• Après avoir visité l'exposition "Becs et ongles", avec  Martine du blog "Les voyages immobiles" et son mari, nous sommes partis nous balader entre les canaux du Domaine de Certes et Graveyron, à Audenge.

    527 hectares sont protégés depuis 1983, en bord de Bassin d'Arcachon. Ces espaces naturels ont été façonnés par l'homme depuis plusieurs siècles : des digues ont été crées pour séparer des réservoirs à poissons, comme à d'autres endroits du Bassin : anciens réservoirs des Quinconces, de Saint-Brice ou des Prés salés, à Arès.

    Il y a plusieurs sentiers de randonnée (9 et 6 kms), mais nous sommes partis un peu au hasard, en espérant surtout croiser des aigrettes garzettes ou des hérons.

     

    Les eaux peu profondes des bassins sont favorables au développement d'algues et de plantes aquatiques. Une flore mixte, adaptée soit à l'eau salée du Bassin d'Arcachon, soit à l'eau douce apportée par les pluies, favorise une belle biodiversité. Les plantes aquatiques, vers, petits coquillages, crustacés forment le début d'une chaîne alimentaire où s'insèrent les poissons, proies à leur tour des hérons, cormorans, aigrettes… Certaines espèces comme la gorge bleue à miroir blanc y nichent. Milieu tranquille situé sur une des voies principales de migration, Certes et Graveyron forment aussi un site d'hivernage très apprécié des oiseaux migrateurs, comme la spatule blanche. (Source : Conservatoire du littoral).

     

    Les sentiers sont bordés de végétation : beaucoup de pruneliers sauvages et de baccharis (plante invasive), notamment au départ, qui empêchent de voir les canaux. Au bout de quelques kilomètres, la végétation se raréfie et l'on voit enfin les bassins.

    Nous avons pu observer plusieurs grèbes, des cygnes et de nombreuses spatules blanches, assez loin.

    ​​​​​​​Voici quelques photos :

     

    Balade au Domaine de Certes et Graveyron, à Audenge...
    Balade au Domaine de Certes et Graveyron, à Audenge...
    Balade au Domaine de Certes et Graveyron, à Audenge...
    Balade au Domaine de Certes et Graveyron, à Audenge...

    Au loin l'on aperçoit : le château de Certes (point de départ de la balade) et l'usine Smarfit, de pâte à papier de Biganos :

    Balade au Domaine de Certes et Graveyron, à Audenge...
    Balade au Domaine de Certes et Graveyron, à Audenge...

    En avançant, les percées vers le Bassin sont plus nombreuses...

    Balade au Domaine de Certes et Graveyron, à Audenge...
    Balade au Domaine de Certes et Graveyron, à Audenge...
    Balade au Domaine de Certes et Graveyron, à Audenge...
    Balade au Domaine de Certes et Graveyron, à Audenge...
    Balade au Domaine de Certes et Graveyron, à Audenge...
    Balade au Domaine de Certes et Graveyron, à Audenge...
    Balade au Domaine de Certes et Graveyron, à Audenge...
    Balade au Domaine de Certes et Graveyron, à Audenge...
    Balade au Domaine de Certes et Graveyron, à Audenge...
    Balade au Domaine de Certes et Graveyron, à Audenge...

    12 commentaires
  • Mon amie Martine du blog "Les voyages immobiles", en vacances sur le Bassin d'Arcachon, m'a proposé d'aller visiter l'exposition sur les rapaces au Domaine de Certes et Graveyron, à Audenge, en compagnie de son mari.

    Cette exposition baptisée "Becs et ongles" a lieu de mars à octobre 2019. L'entrée est gratuite et la visite est libre, dans l'espace muséographique au 1er étage de l'accueil du Domaine de Certes et Graveyron.

    Exposition "Becs et ongles" au Domaine de Certes et Graveyron à Audenge...

    Cette exposition compare les rapaces et les hommes, autour de différents thèmes : voler, voir et entendre, se reproduire et s'alimenter.

    Le vol des rapaces est expliqué sur de grands panneaux, présentant le rôle des plumes et des os

    Exposition "Becs et ongles" au Domaine de Certes et Graveyron à Audenge...
    Exposition "Becs et ongles" au Domaine de Certes et Graveyron à Audenge...
    Exposition "Becs et ongles" au Domaine de Certes et Graveyron à Audenge...
    Exposition "Becs et ongles" au Domaine de Certes et Graveyron à Audenge...
    Exposition "Becs et ongles" au Domaine de Certes et Graveyron à Audenge...
    Exposition "Becs et ongles" au Domaine de Certes et Graveyron à Audenge...
    Exposition "Becs et ongles" au Domaine de Certes et Graveyron à Audenge...
    Exposition "Becs et ongles" au Domaine de Certes et Graveyron à Audenge...
    Exposition "Becs et ongles" au Domaine de Certes et Graveyron à Audenge...
    Exposition "Becs et ongles" au Domaine de Certes et Graveyron à Audenge...

    Se reproduire :

    Un nid et un landau sont là pour nous faire prendre conscience de la fragilité des rapaces au cours de leur reproduction

    Exposition "Becs et ongles" au Domaine de Certes et Graveyron à Audenge...
    Exposition "Becs et ongles" au Domaine de Certes et Graveyron à Audenge...

    S'alimenter :

    Un grand-duc d'Europe, un vautour fauve et une vautour percnoptère, attablés avec une convive humaine, partagent un repas composé d'antibiotiques, cartouches, pesticides...

    Exposition "Becs et ongles" au Domaine de Certes et Graveyron à Audenge...
    Exposition "Becs et ongles" au Domaine de Certes et Graveyron à Audenge...
    Exposition "Becs et ongles" au Domaine de Certes et Graveyron à Audenge...
    Exposition "Becs et ongles" au Domaine de Certes et Graveyron à Audenge...
    Exposition "Becs et ongles" au Domaine de Certes et Graveyron à Audenge...
    Exposition "Becs et ongles" au Domaine de Certes et Graveyron à Audenge...
    Exposition "Becs et ongles" au Domaine de Certes et Graveyron à Audenge...

    La visite se conclue par un espace poétique où des proverbes, dictons, fables sont affichés.

    Les visiteurs peuvent accrocher un petit mot comme l'ont fait certains enfants :

    Exposition "Becs et ongles" au Domaine de Certes et Graveyron à Audenge...
    Exposition "Becs et ongles" au Domaine de Certes et Graveyron à Audenge...
    Exposition "Becs et ongles" au Domaine de Certes et Graveyron à Audenge...
    Exposition "Becs et ongles" au Domaine de Certes et Graveyron à Audenge...

    8 commentaires
  • Samedi 14 décembre a eu lieu à Arès, sur le Bassin d'Arcachon, le Forum des Associations 2019.

    Une quarantaine d'associations étaient présentes pour présenter leurs activités de 10h à 18h : associations sportives (judo, tennis, volley-ball, football, VTT, rando, gymnastique, badmington, tennis de table, hockey sur gazon...), artistiques et créatives (patchwork, arts plastiques), environnementales  et sociétales...

     

    Différentes démonstrations ont eu lieu au cours de la journée :

     

    J'ai tenu le stand du "Tennis de table", le club où je m'entraîne et dont je défends les couleurs, en équipe, avec d'autres joueurs :

    La semaine précédente, le même type de Forum avait eu lieu à Andernos, dans la ville voisine. J'y avais aussi participé et nous avions "accroché" pas mal de personnes, dont certains sont déjà venus jouer avec nous.

    A Arès, les visiteurs ont été nombreux, surtout le matin, mais peu se sont intéressés à notre sport.

     

    La journée aurait été longue et ennuyeuse, s'il n'y avait eu les autres joueurs venus nous prêter main forte, et des rencontres sympathiques avec les bénévoles qui gèrent la bibliothèque, et des passionnés de sports ou autres activités.

    L'association dont je vous ai parlé il y a quelques jours : Association des Amis de l'Aérium d'Arès était présente et je suis allée discuter avec ses représentants. J'ai adhéré à l'Association et j'ai signé une pétition pour redonner vie à l'Aérium.

    Au stand de la Gymnastique, j'ai appris l'organisation d'une marche de 5 kms dans la ville pour soutenir l'opération Octobre Rose (sensibilisation au dépistage du cancer du sein). Je n'ai pas de compétition ce week-end là et pourrait donc y participer.

    Jean-Jacques Savin qui a traversé en 127 jours, en 2019 l'Atlantique en tonneau dédicaçait son livre, et je lui en ai acheté un exemplaire. Je vous reparlerai de l'exploit de cet aventurier septuagénaire...


    10 commentaires
  • Inscrite depuis peu sur Net Galley, (communauté de libraires, bibliothécaires, journalistes, blogueurs et professeurs de l'éducation, qui utilisent Net Galley pour découvrir, lire et recommander les livres à paraître), j'ai  demandé à lire "On ne peut pas tenir la mer entre ses mains", attirée par le titre et le lieu principal de l'intrigue : la Corse.. 

    Ma demande a été acceptée et j'ai téléchargé ce roman.

    Informations pratiques :

    Roman de Laure Limongi paru aux Editions Grasset, en août 2019. 238 pages

    .

    Le résumé :

    Comme le FLNC, Huma Benedetti est née en Corse en 1976, entourée des secrets de son histoire familiale, dans un climat de colère et de ressentiment muet. Mais tôt ou tard, les enfants devinent ce qu’on leur tait, et Huma aperçoit dans l’œil de ses ascendants le reflet du mystère soigneusement occulté.
    Elle grandit dans une villa perchée sur un rocher, entourée d’une grand-mère acariâtre, d’une mère énigmatique et d’un père masquant sa sensibilité sous des kilos de muscles et de violence. Pour s’absoudre ou s’isoler, les parents confient leur fille en offrande à l’aïeule. Huma prend des leçons de piano, fait ses devoirs et partage même le lit d’une grand-mère qui la maltraite avec une âpreté curieusement vengeresse.
    Au fil du roman, les histoires s’entrelacent, levant au fur et à mesure le voile sur le silence qui empoisonne trois générations. Que se passerait-il s’il était rompu ? La honte sur la famille ? Son implosion ? Pire encore ? De peur de révéler leur secret, ses gardiens assistent impuissants à la déliquescence de la famille et maintiennent entre eux une distance glaciale.
    Cette distance, c’est aussi celle qui existe, géographique, irréductible, entre l’île et le continent reliés par le mystère d’une eau tour à tour brillante comme un miroir ou démontée comme une déesse vengeresse, une matière labile qui ne se laisse pas aisément appréhender. C’est aussi celle qu’entretiennent des tabous qui résistent au récit.

    Pour raconter cette histoire, Laure Limongi retourne dans l’île de son enfance, vingt ans et dix livres après l’avoir quittée. Toute la palette de son écriture s’y déploie avec une maturité et une sensibilité rares.

     

    Mon ressenti :

    Dans ce roman nous allons découvrir par petites touches les secrets des familles Pietri et Benedetti, parents et grands-parents d'Huma, le personnage central.

    A 20 ans, Huma a quitté sa Corse natale, se libérant du joug imposé par sa grand-mère, May, dans leur grande maison de Bastia, l'Alcyon, pour aller poursuivre ses études à Paris.

    7 ans plus tard elle y revient, à la recherche de "son héritage", de ses racines.

    Huma est la fille de Lavi, élevé par sa mère, violent, et d'Alice, mère énigmatique, peu encline aux confidences ni à la tendresse. Huma est laissée aux bons soins de sa grand-mère paternelle, qui l'étouffe.

    J'ai apprécié la plume très poétique de l'auteur, ses descriptions des paysages Corses, des mentalités et me suis attachée à Huma, et à sa mère, Alice.

    Malgré le manque d'amour apparent entre les membres de cette famille, les liens sont très forts.

     

    Un extrait :

    Le savoir protège. Huma savoure les heures de cours quand ses camarades aux familles aimantes n’y voient que contrainte, violence du formatage. Elle, de toute façon, ne peut être conditionnée, elle est déjà feuilletée de masques qu’elle arbore avec soin.

     

    Merci à Net Galley France et aux Editions Grasset !

     

    #OnNePeutPasTenirLaMerEntreSesMains #NetGalleyFrance


    4 commentaires
  • Je vous ai déjà parlé de mon intérêt pour les grenades et l'arbre qui les porte, le grenadier.

    Les grenades me rappellent mon enfance, et ma mère qui nous en préparait de temps en temps, détachant patiemment les jolis grains rouges, ou rose nacré et les répartissant dans des coupelles.

     

    Je suis restée longtemps sans en acheter ni en manger, puis j"ai découvert sur des revues et sur le net les vertus de ce fruit, ce qui m'a incitée à en acheter. Et depuis j'en mange régulièrement, le matin mélangé à des céréales et souvent dans mes salades composées.

     

    En 2016 j'ai acheté un grenadier sur tige, en pot, puis un second. Ils ne m'ont donné aucune fleur, et le second a même dépéri. L'année suivante j'ai acheté un grenadier en bonsaï qui portait 6 ou 7 grenades, qui sont arrivées à maturité.

     

    En 2018 j'ai acheté un autre pied de grenadier sur tige, en pot. Il a porté de nombreuses fleurs, dont certaines se sont transformées en grenades, mais toutes sont tombées.  Je l'ai ensuite planté en terre et cet été il a porté de nombreuses fleurs, mais toutes sont tombées.

    Mes expériences avec les grenadiers...
    Mes expériences avec les grenadiers...

    Fin 2018, j'ai effectué des recherches pour connaître les variétés les plus appropriées au climat et au sol de la région. J'ai commandé plusieurs plants dans une jardineries spécialisée, j'ai mis de l'engrais organique, arrosé. Certains ont porté des fleurs, se transformant parfois en promesse de grenade mais toutes sont tombées.

    Un seul (de la variété"Qirmiz Qabub", Turquie) porte actuellement une belle grenade d'un joli rouge, et de belle taille,

    Mes expériences avec les grenadiers...
    Mes expériences avec les grenadiers...

    Mon bonsaï porte 5 mini grenades :

     

    Mes expériences avec les grenadiers...

    Et un pied d'une variété naine "Wonderful nana" en porte 2 qui grossissent et rougissent peu à peu :

    Mes expériences avec les grenadiers...

    J'ai effectué du bouturage,de pousses apparues au pied de mes pieds adultes, et de jeunes plants se développent peu à peu. Peut-être porteront-ils des fruits dans quelques années ?

    Mes expériences avec les grenadiers...
    Mes expériences avec les grenadiers...

    J'ai aussi planté des arilles (les petites graines que l'on mange). Elles germent bien, mais porteront-elles des fruits un jour ?

    Mes expériences avec les grenadiers...
    Mes expériences avec les grenadiers...
    Mes expériences avec les grenadiers...

    16 commentaires