• Lorsque je vais me promener au bord de l'Océan, sur la presqu'île du Cap-Ferret, j'aime observer les chardons bleus, au milieu des oyats qui servent à protéger les dunes de sable.

     

    Des chardons bleus sur les dunes...
    Des chardons bleus sur les dunes...
    Des chardons bleus sur les dunes...
    Des chardons bleus sur les dunes...

    J'ai passé 3 jours chez mes enfants : 1 jour et demi chez l'un et 1 jour et demi chez l'autre. J'ai admiré les singes de la Vallée des singes, à Romagne (Vienne) avec Alice (4 ans), joué avec Alban (bientôt 3 ans), gazouillé avec Manon (3 mois) et Victoire (4 mois)...


    11 commentaires
  • J'ai emprunté ce roman à la médiathèque.

    Informations pratiques :

    Roman de la Finlandaise, Rikka Pulkkinen, paru en décembre 2017 aux Editions Flammarion. 271 pages. Prix : 19,90 €.

     

     

    La 4ème de couverture : 

     

    Comment s'aimer soi-même quand la vie fait tout pour l'empêcher ?

    La loi de Murphy n'est rien comparée à la loi d'Enaid : tout ce qui est susceptible de mal tourner tournera plus mal encore qu'on aurait humainement pu le prévoir. Après avoir été quittée à Gdansk par téléphone, Enaid se rend à l'évidence : les fées qui se sont penchées sur son berceau ont dû s'emmêler les pinceaux. Comment expliquer, sinon, la sensation qu'elle a depuis l'enfance qu'il lui a toujours manqué quelqu'un ? Il y a de quoi se poser des questions quand les parents adoptifs sont en fait les grands-parents, que la mère est danseuse de nuit, que le père change de religion comme de famille, que les bunkers de l'ETA servent d'école buissonnière. Et que l'accident d'un instant devient la fracture de toute une vie? On peut se laisser choir ou faire le saut de l'ange. Être boiteux ou devenir un flamant rose. Sur ses jambes fragiles, tenir en équilibre avec grâce par le pouvoir de l'esprit, un humour décapant et le courage de rester soi.

     

     

    Mon ressenti :

    Dans ce roman qui semble au premier abord être un "feel good" (pour se sentir bien), Diane Ducret nous raconte avec humour sa propre vie .

    J'ai ri et j'ai pleuré, surtout vers la fin.

    Enaid (anagramme de Diane) reçoit à Gdansk en Pologne, un appel pour lui annoncer qu'elle est larguée. Elle commence alors à nous raconter sa vie et toutes les fêlures, le manque d'amour ressenti.

    Abandonnée par ses parents, Jean, et Lena, danseuse de cabaret, elle est élevée par ses grands-parents paternels, Yvette et André, attentionnés et aimants mais craignant sans cesse de lui voir imiter sa mère.

    Pour éviter le contact avec les garçons les grands-parents lui trouvent des activités : danse classique, piano puis équitation. Elle va se blesser à la cheville lors d'un concours, et en gardera les traces toute sa vie.

    Yvette et André déménagent alors à Biarritz, pour la soustraire aux tentations parisiennes mais ce sera pire... 

    Enaid est une jeune femme courageuse qui va se sortir de toutes les situations périlleuses où elle se trouve, avec humour.

    La fin est particulièrement émouvante avec les retrouvailles avec Lena mourante.

     

     

     

    Quelques extraits :

    - "Les chaînes de télévision qu'il ne veut pas regarder, il en a ôté au cutter les touches sur la télécommande..."

     

    - "Un tout petit, mais aux plumes d'un rose intense, dont le bout semble trempé dans un encrier noir, ondula face à une femelle. Il tournoie, froisse ses ailes, les lisse, les gonfle, c'est un flamant latin, cela se voit tout de suite."


    3 commentaires
  •  

    Je n'ai pas besoin d'aller très loin pour observer aigrettes et hérons.

    Il me suffit de partir en vélo dans la forêt de Saint-Brice, entre Arès et Andernos, au bord du Bassin d'Arcachon, à moins de 2 kms de chez moi.

    Dimanche dernier j'y suis passée et sur l'un des anciens étangs à poissons j'ai aperçu un héron.

     

    En regardant mieux j'en ai aperçu un second, plus loin...

    Deux hérons sur les étangs à poissons de Saint-Brice...
    Deux hérons sur les étangs à poissons de Saint-Brice...

    Je suis restée un grand moment à les observer.

    Deux hérons sur les étangs à poissons de Saint-Brice...
    Deux hérons sur les étangs à poissons de Saint-Brice...
    Deux hérons sur les étangs à poissons de Saint-Brice...
    Deux hérons sur les étangs à poissons de Saint-Brice...
    Deux hérons sur les étangs à poissons de Saint-Brice...
    Deux hérons sur les étangs à poissons de Saint-Brice...

    Le plus éloigné s'est envolé mais j'étais loin :

    Deux hérons sur les étangs à poissons de Saint-Brice...
    Deux hérons sur les étangs à poissons de Saint-Brice...

    9 commentaires
  • Il y a sept ans, j'ai acheté une plante d'intérieur que je découvrais : la plante à lanternes d'Afrique, appelée "Cenopegia sandersonii".

     

    Cette plante est originaire du Swaziland en Afrique australe. Elle se caractérise par ses tiges insolites en forme de lianes garnies de fleurs ressemblant à des lanternes ou des parachutes.

    Ses fleurs de couleur vert clair, à motif tigré ont un léger parfum de citron vert.

     

    Elle fleurit en permanence de février à décembre dans un emplacement ensoleillé et nécessite peu de soins (arrosage restreint, température de 12 à 25°, luminosité abondante).

     

    Elle émet des noeuds sur ses racines qui permettent de la bouturer facilement...

    Ma plante à lanternes d'Afrique - août 2018...
    Ma plante à lanternes d'Afrique - août 2018...
    Ma plante à lanternes d'Afrique - août 2018...
    Ma plante à lanternes d'Afrique - août 2018...
    Ma plante à lanternes d'Afrique - août 2018...
    Ma plante à lanternes d'Afrique - août 2018...
    Ma plante à lanternes d'Afrique - août 2018...
    Ma plante à lanternes d'Afrique - août 2018...
    Ma plante à lanternes d'Afrique - août 2018...

    9 commentaires
  •  

    Je vais souvent me promener près d'anciens réservoirs à poissons, au bord du Bassin d'Arcachon, pour observer aigrettes et hérons, mouettes rieuses et canards.

    Il y a aussi des ragondins, attirés par les morceaux de pain apportés par de nombreuses personnes, malgré les pancartes interdisant de les nourrir.

     

    En décembre 2016, je vous avais montré Gaspard, le ragondin et sa famille.

     

    Hier soir, j'ai assisté à "la traversée du réservoir", compétition de natation entre deux jeunes ragondins descendants peut-être de Gaspard...

    La course des ragondins...
    La course des ragondins...
    La course des ragondins...
    La course des ragondins...

    Museau blanc semble avoir gagné la compétition d'une courte tête...

    Après la collation offerte par des enfants, Museau blanc et Museau marron se sont refaits une beauté...

    La course des ragondins...

    6 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires