• J'ai entendu ce matin sur France Bleu Gironde un appel à candidatures pour devenir "Goûteur d'eau" sur la Communauté Urbaine de Bordeaux. Cet appel ne pouvait pas me laisser indifférente, moi qui bois depuis toujours l'eau du robinet, et "Goûteur d'eau", ces deux mots sonnent tellement bien !
    Goûteur d'eau", je m'imagine déjà testant de l'eau de mer désalinisée (et turquoise), sur une île déserte...
    « Goûteur », ça me fait déjà saliver. « Eau », c’est mon élément, c’est ma passion : pour les reflets, pour les nuances de couleurs, pour ses silences et ses colères…

    Renseignements pris il s’agit de faire partie de l’Observatoire du Goût de l’Eau, animé par la Lyonnaise des eaux.

    Pour devenir goûteur d’eau il faut d’abord suivre une formation de 3 heures avec un spécialiste qui va nous apprendre à déguster l’eau accompagné d’un œnologue pour expliquer le parallèle avec la dégustation du vin. Ensuite tous les deux mois nous devrons renvoyer un questionnaire pour signaler ce que nous aurons décelé en buvant l’eau de notre robinet. Depuis l’instauration du plan Vigie Pirates, le dosage du chlore est plus élevé pour prévenir toute pollution malveillante. Nous contribuerons à affiner le dosage.


    Voilà comment je vais devenir « Goûteur d’eau »… Je vous parlerai de sa robe, de sa jambe, de son fruité, après la formation que je dois suivre mercredi prochain.


    2 commentaires
  • Si vous voulez bouturer des plantes, utilisez un produit naturel : le saule...
    Coupez délicatement quelques petites branches d'un saule pleureur : elles sont tombantes et même si vous êtes petit ou petite (ce qui est mon cas), elles seront à votre portée. Mettez les dans un vase ou un bocal en verre empli d'eau. Vous verrez très vite apparaître des radicelles dans l'eau et des bourgeons sur les branchettes.
    Deux utilisations possibles :
    - vous pouvez planter le petit saule dans son propre pot, et plus tard dans votre jardin, ou le conserver en arbre nain (bonsaï)
    - vous pouvez utiliser l'eau de votre vase pour faciliter l'enracinage d'autres boutures (géraniums, fuschias, bougainvillées ou autres...)
    C'est plus efficace que la poudre à bouturer, inoffensif et gratuit.
    Le saule pleureur est plus facile à reconnaître avec ses branches retombantes et ses feuilles lancéolées, mais le saule tortueux, avec ses branches qui forment des méandres est plus joli et possède les mêmes propriétés...

    5 commentaires
  • Hier j'ai été faire un tour dans une jardinerie et mon oeil a flashé sur une plante à inflorescence bleues, comme des épis de blé sur une tige rose. La tige pousse au milieu d'une couronne de feuilles aux bords dentelés. La vendeuse m'a dit que c'était "une plante grasse" mais n'a pas su me dire ce que c'était. Je l'ai achetée car c'était la première fois que je voyais une telle merveille.
    Je cherche depuis deux heures sur internet sans trouver le petit nom de ma plante à fleurs bleues.
    Elle me fait penser aux broméliacées, et aux agaves, mais je n'ai pas trouvé dans ces familles-là...
    Quelqu'un peut-il m'aider à la baptiser ?

    C'est une "Acheas blue rain" de la famille des Broméliacées. Son nom est tout trouvé : Blue Rain ...

     


    2 commentaires
  • Je connaissais déjà les toilettes à la turque, pas plus courantes que ça en Turquie, mais très présentes dans les écoles et lycées...

    Je connaissais les WC chimiques, des bateaux ou des campings cars...

    Je connaissais les toilettes des vols long courrier, bien propres et approvisionnées en papier, savon, mouchoirs, parfum parfois, au début du vol, quasiment saccagées à la fin...

    Et celles des TGV où il faut s'accrocher pour ne pas glisser...

    Je connaissais la cabane au fond du jardin de mes grands-parents maternels, chantée par Laurent Gerra imitant Francis Cabrel...

    Et bien sûr les toilettes normales...

     

    Hier je suis allée au printemps du Bourgailh, à Pessac, découvrir une exposition de plantes, bonsaïs, produits naturels. Arrivée là-bas j'ai été prise d'une envie pressante. J'ai demandé à un organisateur s'il y avait des WC et il m'a infiqué la présence de toilettes sèches dans une cabane en bois blond, un peu plus loin.

    Toilettes sèches ou pas, j'avais très envie de faire pipi.

     

    Quatre grands panneaux en mélaminé d'environ 2 mètres de hauteur, à ciel ouvert. Je rentre et je referme avec une targette. Les explications sont affichées au mur : 1-Faites vos besoins 2-Mettez de la sciure dessus.

    Simple ! Un coffre en mélaminé peint en bleu (délicat) avec un trou. Il faut s'asseoir dessus (ça me rappelle que je ne connais pas les chaises à trou). Un peu d'équilibrisme pour ne pas s'asseoir, bien que tout soit très propre.

    Phase 1 terminée, et il y a même du papier !

    A côté : un seau contenant de la sciure avec une boite de conserve en fer blanc, attachée par une chaînette : délicatesse : pas de pub, l'étiquette a été enlevée et précaution : personne ne pourra voler la boite de conserve...

    J'ai versé la sciure et suis sortie, amusée...

     

    Il était 11h00 samedi, le parc était ouvert depuis 1 heure. Ce soir, à la fin des deux jours, les toilettes sèches risquent d'être moins agréables à utiliser...


    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique