadrouille : "Mon frère, ce zéro" de Colin Thibert...

    J'ai emprunté ce roman à la médiathèque, pour la 4ème de couverture.

    Informations pratiques : Paru en janvier 2021 aux éditions "Héloïse d'Ormesson". 235 pages. 18 €.  

    La 4ème de couverture :

    Antoine en est certain : Canard tient le coup du siècle pour toucher le pactole. Ne leur manque qu'un troisième homme. Jean-Jacques, en galère depuis que sa femme l'a fichu à la porte, se laisse convaincre. Le plan ? Enlever Julien, vrai jumeau du milliardaire Thibault Dastry, usurper son identité et vider ses comptes en dupant la banque. Sur le papier, ça pourrait fonctionner. Mais avec un trio de bras cassés aux manettes, la juteuse affaire a tôt fait de virer au fiasco.

    Pas le temps de souffler avec ces pieds nickelés en vadrouille ! Colin Thibert n'a pas son pareil pour croquer les marginaux et nous entraîner dans une équipée aussi désopilante que rocambolesque. Savoureusement immoral.

     

    Mon ressenti :

    C'est l'histoire de trois pieds nickelés, trois bras cassés, qui vont former un trio pour réaliser une grosse arnaque.

    Antoine vit dans une caravane et héberge  Jean-Jacques, apiculteur, que sa femme a viré pour tromperies répétées. Canard, couvert de tatouages, est commis de cuisine dans un établissement de santé haut de gamme qui héberge Julien Tastry, frère jumeau d'un milliardaire, Thibault Tastry. Les 3 lascars ont l'intention d'enlever Julien, l'emmener en Suisse, le faire passer pour son frère et lui faire vider ses comptes à leur profit.

    Bien sûr tout tourne vite très mal, et les arnaqueurs se feront aussi arnaquer, notamment par une comtesse qui leur vendra une voiture pourrie. Se lancent à leur poursuite : un détective privé en moto, Guetart, une capitaine de gendarmerie, Yolande Bourcadieu, un inspecteur de la Direction centrale du renseignement intérieur, Rostopchine. Ils vont aller jusqu'à Genève, semant quelques morts sur leur passage.

    C'est loufoque et drôle, immoral et satirique. J'imagine bien un film adapté de ce roman par Albert Dupontel.

    Quelques extraits :

    Quant à la bibliothèque, elle ne recelait pas d'ouvrages plus subversifs que des livres de cuisine, les œuvres de Danielle Steel et de Marc Levy.

    - Lorsqu'il fut amené dans une petite salle d'interrogatoire où l'attendaient un capitaine de gendarmerie à l'air plutôt avenant et un homme en civil au visage émacié qui ne devait pas rire plus d'une fois par an, Jean-Jacques fut convaincu qu'il s'était fourré dans de très sales draps.

    « EB - Rien ne se perd dans le citron : ma première tarte au citron meringuée...EB - Triste nouvelle : Jean-Jacques Savin, en cours de traversée de l'Atlantique, est décédé dans son canot à rames »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 22 Janvier à 09:09

    Bonjour Brigitte 

    Il a l'air bien loufoque ce bouquin, totalement déjanté lol 

    On doit y passer de bons moments et souvent avec le sourire aux lèvres 

    A voir ... 

    Bonne journée , bisous

      • Mardi 25 Janvier à 19:52

        Oui, Jo, il est loufoque. Bonne soirée et bisous

    2
    Samedi 22 Janvier à 09:24
    Pas trop mon style de lecture Mais qui sait ?... Bonne journée Brigitte
    3
    Samedi 22 Janvier à 09:43

    Oh, je crois que ça va me plaire ça ! Je note le titre ! yes

    Bisous et bonne journée

      • Mardi 25 Janvier à 19:53

        Oui, je suis sûre qu'il te plairait. Bonne soirée et bisous

    4
    Samedi 22 Janvier à 12:01

    Déjà quand ça commence par des pieds nickelés et des bras cassés, on a presque toute l'histoire, j'aime bien quand il doit rire pas plus d'une fois par an, stop j'ai déjà dépassé mon quota, lol,bisous JL

    5
    Samedi 22 Janvier à 14:56

    Un livre loufoque pour se détendre un peu !

    On peut y trouver du plaisir par ces temps moroses

    Bisous Brigitte

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :