• Je vous ai proposé hier de résoudre cette petite énigme assez facile, trouvée sur la page "Jeux" du journal Sud-Ouest.

     

    Vous achetez trois saumons pour un total de 10 kilos.

    Quel est le poids de chaque saumon sachant que le plus léger pèse un quart de la somme des deux autres et que le plus lourd pèse exactement le poids des deux autres réunis ?

     

     

     

     

    La réponse était : 5 kgs pour le plus gros, 2 kgs pour le plus léger et 3 kgs pour le 3ème.

     

    2 méthodes pour trouver la solution :

    par tâtonnement :

    en commençant par 1kg pour le plus léger, les 2 autres ensemble pèseraient 9 kgs, mais 1 n'est égal au quart de 9

    avec​​ 2kgs pour le plus léger, les 2 autres ensemble pèseraient 8 kgs, et 2 est égal au quart de 8. Le plus lourd pèse alors le poids des deux autres réunis, soit 10/2=5 et le 3ème pèse 10-2-5=3

    par équation :

    On sait que X+Y+Z=10                        X étant le plus léger, Z le plus lourd et Y le moyen

    X=(Y+Z)/4

    Z=X+Y

    On remplace X+Y dans la première équation par Z et on en déduit que Z+Z=10 donc Z=5

    En reprenant la 2ème équation, X=(Y+Z)/4, on en déduit que 4X=Y+Z=Y+5

    On déduit Y de la 3ème équation Y=Z-X=5-X

    4X=Y+5=(5-X)+5=10-X donc 5X=10 et X=2

    Y=5-X=5-2=3

    X=2   Y=3   Z=5

     

     

     

    Vous êtes 10 à avoir trouvé la bonne réponse :

    Pascale, Danièle, Elisabeth, Domi, Roguidine, Ruthie, Chevrette, Sylvie, Durgalola et MORI7

     

    Rose, Par chez moi et Nell ont trouvé le poids du saumon le plus lourd :

    Rose a donné pour les autres : 1,667 et pour l'autre 3,333, mais 1,667 n'est pas égal au quart de 8,333 (5+3,333)

    Par chez moi a proposé pour les autres : 2,5 chacun, mais 2,5 n'est pas égal au quart de 7,5 (2,5+5)

    Nell a proposé pour les autres : 1,5 et 3,5, mais 1,5 n'est pas égal au quart de 8,5 (3,5+5)

    Bravo et merci à tous !


    6 commentaires
  • Je vous propose de résoudre cette petite énigme assez facile, trouvée sur la page "Jeux" du journal Sud-Ouest.

     

    Vous achetez trois saumons pour un total de 10 kilos.

    Quel est le poids de chaque saumon sachant que le plus léger pèse un quart de la somme des deux autres et que le plus lourd pèse exactement le poids des deux autres réunis ?

     

     

     

     

    Laissez votre réponse en commentaire.

    Vos commentaires n'apparaîtront pas, ce jeudi 4 avril 2019, tant que je ne les aurais pas validés. 

     

    La solution : demain...


    8 commentaires
  • Durgalola, à la tête des Croqueurs de mots a proposé ce Défi 218 : "Auprès de mon arbre"

    Imaginez, pour le défi de ce lundi, que vous êtes un arbre (chêne, bananier, charme, ce que vous préférez) et racontez votre histoire en une trentaine de lignes.

    Au début de votre texte, vous insérerez une citation ou un proverbe relatif à un arbre.

     

    "Il faut des centaines d'années pour faire un chêne et quelques minutes pour l'abattre" - citation de Cyril Guedj

     

    J'étais un beau chêne planté il y a 34 ans. Je bourgeonnais de partout et j'abritais des petits habitants : sitelles torchepot qui se promenaient le long de mon tronc, tête en bas...

    de gentils écureuils parfois...

    Je servais de perchoir à des tourterelles, des mésanges charbonnières, des bergeronnettes grises.

    Une fois, j'ai même eu la visite d'une huppe fasciée...

    Je dominais le paysage : 2 routes à mes pieds, et au loin : le Bassin d'Arcachon...

    Au printemps, des tulipes sauvages poussaient à mes pieds.

    Quelques branches trop vigoureuses ont été tranchées, et des capricornes se sont installés.

    Mais je continuais à abriter de gentils habitants, ce qui compensait...

     

    Les chats de la dame aimaient grimper sur mes branches...

    Et puis, début 2018, un jardinier professionnel a suggéré à la propriétaire du jardin de faire couper les branches attaquées par les capricornes, qui risquaient de tomber et lui a envoyé un collègue élagueur.

    Ils sont arrivés à 2. L'un avait un harnais et a grimpé tout en  haut. Il a coupé pas mal de branches, mais pas celles abîmées ! La dame lui a demandé de le faire, et finalement je me suis retrouvé très élagué.

    C'était en février...

    J'ai eu une poussée de branches dans les mois qui ont suivi. Il a fait très chaud, pas beaucoup plu, des fourmis m'ont attaqué. Les brindilles ont séché.

    Un jour une camionnette blanche s'est arrêtée et le conducteur a proposé à la dame de m'abattre en disant que j'étais mort.

    Elle a refusé mais depuis elle est inquiète sur ma santé.

    Le jardinier professionnel est revenu pour tailler la haie et elle lui a demandé s'il croyait que j'étais mort. "Il faut attendre, il va peut-être repartir..." a-t'il dit.

    Mars 2019 : les chênes qui m'entourent bourgeonnent, et moi je suis toujours sec.

    Suis-je mort ou, dans un dernier sursaut, vais-je repartir à l'assaut du monde ?

     


    11 commentaires
  • Pour ce 108ème Café Thé, je vous propose de broder autour de ce thème : "Un endroit magique"...

     

     

     

    Parlez nous d'un lieu où vous aimez vous ressourcer, un endroit qui vous tient particulièrement à coeur et racontez nous pourquoi.

     

     

    Partagez avec nous vos émotions, en mots ou en photos...

     

     

     

    Les consignes : Ecrivez, rimez, dessinez, brodez, scrappez, chantez, délirez, faites ce que vous voulez... Faites nous rire ou pleurer...

    Si vous êtes blogueur, ne publiez pas votre texte avant la parution des participations (le 1er mai 2019)

     

     

    Que vous soyez blogueur ou pas, envoyez moi votre participation 

    avant le 30 avril 2019 à ecureuilbleu33@live.fr...

    Au plaisir de vous lire...

     

     

    Amusez vous bien !

     

     

    Si vous aimez écrire et vous amuser, vous pouvez aussi participer à d'autres ateliers :

     

     

     

    Le "prénom du mercredi" chez Jill Bill

     

    Le "Petit jeu de lettres" chez Lady Marianne

     

    "Aimé-détesté" chez Renée

     

    Les "défis écriture de Ghislaine" (règlement dans la colonne de droite sur son blog)


    7 commentaires
  • Pour ce 107ème Café Thé, je vous ai proposé de broder autour d'un tableau de Vincent Van Gogh, mon préféré : "Le café de nuit" :

     

     

    Brodez autour de ce tableau, imaginez les propos des clients, de la serveuse ou des passants ou imaginez ce qu'il va se passer...

     

    Et si tableau ne vous inspire pas, parlez nous de votre café préféré...

     

    Les consignes étaient : Ecrivez, rimez, dessinez, brodez, scrappez, chantez, délirez, faites ce que vous voulez... Faites nous rire ou pleurer...

    Si vous êtes blogueur, ne publiez pas votre texte avant la parution des participations (le 2 avril 2019)

     

     

    Vous êtes 7 à avoir participé ( Jill Bill, Rose, Josette, Laura, Renée, Françoise et Claudie)

    et je vous en remercie.

     

     

    Voici les 7 participations :

     

     

     

     

    "La café de nuit" de Jill Bill du blog : "Melting-pot" :

    Dans l'or de la nuit

    Ses vieux réverbères

    Il est un café où l'on s'affaire

    Juste à bavarder...

     

    Table et chaises

    Sur le pavé

    Les soirs d'été

    Mais pas question de filer à l'anglaise

    Sans payer son dû...

    La serveuse y veille,

    Chaque bouteille

    Aura son sou, c'est tout vu !!

     

    Bonjour, bonsoir monsieur Vincent...

    Bonsoir mam'zelle Lili, Liliane...

    Un p'tit blanc comme d'habitude ?

    Un p'tit blanc comme oui !

     

    Bonsoir m'sieur dame,

    Une table, en terrasse... ?

    Merci, oui, jeune dame,

    Et deux coupes de mousseux

    Le meilleur hein,

    On fête notre anniversaire, ce soir...

    Je vois, de mariage sans doute... !

    Je vous apporte cela, et quelques biscuits...

     

    Bonsoir le père François !

    S'oir Lili...

    Un demi s'il te plaît, avec le journal !

    Vous allez encor râler

    En lisant les nouvelles, j'le sens,

    Et refaire le monde aux verres...

    Bah !

     

    Au revoir monsieur Vincent, bonne nuit... !

    Au revoir Lili, Liliane ! A d'main...

    Comme d'habitude monsieur Vincent !

    Et bonne peinture, pensez aussi à faire soigner votre oreille...

    Ah au fait, vos tournesols... pas vendus encore ?

    Non, mais j'ai vendu ma « chambre à coucher »...

     

     

    "Le café de nuit" de Rose du blog : "Golondrina 63" : 

     

    C'est le rendez-vous incontournable 
    Les fêtards de la nuit 
    Dans le fond de la salle

    Où en terrasse pour une dernière cigarette 

    Sans plus avoir grand chose à se dire 

    Si non que de bavasser 
    Sous la fatigue aidant , se torturer les méninges 

    Ce sont les brèves de comptoir en zinc

    Autour du dernier verre ou du p'tit café long noir 
    Qui prolongent la nuit 

    Parfois un adieu 

    C'est difficile 

    On vient noyer un chagrin 

    Avec ce que l'on croit être un bon copain 

    Le petit remontant qui va bien 

    Mais c'est aussi la chaleur humaine 

    Ces p'tits cafés du nuit 

    Ouverts jusqu'au matin 

    En sortant de la boîte de nuit 

    Un croissant chaud nous y attend

    Entre copains 

    Avec le même sourire de la patron(ne)

    Alors 

    Oui 

    Ils sont le médoc dont certains ont besoin !

     

     

    "Chez Mimile" 

     

    de Josette du blog "La cachette à Josette" :

     

     

    Tables banquettes et chaises
    ont entendu bien des fadaises
    des rendez-vous des jeunes des vieux
    il n'y a pas d'âge pour les amoureux
    des mots doux des mots amers
    des retards des adultères
    c'est la rengaine
    attente vaine
    quand étourdi de solitude
    il reste les amis et l'habitude
    les cartes pour passer le temps 
    pour évoquer le rire de la vie d'avant
    les cœurs malheureux y sont au chaud
    dans la salle du bistrot
     
     
     
    "Terrasse de café, le soir" de Laura VANEL-COYTTE du blog :
     

    Terrasse de café le soir [1]

     

    Sur les quinze lieux d’habitation que j’ai connus, j’ai trouvé un point commun : le paysage. C’est pourquoi, j’ai choisi ce sujet pour mon mémoire de maîtrise de lettres. Il s’agissait d’étudier la représentation de ce paysage dans les œuvres poétiques de Baudelaire et Nerval. Je l’ai fait aussi pour Lamartine et René-Guy Cadou. Parallèlement, j’ai découvert les correspondances et à la littérature s’est ajouté les arts et notamment la peinture. J’ai travaillé sur Kandinsky, la représentation de l’Orient et des bohémiens dans les arts et les lettres aux XIXe et XX  e siècles. Ma curiosité s’est élargie à la représentation du paysage  en général et l’art a envahi ma vie. Pour mon mémoire, j’ai suivi les traces de Baudelaire et Nerval à Paris et en Ile de France confrontant la réalité d’aujourd’hui à leurs textes du XIXe siècle.          

     Pour Nerval, les cafés et cabarets sont aussi des lieux privilégiés dans ses errances. Baudelaire affectionnait les cafés du Quartier latin. Je me suis appuyé sur l’expérience des bars de mon amie Cannelle et sur la mienne : un paysage tout à la fois solitaire et sociable. J’ai marché notamment  les pas de Cézanne à Aix, des impressionnistes en Ile de France et de Van Gogh à Saint Rémy à Arles. J’ai confronté leurs tableaux à des séjours dans les paysages qu’ils ont peints. Avec mon mari, je me suis assise à la « Terrasse de café le soir : »  j’étais dans le tableau avant de le voir  à Otterlo un jour. J’ai imaginé les personnages des lettres de Van Gogh à son frère et de ses toiles, assis autour de nous. Puis nous avons marché sous « La nuit étoilée » vers le Rhône. Le paysage….

     

    [1] Van Gogh, 1888 au Musée Musée Kröller-Müller, Otterlo.

    "Chez Marcel" de Renée du blog : "Envie de" 

    La nuit est tombée les clients se font rare. Ne reste que quelques habitués du quartier. Des esseulés peu pressés de retrouver un appartement silencieux. D’autres sont carrément des piliers de bar ne pouvant se résoudre à se dire, c’est le dernier !

    La terrasse c’est presque vide, quelques retardataires finissent leur café avec le pousse, offert par le patron, ravis d’avoir pu liquidé tous ces menus du jour. Le temps était si doux aujourd’hui que tous en ont profiter.

    J’aime ce bistrot de quartier ou j’officie depuis 3 ans, j’en connais tous les recoins ainsi que les habitudes de chacun.

    Je me permets d’en tutoyer quelques-uns, avec qui la sympathie est vite passée.

    Comme Claude qui inévitablement boit son express avec un verre d’eau. Yvette qui pousse d’y pas alerte, la porte pour chaque jour à 09 heures tapante. Véro la petite coiffeuse qui vient manger chaque midi, plus souvent un jambon beurre qu’un plat, à se demander comment elle fait pour rester si mince. George, le peintre qui boit sa pinte tous les soir après le boulot et se lance dans des discussions avec Paul, qui sirote son Ricard pendant 1 heure

    D’autres sont plus distants, comme Le vieux du 4ème de l’allée d’à côté qui exige le journal à peine assis ! Cette dame toujours bien mise permanente bleutée, mais qui ne parle à personne. Un jeune de 20 ans, qui me zieute par en dessous n’ayant pas le courage de me regarder dans les yeux et qui bafouille quand il me demande sa panachée.

    Et il y a le patron. Marcel grand sec, pas mal comme mec mais qui lève un peu trop le coude avec les clients, histoire de faire du chiffre. Il me déclarerait bien sa flamme si, Mme n’était pas derrière le comptoir. Il a essayé un jour ou elle était allée voir sa mère en banlieue. Elle est pourtant jolie sa femme même si elle a pris un tout petit peu d’embonpoint. Remarque, elle est peut-être enceinte depuis le temps qu’elle aimerait bien un enfant.

    Je l’aime bien ce café, pas d’argenterie ni de *beau monde* mais, je m’y sens à l’aise le travail n’y est pas compliqué, le côté restauration se borne aux plats du jour. C’est plus facile, les clients, dans l’ensemble, sont gentils. Jamais de bagarres comme dans d’autres quartiers.

    Bien sûr je n’y ferais pas carrière car c’est fatiguant, je suis seule serveuse. Mais ce bistro est cher à mon cœur, c’est mon premier job. C’est *Chez Marcel*

     

    "Café de nuit" de Françoise du blog :

     

    "Par chez moi en cuisine" :

     

     

    Voila quelques années que l’idée germait  , au fil de mes différents blogs ,de mes humeurs de ma vie aussi .

     C’était le grand soir tant attendu  . Il avait fallu plusieurs mois pour  organiser cette soirée . C’est avec beaucoup d’impatience que je m’avançais vers ce café que nous tous  avions choisis d’un commun accord pour nous rencontrer .  
    Instant précieux certes , une réunion   presque irréelle mais enfin pas virtuel pour cette fois .

    De quoi pourrions parler ensemble  ? De livres ,de poèmes ,de défis ,de cuisine,d’aquarelle  bien sur . De tricots ,de photos ,de balades aussi ,  des fleurs ,de jardinage la liste était bien longue .

    Nous étions une cinquantaines blogueuses, blogueurs des quatres coins de France   à nous être donner rendez-vous cette  nuit .
     A cette terrasse ...

     

    "Café" de Claudie (sans blog) :

    Café

    Que j’aime
    Ta couleur,
    Café
    Ton enluminure reluit dans la nuit
    Que de pas croisés, sur ton perron
    Que d’échanges au diapason
    Que de coeurs à l’unisson
    Se livrent ou se délivrent
    De leurs passions
    C’est le spectacle de la vie
    Des monologues
    Des soliloques
    Parfois, des ventriloques….
    Le café théâtre de la vie
    Remue-ménage et féérie
    Ballet, duel et harmonie
    Le barman rit parfois
    De quelques grivoiseries
    Le serveur se faufile
    A pas dociles,
    Les chaises se poussent
    A vitesse grand V
    C’est l’heure du café-crème
    Des bohèmes
    Le carnaval de la vie
    Magie et nostalgie
    Destins d’airain,
    Destins chagrins
    Que j’aime,
    Ta couleur,
    Café !

     

     

    Vous pouvez encore participer aux jeux pour le 10ème anniversaire de mon blog (jusqu'au 18 avril)


    4 commentaires