• Les chiens sont fous mais pas du tout méchants...

    Assise près du couffin où dort Alice, tandis que ses parents font une sieste bien méritée dans leur chambre, je me suis rappelée les paroles de cette chanson de Louis Chedid que j'aimais fredonner, il y a une trentaine d'années.

    Alice dort, bien couverte, les poings levés. Elle émet des petits bruits, esquisse parfois une grimace ou un sourire, comme si elle rêvait... Je veille sur elle, émerveillée. J'ai révisé le conte de "Boucle d'or et les trois ours" sur le net. Je lui ai raconté quelques histoires mais qui ne tenaient pas trop la route, petit mélange de divers contes, avec des ours, des hérissons, des écureuils, des souris et des lapins...

    J'aurais tout donné quand j'étais enfant pour écouter l'histoire de Boucle d'Or. Mon père me la racontait souvent mais j'en voulais toujours...

     

    Alice a un petit "M" en guise de bouche... C'est un amour de bébé.

    bouchalice

    A 7 jours, elle regardait déjà son papa avec admiration, et c'était réciproque :

    alice 06092014


    5 commentaires
  • Depuis vendredi matin j'ai eu une promotion, la première depuis 14 ans.

    Pas au travail mais dans la vie.

    Je suis devenue grand-mère, avec la naissance d'Alice, chez mon fils Aurélien et sa femme Céline. Je n'ai découvert le prénom qu'en apprenant l'arrivée de ce bébé de 4,3 Kgs, et il me plait beaucoup.

    Qu'Alice s'émerveille et nous émerveille !

     


    6 commentaires
  • Le 26 juillet 1984, il y a 30 ans, j'ai découvert le bonheur d'être mère, à la naissance de Julien, mon petit poussin, ma première prunelle.

    30 ans ça passe très vite et je me souviens très bien de son arrivée, après une hospitalisation de 2 mois.

    Pour ma 1ère grossesse, je suis allée passer une visite de contrôle à 6 mois et l'obstétricien m'a hospitalisée illico pour cause de contractions intempestives, et mise sous perfusion. C'était le 6 juin 1984.

    Premiers jours difficiles dans une salle commune avec une potence sans roulettes qu'il fallait porter, et surtout la crainte d'accoucher à tout moment d'un bébé non viable.
    Je suis restée 2 mois à l'hôpital à attendre Monsieur Bébé trop pressé de sortir (et en plus à l'envers), piquée tous les 2 jours, veines éclatées, une ceinture de monitoring quasiment en permanence sur le ventre. Beaucoup de solitude : juste Gilles, mon mari qui venait me voir tous les jours, très peu de visites, quelques appels...
    Le 25 juillet le foetus ayant atteint 8 mois (théoriques) devenait viable : la perfusion m'a été enlevée. Bien sûr les contractions se sont déchaînées et le lendemain matin, j'ai eu une césarienne sous anesthésie générale.
    Dur dur de sortir du sommeil artificiel, mais quel bonheur lorsqu'une infirmière m'a apporté le bébé en salle de réveil ! La première fois que j'ai vu Julien il était déjà magnifique, très soigné, bien peigné avec une petite raie sur le côté...
    Même si j'étais encore "sonnée" j'en garde un souvenir ébloui...

    Un des premiers articles publié sur ce blog : "Les petits pieds ou le bonheur d'être mère".

    Jeudi 26 juillet 1984

    Un beau bébé est arrivé

    Lumineux et bien peigné :

    Il avait une petite raie sur le côté

    Et un sourire enjôleur pour vous faire craquer.

    Nous l'avons tout de suite adoré...

    Bon anniversaire Julien !

    juju.jpg


    8 commentaires
  • Aujourd'hui c'est       la Fête des Mères.

    Toutes les femmes ne sont pas des mamans mais nous avons tous une mère, ici ou au ciel.

    Profitez de ce jour pour dire à votre maman combien vous l'aimez.

    Plus qu'en lui offrant un cadeau, vous ferez briller ses yeux.

    Evoquez avec elle vos meilleurs souvenirs,

    Faites la rire...

     

    Et si votre maman est au ciel,

    En ce jour pensez à elle, priez pour elle, rappelez vous

    Comme elle était belle...

    Dites lui aussi combien vous l'aimiez...

     

     

     

    Les mamans sont toujours les plus belles. La mienne s'appelait France.. ("Maman, je t'aimais, je t'aime et je t'aimerai toujours...").

    maman.jpg

     

    Bonne fête à toutes les mamans ! 


    6 commentaires
  • Dans sa chronique du samedi 3 mai, "Les petites routes du bonheur", dans le journal Sud-Ouest, Christian Seguin nous raconte l'histoire d'un couple de trentenaires de Saint-Médard-en-Jalles (Gironde) qui a décidé en novembre 2011 de garder l'enfant attendu porteur de la trisomie 21, après avoir consulté ses trois autres enfants agés de 15, 8 et 4 ans.

    Le 5 janvier 2012, Alcey est né à la maternité de Pellegrin à Bordeaux. Ses onze premiers mois ont été très difficiles : multiples opérations et séjour à l'hôpital Robert Debré de Paris. Toute la famille l'a suivi à Paris pour l'accompagner et le stimuler.

    Puis retour sur Bordeaux où les parents ont suivi pendant 5 mois une formation pour apprendre à s'occuper complètement de lui, car ils ont choisi de le garder 24h/24 à la maison.

    Le père dit d'Alcey : "C'est un rayon de soleil, un battant qui sourit toute la journée, progresse de jour en jour. Son carburant c'est l'amour de la fratrie"

    Mais l'exigence de présence et d'assistance dévore leur vie et l'argent leur manque, le père ayant cessé son travail et la mère s'étant mise en disponibilité. Ils appellent à l'aide à travers une association .

    Christian Seguin conclut ainsi son article : "C'est le grand défi d'un petit cercle fusionnel, amoureux de son héros et isolé".

    alcey.jpg

    Photo de Christian SEGUIN - Journal Sud-Ouest

     

    Pour ceux qui voudraient aider Alcey et sa famille, une association et un site sont en cours de création : www.alcey-angefauchey.fr


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique