• Il y a quelques jours, en observant mes plantations, j'ai aperçu sur un de mes plants de cyprès chauve une invitée surprise :

    Langoureusement allongée sur cette feuille, sauterelle sautera-t'elle ou pas ?

    A moins qu'elle ne soit en train de se fondre au plumetis de cette feuille dont elle arbore les mêmes couleurs ?

    Ou de jouer à cache-cache avec une copine ?


    8 commentaires
  • Il y a 7 ans je vous ai présenté la Femme Océane, sculpture en bois de Dominique PIOS, qui veille sur le port d'Arès, au bord du Bassin d'Arcachon.

    Elle mesure 4,30 m de haut et ses formes douces invitent à la caresse.

    Elle symbolise par ses formes l'ondulation de la houle, l'élément eau.

    Dans son ancienne vie, elle était arbre au Cameroun...

     

     

    Mercredi matin, j'ai montré cette statue à mon amie Cathycat du blog "La New cathzette", et en regardant les photos prises je me suis aperçue que la Femme Océane avait vieilli : le vernis est parti et le bois s'est craquelé et patiné.

     

    La Femme Océane, auréolée de fines nuées blanches, a gagné en sagesse... 

    La Femme Océane a vieilli...
    La Femme Océane a vieilli...
    La Femme Océane a vieilli...

    J'avais acheté en 2011 une reproduction de cette Femme Océane.


    10 commentaires
  • En novembre 2014, je vous avais parlé du sourire d'Alice, ma petite-fille née quelques mois plus tôt.

     

    Depuis quelques semaines, j'ai repris l'aquarelle.

     

    Voici deux aquarelles réalisées à partir de photos prises ce jour-là :

    Pour un sourire d'Alice, version aquarelle...
    Pour un sourire d'Alice, version aquarelle...

    Article publié dans la communauté "Eau et pigments" gérée par Céline du blog "Aquarellement vôtre"


    18 commentaires
  •  

    Avec la chaleur enregistrée depuis le début de l'été j'ai arrêté (momentanément) ma production de châles au crochet.

     

    Mais comme je n'aime pas rester les mains inoccupées, j'ai repris mon carton de tricots commencés avec l'intention de les finir. Il y avait là des pulls, des vestes, des blouses pas complètement finis, ou pas encore montés, commencés depuis plusieurs années.

    Il y avait un pull au crochet en coton rose. Ne retrouvant plus le catalogue où j'avais pris les explications, je l'ai défait alors qu'il ne manquait plus que 5 cm d'une manche... J'ai également défait un pull au crochet, bleu lavande, pour la même raison.

     

    Par contre, j'ai réussi à terminer une blouse bleue, en achevant les finitions : montage des différentes pièces entre elles et pose des boutons réalisés au crochet.

     

    Une blouse au crochet, été 2018...
    Une blouse au crochet, été 2018...
    Une blouse au crochet, été 2018...
    Une blouse au crochet, été 2018...

    18 commentaires
  • J'ai adoré les trois premiers romans de Valérie Tong Cuong que j'ai lus :"Pardonnable, impardonnable", "Par amour" et "L'atelier des miracles".

     

    Informations pratiques : paru en 2006 aux éditions Grasset et en septembre 2017 aux éditions "J'ai lu". 190 pages.

     

     

     

    La 4ème de couverture :

    Un après-midi d'août étouffant à New York. Soudain, c'est la panne générale. Tout s'arrête. La ville qui ne dort jamais devient la scène chaotique où les plus extrêmes solitudes vont s'entrechoquer.
    Il y a d'abord Naomi, la si jolie «pute à crack» enfermée dans un bar clandestin de Brooklyn, sur laquelle veille jalousement l'énigmatique Bijou. Il y a Simon Schwartz, l'avocat médiatique, au 36e étage d'une tour déserte du Financial District. Il y a Canal, ainsi baptisé depuis qu'on l'a trouvé, nourrisson, abandonné sur le trottoir de Canal Street à Chinatown.
    En glissements progressifs vers la folie ou l'expiation, en monologues nerveux, ces personnages vont s'ouvrir à la liberté et se réveiller différents. Un roman choral superbement réussi : «short cuts» d'une plongée dans les ténèbres

     

    Mon ressenti :

    Il fait chaud à New-York en août. Une panne générale d'électricité va bouleverser la vie de quelques personnes.

    Le roman est choral et les narrateurs alternent entre :

    - Naomi, jeune femme, accro au crack et prostituée depuis l'âge de 12 ans. Son amie Bijou et elle vont fuir Tony, leur proxénète.

    - Simon Schwartz, plus grand avocat de New-York, coincé au 36ème étage d'une tour

    - Canal, jeune vendeur vivant à Chinatown, très cultivé

    Ces trois là vont se retrouver dans une église, au milieu de personnes paniquées, accueillies par le père Joaquin et son ami, Léo le bienveillant.

    Cette nuit de panne va libérer Naomi et Canal du joug qui les entravait.

    J'ai apprécié de beaux personnages finement dépeints et une ambiance de panique, peu après les événements du 11 septembre...

    J'ai apprécié une nouvelle fois le style de Valérie Tong Cuong et ses personnages cabossés, plein de doutes, de failles et d'humanité.

    J'aime sa façon de nous raconter des histoires... 


    8 commentaires